Navigation – Plan du site
Entretien, mots et images

De l’analyse systémique à la production d’une théorie générale : parcours d’une chercheure impliquée

From a systemic analysis to the conception of a general theory: following the path of a truly involved researcher
Françoise Thibault

Texte intégral

1Il est heureux que le web puisse donner à voir et à entendre le beau parcours de celle qui déclare après plus de quarante ans de travaux sur les technologies pour l’éducation : « le statut de l’image, c’est mon sujet de recherche essentiel. » Certes, mais à écouter Geneviève Jacquinot ce que nous retenons est aussi l’indéfectible lien qu’elle a tissé entre ses travaux de recherche et son implication personnelle dans les systèmes éducatifs et universitaires.

2L’interview que nous avons réalisée avec Jacques Wallet1, le 4 octobre 2006, dans le cadre du programme imaginé avec Georges-Louis Baron : « Mémoires des TICE » constitue un riche témoignage de cet engagement en acte.

Les cadres de l’engagement

3En sciences humaines et sociales, évoquer l’implication du chercheur, c’est faire en général référence à l’un des différents courants de la « recherche-action » et à ses méthodes d’investigation de la vie en société. La méthodologie est ancienne et a été développée, dès les années 1930 aux États-Unis dans le cadre de la première École de Chicago. La « sociologie clinique » qui y est alors pratiquée se centre sur la personne individuelle en difficulté et induit, de la part du chercheur, un engagement personnel, un éprouvé empathique face aux problèmes rencontrés par les acteurs voire la recherche de solutions. Nous n’évoquerons pas ici la longue liste des approches et méthodes qui se déploieront jusqu’aux années 1980 dans de nombreux pays et continents dans la mouvance de la « recherche-action » ou de « l’intervention » (Amérique du Sud autour de Paulo Freire, Danilo Dolci en Italie, Kurt Lewin aux États-Unis …). La vie urbaine et les cohabitations entre les groupes sociaux sont les sujets les plus étudiés de cette période. C’est dans les années 1960 et 1970 que la question de l’éducation devient centrale dans les pratiques scientifiques se réclamant de l’intervention. Sociologues travaillent avec psychologues et psychanalystes de plus en plus présents dans le champ des SHS. Les chercheurs interventionnistes se retrouvent dans les courants de la pédagogie institutionnelle, de la psychothérapie institutionnelle ou encore celui de l’intervention psychosociologique.

4Bien qu’insistant sur le lien entre la recherche et l’action qu’elle n’a cessé de cultiver tout au long de sa carrière, c’est à un tout autre cadre que fait référence Geneviève Jacquinot dans son entretien, et à une tout autre personnalité : Etienne Brunswic qui a notamment œuvré pour le développement des programmes de télévision éducative en Afrique francophone. Rencontre entre réflexions pédagogiques et grande vision pour l’éducation, l’approche systémique telle que commentée et exposée par E. Brunswic s’enracine dans la conviction que les « pays du tiers monde », peu organisés, peuvent être le terrain d’expérimentations audacieuses, sources de nouveaux modèles éducatifs. Souvent citée, la deuxième édition du livre de 1981 fait oublier que « L’Éducateur et l’approche systémique". Manuel pour améliorer la pratique de l’éducation dans les pays en voie de développement » est sorti aux Presses de l’Unesco dès 1976. Cet ouvrage est, en fait, la traduction française d’une étude réalisée à la demande de l’Unesco par trois personnalités de pays du « Tiers et du Quart Monde » : Taju Balogun du Nigeria, Shirad Kulharni d’Inde et Seti Jadi d’Indonésie, tous impliqués dans des projets éducatifs. Charles Blake a assumé la rédaction finale de la version anglaise. Guy Berger et Etienne Brunswic, ce dernier secrétaire de la Commission française auprès de l’Unesco, ont traduit et adapté le manuel original. On peut voir dans cette configuration la préfiguration d’un phénomène qui va se généraliser dans bon nombre de secteurs, à partir du début dans des années 1980 : le recours à l’expert (mi-savant, mi-homme d’action) comme moyen de faire bouger les organisations.

