Navigation – Plan du site
Actualité

Les étudiants préfèrent Facebook

Students like Facebook better
Patrick Guillemet

Résumés

Ce texte présente les résultats d’une étude sur les modalités d’apprentissage et les utilisations des TIC par les étudiants universitaires québécois, dans laquelle ils font état de leur faible attirance envers la formation à distance ainsi que l’enseignement en ligne. Faisant l’hypothèse que cette perception peut trouver sa source dans le témoignage d’étudiants qui poursuivent leurs études de façon bimodale, l’article présente une analyse des nombreux échanges d’étudiants universitaires à distance sur une page Facebook créée à leur initiative et qui témoigne de leurs préoccupations envers leurs études ainsi que des divers facteurs qui affectent leur persévérance. L’auteur interroge également les contributions théoriques relatives à la motivation et à la persévérance des étudiants à distance.

Haut de page

Dédicace

À Lou-Anne

Texte intégral

1Il s’agit d’une étude sur les usages des TIC menée il y a plus d’un an auprès de 15 020 étudiants et 2 640 enseignants de 12 universités québécoises1, qui révèle des informations surprenantes sur les modalités d’apprentissage des étudiants, par exemple, le fait que 53 % d’entre eux étudient moins que le temps suggéré par les enseignants, soit trois heures par semaine, et que, malgré cela, les deux tiers des étudiants jugent très efficaces leurs stratégies de préparation aux évaluations. Adeptes des applications d’échange et de partage, ils connaissent moins les applications « utilitaires » du web2, mais ont en majorité une appréciation positive de l’utilisation des TIC dans leurs tâches scolaires. Toutefois, leur appréciation des cours ne repose pas tant sur ces technologies que sur :

  • 3 Fusaro M., Couture A. et al. (2012), op. cit., p. 10.

« la qualité de l’enseignement et de l’expérience vécue en classe, avec, en tête, le sentiment que le cours offre des défis intellectuels intéressants, la perception que les exposés magistraux sont utilisés à bon escient et le sentiment que le matériel offert est pertinent et signifiant. »3

2La surprise est cependant ailleurs. Interrogés quant à leurs préférences en termes d’apprentissage, ces étudiants souhaitent que le responsable d’enseignement structure fortement le contenu (moyenne de 5,6 sur une échelle de 7), dont ils aiment discuter avec les autres étudiants (5,3) ; toutefois, ils préfèrent travailler seuls (5,0) plutôt qu’en équipe (3,5). Mais pour ce qui est de leur degré d’attirance envers la formation à distance et de la formation en ligne, leur jugement est sévère : ces modes d’apprentissage sont les moins favorisés, avec des moyennes respectives de 2,6 et 2,5 sur 7.

3S’agit-il de préjugés ? C’est ce que laisse entendre l’étude en soulignant que 75 % de ces étudiants n’ont jamais suivi de cours en ligne et que 77 % n’ont jamais suivi de cours à distance. Il n’en reste pas moins que les uns et les autres ont sans doute eu, durant leurs études, l’occasion d’échanger à ce propos avec leurs collègues qui ont suivi des cours à distance ou en ligne, et que leur perception de ces cours a pu être influencée par les représentations que ces derniers en ont données. Mais surtout, il faut constater que la frontière entre l’enseignement en présence et l’enseignement virtuel, en ligne ou à distance, devient plus ténue.

L’essor de la formation à distance numérique

  • 4 Pour preuve, l’expérience des campus numériques français : alors que la FOAD était placée au centre (...)
  • 5 Les MOOC (Massive Open Online Course) ont d’ailleurs été joliment rebaptisés FLOTs (Formation en li (...)
  • 6 Paradoxalement, la détermination du gouvernement français avec le projet France université numériqu (...)
  • 7 Ainsi, le Centre informatique de l’Enseignement national lançait dans le même temps le dossier Fail (...)

4Les attentes envers la formation à distance sont grandes – notamment lorsqu’elle prend la forme de l’enseignement en ligne –, qu’il s’agisse d’accroître l’accessibilité aux études supérieures, de renouveler la pédagogie ou de permettre, grâce à la formation continue, le développement de la société du savoir. Elles visent tout particulièrement la pleine utilisation du potentiel des technologies numérisées avec leurs promesses de convivialité, de partage des savoirs et de réduction des coûts – voire de débouchés internationaux – dans un contexte où la capacité d’appropriation de ces technologies apparaît critique pour la croissance économique. Et si la concrétisation n’est pas toujours au rendez-vous4, les attentes n’en demeurent pas moins grandes, comme en témoigne l’attrait exercé par la multiplication des MOOC5 qui proposent une formation massive à des coûts peu élevés. Enjeu d’avenir, révolution numérique : l’urgence d’agir apparaît ici évidente, ou du moins celle de tirer avantage de la vague du changement6. Quoique la façon d’agir le soit un peu moins7.

5Il faut pourtant prendre la mesure de cette « explosion de la formation à distance ». Un récent article8 s’avère ici assez révélateur. On y apprend par exemple que le nombre d’élèves de niveau K-12 (primaire et secondaire) suivant un cours en ligne s’est accru de 6 600 % durant la dernière décade aux États-Unis, passant de 45 000 à 3 millions. Pour leur part, un tiers des étudiants universitaires suivent un cours en ligne. Quant aux universités américaines, 86,5 % d’entre elles offrent au moins un cours en ligne. Sans oublier, bien entendu, la plateforme Coursera vouée aux MOOC à laquelle se sont inscrits 1 million d’usagers en 4 mois. Il faut donc constater qu’en 25 ans à peine les systèmes d’apprentissage en ligne (LMS) sont devenus l’outil le plus apprécié par les tuteurs, les administrateurs et les étudiants9. Les raisons de cette croissance ? D’abord, la flexibilité de l’enseignement en ligne, alors que près de la moitié des étudiants ont plus de 26 ans et conjuguent les études avec leur activité professionnelle et la vie familiale. Et, évidemment, l’accroissement de l’offre de cours ainsi que le moindre coût de l’inscription aux cours en ligne – de l’ordre de 70 % en comparaison des cours en salle – sans oublier une acceptation accrue de la part des employeurs, ainsi que l’amélioration des conditions salariales. Le tout permettant de comprendre pourquoi, au cours des deux dernières années, les inscriptions aux cours en ligne se sont accrues de 6,52 %, alors que le volume total des inscriptions diminuait de 2,64 %.

  • 10 Cette étude montre que les inscriptions en formation à distance au Québec se sont accrues de 399 % (...)
  • 11 Cette évolution a été essentiellement portée par le rectorat, grâce à une stratégie misant sur la s (...)
  • 12 La TÉLUQ a récemment résolu de se dégager d’un projet d’enseignement bimodal mené en association av (...)

6Une révolution ? Peut-être pas dans l’enseignement universitaire, où l’essor de la formation à distance, du moins au Québec, est nettement moindre qu’au niveau de l’enseignement secondaire (Saucier, 2013)10. Il s’agit cependant d’une évolution remarquable qu’illustre – toujours au Québec – le choix stratégique de l’université Laval, vouée à l’enseignement sur campus, de miser à partir de 2009 sur la formation à distance dans un cadre d’enseignement bimodal. Ce choix lui a permis d’inscrire en quelques années 15 % d’étudiants à distance et de supplanter la TÉLUQ, le leader historique, quant au volume total d’inscriptions à distance11, confirmant ainsi le remarquable potentiel d’adaptation des universités campus dans leur transformation en universités bimodales, de même que la concurrence qu’elles peuvent représenter pour les universités à distance (Rumble, 1992). Il faut noter à cet égard que la TÉLUQ, qui se consacre exclusivement à la formation à distance12, accueille néanmoins des étudiants en provenance d’autres universités, lesquels composent environ 30 % de ses effectifs. De telle sorte que les étudiants à distance, au Québec du moins, ne forment pas une population distincte de celle des étudiants campus, mais que les deux groupes ont au contraire de fréquents contacts à l’occasion des cours en présence. L’apprentissage bimodal semble ici être la caractéristique la plus marquante des dernières années, qu’il réponde à des contraintes institutionnelles – comme à l’université Laval – ou à des choix personnels, et ceci principalement pour des raisons de flexibilité.

