Navigation – Plan du site
Retours d'expérience dialogués

Retour sur une expérience de développement de l’enseignement à distance en santé publique

Roger Salamon et Equipe pédagogique de l’ISPED

Résumé

L’Institut de santé publique, d’épidémiologie et développement s’est lancé dans l’enseignement à distance en 2001 afin de répondre initialement à un besoin de formation des professionnels de santé des pays du Sud. Depuis cette date, il a construit un modèle de formation accordant une large place au suivi personnalisé et reposant sur des collaborations étroites avec des enseignants et des institutions à l’international.

Haut de page

Notes de la rédaction

Commentaire du conseil scientifique de DMS : À l’occasion d’une première contribution des auteurs, déjà bien développée, une demande de quelques précisions complémentaires a été formulée. Les questions suscitées soulignent l’importance d’aspects stratégiques et pratiques dans le développement, l’aboutissement et la pérennité d’une telle expérience, de sorte qu’il a paru intéressant d’en préserver la trace au sein du texte définitif.

Texte intégral

Introduction

1L’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (ISPED)1, au sein de l’université Bordeaux Segalen, s’est affirmé, depuis sa création en 1989 sous l’appellation UFR de santé publique, comme un acteur majeur de la formation et de la recherche en santé publique en France et à l’international.

2Son internationalisation repose aujourd’hui en partie sur une offre variée de formations diplômantes à distance vers les pays francophones du Sud. L’ISPED compte actuellement 12 diplômes d’université (DU) et un master en santé publique en ligne, avec une première année généraliste et deux spécialisations en épidémiologie et promotion de la santé en deuxième année.

3En 12 ans, il a contribué à former plus de 3 800 apprenants en e-learning répartis dans 70 pays, renforçant ainsi sa visibilité à l’international. Pourquoi et comment l’ISPED s’est lancé dans l’enseignement à distance en 2000 ? Quels sont, de son point de vue, les points forts et les points à améliorer de son offre de formation à distance ?

Contexte du développement de l’enseignement à distance à l’ISPED

Une forte demande venant des pays francophones du Sud

4L’ISPED a développé l’enseignement à distance (EAD) à partir de 2001 afin de répondre à de nombreuses demandes de formations en santé publique provenant notamment de professionnels de santé (médecins et non-médecins) d’Afrique subsaharienne, lesquels ne pouvaient venir se former en France pour des raisons personnelles, professionnelles ou financières.

5Il a ainsi ouvert, dans un premier temps, le DU Méthodes et pratique en épidémiologie via Internet, l’épidémiologie étant l’une de ses forces, reconnue à l’international. L’adhésion des apprenants a été immédiate (une cinquantaine d’inscrits au DU dès la première année). Puis, l’ISPED a mis en place les DU Recherche clinique et Méthodes statistiques en santé, lesquels ont constitué les premières briques du futur master de santé publique (ouvert en ligne en 2007).

6Fort de l’expérience accumulée, il a développé récemment une offre de formations en espagnol (deux DU, puis un master à partir de 2013) afin de répondre à une demande croissante de formation en promotion de la santé en Amérique latine.

  • 2 Pierre-Jean Loiret, Coordonnateur de projets Numérique éducatif, et Sylvie Villeret, chef de projet (...)

Questions de Pierre-Jean Loiret et Sylvie Villeret2 : Suffit-il de connaître un besoin et d’obtenir des subventions pour se lancer dans la FOAD ? Il a sans doute été nécessaire de convaincre les enseignants, les responsables administratifs, les apprenants de démarrer une aventure pédagogique ? Le modèle organisationnel que vous présentez s’est-il tout de suite imposé ou est-ce le résultat d’une évolution progressive ? Avez-vous tâtonné avant de trouver votre formule ? Tout a-t-il été pensé et développé en interne ou avez-vous fait appel à des expertises extérieures ?

Une volonté politique suivie d’un engagement de l’équipe pédagogique

  • 3 Fondateur de l’ISPED, en tant qu’institut universitaire, en 1997. Le Pr Salamon a dirigé l’Institut (...)

Le développement de l’EAD résulte d’abord d’une stratégie de la direction de l’ISPED, et en particulier, du Pr Roger Salamon3, laquelle s’est concrétisée grâce à l’investissement très important d’une poignée d’enseignants. Il a bénéficié de l’expertise de pionniers de l’EAD en France tels que le Pr Gérard-Michel Cochard et son équipe à l’université de Picardie, et de l’expérience d’autres équipes dans le cadre de congrès concernant la pédagogie en ligne.

