Navigation – Plan du site

Éditorial

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin

Texte intégral

1Au terme d’un long, courageux et effrayant combat contre la maladie, Geneviève Jacquinot-Delaunay vient de s’éteindre. Distances et Médiations des Savoirs perd une amie fidèle, attentive et généreuse, contributrice des premiers jours. Membre de notre comité de rédaction dès l’époque de Distances et Savoirs, elle était l’une de nos inspiratrices et une alliée précieuse au service du projet qui est à l’origine de cette revue : renforcer et mieux faire connaître et reconnaître la communauté scientifique qui, à l’échelle internationale, travaille sur les problèmes et enjeux de la formation à distance. De cette communauté elle aura d’ailleurs été une figure majeure, bien que ses centres d’intérêt aient excédé de beaucoup les questions d’accès aux savoirs à distance. Elle était aussi, en effet, une spécialiste reconnue de la sémiologie de l’image et de la technologie éducative, et ses questionnements régulièrement renouvelés jusqu’à la fin intéressaient plusieurs domaines situés hors du champ de Distances et Médiations des Savoirs. Ils portaient notamment sur l’éducation aux médias et sur les processus cognitifs et métacognitifs à l’œuvre dans l’apprentissage par les médias.

2Son audience était aussi grande à l’étranger qu’en France, aussi forte chez les praticiens que chez les chercheurs. En témoignent la diversité géographique de celles et ceux qui ont réalisé une thèse sous sa direction, le nombre et la variété de ses publications, les multiples missions qu’elle a effectuées en Afrique et en Amérique du Nord et du Sud et l’audience qui était la sienne en sciences de l’Information et de la Communication autant qu’en sciences de l’Éducation (Jacquinot-Delaunay, 2004), dans les cercles académiques comme dans les milieux de la formation permanente et auprès des professionnels de la télévision éducative. N’en témoigne pas moins ce fait opportunément rappelé par Laurent Petit (2014) dans une lecture critique rédigée pour le numéro précédent de DMS, à propos de la publication en 2012 de la version revue et augmentée d’Image et pédagogie, l’un de ses deux ou trois ouvrages emblématiques : en 1977, sa parution reçoit un accueil extraordinairement favorable, dont se font l’écho des journaux et revues aussi différents que Formation et communication, L’Éducation, Le Monde de l’Éducation, Educational Broadcasting International, Média, Trait d’union des collèges et de leurs amis, Éducation enfantine, Bulletin critique du Livre français, Le journal des instituteurs, Audiovisuels et Communication Digest, La presse du cinéma. Image et son, Sonovision et même Balaventures, revue des professeurs de français en Uruguay. Partout est souligné « le caractère novateur d’une approche méthodologique issue d’une science qualifiée alors de “nouvelle “ – la sémiologie – ouvrant un nouveau champ de recherche jugé prometteur, celui de la sémiologie de la didactique ». Et Laurent Petit d’ajouter que « si la méthode sémiologique s’inscrit dans les chantiers ouverts par Christian Metz et Umberto Eco, peu de sémiologues se sont aventurés sur le terrain de la didactique que Geneviève Jacquinot prend dans une acception très large de ce qui est “propre à instruire “ ».

3Ce n’est pas non plus un hasard si, forte de son excellente connaissance de l’état de la recherche et de ses supports en France et ailleurs, elle accepte bien volontiers de se charger à notre demande d’une étude, qui se révèlera très éclairante pour le positionnement de Distances et Savoirs, sur les orientations respectives des principales revues du domaine. De cette étude, présentée à notre comité le 27 mars 2002, elle tire un texte bref consacré aux revues canadiennes francophones, que nous avons été heureux et fiers de publier dans notre premier numéro (Jacquinot-Delaunay, 2003).

