Navigation – Plan du site

Le mot des présidents

Pierre Jarraud et Antoine Rauzy

Texte intégral

  • 1 Ce qui ne veut pas dire que l’on exclut des articles en anglais si l’intérêt le justifie.
  • 2 Pour en savoir plus, voir l’article "Historique" dans ce même numéro.

1La Fédération Interuniversitaire de l’Enseignement à Distance (FIED) est heureuse et fière d’être associée à ce numéro dont le sujet est au cœur de ses préoccupations. Publier des articles sur la distance dans une revue de qualité et dans l’une des rares revues francophones1 du domaine est pour la fédération un motif de satisfaction : la FIED regroupe les universités (et bientôt d’autres établissements d’enseignement supérieur) françaises (ou francophones) offrant des formations à distance en français. Parmi les raisons de sa création, on peut citer le fait de faire connaitre à l’étranger notre offre de formation, de participer aux réseaux internationaux et de favoriser chez ses membres l’usage de bonnes pratiques2.

2Pourquoi un mot « des » présidents ? Le projet de numéro spécial FIED a été réalisé sous la présidence de Pierre Jarraud et se termine sous celle d’Antoine Rauzy, qui a été élu président en avril 2014. Il est l’aboutissement d’un long parcours, initié sous la présidence de Ronan Chabauty : la FIED a constamment cherché à appuyer les pratiques de ses membres sur des recherches sur l’enseignement à distance, dont le numérique et le en ligne.

3La FIED, en tant qu’acteur majeur de la formation ouverte et à distance (FOAD) en France, travaille à faire connaître (et reconnaitre) l’enseignement à distance. Ne se limitant pas à l’enseignement à distance (EAD) traditionnel, la FIED, nécessairement en quête d'innovations et dispositifs permettant d’améliorer l’EAD, et attentive aux travaux présentés dans DMS, a souhaité partager son expérience via cette revue.

4Une activité importante de la FIED est en effet la mutualisation des acquis de l’expérience de ses membres, ce qui leur permet d’avancer plus vite vers la qualité et de réfléchir à leurs pratiques. Si, toutefois, la réflexion sur l'expérience est très importante, elle ne suffit pas. Nos enseignants sont majoritairement des enseignants-chercheurs, pour certains en Sciences de l’Éducation. La FIED promeut l’utilisation des résultats des recherches sur l’EAD pour l’améliorer ou développer de nouvelles formes ou ingénieries. Il est donc naturel que la FIED coordonne un numéro de DMS qui allie retours d’expérience et articles de recherche.

5Un numéro publié à un moment où l’intérêt pour les formations à distance, et plus généralement pour les formations en ligne, est grand, relancé par des phénomènes mondiaux (les MOOC) ou des initiatives nationales comme le projet ministériel France Universités Numérique (FUN). La question des MOOC interroge la FIED et ses adhérents, convaincus qu’ils sont que la qualité d’une formation à distance réside d’abord dans l’encadrement, le dispositif, et que les ressources, les contenus, ne suffisent pas. Mais les MOOC offrent par leur impact médiatique une formidable opportunité d’attirer l’attention sur les formations à distance, dont ils ne sont d’ailleurs pas concurrents : les membres de la FIED offrent des formations complètes, diplômantes alors que les MOOC portent sur des formations parcellaires et ne dépassent que rarement le stade d’un certificat, sans vérification de l’identité de celui ou celle à qui il est attribué. Les masses d’étudiants en jeu obligent par ailleurs à imaginer d’autres formes d’évaluation et de tutorat (par les pairs notamment). C’est pourquoi la FIED entend jouer pleinement son rôle dans ce nouveau mode de formation, au plan français d’abord mais aussi européen, notamment via l’EADTU (European Association of Distance Teaching Universities3). La fédération est partenaire du projet européen Changing Pedagogical Landscapes.

6De même la FIED s’implique dans l’initiative FUN (trop récente pour être évoquée dans l’un des articles) qui vise à intégrer pleinement l’enseignement en ligne, numérique dans l’enseignement supérieur, en présence ou à distance.

7Nous tenons à remercier les auteurs pour leurs contributions aussi intéressantes que variées, et pour leurs efforts pour satisfaire aux exigences de qualité de la revue, ce qui n’était pas facile pour certains d’entre eux qui sont d’abord des enseignants de terrain, réfléchissant, certes, à leurs pratiques mais pas forcément théoriciens de l’EAD. Nos remerciements vont aussi à Chantal Acheré pour la FIED, et à l’équipe scientifique de DMS. Sans elles, sans leur patience, leur ténacité et leur efficacité ce numéro n’aurait sûrement pas pu paraître.

8Nous espérons que les lecteurs seront inspirés par les contributions présentes et souhaiteront les commenter, y répondre, apporter suggestions et enrichissements, poursuite d’une collaboration à un moment où l’évolution de la formation en ligne est rapide et où l’intérêt qu'elle suscite n'a jamais été aussi fort, on en a parlé, par l’engouement médiatique sur les MOOC.

Haut de page

Notes

1 Ce qui ne veut pas dire que l’on exclut des articles en anglais si l’intérêt le justifie.

2 Pour en savoir plus, voir l’article "Historique" dans ce même numéro.

3 http://www.eadtu.nl/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Jarraud et Antoine Rauzy, « Le mot des présidents », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 29 mai 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://dms.revues.org/676

Haut de page

Auteurs

Pierre Jarraud

Université Pierre et Marie Curie, Institut de Mathématiques, responsable du département des Foramtions Ouvertes et A Distance (FOAD)

Antoine Rauzy

Université Pierre et Marie Curie, Institut de Mathématiques

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org