Navigation – Plan du site
Dialogue, entretien

Panoramique MOOC

Premières réflexions
Patrick Guillemet

Texte intégral

1Les réflexions qui suivent s'appuient sur le panorama détaillé établi par l'auteur, consultable à : https://www.researchgate.net/​profile/​Patrick_Guillemet/​publications/​

2Selon le New York Times, 2012 fut « The Year of the MOOC  ». 2013 aura été tout autant l’année des MOOC, ces cours en ligne ouverts et massifs. Il fallait sans doute que Distances et Médiation des Savoirs y consacre son attention, alors que la France et d’autres pays européens se lancent dans l’aventure de cette « déferlante des MOOC », selon l’image audacieuse du Nouvel Économiste.

3Cette brochette de textes en propose une visite méditative sur le mode des Tableaux d’une exposition. À l’origine, la conjonction de l’article de Matthieu Cisel dans le Huffington Post du 8 octobre 2013, ainsi que des premiers commentaires de Jacques Rodet dans le blog de t@d du 19 octobre. Notre collection s’est construite à partir de recherches intuitives inspirées par les questions posées dans ces textes, ainsi que de l’exploration systématique ou associative des liens proposés. Suite à une mise en ordre chronologique, des thématiques ont été esquissées afin d’ordonner les propos.

  • 2012 Le champ des possibilités

  • 2013 

    • L’aventure américaine

    • Réflexions et premiers pas français

    • Le débat

    • L’expérience européenne : grands projets, premiers bilan

  • 2014 Quel avenir pour l’enseignement supérieur ?

4Le tout ayant pour but, à la façon du Nu descendant un escalier, d’esquisser le mouvement des MOOC. Chacun y trouvera, j’espère, à boire et à manger. Pour ma part, je me bornerai à quelques impressions fugaces.

Timing de l’initiative française

5Suivant mon réflexe d’historien, j’ai aligné ces textes selon l’ordre chronologique afin de voir si une première forme allait en émerger. À cet égard, j’avoue mon étonnement à constater que la grande initiative que représente le projet France Université Numérique, suivie par le lancement du portail OCEAN, interviennent alors que l’on observe un ralentissement de l’engouement envers les MOOC aux USA où les SPOC apparaissent plus prometteurs, notamment à l’Université de San José.

Vision de l’enseignement à distance dans le projet français

6Par ailleurs, on cherche vainement les relations qu’entretient le projet France Université Numérique avec les initiatives gouvernementales précédentes, notamment les campus numériques, les universités numériques en région et les universités numériques thématiques auxquelles Distances & Savoirs avait consacré deux numéros thématiques, de telle sorte qu’on peut se demander quel sort leur est désormais réservé. L’absence de diagnostic de la situation de l’enseignement à distance sur le site du portail FUN laisse également perplexe dans le contexte du rapport IPSOS de 2003, tout autant que l’absence de planification dans l’implantation du projet.

Envergure

7Dans la même veine, je suis un peu surpris de constater que les arguments des promoteurs des MOOC en France, notamment Matthieu Cisel, s’appuient sur la rhétorique de la révolution de l’enseignement en ligne en évoquant les millions d’inscrits, alors même que le promoteur du MOOC en gestion de projet prend bien soin de souligner que ces chiffres ne signifient pas grand-chose étant donné l’ampleur du phénomène du « no show » (visiteurs qui ne peuvent être considérés comme de véritables inscrits).

Faiblesse des évaluations

8Tout comme dans le cas des interventions visant la personnalisation des apprentissages, récemment traitées dans DMS, les propositions sont abondantes et enthousiastes mais l’évaluation de leur qualité et de leur efficacité n’est pas au rendez-vous. D’intéressantes catégorisations des participants sont proposées, mais l’élucidation du phénomène de la non-complétion des cours reste à venir. J’observe toutefois une intéressante convergence des quelques données qualitatives disponibles avec les abondants échanges des étudiants de la TÉLUQ sur Facebook. Quant à la France, le projet le plus intéressant à suivre semble le MOOC Gestion de projet, dont les résultats apparaissent plus satisfaisants que ceux des MOOC américains, notamment sous l’angle des taux de complétion et de réussite. Toutefois, aucune évaluation de ce MOOC n’est disponible, si ce n’est les intéressants commentaires d’Isabelle Quentin.

Faiblesse du modèle économique

9La plupart des articles soulignent la faiblesse du modèle économique des MOOC, malgré les nombreuses hypothèses de revenu alternatif évoquées. En fait, il n’y a guère que l’entente conclue entre Coursera et 19 universités publiques, évoquée dans l’article de l’ambassade de France, pour fournir un exemple de financement concret. Par ailleurs, les analyses proposées par Alain Derycke sur les rapports des MOOC avec la nouvelle économie sont très stimulantes, même si elles demeurent plutôt théoriques.

Évolution pédagogique

10Plusieurs des textes figurant dans cette sélection, notamment ceux de Sir John Daniel et celui extrait du cours Économie du Web, sont résolument optimistes quant à l’amélioration pédagogique résultant de l’apparition des MOOC, grâce à la contribution de mécanismes de contrôle de qualité. Le même optimisme s’observe vis-à-vis des SPOC qui, en raison de leur petite taille et de l’encadrement assuré aux étudiants devraient permettre une qualité d’interaction accrue et une meilleure réponse aux besoins individuels.