La voix des étudiants à distance

7Pourquoi les étudiants campus manifestent-ils une réticence envers la formation à distance et l’enseignement en ligne, alors qu’ils suscitent ailleurs tant d’enthousiasme ? La raison se trouve peut-être dans les témoignages qui leur sont livrés par les étudiants à distance engagés dans des parcours d’apprentissage bimodaux, qu’ils côtoient dans les salles de cours.

8Les analyses classiques de la pédagogie de la formation à distance soulignent l’importance d’une approche pédagogique personnalisée. Pour Borje Holmberg, il importe de créer une relation empathique, analogue à la conversation engagée par le professeur en classe et visant la participation de l’étudiant à l’aide d’une stratégie de résolution de problème (Bernath et Vidal, 2007). Pour sa part, Michael Graham Moore insiste sur la mise en place de conditions permettant à l’étudiant d’exercer son autonomie grâce à une approche individualisée laissant une large part au dialogue, réduisant ainsi sa « distance transactionnelle ». Concernant cet auteur, il faut cependant remarquer que l’importance qu’il accorde à l’autonomie, gage d’une distance transactionnelle moindre, évolue quelque peu avec les années : en effet, alors qu’elle semblait aller de pair avec un haut niveau de dialogue et une forte individualisation dans ses premiers travaux, il a récemment distingué l’autonomie requise par les méthodes d’enseignement de l’autonomie permise par ces méthodes, selon les choix effectués par les concepteurs en fonction des clientèles visées (Bernath et Vidal, op. cit.). De telle sorte que l’autonomie, d’abord donnée pour un objectif à atteindre, devient ensuite une variable de la conception des programmes.

  • 13 Paquelin (2013) fait notamment état d’une enquête menée auprès de 335 étudiants français et québéco (...)
  • 14 Masson (1988) aborde notamment la question du paradoxe que représente le fait que des étudiants à d (...)
  • 15 L’étude de Karsenti (2013), menée auprès de 2 416 étudiants inscrits dans les formations à distance (...)

9On connaît cependant peu l’expérience d’apprentissage vécue par les étudiants à distance. Les études parlent de leur profil sociologique et de leurs caractéristiques socio-économiques, ainsi que des raisons qui les amènent à choisir la formation à distance, de leurs préférences d’apprentissage ou leur appréhension vis-à-vis de ce mode de formation13. Elles font également état de leur satisfaction14, notamment en termes d’accroissement de leurs compétences et de leur avancement professionnel15. Enfin, elles explorent l’interaction des multiples facteurs de la persévérance et de l’abandon de ces étudiants, le plus souvent à l’aide de questionnaires (Hart, 2012).

  • 16 Il s’agit essentiellement d’étudiants engagés dans des études en administration, lesquels comptent (...)
  • 17 Notre analyse a visé à faire émerger les thématiques principales de ces messages. Les interventions (...)

10Fort heureusement, les technologies s’avèrent ici instructives pour connaître leurs expériences vécues, en l’occurrence Facebook, dont une page créée à l’initiative d’étudiants d’une université québécoise à distance permet de prendre connaissance des échanges entre plus de 800 étudiants16 et s’avère révélatrice de leurs préoccupations, telles qu’elles apparaissent dans un corpus de plus de 800 messages postés entre le 18 novembre 2013 et le 10 décembre 201317.

  • 18 Les messages émis par les étudiants sur Facebook ne comportent pas de titres et s’organisent selon (...)

11Consultation18

À ceux inscrits au bac en administration, quels sont les cours que vous avez ou que vous allez choisir parmi les 9 crédits dans des champs autres ?

12Magasinages

Habituellement, je prends 4 cours par session, mais je devrai en prendre 5 pour une session. J’aimerais avoir vos suggestions à savoir p-e les 5 cours qui seraient les moins lourds ou simplement, les cours les plus lourds à définitivement éviter pour cette session. J’ai jusqu’à maintenant fait les 7 premiers du bac en GRH + XXX 4015 et XXX 3004. Merci.

Quelqu’un a déjà fait les cours XXX 1012 et XXX 1015 ? Si oui, est-ce qu’ils sont exigeants (lecture, travaux notés, etc.) ? Je dois choisir deux cours dans mon programme de certificat en GRH et je ne sais vraiment pas lesquels prendre... Merci d’avance !

13Demande d’aide

XXX 3006 : je dois choisir un sujet pour faire un rapport de 20 pages à remettre en TN5... Et dès le TN1, je dois faire parvenir une ébauche de table des matières. Le but du cours est la rédaction : démontrer qu’on sait écrire et faire des recherches pour avoir de l’information pertinente. Mon gros problème est de n’avoir aucune idée de sur quoi écrire ! ! ! ! Auriez-vous des suggestions de sujet ? ? ?

14Panique

J’ai besoin de toute votre énergie positive... Je suis dans le TN2 de XXX 1205... Je suis dans le jus au bureau, ma santé m’envoie des signaux de me calmer le pompon et on se prépare pour Noël... Je capote ! Je suis à la BV, j’ai réduit mon écart, mais je débalance encore grrrrrr merci d’avance, ceux qui viennent de le déposer sympathiseront.

15Avant l’examen

Examen de macroéconomie samedi ! Les travaux en ligne ont bien été, toutefois, j’ai l’impression que les derniers chapitres, ainsi que l’exemple d’examen m’échappent ! Ceux ou celles qui ont fait cet examen, ça bien été ?

16Bonnes surprises

Et voilà, j’ai mon cours. Je recommence à temps plein. J’allume le foyer, je me fais un café et hop, j’ouvre mes livres pour un nouveau départ dans le cours XXX 3028. Ce cours me semble super, tout est disponible en ligne, on peut même parler au prof du cours via un forum Facebook. Oui oui, vous m’avez bien comprise, prof... Les tuteurs, c’est cool aussi, mais le prof, c’est une première pour moi !

Je voudrais souligner le professionnalisme de X…, tutrice. Après 28 cours, c’est la première fois que je reçois un accompagnement de la sorte. Correction rapide des travaux. Par souci de prévenance courriel de préparation à l’examen. Et hier un dernier mot pour souligner la fin du cours et me confirmer la note finale. Alors si un jour elle entre dans votre vie d’étudiant, vous saurez que vous pouvez compter sur elle.

17Frustrations

J’ai l’habitude d’afficher mes bonnes notes mais analyse microéconomique pfffffff premier travail 47 %... il valait 10 % de ma session... OK... travail #2 50.67 % ! ! ! ! ! ! ! ! Il vaut pour 20 % de ma session tbkkk... tsé quand un cours est vraiment dur pis que tu sens que si tu le passes... c’est sur les fesses et que ça va faire baisser ta cote MMMMMDRRRR

XXX 1205, est-ce que je suis la seule à avoir autant de difficulté avec les états de flux de trésorerie ? ! J’ai l’impression de jouer aux devinettes... Aucun de mes exercices ne fonctionne...

18Attente

Examen mi-session XXX 1205 fait. Je suis pas mal contente surtout que ça balance en bout de ligne. Le tout fait en 2 h 30. Là j’attends le résultat de mon TN2 avec impatience depuis dimanche dernier... Comme j’ai pu constater que mon tuteur c’est pas un rapide de correction je devrais avoir mon résultat d’examen dans 5 semaines seulement. Attente et attente tellement interminable...

19Après l’examen

J’ai fait mon examen de XXX 4007 ce matin... Hum, comme d’habitude, j’ai pas eu assez de mes 3 heures... Juste lire le cas et prendre des notes, cela m’a pris une heure. Répondre aux questions sur le vif, je trouve cela jamais évident : difficulté à corriger ou à reprendre ce qui est déjà couché sur le papier, manque de temps pour bien apprécier et digérer le cas et les questions... J’aurais aimé avoir des questions à choix de réponses ou à développements courts... Vous l’aurez deviné, je ne suis pas très content de mon examen... Mais bon, advienne que pourra ! Je pourrais ajouter que c’est inutile d’étudier avant l’examen. Il faut maîtriser la matière, chapitre par chapitre, tout au long du cours. Le livre est bien entendu bien pratique au cours de l’examen, mais bien sincèrement, j’aurais conçu l’examen différemment...