4Longtemps, la voix chaleureuse, joyeuse et grave de Geneviève continuera donc de se faire entendre et de nous provoquer. « Provoquer, dit-elle » : durant la préparation de ce numéro, ce titre aux accents durassiens s’est imposé à nous. Car il est question de voix dans « provoquer », d’une voix qui inspire et stimule, jette le doute et met au défi, invite à répondre et oblige à s’engager. C’est de cette provocation-là que, militante et chercheure, observatrice et actrice, Geneviève aura été porteuse et dont nous avons souhaité rendre compte aussi vite que possible par ce numéro.

5Remarquable est d’ailleurs la manière dont il a été conçu et réalisé : en un peu plus d’un mois, dans des délais extraordinairement brefs donc, et grâce au concours spontané de quelques-uns de celles et ceux qui ont été proches d’elle, qui en ont beaucoup appris, qui lui doivent énormément et qui, par leurs propres productions, ont tenu à apporter ici une preuve de la fécondité des siennes. D’autres textes, qui se nourrissent semblablement des travaux de Geneviève, nous parviennent actuellement ; ceux qui pourront l’être seront publiés dans des numéros à venir.

6Au moment où nous engagions la préparation de ce numéro, nous savions Geneviève très malade. Nous espérions pourtant qu’elle aurait la possibilité d’en prendre connaissance. Elle a lu les résumés, en effet, mais elle s’en est allée alors que les contributions étaient en cours d’évaluation. Elle aura eu le temps néanmoins de remercier « tous et chacun » pour ce numéro. Mais n’est-ce pas plutôt à nous de la remercier ?

7En forme de remerciement, l’on trouvera en effet ci-dessous sept articles scientifiques, ainsi que le retour d’expérience de l’une de ses anciennes doctorantes, l’évocation d’un entretien filmé, réalisé en 2006 par Françoise Thibault et Jacques Wallet, disponible sur le Web, et, pour finir, un petit lexique de mots et d’images composé par Martine Vidal et Jacques Wallet. De l’une à l’autre de ces contributions, c’est la voix provocante de Geneviève que l’on reconnaîtra.

8L’article de Daniel Peraya fait état de deux moments décisifs dans sa réflexion sur la formation à distance : le premier procède de la problématique élaborée par Geneviève Jacquinot (1993) à propos de la communication éducative médiatisée ; le second, en 2011, est dû à deux numéros thématiques de Distances et Savoirs. Du premier aux seconds, une seule et même question : où va la distance ? En lisant Daniel Peraya, l’on voit s’en esquisser une réponse de plus en plus consistante : ne plus penser la formation à distance du point de vue de la distance, mais du point de vue de la présence et de ses signes, y compris dans la distance. Magnifique renversement de perspective ! À Geneviève nous devons d’ailleurs plusieurs autres avancées théoriques du même type. Par exemple, ainsi que le rappelle à juste titre Geneviève Lameul, son apport à la recherche est considérable lorsqu’elle formule en 2002 avec Hugues Choplin les principes d’une « démarche dispositive » visant à articuler les deux phénomènes, dispositif et innovation. Par là, elle propose de voir dans le dispositif l’un des objets de la négociation constitutive de tout apprentissage et, du même coup, l’un des points de cristallisation de l’innovation pédagogique elle-même. Avec la « recherche-innovation », elle ajoute également une approche pionnière et d’un grand intérêt heuristique à la panoplie de celles qui visent à rendre intelligible la complexité sociale croissante des situations d’apprentissage.

9Nombre d’entre nous ont fait sa connaissance à la faveur du numéro 33 de la prestigieuse revue Communications qu’elle coordonne en 1981 et, plus particulièrement, de l’article qu’elle y fait paraître : « On demande toujours des inventeurs... ». Qu’y a-t-il donc d’essentiel dans cet article foisonnant de questionnements, références, intuitions et analyses qui justifie qu’aujourd’hui encore, il soit fréquemment cité ? À cette interrogation Jean-François Cerisier répond en substance que le mérite de Geneviève Jacquinot est d’y avoir pensé magistralement la différence entre invention et innovation. Elle s’y interroge en effet très astucieusement sur la manière de faire du neuf avec du vieux, plutôt que de faire du vieux avec du neuf. Elle formule aussi la question toute simple et si déterminante de savoir pourquoi « les gens » apprennent massivement des médias et comment ils l’apprennent. L’un des éléments de sa réponse est à rechercher dans le principe suivant : « Il faut sortir du primat du verbal sur la pédagogie et s’interro­ger plus avant sur les processus d’apprentissage dans leur rapport avec les divers langages et pas seulement le langage verbal » (Jacquinot, 1981, p. 14).