11Il faut cependant observer que le connectivisme qui inspire les eMOOC des origines, s’il légitime le recours intensif aux technologies numériques, porteuses d’interactions génératrices de connaissances, et s’il insiste à juste titre sur l’importance des mécanismes d’évaluation des informations, reste cependant muet quant à la nature et aux conditions de ce processus, tout comme il ignore que l’apprentissage consiste également à assimiler –seul ou en groupe- des connaissances existantes. Pourtant, les premières observations montrent qu’un petit nombre de participants occupe la plus grande partie des échanges, tandis que la majorité reste observatrice et peut décrocher sans avertissement. On retrouve ici la problématique habituelle des forums d’apprentissage lorsque les étudiants sont laissés à eux-mêmes. La théorie connectiviste trouve ici ses limites, lesquelles sont liées à la reconnaissance des diverses formes de connaissance, ainsi qu’à l’élucidation des mécanismes de prise de décision en groupe virtuel, de même que la compréhension des conditions et des moyens susceptibles de faciliter le partage des informations et la co-construction des connaissances. Ceci permet de comprendre le développement des xMOOC, ainsi que l’intérêt accordé aux SPOC, dans lesquels la taille restreinte des groupes facilite la mise en commun, sans oublier bien sûr la fonction de leadership assurée par le professeur.

Évolution économique

12La confiance manifestée par certains, comme Sir John Daniel, envers l’évolution favorable résultant de la venue des MOOC fait cependant l’impasse sur les questions économiques, dont ils supposent qu’elles seront bientôt résolues. À l’inverse, le texte d’Alain Derycke laisse entrevoir la possibilité de scénarios moins roses, par le jeu de la concurrence et de l’économie du marché du savoir.

13Dans un ordre d’idées apparenté, l’atelier sur le tutorat dans les MOOC propose une ouverture inattendue et stimulante en esquissant un portrait du tutorat à la carte pouvant être modulé selon les besoins des étudiants. Il laisse cependant ouverte la question des « services nécessaires, ceux dont l’absence fait courir le plus grand risque d’abandon et d’échec de la formation »

Portée des MOOC

14Dans leur totalité, les textes traitent les MOOC comme des moyens permettant de transformer -avec plus ou moins de succès- l’enseignement supérieur. Pourtant, la description de leurs modalités d’évaluation –tests automatisés, évaluation par les pairs- tout autant que les problèmes posés par ces modes d’évaluation, suggère que les MOOC sont sans doute plus adaptés, du moins pour l’heure, aux connaissances exactes qu’aux connaissances basées sur une construction sociale. Ceci permet de comprendre l’attrait exercé par les SPOC, où la discussion et l’interaction avec l’enseignant jouent un rôle central.

L’avenir de l’enseignement supérieur

15La recension du livre de Jeffrey Young par Sir John Daniel suggère que cet ouvrage couvre bien le sujet. Il s’agit, indique Young, d’un combat pour l’avenir de l’enseignement supérieur dont l’issue dépendra de l’engagement des acteurs, professeurs, administrateurs et étudiants. Aux États-Unis, la situation, largement déterminée par une croissance des coûts nettement supérieure à l’inflation, dépendra sans doute de la nature des partenariats dans lesquels s’engageront les fournisseurs de MOOC ainsi que dans le succès de ces partenariats, notamment en termes de diplomation. En France, le MOOC Gestion de projet semble être le symbole des évolutions éventuelles à venir et devra pour cette raison être suivi avec attention, tout comme les portails FUN et OCEAN. Enfin, les autres initiatives européennes devront également être analysées pour jauger les transformations en cours.

En somme

16Épiphénomène ou mutation paradigmatique ? Quelles que soient les évolutions à venir, le débat apparaît pour l’heure marqué par deux utopies. D’une part, celle de la gratuité –voire la facilité- de l’accès à la connaissance et à la diplomation, ou du moins de coûts de formation radicalement réduits. De l’autre, celle de la génération et du partage de connaissances résultant de la mise en réseau d’un grand nombre d’étudiants, le rôle du professeur se résumant à celui d’un architecte, voire d’un accompagnateur dans le cas des SPOC. Sans oublier quelques espérances envers la possibilité d’une nouvelle manne du côté de la formation professionnelle.

17On peut rêver. Il est cependant troublant de constater que les étudiants qui constituent ici l’objet de toutes les attentions demeurent encore une vaste terra incognita quant aux conditions concrètes dans lesquelles ils sont exposés aux technologies, notamment en ce qui a trait à la conciliation entre le travail, les études et la vie familiale. Pourtant, on constate déjà leurs attentes envers un modèle de formation où le professeur joue un rôle central, ainsi que leur faible attirance envers les modèles d’enseignement basés sur la technologie, malgré leur penchant pour les approches collaboratives. De même, on peut observer que les échanges sur Facebook d’étudiants à distance font largement état des divers problèmes qu’ils rencontrent dans leur apprentissage. Les rêves devront s’ancrer dans cette réalité têtue. Car le succès des MOOC, des SPOC ou tout autre dispositif d’enseignement qui pourra leur être proposé, dépend avant tout du sentiment qu’auront ces étudiants, à leur usage, de retirer un réel bénéfice en regard des efforts investis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Guillemet, « Panoramique MOOC », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 05 mars 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://dms.revues.org/532

Haut de page

Auteur

Patrick Guillemet

Télé-université du Québec, Montréal, Canada
pguillem@lycos.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org