20Enthousiasme

Synthèse 1 du cours XXX 2015 qui m’a pris trop longtemps à faire... envoyée le 18 sur le site de XXXX reçu par la poste aujourd’hui (le 20) ! ! C’est un record ! Ma note... 8.9/10 pour mon premier cours de philo à vie c’est un bon résultat.

21Banc d’essai

-- XXX 2010 -- Bonjour à tous. Comme j’utilise souvent cette page pour connaître l’opinion générale de certains cours avant de faire mon choix, j’en profite pour partager mon expérience pour le cours XXX 2010

Les moins : Comme ça semble souvent être le cas, il y a quelques vieux vidéos, ne semble pas être au goût du jour. Du « bourrage de crâne » pour l’examen final, du pelletage de nuage pour les travaux pratiques.
Les plus : Facile d’avoir une bonne note au niveau de travaux pratiques, en suivant bien les consignes et en ayant une bonne plume. Pas de surprise pour l’examen final, il faut apprendre toutes les réponses des questions de fin de chapitres par cœur, ni plus ni moins. Beaucoup de matière... mais pas de surprise !
Ni positif, ni négatif : Je trouve qu’il s’agit de « philosophie » de la formation, peut-être avais-je des attentes irréalistes, je m’attendais à étudier l’aspect plus pratique. En espérant que cela puisse vous aider, c’était mon avis !

22SOS !

Je commence à ressentir un épuisement... le travail, la famille, les études. Mon troisième cours presque complété, encore 7 autres pour mon certificat. Sincèrement, je crois prendre "congé" de cours pour le trimestre d’hiver. Je vais me concentrer à mon emploi qui est très exigeant en ce moment avec tous ces projets et le roulement du personnel.

23Projet de formation en péril

Je me suis inscrite à 4 cours en été 2013 et j’ai reporté ces 4 cours là en automne 2013... dû à ce report je n’avais plus d’aide financière alors j’ai dû travailler à temps plein. Résultat : j’ai manqué de temps. Quelles solutions s’offrent à moi maintenant.... ? J’ai 4 travaux sur 11 de terminés.

24Conciliation travail-famille-études : l’expérience vécue

Il y a beaucoup de lectures. Les 3 travaux notés sont chronométrés, donc tu dois pouvoir être libre durant 6 heures consécutives. C’est plus stressant, mais c’est quand même bien. L’examen a été extrêmement difficile. C’était le 28ème cours et la pire note (et de loin). Les conseils pour se préparer à l’examen, ainsi que le modèle ne m’ont pas été d’une grande utilité. J’ai apprécié que le cours soit sur le WEB.... donc où que tu sois avec une simple tablette tu peux réviser sans avoir à faire suivre un livre de 600 pages. Bon succès le moment venu.

Le 6 heures est le temps recommandé, la majorité les réalise en moins de temps. Quel défi concilier travail, famille, étude ! ! ! !

Merci à tous. J’ai eu la chance de ne pas travailler durant mes études. Mais avec trois jeunes enfants (6, 4 et 3 ans) je suis particulièrement fière d’être parvenue à terminer mon bacc ! Et j’avais toujours entre 4 et 6 cours par session mais Non-Stop (pas de pause entre mes sessions). Lâchez pas ! Ça vaut le coup ;)))))

25Conciliation travail-famille-études : la sensibilité de l’établissement

Je n’ai pas senti d’écoute de la part de XXXX et du responsable du cours lorsque je leur ai fait part du problème. Dans la mesure où ils considéraient que les "travaux" ne prenaient pas réellement 6 heures à faire, ils ne considéraient pas que ce soit un problème. Le problème est qu’avant de faire ces "travaux", on ne sait pas combien de temps on prendra pour les faire, alors il faut prévoir une large plage horaire et une gardienne.

26Réussite

Ouf que cela est émouvant… je viens de recevoir un courriel de XXXX qui me demande de compléter le formulaire pour l’émission de mon diplôme pour mon BACC en administration... il me reste 2 travaux longs et un examen et mes deux derniers cours seront finis et mon BACC aussi... enfin mes efforts récompensés... un dernier effort et tout sera terminé ! ! ! ! !

27Que nous disent ces commentaires ? Tout d’abord qu’il s’agit d’étudiants dont les préoccupations ressemblent fort à celles que l’on peut entendre dans les cafeterias universitaires. Et aussi que ces étudiants ont une vie bien remplie, que leur temps est précieux et qu’ils se soucient de la meilleure façon d’arriver à bon port, tout autant que de l’utilité de leurs connaissances. Mais ils nous disent surtout à quel point l’aide et les conseils mutuels qu’ils s’apportent sont importants pour eux. Ils ont accès à des tuteurs, certes, mais cette assistance apparaît peu dans leurs propos, sauf pour souligner le travail exceptionnel de l’un ou la lenteur redoutable de l’autre. Quant au professeur, il n’est évoqué que pour souligner son apparition inattendue tout autant qu’appréciée.

28Au total, ces étudiants ressemblent donc à des voyageurs solitaires dont la réussite repose sur leur discipline, mais des voyageurs maintenant reliés entre eux, qui partagent leurs expériences dans un lieu de rencontre virtuel. On peut imaginer dès lors que leurs mésaventures puissent effaroucher leurs collègues qui se retrouvent chaque semaine dans une salle de cours ou autour d’un café, qui ont – au moins en principe – l’occasion de poser leurs questions ou faire part de leurs préoccupations au professeur ou à son assistant, et qui n’ont pas à choisir tout au long de leurs cours entre la quiétude de leur foyer et les exigences de leurs études. Peut-être les appréhensions des étudiants à distance sont-elles exagérées, mais elles montrent aux étudiants campus que la formation à distance n’est pas un jardin de roses et que ceux qui s’y engagent doivent avoir les reins solides.

Tenir la distance

29Les étudiants à distance aiment-ils la formation à distance ? Sans doute, puisque ce mode d’apprentissage constitue leur choix. Mais les témoignages cités donnent à voir un processus d’apprentissage complexe, dans lequel interviennent de multiples facteurs.

30Quant aux théories de la pédagogie de la formation à distance, plusieurs surprises sont au rendez-vous. La première est sans doute le peu d’allusions faites à l’approche empathique, individualisée et orientée vers les problèmes préconisée par Holmberg. Cette approche est pourtant appréciée, comme l’indique ce message d’une étudiante qui avait indiqué qu’elle était à un cheveu d’abandonner ses études :

Wow j’ai eu un message de ma tutrice Y… hier elle me demandait de la rappeler. Ce que j’ai fait ce matin (samedi matin). Elle m’a répondu, elle voulait savoir comment se passaient mes études si j’avais des questions et si tout allait bien. C’est la première fois que ça m’arrive et j’ai bien aimé. C’est super d’avoir un bon service comme celui-là et je l’ai remerciée d’avoir pris de temps de prendre de mes nouvelles.

31L’approche empathique apparaît plutôt rarement, du moins dans cet échantillon de commentaires. Plus fréquemment, les étudiants évoquent leur satisfaction de voir leurs travaux corrigés rapidement par les tuteurs, quoique cela semble plus être l’exception que la pratique courante. Par opposition, les allusions aux faiblesses de l’ingénierie didactique, voire à la facture matérielle des cours, sont plus évidentes. Ce type de message rappelle le commentaire de Hülsmann, qui soutient que l’on ne peut séparer l’aspect relationnel de l’organisation didactique qui l’accompagne (Hülsmann, 2008).

