Navigation – Plan du site
Dialogue, entretien

Renouveler la vision des sociétés du savoir …

À l’occasion de la publication du rapport de l’UNESCO (2013) « Renouveler la vision des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable »1, Jacques Wallet s’entretien avec l’un des auteurs, Gaétan Tremblay, professeur à l’École des médias de la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal (Canada).
Gaëtan Tremblay
Référence(s) :

Robin Mansel, Gaëtan Tremblay, « Renouveler la vision des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable » Rapport Unesco, 2013 Téléchargeable à l’adresse : http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002245/224541f.pdf

Texte intégral

  • 1 Robin Mansel, Gaëtan Tremblay, « Renouveler la vision des sociétés du savoir pour la paix et le dév (...)

1Jacques Wallet : Gaétan Tremblay, vous êtes co-auteur avec Robin Mansell du récent rapport pour l’UNESCO : « renouveler la vision des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable ».

2Merci par avance de répondre aux questions de DMS. Compte tenu de la spécificité de notre revue, mes questions porteront surtout sur les domaines touchant plus ou moins directement l’éducation et la formation.

3Au-delà du style parfois un peu convenu que l’on trouve dans les rapports internationaux et de la place légitime faite aux prescriptions de bonne gouvernance, les lecteurs universitaires de votre rapport apprécieront sans nul doute le texte par la clarté de son exposé qui cerne bien les enjeux sociétaux d’une technologie au service de l’homme ainsi que les exemples concrets qui illustrent la réflexion et la mise en synergie des questionnements relatifs aux différents domaines de l’étude.

Sur la couverture du rapport, au-dessus de son titre une phrase, presque un slogan, indique : Sommet mondial sur la société de l’information des objectifs aux actes (il est fait référence aux SMSI de Genève en 2003 et de Tunis en 2005). Est-ce un simple glissement sémantique que de passer de la « société de l’information » en 2003, aux « sociétés du savoir » en 2013 ?

Gaëtan Tremblay : Déjà en 2005, l’UNESCO avait intitulé le rapport qu’elle a présenté au SMSI de Tunis Vers les sociétés du savoir. Un glissement sémantique, certes pas anodin qui marquait clairement un infléchissement de la problématique. L’organisme prenait ses distances avec le déterminisme technologique dont sont souvent empreints les textes sur la société de l’information, et clamait haut et fort que l’accroissement des équipements et des infrastructures informationnelles ne serait pas suffisant pour assurer l’accessibilité, l’équité, le développement économique, social et culturel. Comme le savent fort bien les spécialistes de l’éducation dont vous êtes, le partage du savoir exige davantage que l’accessibilité matérielle à l’information. Il implique le déploiement dans la durée de stratégies d’apprentissage, d’appropriation. Le recentrement sur le savoir remet également en évidence la centralité de la mission éducative, culturelle et scientifique de l’UNESCO dans le cadre du SMSI.

Notre propre rapport réaffirme la pertinence de ce constat et insiste sur la nécessité de la concertation entre les différents groupes d’acteurs concernés, tant du secteur privé que des organismes publics et de la société civile. Il privilégie une approche attentive aux situations concrètes, aux initiatives enracinées dans les milieux de vie domestique et professionnelle. Pour passer des objectifs aux actes, il faut déployer des stratégies d’implication, de participation et de coopération.

Jacques Wallet : Comment se passe concrètement la rédaction d’un tel rapport. Le caractère très consensuel est-il inné ou acquis ? Quelle est la méthodologie de rédaction ? À titre d’exemple, le mot « équilibre » revient de manière récurrente dans plusieurs des domaines étudiés.

Gaëtan Tremblay : J’ai une assez longue expérience de l’écriture en collaboration avec un bon nombre d’auteurs de diverses disciplines et d’horizons variés. L’aventure est chaque fois différente. Tellement de facteurs entrent en jeu. Les gènes évidemment ! Mais aussi la formation, l’ouverture d’esprit, le tempérament, les conditions de travail, les délais de production, la langue de travail, et j’en passe.

En ce cas-ci, la mission a été menée fort rondement. L’initiative en a été prise par Indrajit Banerjee, le directeur de la division de la société de l’information à l’UNESCO. Une rencontre téléphonique à trois nous a permis de nous entendre sur le fil conducteur et les idées maîtresses du rapport (l’équilibre était justement l’une d’elles). Le reste du travail a été fait par courriel en suivant une démarche relativement classique : entente sur un plan détaillé, répartition du travail, échanges de textes, commentaires et réponses, ajustements, relecture.