Questions : Ce processus d’adhésion à une démarche nouvelle, d’investissement en temps, en énergie a-t-il été si évident au départ ? Comment s’est créée l’alchimie nécessaire à sa mise en œuvre ? Le leadership de la direction de l’époque a-t-il joué un rôle important et continue-t-il de le faire ?

L’adhésion des enseignants à cette nouvelle modalité d’enseignement a notamment été facilitée par la présence au sein de l’Institut de fortes compétences en informatique. L’ISPED a ainsi développé sa propre plateforme d’EAD afin de répondre au mieux aux besoins et idées des enseignants (actuellement, deux développeurs sont chargés de ces aspects). La mobilisation des enseignants a aussi été encouragée par la mise en place, dès les premiers mois, d’un service de médiatisation informatique (une personne d’abord, deux personnes aujourd’hui), leur permettant de ne se consacrer qu’à l’enseignement. L’ISPED a également progressivement recruté des assistantes pédagogiques (5 ETP actuellement) qui ont développé des savoir-faire spécifiques à l’enseignement à distance pour la gestion administrative (inscriptions à distance, organisation des examens dans différents sites à l’étranger, etc.), tout en communiquant presque exclusivement via la messagerie électronique avec les apprenants. Enfin, l’ISPED s’appuie aussi sur une personne en charge de la gestion de la formation continue. Puis, il s’est doté d’une personne chargée du développement de partenariats et de la recherche de financements. Le modèle organisationnel applicable à l’ISPED s’est donc imposé rapidement.

Néanmoins, il n’existe pas de pôle spécifique pour l’EAD à l’ISPED. L’offre de formation est pensée et structurée de manière globale : en effet, l’enseignement à distance et l’enseignement en présentiel ne se sont pas développés séparément, mais se complètent et s’enrichissent l’un l’autre. Les développements proposés par l’équipe informatique, par exemple, servent à la fois au présentiel (« présentiel enrichi ») et à l’enseignement à distance. De même, certains supports de cours développés par l’équipe enseignante pour l’EAD sont réutilisés dans le cadre de l’enseignement présentiel.

L’ISPED a également acquis un savoir-faire en ingénierie pédagogique en matière d’enseignement à distance, permettant l’ouverture continue de nouvelles unités d’enseignement (UE) et de nouveaux diplômes. Son équipe a procédé à une formalisation de ces savoir-faire acquis au fil du temps, qui facilite le transfert des savoirs acquis de son expérience.

Des opportunités financières

7Le développement de l’EAD a aussi été permis grâce à l’obtention de financements régionaux, nationaux et internationaux.

8Après avoir ouvert son premier DU via Internet en 2001, l’ISPED a en effet bénéficié en 2002 d’une aide du ministère de la Jeunesse, de l’Éducation et de la Recherche dans le cadre de son appel à projets « Campus Numériques ». Cette aide lui a ainsi permis de renforcer cet enseignement et de l’adapter aux publics des pays du Sud. L’ISPED a également obtenu le soutien financier du conseil régional d’Aquitaine en 2003 pour le développement de sa plateforme Plei@de d’enseignement à distance.

9Enfin, l’ISPED a ouvert le master mention Santé publique en 2007-2008 grâce à un fonds de solidarité prioritaire (FSP) du ministère des Affaires étrangères.

10Par ailleurs, le soutien octroyé très rapidement par Sidaction (en 2002) et l’Agence universitaire de la francophonie – AUF (en 2004) a joué un rôle primordial dans le succès de cette initiative, à travers l’attribution de bourses d’allocations à distance.

Les facteurs d’attractivité de l’offre de formations à distance de l’ISPED

Une offre de formations diplômantes variée et flexible

11La force de l’ISPED réside premièrement dans son offre de formations diplômantes : d’une part, des DU délivrés par une institution bénéficiant d’une image très positive à l’étranger et, d’autre part, des diplômes nationaux (master). De plus, concernant le master, l’enseignement proposé en ligne correspond exactement au contenu proposé en présentiel à quelques options près.