32De même, les messages sont muets quant au degré d’individualisation des cours qu’ils suivent, et ils n’évoquent pas plus la place qui y est accordée au dialogue, ces deux facteurs qui sont porteurs d’une distance transactionnelle optimale selon Moore. Par contre, l’autonomie des étudiants qui va croissante avec cette distance transactionnelle est plus perceptible, même si les étudiants n’y font pas directement référence, parlant plutôt de leurs objectifs, de leur capacité à répondre aux exigences des cours qu’ils suivent et de leur évaluation des résultats obtenus, surtout lorsqu’ils atteignent leurs buts. L’évocation de l’autonomie se conjugue alors avec le thème de la persévérance.

33Deux récentes études, l’une dans les cours en ligne (Welmer, 2013), l’autre dans les MOOC (Online Courses, 2013) ont mis en lumière le rôle de six facteurs-clefs de la persévérance19 : 1 – la satisfaction vis-à-vis des cours et des programmes ; 2 – le sentiment d’appartenir à une communauté d’apprentissage ; 3 – la motivation ; 4 – le soutien des pairs et de la famille ; 5 – la capacité de gérer son temps et 6 – une bonne communication avec l’enseignant et le tuteur. La dynamique de leur influence n’est cependant pas décrite. Dans cette perspective explicative, Gauthier (2002) propose d’appliquer au contexte de l’e-learning le cadre d’analyse de Lévy-Leboyer (1998), qui définit cinq facteurs de la motivation :

34a) Le facteur identitaire, c’est-à-dire l’image de soi, qui est tributaire des informations que les autres nous envoient et qui est donc porteuse de motivation ou de démotivation. Pour preuve, l’exemple suivant :

Synthèse 1 du cours XXX 2015 qui m’a pris trop longtemps à faire... envoyée le 18 sur le site de XXXX reçu par la poste aujourd’hui (le 20) ! ! C’est un record ! Ma note... 8.9/10 pour mon premier cours de philo à vie c’est un bon résultat.

35b) Le facteur « satisfaction sur retour d’expérience » qui correspond à l’interprétation que fait l’apprenant des « récompenses » qu’il obtient et s’appuie sur « une analyse d’équité entre l’effort fourni et le résultat obtenu ». Cette appréciation peut évidemment être négative :

Je m’adresse à ceux qui ont fait le TN1 de XXX 1300....quel résultat avez-vous eu sur 100 % car j’ai eu une très mauvaise note, malgré le fait que j’ai lu le livre, les questions étaient difficiles à répondre et j’étais complètement perdu lors du TN1… C’est la première fois que j’ai un résultat semblable ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

36c) Le facteur « but à atteindre », dont la clarté représente une condition suffisante de la motivation

37d) Le facteur « résultats situés par rapport au but à atteindre », qui correspond à l’objectivation des progrès accomplis et à l’évaluation du chemin qui reste à faire et qui est le facteur fondamental de la persévérance :

Ça y est… mon objectif est atteint… après 6 ans d’efforts et de temps investis... je viens de faire mon dernier examen pour mon BACC en administration des affaires... comme je sais que je passe déjà mes cours avec mes travaux notés... j’ai enfin réussi mes objectifs et j’en suis très fière... merci aussi à mon conjoint et mon fils de m’avoir supporté là-dedans... LA MADAME EST SUPER CONTENTE ! ! ! ! !

38e) Le facteur de « confiance – anxiété », qui permet l’interprétation des obstacles et des réussites. Il permet, selon le cas, de développer le sentiment de « maîtriser son destin » :

En tout cas bravo ! C’est peut être qu’un premier module mais c’est un gros morceau que tu as derrière toi ! Super et merci pour les infos ! (Réponse à : Un premier cours de fait... sur les 30 du BAA ! ! Examen XXX 1002 fait hier. C’est un début...)

39f) Ou, au contraire, celui que « le contrôle de mon destin est à l’extérieur » :

Je suis en train d’étudier pour XXX 1002, en voyant ta réponse, ça me surprend et je me questionne même sur mon étude. 14 semaines de questions à l’étude pour quelques Vrai ou Faux et deux questions à développement... C’est tellement pas juste ! lol C’est difficile d’étudier, quand t’as tellement de matière et que le professeur choisit au hasard quel sujet il aborde... tu fais mieux de les avoir étudiées, sinon... dommage pour toi !

  • 20 Ronfard (2007) souligne que la formation à distance permet à l’apprenant de rester le plus souvent (...)

40L’engagement de l’étudiant dans son apprentissage apparaît ici comme le résultat d’une mise en relation des enjeux positifs et des effets négatifs perçus. D’une part, les gains escomptés par le projet de formation20 ainsi que les effets gratifiants qui l’accompagnent (réussite, accroissement des compétences, reconnaissance professionnelle), d’autre part les enjeux négatifs qui correspondent aux coûts de l’action de formation (coûts monétaires, difficultés d’apprentissage et échecs, difficultés de conciliation des études avec la vie professionnelle et familiale). Cette tension peut résulter dans l’effort de l’étudiant, sa proactivité, son implication, ou – à l’inverse – dans une participation superficielle, voire de la résistance vis-à-vis des activités d’apprentissage, laquelle peut à son tour amener un retrait progressif, et bien sûr l’abandon. Les émotions vécues par l’étudiant témoignent de cette tension et sont le fruit de ses dispositions cognitives et métacognitives (connaissances préalables, capacité d’autonomie, compréhension des objectifs pédagogiques et modalités d’apprentissage, etc.) En témoignent ces deux parcours marqués par des interruptions :

Je garde le positif en me disant que j’avance lentement mais sûrement ! ! J’ai fait une pause de 2 ans parce que je suis retournée aux études à temps plein. Disons que je suis plus ou moins motivée ayant un emploi que j’aime maintenant mais je ne veux pas garder un demi-certificat !

Je commence à ressentir un épuisement... le travail, la famille, les études. Mon troisième cours presque complété, encore 7 autres pour mon certificat. Sincèrement, je crois prendre "congé" de cours pour le trimestre d’hiver. Je vais me concentrer à mon emploi qui est très exigeant en ce moment avec tous ces projets et le roulement du personnel.

  • 21 Gauthier (2002), op. cit.
  • 22 Ronfard (2007), op. cit.

41Comment entretenir cette motivation, moteur de la persévérance et de l’engagement de l’étudiant ? Les moyens proposés21 englobent : 1 – la mise en place d’un dispositif préparatoire permettant à l’étudiant de valider les prérequis de son projet de formation ; 2 – la négociation d’un contrat pédagogique avec le tuteur permettant de structurer l’espace-temps d’apprentissage et de remettre en équilibre ses « leviers de motivation » ; 3 – des évaluations régulières dans le cadre d’une relation de tutorat maintenant une altérité de référence pour les apprentissages ; ainsi que 4 – l’ingénierie pédagogique du dispositif visant à faire en sorte que l’apprenant intègre bien « à quoi ça sert » et « comment ça marche ». À cette fin, quatre conditions apparaissent incontournables22 :

  1. un ton et un style qui permettent à l’apprenant de construire son apprentissage en découvrant ses capacités réelles ;

  2. la clarté des objectifs du cours et des activités d’apprentissage signifiantes et accessibles, ainsi que tous les outils nécessaires ;

  3. l’acquisition de compétences supérieures d’analyse, de synthèse et de questionnement susceptibles de relier les connaissances entre elles et avec le contexte ;

  4. une rétroaction sur les évaluations et un contact avec un tuteur ainsi qu’avec les pairs, quand cela est possible.

42Pourtant, les témoignages montrent que d’autres facteurs interviennent, lesquels peuvent être très inattendus :

Avez-vous une solution ? Le matériel de mon cours comprend une copie de 7 livres de 250 à 325 pages. Je n’ai pas l’intention de me promener avec 7 cartables et mes paquets sont trop gros pour des duo-tangs... savez-vous si il existe des attaches quelconques qui pourraient servir de reliure ? Je vais certainement me présenter chez Bureau en gros demain mais d’ici là, si quelqu’un connaît quelque chose, merci de me l’écrire.