Robin Mansell et moi nous connaissons de longue date (depuis 1981, en fait), mais nous n’avions guère eu l’occasion d’écrire ensemble auparavant. J’avais bien répondu à son invitation, il y a une dizaine d’années, de collaborer à un ouvrage en hommage à William Melody qui prenait sa retraite, mais il s’agissait d’un ouvrage collectif rassemblant diverses contributions individuelles et non d’un texte écrit en commun. Nous connaissons cependant nos travaux respectifs et nous nous sommes retrouvés assez souvent à la même table lors de rencontres académiques.

Nous avons fait un pari osé en acceptant de produire ce rapport à distance dans un délai très court d’à peine quelques semaines. Malgré une connaissance préalable toute relative, la collaboration s’est déroulée tout en douceur et fort efficacement. Le travail a été réparti en fonction de nos compétences et de nos intérêts respectifs. Et nos rares différends ont rapidement trouvé solution. Le soutien d’Indrajit Banerjee et des membres de son équipe a aussi facilité les choses.

Jacques Wallet : Vous utilisez le mot « savoir » dans son rapport à l’information et aux pratiques numériques de façon générique, pourquoi ne pas avoir retenu un choix inverse en dégéminant les différents types de savoirs, les compétences, les savoirs d’action, etc. ?

Gaëtan Tremblay : Vous avez raison. Nous aurions pu approfondir la discussion théorique et distinguer, comme vous le suggérez, différents types de savoirs. D’autres concepts, tels que la paix, le développement durable, la participation, la formation à distance, auraient également mérité plus ample élaboration. Mais ce rapport est destiné à un large public incluant certes des universitaires, mais aussi des responsables politiques et administratifs, des gens d’affaires et des milieux associatifs. Comme vous l’avez fait remarquer d’entrée de jeu, c’est un texte orienté vers l’action. Notre entente avec l’UNESCO stipulait qu’il devait compter un maximum de 10 000 mots. En bons universitaires que nous sommes, nous n’avons cependant pu faire mieux que le triple, sans compter la bibliographie.

Il a donc fallu faire des choix, souvent frustrants. Peut-être à cause de notre formation en sciences de la communication, nous nous sommes fixés comme objectif principal de bien faire comprendre que le savoir ne saurait être réduit à des banques de données numérisées, si gigantesques soient-elles, qu’il est structuré, organisé et qu’on n’y accède pas uniquement en quelques clics sur une tablette, si branchée soit-elle. Si nous réussissons à convaincre le lecteur de l’importance de l’apprentissage, nous aurons en grande partie atteint notre but.

Remarquez cependant que s’il ne donne pas dans l’élaboration conceptuelle formelle, le rapport mentionne à plusieurs reprises que le savoir ne se limite pas aux contenus transmis dans les institutions scolaires et dans les ouvrages scientifiques. Il mentionne aussi explicitement l’importance tant des compétences professionnelles que des connaissances acquises par l’expérience. Il encourage notamment les universités à multiplier, en collaboration avec les milieux qu’elles desservent, les projets de développement fondés sur la réciprocité des échanges et le partage des connaissances plutôt que sur la transmission unilatérale du savoir académique.

4Jacques Wallet : Dans le rapport vous insistez sur le fait que :

  • 2 Mansel et Tremblay (2013), p. 6.

« le savoir est un concept plus complexe que l’information. Il ne peut être réduit au simple amalgame d’éléments d’information épars. Le concept de savoir suppose sens, organisation et structure… L’accès au savoir, ce n’est pas uniquement l’accès à des appareils techniques et à des stocks d’information, c’est aussi la participation à des processus d’apprentissage. Il n’est pas de savoir sans apprentissage. »2

  • 3 Massive Open Online Courses.

Comment les usages éducatifs contemporains des réseaux sociaux et des MOOC3 font-ils écho à cette définition ?

Gaëtan Tremblay : Les MOOC constituent une nébuleuse en expansion dont il est bien difficile de préciser les contours. On y trouve des supermarchés qui invitent le consommateur à remplir à son gré son panier de produits hétérogènes sans se préoccuper des plats qui en résulteront. Font aussi partie du même univers des formations offertes par des institutions d’enseignement suivant une démarche pédagogique qui n’a rien à envier à celle dispensée sur un campus.

