Navigation – Plan du site
Note de lecture

Pour tout résoudre, cliquez ici

Philippe Dessus
Référence(s) :

E. Morozov, Pour tout résoudre cliquez ici ; l’aberration du solutionnisme technologique, Limoges, FYP, 2014, 350 p1.

Texte intégral

1Cet ouvrage récemment traduit en français n’est pas précisément dédié au cœur des thèmes de recherche habituellement traités par DMS/DMK. Il ne comporte en effet que quelques références directes à ces derniers ; citons, p. ex., p. 21 (toutes les références sont à la version française) où on aborde la question de la diffusion de l’information via e-learning, p. 134, où on évoque la distribution de liseuses en Afrique pour lutter contre l’illettrisme, ou enfin p. 243, où on aborde les sites de notation des enseignants.

2Toutefois, l’auteur est un fin connaisseur et critique des toutes dernières évolutions de l’« internet » (toujours entre guillemets dans le livre, tant ce terme recouvre pour lui de nombreux aspects différents), et il arrive à rendre très vivante la réflexion sur la portée des innovations qui en sont issues, en citant à la fois des références essentielles sur l’histoire et la philosophie de la technologie, mais aussi de nombreux et significatifs extraits de littérature grise (presse spécialisée et même billets de blog).

3Quelles sont les questions posées dans l’ouvrage pouvant intéresser le lectorat de DMS/DMK ? Nous répondons à cette question en relevant quelques-uns des mots-clés du livre, plutôt que de parcourir chapitre après chapitre ce riche et dense ouvrage.

Le solutionnisme

4Selon l’auteur, le solutionnisme (principalement traité dans le chap. 1) est l’art d’apporter des solutions à des problèmes inexistants (ou de répondre au principe : « si ça peut se faire, ça se fait »). Il détaille de manière convaincante comment cette approche s’est diffusée dans tout ce qui touche à l’« internet ». En se fondant sur quelques toutes récentes innovations, souvent non encore diffusées, il montre qu’elles ne répondent pas nécessairement à des besoins identifiés, et pire, qu’il y a de nombreux risques qu’elles n’améliorent en rien la vie (matérielle ou intellectuelle) de leurs futurs utilisateurs. Il montre par exemple que certains dispositifs de réalité augmentée appauvrissent l’activité humaine (notamment la créativité) plutôt que de l’enrichir.

5Les recherches dans le champ des technologies éducatives seraient-elles toutes exemptes de traces de solutionnisme ? Sans doute pas. Par l’ajout fréquent de nouvelles fonctionnalités à des systèmes précédents, par le fait qu’il est plus aisé de chercher à partir de ce qu’on connaît, par le fait que beaucoup d’appels à projets promeuvent souvent un certain solutionnisme (ne serait-ce qu’en présentant sous un jour favorable toute innovation, voir p. 220), de nombreuses recherches de ce champ sont solutionnistes au sens de Morozov.

L’époqualisme

6L’époqualisme (selon l’adage « tout nouveau, tout beau ») est principalement traité dans le chap. 2, et correspond au fait qu’on biaise nos analyses en privilégiant l’histoire récente à celle plus ancienne, et que l’on a du mal à imaginer le futur sans certains objets technologiques actuellement répandus (l’accès à l’« internet », le téléphone portable). Morozov montre comment l’« internet » et ses différents outils (notamment de la sphère web 2.0) ont été réifiés et érigés en des « révolutions », sans qu’aucune perspective historique ou critique ne vienne tempérer cet enthousiasme. La chaîne argumentaire, circulaire, montre que les services issus de l’« internet » sont préférables à d’autres du seul fait de leur origine. Dans cette perspective, des ouvrages de management ont fleuri, essayant de calquer les prétendues méthodes (prétendues, parce que de nombreux indices montrent que leurs méthodes comportent une faible rationalité) des géants de l’« internet » à d’autres secteurs.