43Quoi qu’il en soit, la distance est parfois grande entre les intentions et les actions, et l’impatience des étudiants devient alors palpable :

XXX 1300 franchement c’est plein d’erreurs et tenter de jumeler la feuille de route, les chapitres et les compléments web c’est du casse-tête ! Cordonnier mal chaussé ou c’est normal en milieu universitaire ? En revanche le "contenu" du cours est très valable et pertinent toutefois. C’est dur de se faire juger quand on voit le standard qu’ils adoptent.

Je croyais que ces travaux réalisés en 6 heures consécutives avaient été revus par le responsable du cours suite aux contestations des étudiant(e)s. Dommage, surtout lorsqu’on considère ce passage de la mission de XXXX » ... conçoit ou adapte des modèles techno-pédagogiques appropriés... ».

44La charge de travail demeure toutefois l’aspect le plus sensible :

Travail remis après avoir passé 20 heures dessus... En 36 cours universitaires, je n’avais jamais vécu cela, comme quoi on apprend toujours dans la vie ! Là, l’attente infernale commence lolllll Bon dimanche !

Ça vous arrive d’être un peu découragé ? J’ai un cours dans lequel j’ai tellement de lectures, que je ne vois pas le bout... La matière est tellement lourde qu’après 100 pages de lectures, je ne saisis plus le sens de ce que je lis... ouf ! ! ! XXX 3028 MY GOD ! Tellement de lectures... les devoirs tellement flous qui passent d’une lecture à l’autre... au début, je trouvais ça le fun que tout soit sur Internet, ensuite, je me suis rendue compte que c’était pas possible de tout lire à l’écran. Faut tout imprimer... oh my god, ça va m’avoir coûté aussi cher qu’un livre...

45Cette tension débouche alors sur la problématique de la conciliation entre le travail, la famille et les études :

Ça ne sera pas facile d’avoir 6 heures consécutives, quand on travaille à temps plein et un enfant... ouf ! J’ai de la misère à consacrer une demi-journée par semaine pour les travaux.

46À ceci s’ajoute enfin la dimension de l’utilité des cours perçue par les étudiants :

XXX 1060, le plus long et le plus difficile pour moi, quoique j’aie recours à des notions de droit fréquemment dans le cadre de mes fonctions, très peu de notions de ce cours utilisées, je m’en sers surtout dans ma vie privée... Bonne chance !

Ceux ayant fait le BAA, est-ce que ça a réellement eu une incidence dans votre cheminement professionnel ? Avez-vous obtenu des postes de gestion par la suite aux ressources humaines ? J’aimerais particulièrement savoir si ce Bac est profitable pour travailler à titre de gestionnaire dans le réseau de la santé, est-ce qu’il est bien vu ? Merci !

47Les apprenants, souligne Ronfard (2002), « carburent » à la motivation et celle-ci, née de la pertinence de leur projet d’étude et de leur confiance en eux-mêmes, doit être renforcée grâce à une ingénierie didactique appropriée et à l’interaction avec une personne-ressource, ainsi qu’avec les pairs. Gageons que nos étudiants, grâce à cette page Facebook où ils partagent de façon soutenue leurs préoccupations, leurs expériences et leurs conseils y trouvent le carburant pour « tenir » la distance, et qu’ils sont moins tentés d’abandonner leurs études.

Favoriser la réussite

48Revenons maintenant à l’étude citée au début de ce texte. Qu’apprécient donc ces étudiants campus qui se déclarent peu attirés par la formation à distance et l’enseignement en ligne ? L’étude portait sur leurs modalités d’apprentissage et leur utilisation des TIC. Elle montre que si les étudiants reconnaissent aux TIC un rôle de soutien pour améliorer l’apprentissage en classe, leur appréciation générale du cours repose essentiellement sur la disponibilité d’un matériel pédagogique pertinent et signifiant, des défis intellectuels intéressants, et des exposés magistraux utilisés à bon escient. De façon secondaire, les étudiants mettent également l’accent sur une utilisation optimale des travaux pratiques et laboratoires, la prise en compte de l’opinion des étudiants, le respect des styles d’apprentissage et des intérêts individuels, ainsi que les discussions en groupe. Enfin, l’implication des étudiants dans leurs cours a un lien positif avec la perception que le cours est efficace. Autrement dit :

  • 23 Fusaro M., Couture A. et al. (2012), p. 47.

« C’est avant tout la qualité de l’enseignement et de l’expérience vécue en classe qui sont les plus fortement liées à la perception qu’ont les étudiants d’avoir eu un bon cours et d’avoir bien appris. »23

49Comment les institutions peuvent-elles répondre à ces attentes ? Dans une récente communication, Karsenti (2006) propose de cerner les conditions d’efficacité des FOAD en s’appuyant sur les principes d’une pédagogie efficace énoncés par Graham et al. (2000) :

  • encourager les contacts entre les étudiants et les tuteurs ;

  • encourager la coopération entre les étudiants ;

  • encourager un apprentissage actif ;

  • favoriser les feed-back rapides ;

  • souligner l’effort à consacrer à la tâche ;

  • mettre l’accent sur des attentes élevées ;

  • respecter la diversité des talents et des façons d’apprendre.

50Karsenti esquisse ainsi, à la lumière d’un ensemble de recherches sept conditions d’efficacité des FOAD :

  1. les FOAD doivent être faciles d’accès et attrayantes, grâce à une navigation conviviale ;

  2. les interactions doivent être nombreuses entre le formateur et les apprenants et entre les apprenants eux-mêmes, aussi bien sur le mode synchrone qu’asynchrone ;

  3. les contenus doivent être équivalents à ceux enseignés en présence : ils doivent être organisés et les évaluations de même niveau que celles proposées aux étudiants en présence ;

  4. les objectifs du cours doivent être clairs. Le dispositif doit favoriser la participation et la collaboration ou la coopération des apprenants tout en leur permettant d’apprendre à leur rythme ; il doit en outre favoriser l’approche par problèmes ou par projets, ainsi que le développement de la motivation ;

  5. le dispositif doit présenter une grande quantité et une grande variété de ressources aux apprenants ;

  6. le dispositif doit offrir une structure de soutien technique et pédagogique, favoriser la formation des formateurs et permettre de sensibiliser les apprenants aux défis inhérents à l’apprentissage en ligne ; un calendrier du déroulement du cours doit être disponible et une démarche méthodologique doit être proposée aux apprenants ;

  7. le dispositif doit faire l’objet d’une évaluation continue. Son élaboration doit prendre en compte les aspects éthiques, ainsi que ceux liés aux droits intellectuels.

51Le menu est copieux, d’autant qu’il est difficile de discerner ce qui découle des résultats des recherches et ce qui est plutôt de l’ordre de recommandations générales visant l’efficacité des FOAD. Quoi qu’il en soit, ces énoncés permettent quelques observations :

  1. Le faible nombre de références à l’interaction avec les enseignants dans l’ensemble des commentaires formulés par les étudiants à distance sur leur page Facebook laisse songeur, puisqu’un seul des commentaires évoque sa présence – bienvenue – dans un forum Facebook. Un seul autre message évoque la figure du professeur, pour souligner – par la négative – son rôle dans la détermination des questions d’examen.

  2. Tout autant, la discrétion des messages quant aux relations des étudiants avec les tuteurs surprend, alors qu’ils jouent un rôle central dans l’accompagnement des étudiants. Plus encore, l’abondance des messages dans lesquels les étudiants s’apportent une aide mutuelle, qu’elle soit technique, informative ou affective, laisse croire que les étudiants préfèrent faire appel à leurs collègues, plutôt que de s’adresser au tuteur qui leur est assigné, et qu’ils deviennent en quelque sorte les substituts de ces tuteurs.

  3. Pour ce qui est des interactions entre les apprenants, le forum Facebook montre qu’elles sont nombreuses et fructueuses, preuve que leur communauté d’apprentissage est bien réelle. Soulignons toutefois qu’il s’agit d’étudiants suivant des cours différents, même si ces étudiants ont en commun leur champ disciplinaire, l’administration, ainsi que leurs préoccupations utilitaires. Aucun message n’est cependant émis par les étudiants en sciences humaines et en langues, pas plus que par les étudiants en sciences, en sciences de l’éducation ou en informatique.

