Navigation – Plan du site
Discussion

Les MOOC changeront-ils le rôle des universités ?

Pierre Landry

Texte intégral

1À propos de l’usage des MOOC, Bernadette Charlier pose deux questions de fond. Comment améliorer le fonctionnement des universités tout en garantissant un enseignement de qualité ? Quel rôle peut-on assigner à l’université dans une société où les adultes poursuivent leur formation tout au long de leur vie ?

« Enfin, au-delà des enjeux de marketing qui semblent mobiliser certains, les MOOC ne seraient-ils pas une occasion à ne pas manquer de se centrer davantage sur la qualité de l’enseignement à l’université et sur les missions de l’université de demain ? Il s’agirait en effet d’interroger l’ouverture de l’université, la nature des savoirs ou des connaissances transmises ou construites ainsi que les effets des dispositifs offerts sur et pour les apprenants et, plus largement, pour la société. »

  • 1 On peut pratiquement tout apprendre avec un livre. Cela prend du temps. Parfois, la vie n’y suffit (...)

2L’efficacité et l’efficience de l’enseignement peuvent-elles être améliorées par l’usage de MOOC par les étudiants ? Les MOOC, comme les autres dispositifs formations à distance, sont d’autant plus utiles qu’ils viennent en complément d’autres actions éducatives. La valeur éducative de la formation en université est fonction de la qualité des échanges entre les enseignants et les étudiants et les étudiants entre eux. La vie sur un campus est en soi un apprentissage qui vient renforcer les activités en amphi, en laboratoire ou en bibliothèque (les ouvrages à lire sont loin d’être tous disponibles sous forme numérique). L’usage des dispositifs de formation à distance a évolué vers l’hybridation des modalités d’apprentissages pour produire des environnements propices à ces apprentissages. En ce sens, l’usage des vidéos (en complément des supports écrits1) est en harmonie avec la pratique des médias par les étudiants dans la vie courante. La vidéo réintroduit le langage corporel et l’oralité dans la communication avec une dimension émotionnelle renforçant l’argumentation de l’enseignant. Mais est-ce suffisant pour qu’une relation affective, si importante pour l’adhésion au discours, s’installe hors de la possibilité de rencontres en face-à-face ?

3C’est cette hybridation que l’on constate avec l’arrivée des SPOC (small private open course), signalé dans l’article de Christian Depover, qui s’intègrent beaucoup mieux que les MOOC dans un cursus suivi en université avec pour conséquence l’obtention de meilleurs résultats aux évaluations universitaires. Un meilleur taux de réussite aux examens réduisant le « coût » d’un étudiant serait donc la justification de l’emploi des SPOC dans les universités.

  • 2 Lors du « The Princeton-Fung Global Forum » de Paris en avril 2014, Daphne Koller, fondatrice de CO (...)
  • 3 Online students can't help being sociable Sean Coughlan By Sean Coughlan BBC News education corresp (...)

4Les universités ont pour fonction première de former des étudiants en sortie de l’enseignement secondaire ou, en début de carrière, pour compléter leur formation par un Master. Encore faut-il pouvoir s’inscrire dans une université. Le manque de place ou le niveau des droits d’inscriptions sont des freins importants à l’accès aux universités. Les MOOC pourraient représenter une alternative transitoire pour les étudiants les plus motivés de pays émergents2 ou de pays comme l’Inde qui prévoit de faire passer le nombre d’étudiants diplômés de 13 % à 30 % d’une classe d’âge, ce qui implique de former un nombre considérable de nouveaux enseignants. Et cela prendra du temps ! Cette possibilité de formation à distance serait d’autant plus efficace que des regroupements de proximité seraient organisés par des institutions ou par les étudiants eux-mêmes3.

  • 4 Cours en ligne organisé par le Professeur Bernard Badie et son équipe de janvier à avril 2014, acce (...)

5Cependant, la majorité des adultes font appel à une très grande variété de modalités de formation pour développer leurs compétences. Ce qui est nouveau avec les MOOC, c’est la possibilité « théorique » ouverte à toute personne de suivre un cours d’une université. En fait, beaucoup d’inscrits à un MOOC ont déjà un bon niveau d’études ce qui confirme l’adage affirmant que « la formation va à la formation ». Les statistiques de suivi du MOOC Espace mondial4 de Science Po, (voir supra) le confirment.

