Navigation – Plan du site

Editorial

Conseil scientifique de DMS

Texte intégral

1Comme Pierre Jarraud et Antoine Rauzy l’ont souligné, les coordonnateurs de ce « numéro FIED » ont pris le parti d’associer praticiens et chercheurs de plusieurs de leurs universités et de présenter leurs travaux sous la forme d’articles ou d’entretiens, de comptes-rendus de recherche ou d’expérience, sur des thèmes porteurs de la formation à distance, ou qui la questionnent. Il nous a paru important qu’il n’y ait pas que des interventions conformes aux positions de l’association : pour avancer, progresser, il faut savoir s’interroger et réagir à des positions contraires. Ce numéro ne vise pas à faire la promotion de l’EAD, qui, d’ailleurs, n’en a pas besoin.

2En premier lieu, la question de l’industrialisation de la formation, abordée par Marc Trestini et Bernard Coulibaly, renvoie à un important domaine de recherche, à préciser et à interroger. Après avoir défini le concept d’industrialisation ainsi que ceux qui le sous-tendent et le caractérisent, les auteurs montrent en quoi les processus actuels de production et de suivi des formations à distance visent à répondre aux caractéristiques de ce concept. Un travail de recherche conduit entre 2010 et 2012 à l’Université de Strasbourg, sert de cadre à un questionnement des idées qui ont poussé les prescripteurs à revoir la manière de concevoir et produire la formation à distance, ainsi que sur la façon donc ces évolutions ont été vécues par les différents acteurs. Le bilan à tirer de la reconfiguration des dispositifs est présenté en conclusion.

3Brigitte Albero et Sandra Safourcade présentent ensuite une étude exploratoire d’un dispositif de formation qui privilégie l’acquisition des compétences par les étudiants. Sont successivement exposés : les principes d’organisation du dispositif (consortium multipartenarial, mutualisation des ressources, articulation des projets de formation, logistique, logique d’usage, hybridation et instrumentation différenciée des apprentissages), l’approche théorique et méthodologique de l’enquête, puis les résultats. Cette étude offre également des éclairages sur les articulations entre critères nationaux (offre générique de formation) et locaux (ajustement aux particularités socioéconomiques régionales, suivi individualisé des étudiants), sur diverses formes d’instrumentation des apprentissages qui dépassent les niveaux techniques et informationnels élémentaires. Elle met ainsi en relief certains problèmes des environnements de formation actuels qui hybrident différentes formes pédagogiques.

4Puis un entretien avec Jean-François Bourdet et Nicolas Postec, permet, à travers l’exemple de l’Université du Maine au Mans, de revenir sur la gestion et l’évolution des formations à distance. Les deux chercheurs évoquent un certain nombre de points cruciaux, notamment l’évaluation à distance, où « la virtualisation des interactions place les acteurs dans une perspective herméneutique : il s’agit de chercher à interpréter les difficultés possibles, d’abord en situation de conception/programmation (intégration de remédiations types, d’outils de repérage des dysfonctionnements, construction de feed-back), ensuite en situation de suivi (pratique tutorales) », et où « la diversité des situations réelles de fréquentation des dispositifs, l’anticipation des difficultés reste partielle et en partie aléatoire ». Le développement des MOOC n’est pas sans effet sur la notion d’évaluation, MOOC qui sont également abordés par les auteurs d’une façon plus englobante.

5Un cadre international sous-tend l’article suivant. Dans un domaine d’application rarement évoqué dans DMS, Roger Salamon et l’équipe pédagogique de l’ISPED (Institut de Santé Publique, d’Épidémiologie et Développement) font part d’un retour d’expérience concernant un projet de développement de l’EAD en santé publique. A la suite de la réponse initiale à un besoin de formation des professionnels de santé des pays du sud, l’ISPED a construit un modèle de formation accordant une large place au suivi personnalisé et reposant sur des collaborations étroites avec des enseignants et des institutions à l’international. C’est ce modèle qui est ici présenté. Deux responsables de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), Pierre-Jean Loiret et Sophie Villeret, ont relevé plusieurs points d’intérêt spécifique qui ponctuent ce retour d’expérience.