12En outre, la variété et la flexibilité des formations proposées permettent de répondre à la demande d’un large panel d’apprenants souhaitant obtenir une mise à jour de leurs connaissances tout en travaillant, ou obtenir un diplôme de niveau master reconnu internationalement afin de donner une réelle plus-value à leur parcours professionnel. Le suivi des DU, dont la durée est équivalente à environ 100 heures de cours répartis sur une année universitaire (3 à 4 heures hebdomadaires), rend en effet possible l’exercice d’une activité professionnelle en parallèle tout en favorisant une familiarisation graduelle des méthodes d’apprentissage à distance. La validation de certains DU permet de valider progressivement des UE du master pour les étudiants dont l’objectif à terme est d’obtenir un master. L’ISPED offre aussi la possibilité aux apprenants de suivre chaque année du master en 2 ans (les frais de formation continue n’étant réglés qu’une seule fois, la première année).

13L’EAD répond aussi tout particulièrement aux besoins des personnes à mobilité réduite, de plus en plus nombreuses à choisir cette modalité d’enseignement à l’ISPED. Ainsi, en 2012-2013, elles étaient 3 en 2e année de master en épidémiologie, résidant en France métropolitaine, sur une promotion de 43 étudiants au total, dont 10 étudiants suivant la formation en ligne.

De nombreux services

14Le principe retenu par l’ISPED est de ne pas seulement « mettre des cours » sur Internet, mais de « faire cours » sur Internet. Des « médiatisatrices » sont en effet chargées, en étroite collaboration avec les enseignants, d’adapter les contenus qu’ils ont développés pour leur utilisation en ligne (découpage des cours, création d’animations interactives, mise en ligne de fichiers pour les études de cas, enregistrement audio/vidéo d’enseignements, etc.). Les enseignements prévoient aussi des exercices réguliers d’auto-évaluation permettant aux apprenants d’évaluer leurs compétences tout au long de leur parcours. Les apprenants ont également accès à une assistance technique (hotline) par mail, à des manuels d’utilisation de la plateforme, et à l’ensemble des informations administratives dont ils ont besoin pendant la formation. Le personnel informatique développe régulièrement de nouveaux outils suivant les demandes des enseignants, des services administratifs, mais aussi des étudiants, demandes exprimées lors des évaluations à l’issue de la formation.

Déceler les difficultés, réduire le taux d’abandon, avec un suivi de proximité

15La principale difficulté de l’EAD tient au risque élevé d’abandon. Afin de lutter contre l’abandon, l’ISPED veille à inscrire les apprenants dans des dispositifs individualisés, accordant une large place au tutorat et aux échanges entre pairs. Ce tutorat s’exerce selon plusieurs modalités : télétutorat individuel via la plateforme de tutorat ou la messagerie électronique, télétutorat pour l’ensemble d’un groupe d’apprenants via un forum (l’ISPED a ainsi créé des forums pour chaque module des DU et chaque unité d’enseignement (UE du master), ou encore tutorat en présentiel lors des regroupements dans le cadre du master. Les tuteurs ont un rôle distinct de celui des enseignants. Ils ont pour but de déceler les difficultés des apprenants, d’identifier leurs erreurs d’interprétation ou de compréhension. Ils ont aussi pour but de les aider à organiser leur temps de travail et leurs activités, et de leur rappeler les échéances des devoirs à rendre. Ils leur redonnent des repères sociaux et dans le temps indispensables à tout processus d’apprentissage. Enfin, ils ont pour but de les initier à l’autonomie, de leur « apprendre à apprendre ». Les tuteurs sont des personnes ressources pour les apprenants isolés, des « médiateurs » de la formation. Afin de remplir ses missions, chaque tuteur ne gère en moyenne pas plus de dix étudiants. Grâce aux différents éléments mis en place pour le suivi des apprenants, l’ISPED enregistre des taux d’abandon très faibles (par exemple, pour le DU Méthodes et pratique en épidémiologie, sur les 199 apprenants inscrits en 2012-2013, seuls 12 % ne se sont pas présentés à l’examen final).

Questions : Pourriez-vous préciser les modalités d’évaluation des apprenants pour mieux comprendre le modèle pédagogique de la formation ? Comment s’organise le contrôle des connaissances ? Ou bien parlez-vous de compétences ? Et puis quels sont les résultats de l’application de votre modèle en termes de réussite aux examens finaux ? Êtes-vous satisfait à l’ISPED du taux de diplomation ? L’offre à distance a-t-elle eu un impact (moins de candidats ?) sur les formations identiques que vous proposez en présentiel à Bordeaux ? Pouvez-vous comparer les taux de réussite des deux modalités ?