5Revendiqué comme produit de la réflexion de praticiens, le concept d’analyse systémique présenté dans le Manuel pour améliorer la pratique de l’éducation dans les pays en voie de développement correspond à l’étude rationnelle d’un problème, c’est-à-dire à la recherche de solutions pour adapter les moyens dont on dispose aux fins que l’on vise. Elle repose sur l’élucidation d’un ensemble de questions et la prise en compte d’une diversité de paramètres. Les questions sont simples : quels sont les objectifs que vise tel ou tel système d’enseignement ? Quels sont les moyens dont on dispose concrètement pour réaliser ces objectifs ? Quelles sont les multiples contraintes extérieures qui vont intervenir pour aider ou pour gêner les efforts à faire ? Quels sont les multiples décideurs qui interviennent dans le problème en question et quelle est la zone d’action de chacun d’eux ? L’analyse systémique s’accompagne de l’élaboration de stratégies d’actions, c’est-à-dire de combinaisons appropriées, et convenablement organisées dans le temps, des moyens choisis parmi ceux dont on dispose, cela afin de réaliser les finalités que l’on s’est fixées. Produit de la réflexivité et de l’observation de spécialistes, l’analyse systémique est destinée prioritairement à des professionnels. Ce projet est fort explicite dans la préface de l’édition de 1981 :

« Ce manuel présente au lecteur une technique, généralement connue sous le nom d’approche systémique, qui permet d’analyser des situations éducatives pratiques en vue d‘améliorer l’efficacité du processus d’enseignement ou d’apprentissage. Il a pour objet d’aider tous ceux qui exercent des activités éducatives (enseignants, chefs d’établissement, documentalistes, formateurs d’adultes, animateurs de collectivités, agents de développement, spécialistes des méthodes et techniques, administrateurs, inspecteurs, etc.) à identifier les points forts et les points faibles des situations pédagogiques auxquelles ils sont confrontés et à y apporter les modifications en leur pouvoir, compte tenu du niveau de décision auquel ils opèrent. (…) On peut espérer que le lecteur apprendra ainsi à décomposer une situation éducative en ses éléments et surtout à déterminer ceux sur lesquels il peut agir(…). Enfin, le lecteur devrait être à même de concevoir et de mettre en œuvre des changements, c’est-à-dire d’introduire des innovations de nature à moderniser le système éducatif considéré. »

6La fidélité de Geneviève Jacquinot à l’approche systémique revêt, en 2006, une portée toute particulière. En effet, à une époque où la science dispose d’une sorte de monopole de la pensée, s’en référer à une pratique qui se positionne clairement comme une méthode et non comme une science ne manque pas d’originalité voire d’audace.

« (L’approche systémique) n’est pas une science, ni même une conception particulière des faits éducatifs et sociaux. Son objet est de permettre à tous ceux qui travaillent dans une situation complexe, et quels que soient les rôles qu’ils y jouent, d’analyser cette complexité, de la décrire, de percevoir, le cas échéant, les dysfonctionnements, de prendre en considération les différents niveaux de la réalité sociale ou institutionnelle. D’autre part, elle s’efforce de permettre à celui qui intervient de maîtriser autant que possible les transformations en chaîne qu’il détermine et d’en mesurer les conséquences. » (Brunswic, p. 10)

7En dotant la science des qualités nécessaires à l’exercice de la réflexivité du praticien, c’est la pratique que met au centre de ses préoccupations Geneviève Jacquinot et, contrairement à beaucoup de propos sur l’éducation, l’argument scientifique n’est pas là pour justifier la pratique, il l’alimente. Bien que l’auteur de « Image et pédagogie » rappelle, au début de cette interview, que contrairement à bon nombre d’audiovisualistes, elle n’est pas passée par la célèbre formation de l’École Normale Supérieure de Saint Cloud, elle s’avère en être une bonne représentante, passée par l’école de la vie, en enseignant et en participant à la réalisation de films éducatifs avec des réalisateurs comme Almendros ou Éric Robert. Personnalité d’un groupe informel qui se reconnaît dans les « technologies éducatives », elle a besoin, comme elle le dit, « de prendre du recul par la recherche » mais aussi d’être capable de concevoir un produit pédagogique pour optimiser les usages des élèves.

