Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques

Amaury Daele
Référence(s) :

« La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas », sous la direction de Claude Potvin, Thomas Michael Power, Anne Ronchi, Presses de l’Université Laval, Discipline: Education, Mars 2014, 470 pages

Texte intégral

  • 1 « La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas », sous la di (...)

1« La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques »1, coordonné par Claude Potvin, Thomas Michael Power et Anne Ronchi, constitue un des rares ouvrages en français portant sur le travail quotidien des conseillers et ingénieurs pédagogiques impliqués dans l’enseignement supérieur et dans la formation des adultes. Des ouvrages semblables existent en anglais (Edwards, Baume & Webb, 2003) mais ne sont pas directement en prise avec les problématiques et les questions rencontrées dans les contextes francophones. Par ailleurs, l’ouvrage d’Albero, Linard et Robin paru en 2008 (Albero, Linard & Robin, 2008) présentait en détail le parcours de quatre enseignants pour développer des innovations pédagogiques dans des universités françaises. Mais le point de vue était celui des enseignants et pas directement celui des personnes qui les accompagnaient.

2Le conseil pédagogique est une fonction qui existe depuis une quarantaine d’années dans certaines universités (Sorcinelli, Austin, Eddy & Beach, 2006). Il a pour but de contribuer au développement de la qualité de l’enseignement supérieur par la formation des enseignants, l’accompagnement pédagogique, l’évaluation des enseignements ou le développement d’innovations pédagogiques. Cependant, les coordinateurs de l’ouvrage soulignent à juste titre en introduction que cette profession est peu documentée. D’une institution à l’autre, ses missions peuvent être très variées et l’origine disciplinaire des personnes qui l’exercent peut aussi être très hétérogène. Il n’y a pas non plus de formation supérieure unique qui y conduit. Il n’est dès lors pas toujours facile de comprendre le contexte pratique de travail des conseillers et ingénieurs pédagogiques et eux-mêmes ne sont pas toujours connus et reconnus dans leur propre institution : quelles sont leurs missions, comment les envisagent-ils, comment les mènent-ils, à quelles problématiques et questions pédagogiques, techniques ou institutionnelles font-ils face au quotidien, comment les résolvent-ils, comment travaillent-ils avec les enseignants, etc. ?

3Le projet des trois coordinateurs de l’ouvrage La formation en ligne a été de contacter une trentaine de conseillers et ingénieurs pédagogiques issus d’institutions d’enseignement supérieur de plusieurs pays pour qu’ils décrivent en détail une expérience d’accompagnement d’enseignants dans la mise en œuvre d’un cours ou d’une formation en ligne. Plus précisément, il a été demandé aux auteurs de présenter une problématique technopédagogique qu’ils avaient rencontrée lors du processus de design en décrivant les solutions envisagées et les résultats obtenus. Cette consigne, au départ simple, a permis de rassembler 20 cas contrastés dont les caractéristiques principales sont présentées dans un tableau introductif aux pages 10 à 15 de l’ouvrage. Ce tableau classe les différents cas selon plusieurs critères : l’envergure (cours en ligne ou hybride, ou programme d’études complet), le niveau (du premier cycle universitaire au programme de formation continue), le domaine d’études, les problèmes rencontrés (pédagogiques, techniques, institutionnels, etc.), la méthode de conception et l’origine géographique (Europe ou Canada). L’approche générale est donc résolument une approche « ingénierie » : les auteurs des cas racontent en détail les choix pédagogiques qu’ils ont posés tout au long du projet qu’ils ont accompagné en explicitant la méthodologie de conception mise en œuvre, les besoins et les questions des enseignants, le cadre institutionnel, etc. Mais l’approche est aussi métacognitive : les auteurs racontent leur propre cheminement en accompagnant des projets pédagogiques s’étendant parfois sur plusieurs mois ou années. Au travers de leur questionnement de conseillers pédagogiques, mais aussi de leurs doutes, de leurs tâtonnements, de leurs défis et de leurs réussites, nous en apprenons beaucoup sur les détails quotidiens du métier. Cet ouvrage constitue dès lors un ensemble de témoignages particulièrement pertinents pour comprendre ce qu’est le métier de conseiller ou d’ingénieur pédagogique, au travers de leurs connaissances, compétences et savoir-faire, mais aussi pour comprendre comment ce métier se vit de l’intérieur et comment il se construit. Ce livre peut être utile aux conseillers novices pour se former grâce à des exemples riches, mais aussi aux conseillers expérimentés qui souhaitent trouver des outils pour analyser leurs propres expériences d’accompagnement de l’innovation pédagogique. Nous recommanderions aussi ce livre aux responsables de programmes d’études supérieures ainsi qu’aux personnes qui exercent des responsabilités académiques et institutionnelles : cette lecture donne à voir et à explorer la richesse du travail techno-pédagogique réalisé par les conseillers et ingénieurs pédagogiques en collaboration avec les enseignants pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur.