6Last but not least, un article de Didier Paquelin n’a pu être inclus dans ce numéro. Programmé pour la prochaine livraison de DMS, indiquons cependant qu’il traite des reconfigurations organisationnelles propices au développement de l’offre et des pratiques de formation à distance. L’auteur analyse l’expérience d’une université québécoise pour montrer l’intérêt de la bi-modalité pour répondre aux besoins des étudiants et les accompagner dans la réussite de leurs études universitaires. Il en tire des enseignements quant aux possibilités non exploitées des centres de télé-enseignement en France, susceptibles d’être des acteurs de changement, quittant ainsi leur marginalité.

7L’article examine les dynamiques historiques qui ont organisé l’offre de formation à distance dans les universités françaises tout en revenant sur cette construction en marge des activités de formation en présence pour assurer une continuité du service public auprès des étudiants empêchés. L’évolution des profils étudiants, de leur salariat et de leurs attentes conduit à penser cette modalité pédagogique comme une possibilité qui leur est donnée de construire leur parcours en suivant des cours sur campus et des cours à distance. L’hybridation de situations d’apprentissage en présence et à distance requiert une reconfiguration des pratiques historiques de formation à distance, pour laquelle les centres de télé-enseignement peuvent être des acteurs de changement, quittant ainsi leur marginalité.

*

8La FIED, le mot des présidents le souligne, c’est une longue et riche expérience, pas toujours bien connue. Passé, présent et perspectives de cette fédération sont dépeints par Chantal Acheré1, dans un « Historique » aussi minutieux que synthétique. Une version largement plus détaillée, qui retrace les grandes actions de la FIED depuis sa création en 1987, est disponible sur le site de la fédération2.

9Créée en 1987, sous l’impulsion du Ministère de l’Enseignement Supérieur en réponse à la création de l’Association Européenne des Universités à Distance (EADTU), la FIED est formée du rassemblement des universités françaises qui, dès les années 1960, proposaient des formations à distance aux étudiants salariés et éloignés. Cet « Historique » relate l’originalité de l’expérience de cette structure, ses avancées, ses stagnations parfois, mais aussi l’espoir que revêt cette forme d’enseignement à distance qui, au fur et à mesure de son existence a multiplié les formes d’accompagnements pédagogiques.

*

  • 3 Patric Guillemet fut et demeure un spécialiste en sciences de l’éducation à la Télé-université du Q (...)

10Si la contribution de Chantal Acheré conclut la participation de la FIED à ce numéro de DMS, un article au titre provocateur, « Les étudiants préfèrent Facebook », de Patrick Guillemet3, nous a semblé s’inscrire dans les thèmes abordés par les chercheurs et praticiens de la FIED, et nous le proposons donc à nos lecteurs en continuité de ceux qui précèdent.

11Patrick Guillemet présente les résultats d’une étude québécoise, portant sur les modalités d’apprentissage et les utilisations des TIC par les étudiants universitaires québécois. L’étude a été menée auprès de 15 020 étudiants et 2 640 enseignants de 12 universités québécoises (rapport final, mai 2012), dans laquelle ceux-ci font état de leur faible attirance envers la formation à distance ainsi que l’enseignement en ligne. L’auteur fait l’hypothèse que cette perception peut trouver sa source dans le témoignage d’étudiants qui poursuivent leurs études de façon bimodale, et analyse les nombreux échanges d’étudiants universitaires à distance sur une page Facebook créée à leur initiative. Il interroge également les contributions théoriques relatives à la motivation et à la persévérance des étudiants à distance.

*

12Puis les rubriques habituelles de DMS - entretien, discussion, note de lecture - complètent ce numéro thématique de DMS.

13Dans le cadre d’un entretien avec Ulrich Bernath et Thomas Hülsmann, Otto Peters, l’un des pionniers de la formation à distance, praticien et théoricien tout à la fois, et l’un des promoteurs, après les pionniers que furent Skinner, Lê Thanh Khoi et Gagné, du paradigme industriel dans l’éducation, revient ici sur son ouvrage “Against the Tide. Critics of Digitalisation. Warners, Sceptics, Scaremongers, Apocalypticists. 20 Portraits”4. Otto Peters explique les motifs et objectifs qui l’ont conduit à brosser les portraits de vingt personnalités concernées de près ou de loin par le numérique, allant des lanceurs d’alertes, aux sceptiques, alarmistes et adeptes d’une vision apocalyptique. Ce faisant il évoque l’évolution de sa conception initiale de l’apprentissage autonome comme l’un des principes pédagogiques clefs, notamment à la lumière du développement des MOOC –il donne sur ces derniers un avis que nous laissons découvrir à nos lecteurs.