8L’implication sur le terrain est ainsi centrale. Dans les années 1960 et 1970, Geneviève Jacquinot intervient sur des expérimentations qui ont fait date, au niveau du primaire et du secondaire : le collège expérimental de Marly-le-Roi et la télévision scolaire en Côte d’Ivoire. Elle suit de nombreux programmes d’éducation télévisuelle à l’étranger. Convaincue qu’il est nécessaire de faire soi-même l’expérience des médias pour comprendre les phénomènes en jeu dans l’enseignement par les médias, elle participe logiquement à l’expérience de Paris 8-Vincennes. Cooptée comme assistante, elle y défend l’idée qu’un apprentissage de l’image par l’image est nécessaire à la formation des esprits qui participe à la démocratisation de la société.

Que lui apprennent ces terrains ?

Que les pionniers eux-mêmes peuvent être divisés : c’est le combat stérile des années 1980 entre les tenants de « l’éducation à l’image » et les tenants de « l’éducation par l’image ».

Que le travail en équipe est un facteur clé, pour les enseignants comme pour les élèves, c’est la grande preuve de Marly.

Que la ressource éducative, même de grande qualité, ne règle pas la question de l’apprentissage.

Que le mépris de la technique et du support est puissant et d’origines diverses : les défenseurs des disciplines au nom du savoir à transmettre ; la hiérarchie éducative qui préfère un enseignant seul devant sa classe à un enseignant intégré dans une équipe (à Marly, les inspecteurs ont dû inspecter des équipes d’enseignants, mais très vite l’inspection individuelle a repris sa place) ; une partie des enseignants de la gauche libertaire qui rejette les médias (le studio de Vincennes sera en partie détruit au nom de la lutte contre les médias de masse, instruments d’un pouvoir central).

Que l’institution n’est pas prête à se transformer et que nous sommes loin de la généralisation.

9L’interrogation que Geneviève Jacquinot porte sur ces expériences qui ont connu leur heure de gloire mais sont restées sans suite, la ramène vers l’analyse systémique. Pour elle, la généralisation suppose la maîtrise de l’ensemble des niveaux. Les pionniers n’ont pas réussi à « tenir tous les niveaux ». Les expériences ont donc échoué.

10La boucle pourrait être bouclée et la pionnière juste déçue. Mais la pionnière aime « les débuts » et « marcher dans les gravats » comme à Marly. Elle voit dans l’informatique et surtout dans l’internet la force d’une pression sociale qui va obliger l’institution scolaire et universitaire à se réformer. Les niveaux pourraient, presque d’eux-mêmes, se trouver embarqués dans des transformations profondes qui ont jusqu’alors été rendues impossibles. L’heure serait alors à la production d’une « théorie globale » qui articule les enseignements de la sémiologie, de la psychologie cognitive et de la théorie des usages. Pour Geneviève Jacquinot, si nous disposons bien de briques, la théorie est à construire dans son ensemble. Beau programme que nous dessine notre grande dame de « l’image pédagogique ».

Haut de page

Bibliographie

G. Berger et E. Brunswic, L’éducateur et l’approche systémique Manuel pour améliorer la pratique de l’éducation. Unesco. Paris. 1981.

G. Jacquinot, Image et pédagogie. Analyse sémiologique du film à intention didactique. Paris : PUF (préface de Christian Metz), 200 pages

K. Lewin, Psychologie dynamique. Les relations humaines. Introduction, Morceaux choisis et présentés par Claude Faucheux. Traduction par M. et C. Faucheux. Révision générale par J.-M. Lemaine. Paris, Presses Universitaires de France, 1959. 300 pages

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo extraite de l’interview de 2006 : http://www.canal-u.tv/​video/​canal_tematice/​entretien_avec_genevieve_jacquinot.3591
URL http://dms.revues.org/docannexe/image/874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Thibault, « De l’analyse systémique à la production d’une théorie générale : parcours d’une chercheure impliquée », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 23 décembre 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://dms.revues.org/874

Haut de page

Auteur

Françoise Thibault

FMSH, Paris
francoise.thibault4@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org