6Ce ne sont plus des jeunes en formation, mais des adultes recherchant un complément de formation. Le choix d’investir dans sa formation repose en partie sur la confiance que l’on accorde à l’institution et le fait que celle-ci bénéficie d’un grand prestige peut être un élément déclenchant. Pour ces adultes, la question de l’évaluation n’est pas forcément primordiale dans la mesure où ils gèrent leur portefeuille de compétences. Faire état d’une attestation de suivi d’un cours d’une prestigieuse université peut contribuer à rendre un CV plus attractif. Une étude plus approfondie des usages des MOOC pourrait mettre en évidence des attentes spécifiques de la part d’adultes s’inscrivant à un MOOC. Il se pourrait, par exemple, que la personne ne s’intéresse qu’à une partie d’un cours ce qui expliquerait certains abandons.

7Plus généralement, les universités pourraient réfléchir à une offre de formation qui ne s’inscrirait pas dans des cursus, mais qui répondrait à la variété des besoins des adultes au cours de leur vie. Le principe des « produits dérivés » pourrait servir de modèle économique en adaptant des cours existants à cette nouvelle demande. Mais qui financera cette nouvelle mission confiée aux universités ?

8Reste à traiter la question des accompagnements nécessaires à ce type d’offre qui pourraient faire appel à des compétences hors l’université sous forme de contrat d’association.

Éducateurs conventionnels et non-conventionnels « Faire appel, au côté des enseignants professionnels, à des auxiliaires et aux professionnels d’autres domaines (ouvriers, techniciens, cadres, etc.) ; faire appel aussi au concours des élèves et étudiants, dans des conditions telles qu’ils s’éduquent eux-mêmes en instruisant les autres et se pénètrent de l’idée que toute acquisition intellectuelle comporte, pour son bénéficiaire, le devoir de la partager avec autrui. » Faure E, Apprendre à être, UNESCO, 1972, p. 247

9Si, par définition, un étudiant à appris à apprendre en suivant avec succès son cursus universitaire est-il prêt à gérer son parcours de formation tout au long de sa vie hors du cadre universitaire ? Être étudiant est une chose, devenir autodidacte en est une autre comme l’indique Bernadette Charlier :

« Il y a bien sûr l’accès aux technologies, à l’information et la compétence dans la langue du cours. En admettant que ces aspects soient résolus, le moment de l’inscription est très facile. Il reste ensuite la capacité de l’étudiant à s’autodiriger, à s’autoévaluer et à exploiter les ressources à sa disposition, donc à les décoder. Peu de recherches ont porté sur ces aspects »

  • 5 L’Autoformation, Montréal, PUM, 2002, pp. 146-152

10La complexité du processus d’autoformation est soulignée par Nicole Tremblay qui liste 5 notions (méta apprentissage, stochastique, praxis, cadre organisateur, réseautage) et 24 compétences pour circonscrire les principes d’apprentissages en autonomie5. C’est vraisemblablement le principal obstacle à une utilisation massive de dispositifs de formation à distance par des personnes cherchant à apprendre et n’ayant pas développé tout ou partie de ces compétences. À moins que, tout au long de leur scolarité, les élèves puis les étudiants soient amenés à développer leurs compétences de gestion de leurs apprentissages par des activités adéquates.

11N’est-ce pas la mission (nouvelle ?) de l’université d’accompagner les jeunes puis les adultes dans leur quête de savoirs et de compétences tout au long de leur vie dans un monde en mutation de plus en plus rapide ?

MOOC Espace Mondial –statistiques au 28 mars 2014

MOOC Espace Mondial –statistiques au 28 mars 2014
Haut de page

Notes

1 On peut pratiquement tout apprendre avec un livre. Cela prend du temps. Parfois, la vie n’y suffit pas. Le propre d’un cours est d’accélérer le processus d’apprentissage en insistant plus sur le questionnement à propos du contenu que sur le contenu lui-même.

2 Lors du « The Princeton-Fung Global Forum » de Paris en avril 2014, Daphne Koller, fondatrice de COURSERA, indiquait que 2/3 des inscrits se trouvaient à l’extérieur des États-Unis d’Amérique et 1/3 dans des pays émergents.

3 Online students can't help being sociable Sean Coughlan By Sean Coughlan BBC News education correspondent
http://www.bbc.com/news/business-26925463

4 Cours en ligne organisé par le Professeur Bernard Badie et son équipe de janvier à avril 2014, accessible sur la plate-forme FUN (France Université Numérique) http://www.france-universite-numerique.fr/

5 L’Autoformation, Montréal, PUM, 2002, pp. 146-152

Haut de page

Table des illustrations

Titre MOOC Espace Mondial –statistiques au 28 mars 2014
URL http://dms.revues.org/docannexe/image/759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Landry, « Les MOOC changeront-ils le rôle des universités ? », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 02 décembre 2016. URL : http://dms.revues.org/759

Haut de page

Auteur

Pierre Landry

Secrétaire Général du Comité mondial pour les apprentissages tout au long de la vie
www.cma-lifelonglearning.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org