  4. quoique les recommandations se réfèrent à des environnements web, la réalité vécue par les étudiants de ce forum Facebook repose encore sur des documents écrits, dont l’agencement avec l’environnement web est parfois problématique

  5. Pour ce qui est des autres recommandations, aucune des interventions sur ce forum ne permet d’en rendre compte.

52Il reste donc beaucoup à faire, mais un fait nouveau doit être pris en compte : la voix des étudiants s’exprime désormais de façon bien visible, et il n’est plus nécessaire d’élaborer des protocoles de recherche sophistiqués pour prendre leurs besoins et leurs attentes en considération. Reste à savoir bien sûr comment les institutions peuvent s’ajuster à ces propos sans en entraver la spontanéité. La moindre des choses est sans doute qu’elles s’en fassent les observatrices attentives et qu’elles assurent un suivi attentif aux problèmes évoqués. On peut penser par exemple à des interventions telles que les suivantes :

  • recenser les préoccupations manifestées et en dégager les implications institutionnelles, notamment en comparaison avec les autres universités à distance ;

  • recenser les commentaires correspondant aux cours cités et s’assurer qu’une suite est donnée par les professeurs ou les tuteurs aux problèmes les plus fréquents ou les plus urgents ;

  • assurer un suivi immédiat aux préoccupations d’ordre administratif ou technique, notamment par des FAQ et une assistance en ligne ;

  • sonder les étudiants afin de connaître leur opinion et leur degré de satisfaction en regard des préoccupations manifestées sur Facebook et cerner leurs autres préoccupations éventuelles.

  • etc.

53Mais comment intervenir sans interférer dans ces échanges entre étudiants ? Sans doute faut-il comprendre que bien des messages lui sont indirectement adressés, comme autant de demandes d’assistance. Afin d’y répondre, l’université à laquelle appartiennent ces étudiants a créé il y a quelques années un poste d’animateur de communautés web. Mais il lui reste à ajuster ses interventions sur les forums et les médias sociaux à celles de l’ensemble des autres personnes avec lesquelles les étudiants souhaitent interagir, principalement les tuteurs et les professeurs. Il s’agit là d’une évolution rapide, mais nécessaire, à l’heure où les réseaux sociaux démontrent leur potentiel de communication, mais aussi de support à l’apprentissage à distance.

Conclusion

54Rompre l’isolement de l’étudiant. Telle est sans doute la première leçon de cette exploration des nouvelles pratiques d’apprentissage des étudiants. Spontanément, les étudiants utilisent les ressources de communication des réseaux sociaux, mais alors qu’on percevait cette utilisation en rupture avec les tâches d’apprentissage (Fluckiger, 2011), on voit ici qu’elles y sont intimement liées et qu’elles renforcent les apprentissages, aussi bien au niveau cognitif qu’au niveau affectif, voire au niveau pragmatique. Dès lors, pourquoi ce qui vaut pour les apprenants ne vaudrait-il pas pour les formateurs ? La séparation entre l’étudiant à distance et le professeur, dans l’espace et dans le temps, a été le fruit d’un contexte historique dans lequel le principal moyen de communication était l’imprimé. Les technologies actuelles, largement répandues chez les étudiants, permettent une communication conviviale, synchrone et asynchrone. On voit mal quelles raisons empêcheraient d’en tirer avantage.

  • 24 Ce mode d’interaction semble d’ailleurs être déjà expérimenté par certains professeurs dans quelque (...)
  • 25 Dans leur enquête sur les formations à distance soutenues par l’AUF, Karsenti (2013) souligne que l (...)

55Reste bien sûr à en moduler l’usage, entre les technologies de communication visuelle, qu’elles soient interindividuelles, de petit groupe ou de type web-conférence et les technologies textuelles, synchrones ou asynchrones. L’exemple du forum Facebook cité en montre les possibilités pédagogiques24. Mais il reste également à repenser l’accompagnement des étudiants à distance à la lumière de ces technologies. Ces étudiants s’aident mutuellement, certes, mais on voit bien les limites de cet accompagnement, tant en raison de la brièveté des messages échangés que de la diversité des cours suivis par ces étudiants. Quel est le rôle du tuteur dans ce nouveau contexte communicationnel et quel est celui du professeur ? Quelle doit être la conjugaison optimale de leurs contacts visuels et écrits, et comment doit-elle s’ajuster aux contacts qu’entretiennent entre eux les étudiants ? À cet égard, il est quelque peu troublant de constater que pour l’heure les tuteurs apparaissent en retrait des communications étudiantes25, tandis que les professeurs semblent ne s’y aventurer que de façon exceptionnelle.

56L’essentiel est cependant ailleurs. Il s’agit de savoir comment créer, à l’aide de ces technologies, ces « défis intellectuels intéressants » qui sont à la base de la perception positive des étudiants quant à leurs cours. Une ingénierie didactique créative et appropriée est certes requise, mais aussi une préoccupation constante envers l’utilité des cours en regard des objectifs de développement professionnel de la majorité des étudiants, ainsi qu’envers la charge de travail qui leur est demandée. Fournir des bases professionnelles solides, éclairer les pratiques par l’apport des théories, interroger ces théories à partir des situations vécues, mettre en interaction les différents points de vue, aller aux enjeux essentiels et susciter la réflexion. Tels sont les facteurs critiques du maintien de la motivation et de la persévérance.

57Un travail théorique devra sans doute accompagner ces réflexions, à la jonction des théories de la pédagogie à distance, des théories de la motivation et des études relatives à la persévérance, afin d’intégrer l’ensemble des réflexions dont font état les étudiants dans leurs messages Facebook. Sans oublier que les étudiants qui prennent ainsi la parole ne sont pas nécessairement des interprètes fidèles des étudiants silencieux, notamment ceux qui abandonnent. Il sera sans doute intéressant, dans cette perspective, d’examiner la pertinence d’une approche inspirée de la théorie de la motivation de Herzberg, qui distingue les facteurs de satisfaction au travail des facteurs d’insatisfaction (Herzberg et al., 1959).

58Avec les nouvelles technologies, de nouvelles pédagogies ? On pourrait penser que les étudiants préfèrent les cours à l’ancienne26, mais ils n’en demeurent pas moins innovateurs et ouverts aux nouvelles technologies. Et sans doute le sont-ils également aux nouvelles pédagogies bien qu’ils attribuent au professeur le rôle central, si ces nouvelles pédagogies leur permettent d’interagir et de collaborer, et si elles leur permettent d’en retirer des connaissances utiles. Il n’en reste pas moins que la charge de travail qui leur est demandée demeure un enjeu critique. Les blâmera-t-on d’être prudents et économes de leur temps et d’attendre du professeur qu’il leur livre son expertise, plutôt que de les laisser faire cette réflexion par eux-mêmes et d’assister leurs débats ? L’efficacité des systèmes de FOAD réside ici dans leur capacité à répondre aux attentes des étudiants et à permettre leur développement professionnel, plutôt que dans leur richesse en sources d’information, en outils médiatiques et en stratégies pédagogiques. Car rien n’est plus émouvant que la réussite au terme de longs efforts, et la reconnaissance des nouvelles capacités par les milieux de travail.

Épilogue

59Cet article était achevé lorsqu’un fil de discussion fut lancé, qui devait mettre en lumière la place de Facebook dans l’expérience de ces étudiants. Il s’agissait d’une interrogation sur les réactions des étudiants vis-à-vis des forums qui leur étaient proposés.

Est-ce qu’il y en a parmi vous qui utilisent les forums de XXXX ?
Les forums sont très mal structurés... 1 000 sujets pour un même cours et la plupart sans réponse. D’autant plus que la fonction 'Recherche' n’est pas très utile.
En tant qu’école à distance, je crois que ce serait un énorme atout de tenter de régler le problème, non ?
Par chance que ce groupe Facebook existe !

