Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Portrait d’Otto Peters en lanceur d’alerte

Pierre Mœglin
Référence(s) :

Otto Peters, Against the Tide. Critics of Digitalisation. Warners, Sceptics, Scaremongers, Apocalyticists, 20 Portraits, Oldenburg, Bis-Verlag der Carl von Ossietzky Universität Oldenburg, Studien und Berichte der Arbeitsstelle Fernstudienforschung der Carl von Ossietzky Universität Oldenburg, Band 15, traduction anglaise (2013) à partir de l’édition allemande (2012).1

Texte intégral

1Voici un livre qui, en dépit des apparences, relève pleinement du champ de DMS. Certes, les questions qui y sont débattues dépassent souvent les problématiques éducatives, mais le détour qu’il nous propose par les incidences sociétales de la numérisation finit par y ramener, tout en les abordant sous un angle inhabituel. Probablement ce livre surprendra-t-il donc ses lecteurs ; peut-être en désorientera-t-il quelques-uns et en irritera-t-il d’autres. Mais il les intéressera tous, à coup sûr. Voyons pourquoi.

2La première surprise de ce livre énigmatique vient de celui qui en est l’auteur, le théoricien allemand Otto Peters. Qui aurait pensé en effet que ce spécialiste internationalement reconnu des utilisations des télécommunications dans la formation à distance, au milieu des années 1960, puis de l’informatique, d’Internet et du Web accorderait aujourd’hui son attention à des lanceurs d’alerte, esprits sceptiques, agitateurs d’épouvantail et penseurs apocalyptiques en matière de nouveaux médias ? Qui aurait cru par exemple que, figure majeure de la recherche sur la médiatisation éducative, il réserverait tout un livre à des auteurs aussi peu enclins à se plier aux règles du travail scientifique que le polémiste Franck Schirrmacher, lequel dénonce sans nuance ni relâche les effets destructeurs de la numérisation sur l’esprit critique et la maîtrise de soi, ou Susanne Gaschke, qui se refuse à voir dans les progrès du Web autre chose que l’effet du triomphalisme naïf des promoteurs de Google acharnés à détruire l’éducation, son statut et ses missions traditionnelles ? Et qu’il ferait écho aux vitupérations d’un essayiste comme Philip Bethge contre la religiosité de pacotille et l’atmosphère de fausse sacralité qui entoureraient, selon lui, les pratiques d’Internet ?

3Qui aurait également imaginé qu’O. Peters tournerait – ou donnerait l’impression de tourner – le dos à quatre décennies d’implication militante en faveur de l’utilisation pédagogique des médias, du temps où il était professeur à Berlin et à l’Institut allemand de recherche sur l’éducation à distance de l’université de Tübingen, puis recteur de l’Université à distance de Hagen qu’il a fondée et dirigée, avant d’être consulté par la plupart des grands organismes de formation à distance dans le monde ? Et qu’en prenant au sérieux ceux qu’il combattait ou qu’il ignorait précédemment, il donnerait droit de cité aux prophéties les plus alarmistes – et dont certaines nous paraissent excessives, voire extravagantes – de journalistes comme Andrew Keen et Nicholas G. Carr, dont l’un des leit-motives est de tenir le Web 2.0 et la généralisation du culte de l’amateur pour des menaces directes contre la culture en général ? Semblablement, qui se serait attendu à ce qu’il consacre tant de pages à relayer des opinions situées aux antipodes des siennes ? Par exemple les avis catastrophistes d’un Paul Virilio ou ceux, cyniques et nihilistes, d’un Jean Baudrillard, pour lesquels la cause de l’emballement et de la déréalisation du monde réside entièrement dans l’accélération du cours des activités humaines par le numérique.