  • 5 En 2007, Distances et savoirs avait publié un passionnant document, la transcription de l’échange q (...)

14Nous renouons ainsi avec un des grands théoriciens de l’enseignement à distance. Nous avions en effet eu l’occasion, en 2007, de publier dans Distances et Savoirs sa vision concernant l’importance de la théorie dans la recherche5. L’entretien d’aujourd’hui préfigure en outre la note de lecture portant sur l’ouvrage d’Otto Peters cité plus haut ; note qui sera publiée dans le prochain numéro de DMS.

*

15Entretien, discussions différées, nous souhaitons vivement, à DMS, encourager les échanges entre chercheurs, spécialistes, experts et praticiens. Et c’est sous forme de réactions et de commentaires, que Pierre Landry et Dominique Boullier entrent dans la discussion sur les MOOC engagée dans le précédent numéro de DMS. Ils expriment leur point de vue tout en répondant aux contributions de Bernadette Charlier, Christian Depover et Patrick Guillemet publiées dans DMS -5/2014 sur ce sujet. Pierre Landry s’interroge sur l’éventualité et la nécessité d’un changement de rôle des universités à l’heure des MOOC, et d’un élargissement du public, tandis que Dominique Boullier analyse les illusions d’une « innovation d’opinion », innovation loin d’être avérée, et suggère d’autres perspectives, notamment adaptées aux mobiles.

*

  • 6 "Le tutorat de pairs dans l'enseignement supérieur, Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psy (...)

16Puis vient la note de David Oget, qui analyse pour DMS l’ouvrage coordonné par Cathia Papi et préfacé par Geneviève Jacquinot-Delaunay6, « Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur, Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels ». Par tutorat de pairs, il est entendu «  un accompagnement individualisé où tutorés et tuteurs apprennent, le tutoré s’identifiant à un tuteur qui n’est pas un professionnel de l’enseignement ». L’ouvrage est réparti en quatre grandes parties - le tutorat comme levier de réussite, l’usage des TIC en tutorat, le tutorat en FOAD et la formation et la professionnalisation - au cours desquelles dix-huit auteurs interviennent tour à tour sur cette forme de tutorat, intéressant pour des raisons pédagogiques et pas uniquement pour des raisons d’économie ou parce que c’est le seul envisageable pour les grandes masses des MOOC.

Haut de page

Notes

1 Chantal Acheré, secrétaire générale adjointe de la FIED et l'une de ses fondatrices

2 http://www.fied.fr/fr/a-propos-de-nous/les-realisations.html

3 Patric Guillemet fut et demeure un spécialiste en sciences de l’éducation à la Télé-université du Québec

4 Otto Peters, Against the Tide. Critics of Digitalisation, Warners, Sceptics, Scaremongers, Apocalypticists 20 Portraits : BIS-Verlag der Carl von Ossietzky Universität Oldenburg (2013), accessible en ligne à : http://www.uni-oldenburg.de/en/c3l/bachelor-master/master-programmes/mde/asf-series/asf-serie-volume-15/

5 En 2007, Distances et savoirs avait publié un passionnant document, la transcription de l’échange qui avait réuni trois théoriciens majeurs, Børje Holmberg, Michael G. Moore et Otto Peters, lors d'un atelier de recherche du réseau EDEN en octobre 2006.

Bernath Ulrich, Vidal Martine, « “The Theories and the Theorists : Why Theory is Important for Research” », Distances et savoirs 3/ 2007 (Vol. 5), p. 427-457 www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2007-3-page-427.htm.

6 "Le tutorat de pairs dans l'enseignement supérieur, Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels", dir. Cathia Papi, L'Harmattan, collection Savoir et Formation, avril 2013

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Conseil scientifique de DMS, « Editorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://dms.revues.org/683

Haut de page

Auteur

Conseil scientifique de DMS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org