Pour les DU, le contrôle des connaissances repose sur un contrôle continu à distance et sur un examen final présentiel. La note générale se compose, pour un tiers, des points obtenus lors des contrôles continus, et, pour deux tiers, des points obtenus lors de l’examen final écrit. Le contrôle continu proposé en ligne permet d’assurer un suivi régulier de l’étudiant tout au long de l’année. Les étudiants sont également tenus de rendre des exercices supplémentaires durant l’année (lesquels ne sont pas pris en compte dans l’évaluation). L’examen final présentiel a pour but d’évaluer l’acquisition des connaissances et des compétences et d’attester de l’identité du candidat. Il se déroule à Bordeaux ou dans le pays de résidence des apprenants, grâce aux Campus numériques francophones de l’AUF , au réseau des ambassades de France à l’étranger, ou à d’autres partenaires (universités, instituts Pasteur).

Le contrôle des connaissances en master s’effectue de la même manière en présentiel et à distance, s’agissant du même diplôme. Si les abandons surviennent de manière plus précoce à distance qu’en présentiel, l’équipe pédagogique constate des taux de réussite en master similaires entre les deux modalités (environ 90 %). Les deux modalités coexistent sans concurrence, chacune ayant son public spécifique. La modalité à distance ne s’adresse qu’à des apprenants en formation continue, des professionnels de santé des pays du sud pour la plupart ; les étudiants « classiques » (en formation initiale) se retrouvent quant à eux en présentiel.

Par ses tuteurs et ses contenus, adapter la formation aux besoins des apprenants

16L’ISPED compte de nombreux tuteurs issus des pays du Sud (pour le DU Méthodes et pratique en épidémiologie, par exemple, sur les 20 tuteurs encadrant la promotion actuelle, la moitié réside dans un pays du Sud). Ce fonctionnement est rendu possible notamment grâce aux outils accessibles sur la plateforme dédiée au tutorat. Certains tuteurs sont d’anciens apprenants ayant suivi une ou plusieurs formations en ligne de l’ISPED. Ils contribuent non seulement à contextualiser les enseignements aux réalités des pays, mais ils sont aussi plus à même de comprendre les difficultés d’apprentissage des apprenants.

17L’ISPED propose aussi de nombreux contenus adaptés aux publics des pays du Sud (création d’une option « Infection par le VIH » dans le DU Méthodes et pratique en épidémiologie, ajout de cours orientés pays du Sud dans les UE optionnelles du M2 d’épidémiologie « Épidémiologie du cancer » et « Épidémiologie de l’infection par le VIH »). Ces contenus sont développés par des chercheurs de l’équipe de recherche « VIH, cancer et santé globale dans les pays à ressources limitées » du centre Inserm U897 épidémiologie et biostatistique au sein de l’ISPED, mais également par des partenaires issus des pays du Sud.

Une stratégie fondée sur un principe de coopération avec les pays francophones du Sud…

  • 4 Université d’Oran (Algérie), université d’Abomey-Calavi (Bénin), université de Ouagadougou (Burkina (...)

18L’ISPED propose aux étudiants en master à distance des regroupements une à deux fois par an, dans 7 universités et centres de recherche des pays d’Afrique francophone en ce qui concerne le master francophone4. Ces regroupements répondent à plusieurs objectifs. D’un point de vue pédagogique, ils permettent à des enseignants sélectionnés par l’équipe pédagogique de l’ISPED de faire réviser le contenu des enseignements aux étudiants afin de mieux les préparer aux contrôles de connaissances, d’identifier leurs éventuelles difficultés, d’échanger sur les méthodes de travail, les travaux à rendre et de les aider dans l’élaboration de leur projet de stage. De plus, comme le font les tuteurs, ils jouent également un rôle important pour la poursuite des étudiants dans le programme d’étude (aide au maintien de la motivation à un niveau élevé, lutte contre l’isolement, etc.). Pour ne pas laisser l’apprenant seul face à son organisation, un calendrier annuel est proposé et la remise des devoirs d’évaluation rythme l’année académique.