10Viviane Glikman s’autorise, elle aussi, des travaux de Geneviève Jacquinot pour constater que trop rares encore sont les recherches portant sur les publics des formations à distance. En particulier, elle renvoie implicitement à son article (Jacquinot, 1999) sur les « usagers qu’on cible dans nos têtes », puis prend plusieurs exemples montrant de quelle manière, en s’appuyant sur les réactions des apprenants à distance, l’on peut projeter des éclairages intéressants sur la diversité des pratiques, des attitudes et même des représentations de ces publics. La difficulté tient toutefois, ajoute-t-elle, à ce que les publics en question ne se laissent pas enfermer dans des typologies toutes faites. Au contraire, ils sont actifs, adaptent les productions à leurs attentes et, à condition que le dispositif le leur permette, construisent par et pour eux-mêmes le sens des informations qui leur sont transmises et qu’ils s’approprient. Dès lors il convient à l’observateur de rompre avec la séparation émetteur/récepteur propre à l’économie habituelle des mass-médias. Mais pour que le dispositif permette cette rupture, il faut que des stratégies constructivistes soient mises en œuvre. Or, l’apport des travaux de Geneviève Jacquinot, selon Jean-Pierre Meunier est justement de souligner que, dans la programmation d’un réseau télévisuel communautaire comme « Canal Emploi » à Liège, un autre rapport des adultes aux médias est possible à partir du moment où les émissions adoptent ce langage audiovisuel orienté vers l’ouverture, l’ambivalence et la négociation du sens qui casse les codes habituels du spectacle télévisuel.

11La situation est-elle si différente pour les MOOC ? En lisant l’article d’Alain Jaillet, l’on sera tenté de répondre par la négative à cette question. Plus exactement, si les MOOC donnent, selon cet auteur, l’impression de contribuer à un renouveau de l’utilisation des films à des fins d’enseignement, ils ne font en réalité que « réinstaller le film comme instrument pédagogique ». De fait, indique-t-il, « Si la production institutionnelle de films professionnels, pédagogiques selon les canons de la profession est tombée quasiment à zéro, l’offre de films à intention d’apprentissage a explosé. » S’agit-il encore de films, toutefois ? Oui, répond-il, parce que beaucoup de ces productions répondent, dans une certaine mesure, à l’exigence de mise en relation que Geneviève Jacquinot a observée et analysée dans les productions pédagogiques professionnelles, entre monde de l’école, monde de l’expert et monde du sujet traité.

12Cette mise en relation des trois mondes suffit-elle à conférer à ces productions leur dimension pédagogique ? En mettant ses pas dans ceux de Geneviève Jacquinot, Patrick Guillemet répond par la négative. Encore faut-il en effet, selon lui, que les acteurs de la formation à distance sachent écouter « les voix de la distance ». C’est-à-dire, en l’occurrence, que les concepteurs et experts de la TéléUniversité du Québec prennent le temps d’entendre et d’interpréter ce que, confusément parfois ou indirectement, des étudiants disent, sur une page Facebook créée par eux, des problèmes auxquels ils se heurtent quotidiennement. Et que ces mêmes concepteurs comprennent par exemple qu’il arrive à ces étudiants de se sentir condamnés à une autonomie qui ressemble pour eux à de la solitude, elle-même propice à l’abandon pur et simple.

13Donner la parole aux étudiants, tel est aussi l’un des principes que Lia Raquel Oliviera a retenus des enseignements de Geneviève Jacquinot lorsqu’elle préparait sa thèse sous sa direction. Elle montre ici comment elle l’a mis en pratique dans son université, au Portugal, en invitant 115 étudiants à produire des autobiographies d’une minute, filmées et disponibles en vodcast. L’expérience a été concluante, indique-t-elle, tant pour ce qui concerne l’atteinte des objectifs de multilitératie qu’elle s’était fixés que pour ce qui a trait à la satisfaction des intéressés.