7L’époqualisme dans lequel nous baignons tous se perçoit assez aisément, notamment dans les premières lignes introductives et/ou conclusives de beaucoup d’articles du domaine des technologies éducatives, dans lesquels les termes « révolution » ou « rupture » apparaissent souvent. Il serait donc intéressant de prendre plus de recul et de considérer un peu moins les apports de l’« internet » comme étant une rupture si franche avec le passé. De nombreux ouvrages d’histoire des idées pourraient nous y aider (Edgerton, 2006, cité par Morozov p. 45, ou encore les passionnants livres de Blair, 2010, ou de Watson, 2005).

L’ouverture

8Un autre thème, souvent traité lorsqu’on parle de l’« internet », est celui de l’ouverture des données. Un accès pour tous, libre et gratuit à des données – et toujours plus de données – serait une panacée et permettrait plus de démocratie. L’auteur détaille dans le chapitre 3 de l’ouvrage les nombreux problèmes d’un tel raisonnement, qu’il étend plus loin (chap. 7, consacré à la mesure de soi, p. 243) aux dispositifs d’audit de la performance des enseignants et des élèves. Le principal argument, souvent mentionné mais souvent oublié, est de se rappeler que les protagonistes de tout dispositif réagissent à ce dernier, ce qui en retour influe sur les résultats (voir, à ce sujet, les nombreuses critiques sur la loi américaine No Child Left Behind, et la critique amusante de ses conséquences donnée par Levitt & Dubner, 2007).

9Là encore, le caractère ouvert d’un logiciel ou d’un dispositif ne garantit pas que ses applications seront nécessairement bien fondées. Les arguments de Morozov nous amènent à plus de vigilance sur ces questions, notamment dans le domaine de l’éducation, concerné à plus d’un titre (p. ex., quelles sont les conséquences de rendre publiques les performances des élèves des écoles et des établissements scolaires ?).

Les traces

10Les récents courants de recherche en fouille de données liées à l’éducation (Educational Data Mining) ou analyse de traces d’apprentissage (Learning Analytics) ont amené les chercheurs à recueillir, via des technologies diverses, de grands ensembles de données de traces d’activités, reprenant en les adaptant les problématiques plus commerciales des propriétaires de moteurs de recherche, de réseaux sociaux, et de matériel de haute technologie. La finalité principale de ces recueils de données est de pouvoir fournir à l’usager (qu’il soit consommateur, lecteur ou apprenant) des données toujours plus individualisées, appropriées en contenu et juste à temps. Pour résumer le propos de l’auteur : il dénonce l’idée que les analyses de ces derniers sont a priori objectives, et signale que vouloir à tout prix intéresser l’utilisateur (en lui proposant, via des algorithmes d’analyse des préférences, du contenu matériel ou non) va certainement mener à un appauvrissement de l’offre (processus bien décrit dans Pariser, 2011). De plus, une agglomération d’opinions (notamment celles analysées par des algorithmes d’analyse de sentiments via les réseaux sociaux) n’a pas de raisons particulières d’être plus fiable que l’avis d’un critique spécialisé, voire de particuliers bien informés.

11Cette question est maintenant assez connue, mais sans doute encore assez peu prise en compte dans les recherches sur les technologies éducatives. Les algorithmes conçus et/ou utilisés sont-ils si protecteurs du droit de chacun à disposer de ses données privées comme il l’entend ?

La ludification

12L’auteur revient aussi (chap. 8) sur l’un des derniers thèmes de recherche très étudiés ces dernières années : la ludification, c’est-à-dire « l’introduction d’une mécanique de jeu […] dans diverses pratiques sociales » (p. 290). Il montre ses antécédents (proches de principes béhavioristes), mais aussi comment les entreprises de tous secteurs s’emparent de ces méthodes. Il questionne justement les limites de la ludification de tous les comportements sociaux (p. ex., le vote, mais aussi l’apprentissage) : les utilisateurs ne voudront-ils pas toujours plus de jeux et ces jeux ne les distrairont-ils pas du toujours plus du but réel de l’activité (sans compter qu’on marchandisera sans doute au passage les traces de cette dernière) ?