4Nous ne présenterons pas ici les 20 cas en détail. Le lecteur pourra se référer au tableau des pages 10 à 15 pour obtenir une vue d’ensemble et éventuellement choisir de lire les cas qui se rapprochent le plus de son contexte personnel. Mais le lecteur peut aussi lire cet ouvrage comme un recueil de nouvelles, comme 20 histoires où l’on fait la rencontre de différents personnages, enseignants, conseillers, assistants, informaticiens, etc. On participe à leurs réunions de travail. On s’interroge avec eux sur les nombreuses questions qu’ils se posent et sur les choix pédagogiques ou technologiques qui s’offrent à eux. On suit la façon dont ils nouent des relations de travail avec leurs collègues, avec les enseignants et avec les autres acteurs impliqués dans les projets. On réfléchit avec eux sur les défis, les dilemmes et les incertitudes qu’ils rencontrent. On cherche soi-même des solutions en se demandant ce qu’on ferait dans telle ou telle situation, dans sa propre institution. On perçoit les attitudes et les postures des conseillers pour accompagner, encourager, guider lorsque nécessaire ou simplement prendre temporairement du recul pour laisser les enseignants mener leur projet en autonomie. On participe à leurs satisfactions et on comprend leurs insatisfactions.

5Tout au long de ces histoires très détaillées, les auteurs nous présentent leur cadre de travail, les théories auxquelles ils font référence et les outils qu’ils utilisent (tableaux de synthèse, méthodes de conception de formation hybride ou à distance, cahiers de charge techniques, devis pédagogiques, schémas organisationnels, plans stratégiques ou cartes conceptuelles). Ces outils et leurs références sont présentés tout au long des textes dans de courts encadrés qui ne gênent pas la fluidité de la lecture.

6Les auteurs présentent aussi leurs réflexions personnelles en aparté et ils procèdent honnêtement à l’évaluation de leurs actions. Pour le lecteur, ils ouvrent leur carnet de bord. Quelle est leur place et quels sont leurs rôles au sein des projets pédagogiques innovants qu’ils accompagnent ? Comment accompagner des enseignants parfois peu convaincus a priori par les innovations pédagogiques ou les usages des technologies pour l’apprentissage ? Les choix pédagogiques ou organisationnels posés à un moment donné seront-ils encore pertinents quelques années plus tard ? Comment coordonner un projet complexe et intégrer des opinions et des représentations parfois très divergentes émises par tous les acteurs impliqués dans les projets ? Comment former les tuteurs, ces personnes qui accompagneront les étudiants dans des cours en ligne, et les accompagner eux-mêmes ?

7Tout au long des chapitres, nous découvrons les différentes facettes du métier de conseiller ou ingénieur pédagogique. Et nous voyons à quel point ce sont des professionnels multitâches. Ils accompagnent des enseignants dans la mise en ligne de leurs enseignements, ils conseillent les institutions en matière de stratégie de développement des usages pédagogiques des technologies, ils forment des tuteurs à distance et ils soutiennent les étudiants pour développer des stratégies d’apprentissage efficaces dans des cours en ligne. Ils participent à la conception de scénarios pédagogiques et ils contribuent à leur mise en œuvre. Ils sont capables de dialoguer avec les enseignants pour comprendre leurs intentions didactiques de même qu’avec les informaticiens pour identifier les potentialités, mais aussi les limites des technologies à disposition. Ils coordonnent des projets pédagogiques impliquant parfois plusieurs dizaines de personnes réparties sur plusieurs sites géographiques. Et au sein de ces projets, ils cherchent à faire comprendre et à vulgariser les connaissances et les théories produites par la recherche en sciences de l’éducation pour soutenir les choix pédagogiques des enseignants. En outre, ils sont amenés aussi à développer leurs connaissances du droit d’auteur et leurs stratégies en matière de recherche de financement pour des projets innovants.