Questions : Participation de tuteurs du Sud à l’encadrement pédagogique, partenariat avec des établissements étrangers pour l’organisation de la formation. C’est rare et cela mérite d’être salué. Cependant considérez-vous ces participations comme une fin en soi ou bien avez-vous tenté d’aller plus loin dans la diplomation conjointe des diplômes avec vos établissements partenaires ? Pourriez-vous envisager un transfert de l’évaluation à la charge des établissements partenaires, une co-diplomation ? Cela fait-il partie de la stratégie de l’ISPED ?

Afin de consolider ce réseau de partenaires francophones, l’ISPED a été à l’initiative de la création en 2004 de l’association eSPeL (épidémiologie et santé publique en ligne). Cette association a pour mission d’encourager la production de contenus innovants en santé publique basés sur les technologies de l’information et de la communication, de promouvoir l’échange de bonnes pratiques et de renforcer les compétences numériques des enseignants. À terme, l’objectif de l’ISPED est de contribuer à la mise en place de doubles diplômes ou de diplômes conjoints, en s’appuyant sur ce qui constitue l’une des forces de ses partenaires, c’est-à-dire une excellente connaissance des problématiques locales.

… ainsi que sur les acteurs de la coopération francophone

19L’AUF et les ambassades de France jouent aussi un rôle important dans le bon fonctionnement du master et des DU grâce notamment à leur aide pour l’organisation des examens (mise à disposition de locaux et surveillance des examens). L’AUF met à disposition des étudiants de l’ISPED ses campus numériques francophones (salles équipées d‘ordinateurs connectés à Internet, ressources documentaires, services de visioconférence, des formations à la bureautique, etc.). Elle contribue enfin à la diffusion de l’offre de formations de l’ISPED.

20Le succès des formations proposées en EAD à l’ISPED tient également au soutien accordé par ces acteurs de la coopération francophone à travers l’attribution d’allocations pour les étudiants étrangers. Les ambassades de France ont attribué 95 allocations d’étude à distance de 2004 à 2009 à des étudiants originaires de pays du Sud, dans le cadre du FSP. L’Agence universitaire de la francophonie (AUF) a quant à elle accordé près de 400 allocations d’étude pour les DU depuis 2004 et une quarantaine pour le master depuis 2008. L’ISPED bénéficie également d’allocations ciblées sur des thématiques spécifiques de la part de certains organismes, tels que Sidaction.

Questions : Le problème du modèle économique de la FOAD se pose souvent. D’après vous, des subventions restent indispensables pour assurer la pérennité de la formation. Est-ce davantage les apprenants qui ont besoin d’aide pour payer les frais d’inscription (quel est leur montant ?) ou bien l’ISPED qui a besoin de ressources supplémentaires pour payer les frais de fonctionnement du dispositif ? Selon vous, à quel coût faudrait-il facturer aux apprenants la formation pour pouvoir vous passer d’aides ? Que comptez-vous exactement dans les montants que vous demandez aux apprenants ?

Ces programmes d’allocations sont indispensables pour permettre à des apprenants, provenant majoritairement de pays du Sud, de prendre en charge les frais d’inscription. En effet, les formations à distance coûtent souvent plus « cher » que les formations en présentiel (par exemple, les frais de formation continue pour le master mention Santé publique de l’ISPED s’élèvent à 4 500 € à distance contre 3 250 € en présentiel). Ce coût permet de couvrir les dépenses courantes liées à la formation, c’est-à-dire l’ingénierie pédagogique, les moyens humains mobilisés pour le développement des enseignements, puis pour leur médiatisation, le tutorat et les regroupements, le cas échéant, l’organisation des examens, la gestion administrative et informatique (hotline) et les développements informatiques, ainsi que la maintenance des équipements. Le « bénéfice » dégagé par certaines formations « anciennes » de l’ISPED lui permet de compenser le manque à gagner d’autres formations plus jeunes et dont le développement correspond à des choix stratégiques.

Après une dizaine d’années d’expérimentation de l’EAD, l’ISPED a su trouver un modèle économique équilibré. Néanmoins, la mise en œuvre de toute innovation technologique ou de toute nouvelle formation requiert des fonds supplémentaires.