13Les activités d’enseignement et d’apprentissage ne sont-elles pas suffisamment sérieuses et importantes pour ne pas avoir affaire à la ludification ? « Rémunérer », même symboliquement, un élève qui lit un livre, n’est-ce pas modifier à la baisse l’activité de lecture et ses ressorts motivationnels (voir p. 304) ? Les réflexions de Morozov nous incitent à considérer ces questions avec précaution.

L’éthique

14L’usage de nouvelles technologies ne devrait pas nous interdire de réfléchir à l’éthique. Les technologies, quelles qu’elles soient, ne peuvent évoluer de manière autonome à une réflexion sur leur usage. Citons un passage de l’ouvrage qui illustre ce point :

15« Nous remplirons des formulaires en ligne pour dire au gouvernement quel nid-de-poule combler, mais nous ne débattrons pas des bas salaires des ouvriers qui le boucheront ni de l’amélioration de l’état des routes » (p. 135)

16L’usage d’une certaine éthique vaudrait également pour une plus grande centration sur les effets négatifs des innovations, qui sont, l’auteur le regrette p. 167, très peu étudiés. Il est possible d’étendre ce commentaire aux recherches sur les technologies éducatives, qui comportent parfois des éléments éthiques discutables, souvent, en un retour de boucle prévisible, parce que leurs auteurs ont été solutionnistes...

*

17Nous avons laissé de côté de nombreux thèmes plus politiques, comme celui de la transparence politique via des bases de données (p. ex., de finances, de données démographiques, voir chap. 3), ou celui de la surveillance policière (chap. 6), notamment via les réseaux sociaux. Cela montre, si c’était nécessaire, l’étendue et la richesse des arguments développés dans ce livre.

18L’ouvrage de Morozov est critique envers de nombreuses innovations appartenant à l’« internet », sans toutefois être négatif à tout prix. Il est conscient que beaucoup de ces techniques font partie de notre environnement. Sans les rejeter en bloc, il convient de les analyser objectivement en tenant compte de leurs implications sociales, politiques, économiques, mais aussi historiques, avec le moins d’a priori possibles, et de résister à leur diffusion si cela apparaît nécessaire. Il suggère d’ailleurs, notamment dans le dernier chapitre de l’ouvrage (chap. 9, pp. 316 et sq.) des innovations technologiques créatives responsabilisant leur utilisateur.

19Par sa profondeur critique et par sa maîtrise de nombreux champs disciplinaires, assez peu fréquentes dans les ouvrages sur la technologie et sur l’innovation, l’ouvrage intéressera tout chercheur en technologie éducative, en sciences de l’information, et en innovation. Si cet ouvrage connaît le succès qu’il mérite, il reste à espérer que son éditeur s’emploie à faire traduire le précédent livre de Morozov, The net delusion, The dark side of internet freedom, paru en 2011.

Haut de page

Bibliographie

Blair, Ann M. (2010). Too much to know. Managing scholarly information before the modern age. New Haven (Conn.): Yale University Press.

Edgerton, D. (2006). The shock of the old technology and global history since 1900. London: Profile Books.

Levitt, S. D. & Dubner, S. J. (2007). Freakonomics. Paris : Gallimard, coll. Folio.

Pariser, E. (2011). The filter bubble: What the internet is hiding from you. New York: Penguin.

Watson, P. (2005). Ideas, a history of thought and invention, from fire to Freud. New York: Harper.

Haut de page

Notes

1 Référence : Evgeny Morozov (2014), Pour tout résoudre cliquez ici. Limoges, FYP, traduction française par M.-C. Braud de To save everything click here, The folly of technological solutionism, New York, PublicAffairs, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dessus, « Pour tout résoudre, cliquez ici », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dms.revues.org/963

Haut de page

Auteur

Philippe Dessus

LSE (EA 602), Univ. Grenoble Alpes, France
Philippe.Dessus@upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org