4Est-ce donc le même chercheur qui, naguère, mettait en évidence les enjeux pédagogiques et technologiques de l’enseignement à distance (Peters, 1990, 2007) et montrait que ses tendances industrialisantes sont porteuses d’émancipation et de progrès social, et qui, maintenant, donne la parole à un homme de théâtre comme Botto Strauss, dont il faut bien dire que la légitimité sur le sujet est faible, si talentueux soit-il par ailleurs en dramaturge de la solitude humaine ? Hier, O. Peters (1993, 2003) étudiait le remplacement du modèle taylorien dans les systèmes d’enseignement à distance par un modèle post-industriel fondé sur la prestation sur mesure et la co-production des connaissances par l’apprenant et l’enseignant ; aujourd’hui il tend l’oreille aux discours à l’emporte-pièce de l’informaticien Joseph Weizenbaum, grand pourfendeur de la « Société de l’information » ! Il participait, il y a peu, à une table ronde avec Børje Holmberg et Michael G. Moore (Bernath et Vidal, 2007) sur l’importance de la recherche théorique ; dans ce livre il se laisse interpeler par le pamphlet de David Noble contre les organismes d’enseignement à distance présentés ni plus ni moins comme de vulgaires « usines à diplômes » dirigées par des escrocs.

5Deuxième surprise : son attitude par rapport à ceux dont il se fait le porte-parole. À leur égard l’on se serait attendu à le voir adopter une certaine distance critique et au minimum à réfuter leurs arguments les plus contestables et leurs conclusions les plus caricaturales. Il aurait aussi pu opposer sans difficulté à la thèse d’Harmut von Hentig sur les méfaits de l’exposition précoce des enfants et adolescents aux écrans d’ordinateur et de télévision celle selon laquelle une exposition encadrée et maîtrisée est au contraire source d’enrichissement et d’ouverture au monde. Et il aurait également pu interroger plus longuement qu’il ne le fait John Palfrey et Urs Gasser sur les faiblesses méthodologiques de leur croyance en l’existence d’une « génération Internet » dont, en réalité, les contours sociologiques ne sont pas clairs du tout. A fortiori aurait-il eu de quoi renvoyer à leurs utopies millénaristes des batteurs d’estrade aux accents plus ou moins libertariens tels que Don Tapscott, propagandiste de la théorie du « monde ouvert » et de l’intelligence collective ou, à l’inverse, Jaron Lanier, défenseur de la liberté individuelle contre le « collectivisme en ligne ».

6Or, rien de tout cela. Se gardant du moindre jugement critique, voire de la plus petite nuance ou réserve, il traite sur le même pied tous ceux qu’il invoque, modérés et réformistes, radicaux et extrémistes. Mieux encore, d’un chapitre à l’autre, il ne cache pas sa sympathie pour eux, voire son empathie : « I sympathized with the ideas of those critics. This means that I was intensively aware of these dangers when I started writing the book », répond-il à Ulrich Bernath et Thomas Hülsmann (Peters, entretien avec, 2014) l’interrogeant pour DMS en mai dernier. Significativement, il adopte d’ailleurs un schéma identique pour exposer tour à tour et chapitre après chapitre les thèses de chacun de ces experts : données personnelles et activités professionnelles, biographie, objectifs poursuivis, résumé de la thèse principale, grandes lignes du raisonnement et conclusions, réception auprès des experts et du grand public et enfin mise en perspective, suivie de quelques éléments conclusifs et d’une substantielle bibliographie. Le tout, en une dizaine de pages à chaque fois et couronné par un chapitre conclusif, « Advice from the experts », où est esquissée une brève et intéressante typologie.