8Bien souvent, les universités et écoles d’enseignement supérieur, lorsqu’elles développent des projets de dispositifs technopédagogiques innovants, présentent ceux-ci lors d’événements internes ou lors de conférences nationales ou internationales. À ces occasions, elles ne présentent bien souvent que les résultats finaux de ces projets : les scénarios pédagogiques, les témoignages d’enseignants et d’étudiants et les environnements technopédagogiques. Cependant, la façon dont se construisent ces dispositifs, les raisons pour lesquelles ils sont développés ou le déroulement de la collaboration entre différents acteurs pour les mettre en œuvre ne sont généralement pas connus. Dans cet ouvrage, nous accédons à toutes ces informations de l’intérieur, comme si nous assistions en direct à la naissance et à la croissance de nouveaux dispositifs. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques partagent leurs outils pratiques, ils expliquent comment ils construisent parfois eux-mêmes leurs propres outils conceptuels, quels principes et références ils utilisent comme bases théoriques et méthodologiques. Tout ceci permet de comprendre le cœur du travail des conseillers pédagogiques et de se faire une idée très concrète des questions et des problématiques qu’ils rencontrent. De ce point de vue, l’objectif principal de l’ouvrage est atteint.

9Cependant, au-delà du travail quotidien des conseillers et ingénieurs pédagogiques, cet ouvrage questionne aussi nos institutions d’enseignement supérieur. Comment encouragent-elles et gèrent-elles l’innovation dans une de leurs missions fondamentales : l’enseignement ? Quels sont les nouveaux rôles des enseignants dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur (Romainville, 2000) ? Comment nos institutions les soutiennent-elles dans l’appropriation de ces nouveaux rôles ? À un niveau institutionnel, comment définit-on la qualité de l’enseignement (Romainville & Boxus, 1998) et quels moyens met-on en œuvre pour la développer ? Et dans ce développement de la qualité de l’enseignement supérieur, quel est le rôle des conseillers et ingénieurs pédagogiques (Lanarès, 2011) ?

10Pour finir, il y a deux éléments, selon nous, qui pourraient laisser le lecteur un peu sur sa faim. En premier lieu, nous pensons que l’ouvrage et ses 20 cas mériteraient une synthèse générale. Bien sûr, les cas sont issus de situations très diverses et il est probablement difficile de les comparer sur des éléments de description ou d’essayer d’en tirer des conclusions générales ou des recommandations qui s’appliqueraient pour tous les projets de ce type. Néanmoins, une analyse intercas est toujours possible (Miles & Huberman, 2003). Quelques enseignements pourraient être tirés de ces 20 expériences et constituer une liste de conseils à destination des conseillers et ingénieurs pédagogiques impliqués dans des projets d’innovation. À titre d’exemple, il nous semble que quelques principes comme l’isomorphisme pédagogique, l’adoption de méthodes professionnelles de conduite de projet, le pragmatisme méthodologique ou la prise en compte, dans la conduite des projets, du fonctionnement (inter-)institutionnel pourraient être mis en valeur à la fin de l’ouvrage. Un chapitre intitulé « Que retient-on de ces 20 cas ? » aurait été bienvenu. L’exercice de synthèse est certes complexe mais certainement très enrichissant, autant pour les auteurs que pour les lecteurs.