60Une interrogation qui fut aussitôt partagée par d’autres étudiants :

J’ai eu un premier contact d’un tuteur par courriel récemment. Il mentionne qu’il y a un forum, mais de ne pas être surpris si il y a peu d’activités, les étudiants y vont rarement sinon jamais.

Je regarde les forums de temps en temps mais car peu de monde y affiche, je ne participe que très peu. Ces forums ont besoin d’être remis au goût du jour selon les besoins des étudiants et d’être plus publicisés par XXXX si on veut qu’on les utilise. Par contre, avec Facebook c’est beaucoup plus facile d’interagir et ce sans avoir à se connecter à un autre système.

61L’attrait de Facebook fut alors illustré de façon très explicite :

Le problème des forums c’est ce que c’est seulement ceux qui ont besoin d’aide qui y vont. Il n’y a pas les personnes qui peuvent apporter les solutions. Je me lève pas le matin pour me dire hummm j’aimerais bien faire une bonne action, je vais aller voir sur un forum si je ne peux pas aider quelqu’un. Tandis que sur Facebook ou les médias sociaux, l’information nous est poussée. Mon petit logo de la planète s’allume lorsqu’il y a quelqu’un qui parle ici. Par curiosité, je peux y aller ou pas. Mais je suis au courant qu’il y a quelqu’un qui a parlé. Encore une fois, si j’ai pas besoin d’aide, je n’irai pas sur un forum. Sur Facebook, je n’ai pas besoin d’aide, je me divertis avec des photos de chats mignons, des vidéos spectaculaires et hop je vois qu’il y a quelqu’un qui a besoin d’aide. Ça ne prend pas de temps que je peux décider d’y répondre ou non. J’ai le souvenir d’avoir écrit ici à 7 h 30 du matin accompagné de mes céréales. Je n’ai même pas eu le temps de prendre une bouchée que j’avais 3 réponses. C’est de l’efficacité ça ! Bref notre utilisation de l’internet a changé... nous nous faisons pousser l’information (…)

62La discussion devait pourtant faire apparaître les limites de Facebook : risques de procrastination face à des sollicitations multiples, format rudimentaire ne permettant de partager que des informations rapides et plus simplistes, etc. À l’inverse, les forums conservent leur potentiel d’approfondissement, voire d’interaction :

J’ai fait deux cours à distance avec l’université XXXX où la formule des forums était utilisée et j’ai bien apprécié. Les points positifs étant, entre autres, que le prof/chargé de cours interagissait en continu soit pour répondre aux questions, transmettre ou pour préciser des directives pour les travaux ou pour partager du contenu actuel en lien avec le sujet du cours. De plus, dans un des cours, les étudiants étaient notés 10 % pour leurs deux meilleures contributions. Un des avantages est qu’il était facile de se référer à certaines questions récurrentes. Il y avait aussi un forum privé pour chacune des équipes de travail.

63Ces propos doivent être jaugés à leur mérite. Mais il apparaît clairement que Facebook, probablement en raison de sa popularité et de la rapidité – voire l’instantanéité – des interactions qu’il permet, se présente aux étudiants comme un outil efficace pour résoudre certains problèmes administratifs et techniques, et leur permet de s’apporter un certain soutien affectif et pédagogique. Reste bien sûr à en trouver la combinaison optimale avec ces autres outils de communication que sont les FAQ et les forums. Reste aussi à cerner le rôle des professeurs et des tuteurs en articulation avec les personnes qui assurent la présence de l’institution sur les réseaux sociaux. Ce sont là autant de questions essentielles pour la formation à distance conjuguée aux nouvelles technologies de communication dans un contexte de concurrence avec les universités bimodales.

Haut de page

Bibliographie

Bernath U. & M. Vidal (2007), « “The Theories and the Theorists : Why Theory is important for Research” With Borje Holmberg – Michael Graham Moore – Otto Peters », Distances et Savoirs, vol. 5, 2007/3, p. 427-458. [En ligne]
http://www.eden-online.org/contents/conferences/research/barcelona/D_S-Holmberg-Moore-Peters-Oct06.pdf

Fluckiger C. (2011), « De l’émergence de nouvelles formes de distance – Les conséquences des nouvelles pratiques de communication ordinaires sur la FAD dans le supérieur », Distances et Savoirs, vol. 9, 2011/3, p. 397-417.

Fusaro M., Couture A. et al. (2012), « Étude sur les modalités d’apprentissage et les technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement – Rapport final – Mai 2012 ». [En ligne]
http://www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/Rapport-Etude-TIC-Mai-2012-VF.pdf

Gauthier P.-D. (2002), La dimension cachée du E-LEARNING – De la motivation à l’abandon. [En ligne]
http://www.formater.educagri.fr/ressources/telechargement/methode/e-learning.pdf

Graham C., Cagiltay K., Craner J., Lim B. & T.M. Duffy (2000), Teaching in a Web-based distance learning environment : An evaluation summary based on four courses, Center for Research on Learning and Technology, Technical Report No. 13-00, Bloomington, IN. [En ligne]
http://pdf.aminer.org/000/259/000/meaningful_learning_in_web_based_design_teaching_environments.pdf

Guillemet P. (2012), Vers l’UQAM bimodale. [En ligne]
https://sites.google.com/site/versluqambimodale/Home

Hart C. (2012), « Factors Associated With Student Persistence in an Online Program of Study : A Review of the Literature », Journal of interactive Online Learning, vol. 11, No 1, Spring 2012, p. 19-42. [En ligne]
http://www.ncolr.org/jiol/issues/pdf/11.1.2.pdf

Herzberg F., Mausner B. & B.B. Snyderman (1959), The Motivation to Work, John Wiley, New York.

Hülsmann T. (2008), « Peters, Holmberg, Moore – a personal configuration », Distances et Savoirs, vol. 6, 2008/3, p. 455-470. [En ligne]
http://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2008-3-page-455.htm

Karsenti T. (2006), « Favoriser la réussite des apprenants dans les formations ouvertes et à distance (FOAD) : principes pédagogiques », Labset-Formadis, Colloque Formation à distance – Nouveaux dispositifs et nécessaire accompagnement de tous les acteurs, Liège, 27-28 novembre 2006. [En ligne]
http://www.labset.net/formadis/colloq06/conferenciers/jour1/karsenti.pdf

Karsenti T. et al. (2013) « L’expérience de 2 416 étudiants à distance : résultats d’une enquête longitudinale sur les formations à distance soutenues par l’AUF », in Pierre-Jean Loiret, Un détour par le futur. Les formations ouvertes et à distance de l’Agence universitaire de la francophonie, 1992-2012, Paris, Éditions archives contemporaines, 2013, p. 45-66. [En ligne]
http://archive-ouverte.unige.ch/unige:27563

Lévy-Leboyer C. (1998), La motivation dans l’entreprise, Paris, Éditions d’Organisation.

Masson J.-P. (1988), « Sur la Satisfaction des Étudiants dans un Contexte de Formation à Distance : la Télé-Université », Revue de l’éducation à distance, vol. 3, n° 2, p. 37-54

Online Courses (2013), How to Finish a MOOC, March 22nd, 2013. [En ligne]
http://www.onlinecollegecourses.com/2013/03/22/how-to-finish-a-mooc/

Paquelin D. (2013), « Présence, distance : vers de nouvelles configurations organisationnelles ? », Distances et Médiations des savoirs, à paraître.