7Il n’est d’ailleurs pas rare qu’il se mette à la place de ceux dont il expose ainsi les points de vue : il en clarifie les formulations ou en met en valeur l’importance et l’originalité ; occasionnellement il en excuse les faiblesses. Par exemple, lorsque Juan Luis Cebrian se montre un peu trop systématiquement sceptique à l’égard des bénéfices à attendre d’Internet, O. Peters justifie son attitude en la mettant sur le compte de sa fréquentation du Club de Rome, dont les travaux sur les limites à la croissance l’ont inévitablement influencé. Autre exemple, à propos de Sherry Turkle, auteure du célèbre Alone. Together, que gagne une technophobie de plus en plus virulente : O. Peters s’empresse de mettre en garde le lecteur tenté de sauter le chapitre qui lui est consacré en soulignant que « sa critique n’est pas le fait d’un débordement de ressentiment, comme c’est le cas pour beaucoup d’ennemis de la technologie, mais qu’elle est fondée sur des analyses attentives et rigoureuses du comportement actuel des utilisateurs » (p.181). Et lorsqu’il évoque Bill Joy, dont l’essai Why the future doesn’t need us soutient ni plus ni moins que la vie sur terre est sérieusement mise en danger par la numérisation, les robots, le génie génétique et les nanotechnologies, il ne manque pas de rappeler à ceux qui tiendraient ces prophéties pour irréalistes qu’elles émanent d’un auteur crédible, ne serait-ce que parce qu’il fut l’un des principaux concepteurs du protocole TCP/IP ainsi que des logiciels et technologies Spark, Solaris, Java et Jini. Enfin, réagissant aux provocations du psychologue et biologiste Aric Sigman sur les pathologies dues à la fréquentation des réseaux sociaux, il se contente de ce sobre diagnostic : « Sigman parle vite et bien. Mais son influence atteint ses limites lorsqu’il défend ses positions de manière passionnée et véhémente » (p.71).

8Pourquoi cette absence de critique ? C’est ici la troisième surprise d’un ouvrage qui, on le voit, en ménage beaucoup à son lecteur. De fait, aussi curieux que cela puisse paraître, il est difficile de répondre précisément à cette question. Et il est plus difficile encore de savoir quel est, tout compte fait, le point de vue d’O. Peters sur les témoignages qu’il présente de manière si systématique et pédagogique. Certes, la lecture attentive de ses 230 pages permet de repérer quelques amorces de réponses. Mais elles sont partielles et demandent à être considérées avec une certaine prudence.

9Intriquées l’une dans l’autre, la première et la seconde sont celles qui s’accordent le mieux avec la trajectoire antérieure de notre auteur. Curieusement, elles n’apparaissent toutefois vraiment qu’à l’avant-dernière page de son livre. En substance, y écrit-il, l’objectif est d’étudier les arguments des adversaires de la numérisation, si excessifs soient-ils parfois, de manière à en évaluer la pertinence et à identifier l’importance des risques dont ils font état : « Il serait important de connaître exactement les inconvénients et les dangers de la numérisation et de les prendre en considération pour les développements à venir » (p.222). Et d’ajouter un peu plus bas que, sur cette base, il faut « encourager les praticiens aussi bien que les théoriciens de la numérisation à élargir leurs expériences et à prêter attention dans leurs projets aux dangers qui sont d’ores et déjà visibles » (ibidem). Au demeurant, avance-t-il encore, « les ministres de l’éducation ne peuvent plus se contenter du sentiment d’être à l’avant-garde du progrès pédagogique grâce au soutien massif et ciblé qu’ils apportent à la numérisation ; ils doivent aussi faire des efforts particuliers pour en détecter à l’avance les effets indésirables » (ibidem).

10En somme, O. Peters laisse aux prophètes du désastre, pessimistes professionnels et futuristes catastrophistes le soin de signaler des failles et dangers qui, en règle générale, échappent au commun des mortels. Ce faisant, comme il l’explique dans son entretien avec Ulrich Bernath et Thomas Hülsmann, il cherche à tempérer les « internet enthusiasts who did not care about or even denied disadvantageous aspects of it ». Mais il ne procède ainsi qu’à la faveur de son propre aggiornamento. Plus explicitement que dans son livre, il indique en effet à Ulrich Bernath et Thomas Hülsmann qu’il a progressivement réalisé que « in teaching-learning situations bodily presence and oral communication remain significant. They cannot be wholly replaced by virtual communication » (ibidem). Un tournant dans la pensée d’O. Peters ? En tout cas, un sérieux infléchissement dont il reviendra à ses exégètes de retrouver l’origine et les signes avant-coureurs dans ses écrits antérieurs.