11En second lieu, et plus fondamentalement, il nous a semblé que dans bien des cas, l’institution dans laquelle les projets s’inscrivaient était considérée par les conseillers et ingénieurs pédagogiques comme un élément contextuel parmi d’autres et non pas comme un acteur impliqué. Dans certains cas même, les aspects institutionnels comme l’organisation hiérarchique, le financement, l’intégration des objectifs institutionnels ou le style managérial sont présentés comme « subis » par les auteurs. De façon caricaturale, on pourrait croire à la lecture de certains cas, que les conseillers et ingénieurs pédagogiques doivent « faire avec » l’institution, mais qu’ils trouveraient probablement plus simple et plus rapide de « faire sans ». Bien sûr, certaines institutions adoptent parfois un fonctionnement qui laisse peu de place à l’autonomie de ses acteurs et à l’innovation pédagogique. Cependant, nous pensons que donner une image de l’institution comme un élément « subi » dans la conduite d’un projet innovant tend à dévaloriser le travail quotidien des acteurs de l’innovation, comme si ceux-ci n’étaient finalement que de petits pions au milieu de l’échiquier institutionnel. Au-delà des actions de formation, de conseil, d’évaluation, de recherche ou d’accompagnement de projet menées par les conseillers et ingénieurs pédagogiques, ceux-ci ont également à développer des compétences plus stratégiques pour participer activement à la définition des politiques institutionnelles et pour affirmer leur position et leur rôle dans la façon dont elles sont menées. Comme l’explique Lanarès (2011), les conseillers et ingénieurs pédagogiques peuvent contribuer activement au développement de la qualité de l’enseignement dans l’institution :

  • en explicitant leur vision de la qualité et en mettant en évidence les actions qu’ils mettent en œuvre pour la développer ;

  • en développant leurs propres compétences en pédagogie de l’enseignement supérieur, mais aussi en matière d’analyse institutionnelle ;

  • en contribuant à diffuser au sein de leur institution une culture globale de la qualité ;

  • en évaluant l’efficacité, la cohérence et la portée de leurs propres pratiques et en rendant cette évaluation publique.

12Les conseillers et ingénieurs pédagogiques n’ont pas à « subir » l’institution mais, plus raisonnablement, ont à s’y mouvoir en connaissance de cause pour y trouver leur place et contribuer à l’atteinte de ses objectifs en se concertant avec tous les autres acteurs impliqués.

13Pour conclure, cet ouvrage constitue pour nous une avancée significative dans la définition, la reconnaissance et la valorisation de la profession de conseiller ou d’ingénieur pédagogique dans l’enseignement supérieur francophone. Les perspectives sont certainement de continuer sur cette lancée en multipliant ce type de compte rendu de projets, mais aussi en menant des recherches à plus large échelle sur les conceptions de la fonction de conseil pédagogique auprès des acteurs de l’enseignement supérieur ainsi que sur la portée et l’impact pédagogique et institutionnel de cette fonction (Baume & Kahn, 2004 ; Eggins & Macdonald, 2003).

Haut de page

Bibliographie

Albero B., Linard M. & Robin J.-Y. (2008), Petite Fabrique de l’innovation à l’université. Quatre parcours de pionniers, Paris, L’Harmattan.

Baume D. & Kahn P. (Eds.) (2004), Enhancing Staff and Educational Development, New York, Routledge.

Edwards H., Baume D. & Webb G. (Eds.) (2003), Staff and Educational Development : Case Studies, Experience and Practice from Higher Education, London, Kogan Page.

Eggins H. & Macdonald R. (Eds.) (2003), The Scholarship of Academic Development, Society for Research into Higher Education & Open University Press.

Lanarès J. (2011), « Quelle contribution des CP à la qualité dans les universités ?  », Conférence introductive présentée au BSQF2011, Leysin.

Miles M. B. & Huberman M. ([1991] 2003), Analyse des données qualitatives, Bruxelles, De Boeck Université.

Romainville M. (2000), L’Échec dans l’université de masse, Paris, L’Harmattan.

Romainville M. & Boxus E. (1998), «  La qualité en pédagogie universitaire », dans D. Leclercq (Ed.), Pour une pédagogie universitaire de qualité, Sprimont, Mardaga, p. 13-32.

Sorcinelli M. D., Austin A.E., Eddy P. L. & Beach A.L. (2006), Creating theFuture of Faculty Development, Bolton, MA, Anker Publishing Company, Inc.

Haut de page

Notes

1 « La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas », sous la direction de Claude Potvin, Thomas Michael Power, Anne Ronchi, Presses de l’Université Laval, Discipline: Education, Mars 2014, 470 pages. http://www.pulaval.com/produit/la-formation-en-ligne-et-les-conseillers-et-ingenieurs-pedagogiques-20-etudes-de-cas

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaury Daele, « La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 07 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://dms.revues.org/787

Haut de page

Auteur

Amaury Daele

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org