Les difficultés liées au développement de l’enseignement à distance

Un investissement humain et matériel important

21L’EAD requiert des investissements importants en termes de personnel (enseignants, tuteurs, administratifs et informaticiens), mais aussi matériels (salle de visioconférence, outils numériques). En effet, les modalités de l’EAD ne doivent pas rester figées. Ainsi, l’équipe informatique de l’ISPED a mis en place une veille technologique, et doit continuellement innover en fonction des demandes (les dernières évolutions de la plateforme d’enseignement ont concerné la possibilité de partage de documents, de postcast, d’accès à la plateforme via un dispositif mobile connecté de type smartphone ou tablette tactile).

Un manque de visibilité et de reconnaissance

22L’offre de formations à distance en France est aujourd’hui abondante. Elle regroupe des réalités très différentes (simple mise en ligne de supports pédagogiques, formations diplômantes comprenant du tutorat, formations hybrides comprenant des enseignements à distance et présentiels, etc.). De plus, elle est relayée par de nombreux moyens de diffusion (Formasup, FIED, AUF, CampusFrance, etc.). Les personnes intéressées se retrouvent donc perdues face à cette multitude d’informations.

23Cette diversité contribue aussi à une certaine méfiance de leur part et des potentiels financeurs. L’AUF est l’un des rares organismes finançant les études à distance, et le nombre d’allocations qu’elle attribue à des établissements d’enseignement supérieur du Nord tend à diminuer au profit des établissements des pays du Sud. Les ambassades françaises à l’étranger, quant à elles, sont limitées dans la possibilité d’utiliser les crédits destinés au financement de bourses d’études en présentiel pour des programmes à distance.

Conclusion

24L’enseignement à distance représente un outil extraordinaire d’accès à la connaissance et à des formations diplômantes. Il favorise notamment l’évolution professionnelle et l’amélioration de la santé publique des pays du Sud, tout en contribuant au maintien de l’insertion dans ces pays de leurs (futurs) cadres. Il est également particulièrement adapté aux personnes à mobilité réduite.

25Néanmoins, cette modalité d’enseignement suppose des coûts importants, tant pour l’établissement producteur de ces enseignements (en termes de développement, de maintenance des enseignements et d’encadrement des apprenants), que pour les apprenants eux-mêmes. Elle requiert donc la recherche de financements, initialement, mais également de façon récurrente, tant pour le versant concernant l’établissement producteur, que pour celui qui concerne la prise en charge des frais de formation des apprenants.

26Le suivi par les étudiants de formations à distance de type master requerrait enfin un allègement ou une adaptation de leur temps de travail, ce qui est rarement le cas. Il est en effet important de noter qu’il ne leur est pas toujours facile de maintenir une activité régulière et féconde tout au long de l’année, malgré les exercices et les projets à rendre, du fait d’une incapacité à dégager un temps suffisant pour leur formation. Des dispositifs de formation disponibles en France permettent aux salariés de s’absenter de leur travail pour suivre une formation tout en conservant tout ou partie de leur salaire. De tels mécanismes pourraient être encouragés par les organismes de coopération pour couvrir le manque de revenu à gagner pour les apprenants.

Haut de page

Notes

1 www.isped.u-bordeaux2.fr

2 Pierre-Jean Loiret, Coordonnateur de projets Numérique éducatif, et Sylvie Villeret, chef de projet FOAD, à l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), www.auf.org, www.foad.refer.org

3 Fondateur de l’ISPED, en tant qu’institut universitaire, en 1997. Le Pr Salamon a dirigé l’Institut jusqu’en 2005. Il en est aujourd’hui le directeur honoraire. Il est aussi le président du haut conseil de Santé publique.

4 Université d’Oran (Algérie), université d’Abomey-Calavi (Bénin), université de Ouagadougou (Burkina Faso), Institut Pasteur (Madagascar), université de Bamako (Mali), université Sidi Mohamed Ben Abdallah (Fès, Maroc), université de Sousse (Tunisie)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Salamon et Equipe pédagogique de l’ISPED, « Retour sur une expérience de développement de l’enseignement à distance en santé publique », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://dms.revues.org/715 ; DOI : 10.4000/dms.715

Haut de page

Auteurs

Roger Salamon

Fondateur de l’ISPED, en tant qu’institut universitaire, en 1997, le Pr Salamon a dirigé l’Institut jusqu’en 2005. Il en est aujourd’hui le directeur honoraire. Il est aussi le président du haut conseil de Santé publique.

Equipe pédagogique de l’ISPED

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org