11La deuxième réponse est un peu différente : il ne s’agit plus seulement de se servir d’avis d’experts pour imaginer les effets inattendus et négatifs de la numérisation et se donner ainsi la possibilité de les éviter. Il faut aussi connaître les réactions de peur et d’hostilité que suscite la numérisation pour y faire face et mieux les contrer : « En particulier il serait nécessaire de tenir compte des irritations, angoisses, objections partielles, rejets et même résistances » (ibidem). Car, ajoute O. Peters, « les acteurs, défenseurs et utilisateurs de la numérisation ont à comprendre et à accepter les dissonances cognitives et les ambivalences émotionnelles que suscite une transformation de cette importance » (ibidem). Peut-être est-ce d’ailleurs l’arrogance des partisans à tout prix de la numérisation qui, en partie, est à l’origine des échecs à répétition que subissent les tentatives actuelles de généralisation d’outils et médias éducatifs.

12De l’une à l’autre de ces deux réponses, l’intention de départ est la même : adopter une ligne de conduite réaliste et adaptée aux réserves et inquiétudes qui se manifestent. Mais la première incite à retenir ce qu’il y a de sérieux dans les critiques les plus rationnelles, tandis que la seconde pousse à prendre au sérieux toutes les critiques, même (et surtout) les moins rationnelles. Ces deux réponses ne sont donc déjà pas tout à fait convergentes. D’autres se font jour également, qui ne sont pas en contradiction flagrantes avec celles-ci mais ont néanmoins une portée encore différente.

13Tel est le cas de la troisième, repérable dans le passage (p.219) où il explique que, dans leur diversité même, les questions et inquiétudes exprimées par les experts mériteraient de faire l’objet de débats publics. Dans cette perspective, il marque implicitement son intérêt pour la proposition formulée en 2008 par Paul Virilio de fonder une « université du désastre » destinée à recenser et à étudier systématiquement tous les « accidents de connaissance ». Force est de constater en effet que, dans les arènes nationales et internationales et bien sûr aux sièges des grandes firmes du numérique, dans la Silicon Valley et ailleurs, des décisions d’une importance majeure pour le fonctionnement et l’avenir de nos sociétés se prennent dans le plus grand secret et sans que les leçons des expériences déjà réalisées ne soient tirées et exploitées à bon escient.

14Pense-t-on suffisamment, par exemple, aux effets que la disparition de la presse sur support papier aura (ou aurait) sur la formation des opinions et sur l’organisation de nos espaces publics ? S’interroge-t-on assez sur ce que la socialité numérique ajoute aux formes traditionnelles du vivre ensemble et dans quelle mesure elle s’y substitue. Et, concernant l’éducation, sait-on bien quels effets la diffusion des ordinateurs, des tablettes et des tableaux interactifs en classe a ou peut avoir sur la réduction ou la croissance des inégalités scolaires, quelle efficacité renouvelée il faut attendre ou redouter d’une université qui, grâce aux systèmes numériques de contrôle, se rapproche des modes de gestion de l’entreprise et à quelles conditions le recours aux réseaux sociaux peut aider enseignants et apprenants, ensemble et séparément, à s’acquitter des tâches qu’ils ont à remplir ou au contraire peut les en détourner ?

15Ce livre, certes, ne procède pas à ce recensement des désastres, mais il pose les jalons autour desquels il pourrait s’organiser. Son mérite est d’autant plus grand à cet égard que rares et confidentiels sont les travaux d’évaluation des politiques publiques. Et que plus rares encore, voire inexistants, sont les lieux et les organes qui, dans cet œil du cyclone où se situe l’éducation, capitalisent les données à partir des réalisations existantes, les mettent en perspective et font des projections pour l’avenir.