14De la fécondité du parcours de Geneviève Jacquinot chacun pourra aussi juger par lui-même. Il lui suffit pour cela de se reporter au long entretien filmé que Françoise Thibault et Jacques Wallet ont eu avec elle en octobre 2006. Telle qu’en elle-même, modeste et stimulante, elle y raconte avec des mots simples quelles circonstances lui ont valu de faire de grandes choses. Et comment elle a fait évoluer ses questionnements, de terrain en terrain, tout en conservant ses orientations et préoccupations originelles. Exceptionnelle leçon d’une vie durant laquelle, comme le dit bien ici Françoise Thibault, recherche et engagement sont intimement liés.

15Exceptionnelle leçon d’optimisme et de bonne humeur également, qui justifie l’hommage final en forme de clin d’œil que lui adressent Martine Vidal et Jacques Wallet. Ils choisissent quatre images de l’apprenant qui, certes, parlent d’elles-mêmes, mais auxquelles l’adjonction d’une dizaine de citations empruntées à Geneviève donne une singulière mise en perspective. Manière de rappeler aussi que cette grande professionnelle de la recherche et de l’intervention pédagogique savait ne pas se prendre au sérieux…

16L’ensemble n’aurait pas été complet sans nos rubriques habituelles : la riche discussion sur la question des MOOC que nous avions engagée dans le n° 5 se clôt avec celui-ci par la contribution de Mathieu Cisel, dont la thèse qu’il mène actuellement sous la direction d’Éric Bruillard porte sur cette question et se nourrit de son implication sur la plate-forme Fun. Toutefois la note de lecture « Pour découvrir les MOOC », rédigée par Monique Grandbastien sur l’ouvrage qui vient de paraître de Jean-Charles Pomerol, Yves Epelboin et Claire Thoury, Les MOOC. Conception, usages et modèles économiques, prolonge encore un peu cette réflexion et le croisement des regards auxquels, de l’un à l’autre de ses quatre derniers numéros, DMS est fière d’avoir contribué.

Haut de page

Bibliographie

Jacquinot, Geneviève (1977) : Image et pédagogie. Analyse sémiologique du film à intention didactique. Paris, Puf.

Jacquinot, Geneviève (1981) : « On demande toujours des inventeurs... », Communications n° 33 "Apprendre des médias", pp. 5-23.

Jacquinot, Geneviève (1993) : « La Communication éducative médiatisée : de l’âge de pierre à l’âge de bronze », Études de communication, n° 14, pp. 77-90.

Jacquinot, Geneviève (1999) : « Qui sont ces usagers qu’on cible dans nos têtes ? », in Glikman, Viviane, éd. (1999) : Formations ouvertes et à distance : le point de vue des usagers, Journée d’étude du 28 novembre 1997, Paris, INRP, pp. 21-35.

Jacquinot-Delaunay, Geneviève (2003) : « Notre champ : du côté des revues francophones », Distances et Savoirs, vol. 1 n° 1, pp. 167-170.

Jacquinot-Delaunay, Geneviève (2004) : « Sic et Sed sont dans un bateau… », Hermès La Revue, n° 38, p. 198.

Jacquinot, Geneviève, Choplin, Hugues (2002) : « La démarche dispositive aux risques de l’innovation », Éducation Permanente, n° 152, « Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation », pp185-198.

Petit, Laurent (2014) : « Geneviève Jacquinot, "Image et pédagogie" revisité », Distances et médiations des savoirs, n° 7, mis en ligne le 6 octobre 2014, http://dms.revues.org/783

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin, « Éditorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 22 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dms.revues.org/950

Haut de page

Auteurs

Martine Vidal

Articles du même auteur

Monique Grandbastien

Articles du même auteur

Pierre Mœglin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org