Ronfard B. (2007), « “Tenir la distance” – Formation à distance et motivation », Québec français, n° 144, hiver 2007, p. 77-78. [En ligne]
http://www.erudit.org/culture/qf1076656/qf1178543/47558ac.pdf

Rumble G. (1992), « The competitive vulnerability of distance teaching universities », Open Learning, vol. 7, No 2, p. 31-45, June. [En ligne]
http://www.c3l.uni-oldenburg.de/cde/econ/readings/rumble92.pdf

Saucier R. (2013), Portrait des inscriptions en formation à distance (secondaire, collégial et universitaire) au Québec depuis 1995-1996. [En ligne]
http://www.clifad.qc.ca/upload/files/documentation/avis-etudes-memoires/portrait_inscriptions_fad.pdf

Welmer M. (2013), « Student Persistence in Online Courses : Understanding the Key Factors », Faculty Focus. [En ligne]
http://www.facultyfocus.com/articles/teaching-professor-blog/student-persistence-in-online-courses-understanding-the-key-factors/

Haut de page

Notes

1 Fusaro M., Couture A. et al. (2012), Étude sur les modalités d’apprentissage et les technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement – Rapport final – Mai 2012

2 Ces observations rejoignent celles de Cédric Fluckiger (2011) qui souligne que les étudiants, s’ils sont de grands utilisateurs des technologies de réseautage, sont moins portés à s’engager dans les activités collaboratives qui leur sont proposées dans le cadre de leurs études, sans doute parce les unes mettent en jeu leur identité sociale et leur appartenance à la communauté des jeunes, tandis que les autres font appel à leur identité d’apprenants.

3 Fusaro M., Couture A. et al. (2012), op. cit., p. 10.

4 Pour preuve, l’expérience des campus numériques français : alors que la FOAD était placée au centre de l’appel à campus numérique de 2000, suivi la même année par une politique d’accompagnement, elle s’en trouve écartée dès le 3e appel en 2002, ainsi que dans l’appel de 2003 à universités numériques en région complété par le lancement d’universités numériques thématiques. Il est probable que le rapport d’évaluation IPSOS de 2003, au terme des trois premiers appels, qui reconnaissait les qualités des projets réalisés, mais soulignait que les projets avaient été coûteux et n’avaient pu permettre l’ouverture internationale espérée, a contribué à cette réorientation de l’action gouvernementale.

5 Les MOOC (Massive Open Online Course) ont d’ailleurs été joliment rebaptisés FLOTs (Formation en ligne ouverte à tous) dans le cadre de l’initiative OCEAN, lancée par un consortium d’universités francophones.

6 Paradoxalement, la détermination du gouvernement français avec le projet France université numérique (FUN), dont l’appellation révèle l’enthousiasme, contraste avec les premiers signes de ralentissement aux États-Unis où l’opposition à la reconnaissance de l’équivalence entre les MOOC et les cours en ligne classiques demeure forte. Ainsi, la Californie a renoncé à astreindre les universités publiques à une telle reconnaissance, tandis que les propositions de certaines universités permettant aux étudiants ayant réussi un MOOC de le valider en crédits universitaires n’ont suscité que peu d’intérêt à ce jour. http://highereducation.frenchculture.org/news/les-moocs-moins-revolutionnaires-quattendu

7 Ainsi, le Centre informatique de l’Enseignement national lançait dans le même temps le dossier Faillite des MOOC, retour aux SPOCs (Small Private Online Classes), Cines, Octobre/Novembre, 2013.

8 How (And Why) Digital Learning Is Growing, Edudemic – Connecting Education & Technology, September 24, 2013.

9 Ces systèmes prennent la forme de cours en ligne, hybrides (partagés entre des rencontres et l’enseignement en ligne), « mélangés » (avec une part importante d’activités en présence) ou « inversés » (les rencontres étant réservées aux activités collaboratives).

10 Cette étude montre que les inscriptions en formation à distance au Québec se sont accrues de 399 % de 1995-1996 à 2011-2012 au niveau secondaire, tandis que l’accroissement était de 75 % au niveau collégial et de 138 % au niveau universitaire pour la même période.

11 Cette évolution a été essentiellement portée par le rectorat, grâce à une stratégie misant sur la synergie entre la formation à distance, la formation continue et la formation aux aînés, ainsi que l’engagement de ressources pédagogiques spécialisées et l’adoption de diverses combinaisons permettant l’alternance entre la formation à distance et la formation en présence.

12 La TÉLUQ a récemment résolu de se dégager d’un projet d’enseignement bimodal mené en association avec une université campus (Guillemet, 2012).

13 Paquelin (2013) fait notamment état d’une enquête menée auprès de 335 étudiants français et québécois inscrits en formation à distance, laquelle montre que pour les deux tiers d’entre eux il s’agit d’un véritable choix, dont la raison première est la flexibilité temporelle. Quoique participant à des réseaux sociaux, ils préfèrent travailler seuls et souhaitent que les enseignants aient une posture proactive. Mais la moitié d’entre eux fait part d’un sentiment d’anxiété envers ce mode de formation. Celui-ci étant peut-être lié au fait que près de la moitié des étudiants interrogés déclarent ne pas « s’en sortir » matériellement.

14 Masson (1988) aborde notamment la question du paradoxe que représente le fait que des étudiants à distance peuvent se déclarer très satisfaits, alors qu’ils abandonnent le cours auquel ils étaient inscrits et qu’ils déclaraient répondre à leurs besoins, quitte à se réinscrire dans une autre institution. Il met ainsi en lumière la difficulté de ces étudiants à reconnaître leurs limites, préférant imputer leur abandon à des facteurs externes, ainsi que la difficulté à trouver une méthode de recherche adéquate pour saisir la dynamique d’apprentissage de ces étudiants.

15 L’étude de Karsenti (2013), menée auprès de 2 416 étudiants inscrits dans les formations à distance soutenues par l’AUF, principalement dans des universités africaines, fait état des bénéfices qu’ils déclarent en avoir retirés quant à l’accroissement de leurs compétences, à leur avancement professionnel et à l’amélioration de leurs conditions salariales. Les seules réserves manifestées par ces étudiants ont trait au volume de travail qui leur a été demandé et aux échéances qu’ils devaient respecter, ainsi qu’à un mode d’apprentissage individuel pour ceux d’entre eux qui étaient inscrits dans des universités du Nord, s’opposant à la proximité culturelle entre apprenants et formateurs dans les universités du Sud.

16 Il s’agit essentiellement d’étudiants engagés dans des études en administration, lesquels comptent pour 60 % des effectifs de cette université.

17 Notre analyse a visé à faire émerger les thématiques principales de ces messages. Les interventions citées donnent généralement lieu à au moins une demi-douzaine de réponses. Seules les interventions ayant trait à des demandes de renseignements administratifs ou techniques ou à des annonces d’intérêt général ont été ignorées.

18 Les messages émis par les étudiants sur Facebook ne comportent pas de titres et s’organisent selon des fils de discussion. Les titres apparaissant dans ce texte ont été choisis de façon afin de refléter la thématique principale exposée, ainsi que les principales préoccupations manifestées par les étudiants. La plupart du temps, seul le message initial apparaît ; en quelques occasions, une réponse est également citée.

19 Formation à distance : comment aller jusqu’au bout, Thot Cursus, 9 avril 2013.

20 Ronfard (2007) souligne que la formation à distance permet à l’apprenant de rester le plus souvent dans son contexte professionnel, ce qui lui permet de faire des mouvements d’aller-retour entre la théorie et la pratique, entre le contexte professionnel et l’apprentissage.

21 Gauthier (2002), op. cit.

22 Ronfard (2007), op. cit.

23 Fusaro M., Couture A. et al. (2012), p. 47.

24 Ce mode d’interaction semble d’ailleurs être déjà expérimenté par certains professeurs dans quelques cours.

25 Dans leur enquête sur les formations à distance soutenues par l’AUF, Karsenti (2013) souligne que le rôle des tuteurs est apprécié lorsque ces derniers interviennent de manière rapide, personnalisée et compréhensive. Nul doute que des interventions courtes peuvent être combinées à d’autres, plus longues, selon divers médias, afin de répondre à ces attentes.

26 Les étudiants préfèrent les cours à l’ancienne, Le Figaro étudiant, 2 novembre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Guillemet, « Les étudiants préfèrent Facebook », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://dms.revues.org/762 ; DOI : 10.4000/dms.762

Haut de page

Auteur

Patrick Guillemet

Patrick Guillemet, spécialiste des sciences de l’éducation, est un retraité fort actif de la Télé-université (université du Québec) - note de la rédaction !
7290, rue Louis Hémon, Montréal (Québec) H2E 2T7
pguillem@lycos.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org