16Reste une quatrième réponse à la question du projet sous-jacent à ce livre et de la position personnelle d’O. Peters. Cette réponse est plus complexe encore que les précédentes, les éditeurs reconnaissant d’ailleurs eux-mêmes dans leur avant-propos qu’elle occupe une place fondamentale mais qu’elle n’est jamais véritablement formulée. « Le capitalisme – écrivent-ils en effet – est le passager clandestin de ce livre et il est rarement mentionné si ce n’est occasionnellement, par exemple dans le chapitre 6 sur Noble qui resitue la numérisation dans le contexte des développements technologiques à l’ère du capitalisme. Mais ce livre peut être lu comme une illustration de la citation du tome 1 du Capital de Marx que nous avons mise en exergue : les êtres humains utilisent la technologie pour changer les conditions de production de leur vie et à terme pour se changer eux-mêmes » (p.6).

17Against the Tide…, « illustration du Capital » ? Le rapprochement est surprenant, même si ses éditeurs inscrivent en tête de leur avant-propos la célèbre note de Karl Marx où il explique que la technologie détermine la relation de l’homme à la nature, les rapports sociaux et, de fil en aiguille, les représentations intellectuelles qui en résultent. Mais c’est du Marx philosophe matérialiste qu’il s’agit ici, non du sociologue, encore moins de l’économiste. Plus particulièrement, en l’occurrence, d’un Marx tenant la technologie (à entendre ici grosso modo comme du rapport social cristallisé sur des appareillages techniques) pour la condition de l’histoire et du fonctionnement de la société, depuis les modes de production et d’organisation de la vie collective jusqu’à la conscience des hommes. La technologie lui apparaît donc, à travers les voies différenciées qu’elle emprunte – aliénante (et capitaliste) ou émancipatrice (et socialiste) –, comme le facteur principal de la singularisation des modes de production et des modes de développement de nos sociétés. Ce serait donc, selon Marx – et aussi selon O. Peters si l’on suit ses éditeurs – en privilégiant tel ou tel type de technologie et ses usages afférents que l’on orienterait la société dans un sens ou dans un autre. Tel est le prisme à la lumière duquel la réponse qu’O. Peters fait à Ulrich Bernath et Thomas Hülsmann demanderait à être interprétée quand il souligne que « as it has changed drastically our individual lives, our institutions and values I found that bringing also disadvantages of digitalization into focus is just another way to emphasize its basic meaning and enormous significance » (ibidem).

18Encore faut-il commencer par se convaincre que, loin d’être un fait en soi et un donné immuable, la technologie est la conséquence (autant que la cause) des projets que l’on nourrit pour elle et avec elle. Condition préalable indispensable pour comprendre que les intentions d’O. Peters dépassent le plan de la Technologie éducative et accèdent à celui de l’Économie politique. Accentuant délibérément la diversité des points de vue exprimés par les experts il attire en effet l’attention sur l’absence de one best way de la numérisation. Ainsi fait-il voir que plusieurs options concurrentes sont en lice, des plus calamiteuses aux plus prometteuses, et qu’en fin de compte, il dépend de nous, dans l’éducation et ailleurs, d’imprimer aux développements technologiques à venir le sens le plus favorable au progrès social.

19Sans doute son livre n’échappe-t-il pas alors tout à fait aux reproches que l’on adresse habituellement aux réflexions de ce type, plus philosophiques que sociologiques ou économiques. Trop optimiste, l’idée d’un libre-arbitre de citoyens aptes à débattre du bien commun face aux mutations technologiques ? Cela est vrai, mais n’est-ce pas la mission des intellectuels d’appeler à des prises de conscience même – et surtout – si elles ont peu de chances de produire dans l’immédiat des résultats concrets ? Trop vaste, l’appellation « numérisation » ? Il n’est pas contestable en effet que le terme recouvre des réalités tellement différentes – du simple logiciel de traitement de texte aux synthèse d’image, du Serious Game au Web, des réseaux sociaux au téléphone portable, des programmes contributifs aux systèmes de surveillance géolocalisée, des Fab Labs aux échanges de programmes pair-à-pair, etc. – que le lecteur a beaucoup de mal à identifier la cible et à voir de quelle numérisation il est ici question. Au demeurant O. Peters est le premier à savoir qu’en éducation et ailleurs, il est dangereux de confondre la totalité des dispositifs existants sous un seul et même ensemble. Trop abstraite, la caractérisation des mutations technologiques ? Effectivement, les stratégies d’Apple, Google, Facebook et Microsoft sont animées par des philosophies rivales. A fortiori ne saurait-on mettre dans le même sac Mozilla, Wikipedia et Amazon. Trop générales, la définition et l’évaluation des incidences sociales de la numérisation ? De fait, il est évident que la caissière d’un supermarché, l’enseignant dans sa classe et le cadre supérieur dans son entreprise entretiennent avec l’informatique des rapports sans commune mesure. Et ce n’est pas parce que prophètes de malheur aussi bien qu’utopistes enchantés font comme si, face aux transformations en cours, la société formait un tout homogène qu’il faut oublier que, derrière les avancées de la numérisation, il y a autant de reculs que de progrès selon les catégories socioprofessionnelles et générationnelles, les milieux professionnels, les contextes politiques et géographiques et bien sûr les situations individuelles et collectives.

20De tout cela O. Peters est évidemment conscient, mais son propos est ailleurs. S’il prend le risque de formuler si largement la question des enjeux sociétaux de la numérisation, d’ouvrir un débat si vaste, d’y convoquer des témoins si disparates et, par la juxtaposition de leurs témoignages, de brosser à si grands traits une situation qui, dans la réalité, n’est sans doute pas si simple, c’est parce qu’à son tour, il entend lancer une alerte. Il s’inspire à cet égard des raisons pour lesquelles, en 1932, Aldous Huxley – qu’il cite dans son introduction – écrit Le Meilleur des mondes. Rétrospectivement il se sent également proche d’Edward Snowden – qu’il évoque longuement dans son entretien avec Ulrich Bernath et Thomas Hülsmann – lorsque, en 2013, cet informaticien révèle au monde entier les méfaits du totalitarisme informatique en publiant les notes secrètes de la CIA. À son tour, mais d’une autre façon, à une échelle plus modeste et à partir des objets qui sont à sa disposition, O. Peters questionne la légitimité des mutations informationnelles et cognitives de nos sociétés. Manière salutaire de rappeler aux théoriciens et praticiens de la formation à distance qu’ils ne vivent pas dans un monde à part. Et qu’au contraire, ils sont en première ligne.

Haut de page

Bibliographie

Bernath, Ulrich, Vidal, Martine (2007): « The Theories and the Theorists: Why theory is important for research, with Børje Holmberg, Michael Graham Moore, and Otto Peters ». Distances et savoirs, vol. 5, n° 3, pp. 427-457.

Peters, Otto (1990) : « Understanding distance education », in Keegan, Desmond, ed. (1994) : Otto Peters on Distance education. The industrialization of teaching and learning, London & New York, Routledge, pp. 210-219.

Peters, Otto (1993) : « Distance education in a post-industrial society », in Keegan, Desmond, ed. (1994) : Otto Peters on Distance education. The industrialization of teaching and learning, London & New York, Routledge, pp. 220-240.

Peters, Otto (2003) : Distance Education in Transition : New Trends and Challenges, Oldenburg, Carl von Ossietzky Universität Oldenburg.

Peters, Otto (2007) : « The Most Industrialized Form of Education » in Moore, Michael Grahame, ed. (2007) : Handbook of Distance Education, Mahwah, NJ, & London, Lawrence Erlbaum Associates, 2nd Edition, pp. 57-68.

Peters, Otto, entretien avec Bernath, Ulrich, Huelsmann, Thomas (2014) : « Otto Peters, au-delà de 20 portraits », Distances et médiations des Savoirs, n° 6, 26 mai, http://dms.revues.org/679

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mœglin, « Portrait d’Otto Peters en lanceur d’alerte », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://dms.revues.org/784

Haut de page

Auteur

Pierre Mœglin

Institut Universitaire de France, Maison des sciences de l’homme Paris-Nord, université Paris 13

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org