En général, ce sont les individus déjà bien formés, ayant atteint le seuil d’autonomie nécessaire, qui tireront le mieux partie des MOOC, comme de tout ce qu’on trouve dans les réseaux numériques d’ailleurs.

Jacques Wallet : Comment peut-on selon vous améliorer qualitativement et quantitativement, grâce aux réseaux numériques, la formation des enseignants (point 2 des recommandations) ?

Gaëtan Tremblay : Les réseaux numériques donnent accès à des ressources fantastiques pour la formation des enseignants. Les outils techniques sont chaque jour plus sophistiqués et autorisent des performances de grande qualité. Mais ils ne suffiront pas à la tâche. La recherche et l’expérience ont déjà démontré l’importance incontournable de facteurs tels que : 1) la motivation des apprenants, fussent-ils par ailleurs enseignants, qu’il faut stimuler et entretenir ; 2) l’encadrement et l’accompagnement par des tuteurs bien formés et disponibles ; 3) des programmes de qualité adaptés au monde dans lequel vivent les apprenants. Pour satisfaire à ces conditions, il faut investir les sommes nécessaires pour l’achat d’équipement et l’utilisation des réseaux bien sûr, mais aussi pour la formation des formateurs et la création des contenus.

Jacques Wallet : Une frontière dans nos catégorisations sépare éducation formelle / éducation non formelle. Dans ce domaine, quelles sont les évolutions constatées par le rapport et les recommandations liées ?

Gaëtan Tremblay : Notre rapport offre un éventail varié d’expériences concrètes sur tous les continents, certaines réussies d’autres moins, mais toutes porteuses d’enseignements, qui démontrent de multiples manières la pertinence des savoirs enracinés. C’est l’une des idées force que nous avons essayé de promouvoir : l’importance de l’éducation non formelle doit être reconnue par les pouvoirs publics et par les organismes du secteur privé et de la société civile impliqués dans la mise en place des sociétés du savoir, si l’on souhaite que l’apprentissage tout au long de la vie prenne véritablement tout son sens.

Cet accent sur l’éducation informelle ne doit évidemment pas s’opérer au détriment de l’éducation formelle, laquelle reste indispensable au développement de l’autonomie nécessaire pour profiter des immenses ressources accessibles par les réseaux numériques.

Jacques Wallet : Quelles sont selon vous les craintes liées à cette mondialisation numérique que l’on peut avoir dans le domaine de l’éducation/formation ?

Gaëtan Tremblay : Ma principale crainte est qu’on n’investisse pas assez, qu’on ne dégage pas les budgets nécessaires pour rendre l’éducation de qualité réellement accessible à tous et à toutes, dans toutes les couches sociales, dans tous les pays, sur tous les continents.

Vous m’objecterez peut-être que ça n’a rien à voir avec la mondialisation numérique ? Au contraire, je crains que l’illusion du « tout accessible à tout un chacun sur le web » n’encourage le désinvestissement et la déresponsabilisation des pouvoirs publics.

Jacques Wallet : La francophonie est bien peu présente dans le rapport (dans les références comme dans les exemples), pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Gaëtan Tremblay : Le rapport porte malheureusement la marque des limites du savoir et des réseaux de coopération de ses auteurs. Il est regrettable en effet que les apports francophones, mais aussi hispanophones, lusophones et autres ne soient pas davantage mis en lumière. Aux lacunes de ses auteurs, il faut ajouter les contraintes de l’échéancier. Notre contrat avec l’UNESCO a été signé le 27 décembre 2012 et nous avons expédié la version complète de notre rapport par courriel le 30 janvier 2013, afin qu’elle soit traduite et distribuée lors de l’événement organisé à Paris du 25 au 27 février 2013 pour faire le point sur le SMSI, dix ans plus tard. Nul doute que quelques semaines supplémentaires nous auraient permis de compléter nos références bibliographiques et d’affiner la sélection des expériences dont le rapport fait état.

Jacques Wallet : En rapport avec votre problématique, quels sont les champs et les questions vives de recherche qu’une revue comme DMS devrait privilégier pour ses appels à communication ?

Gaëtan Tremblay : Il me semblerait intéressant qu’un numéro soit consacré à l’éducation non formelle, en particulier à celle dans laquelle s’impliquent certaines universités dans une perspective de partage des connaissances avec les groupes sociaux qui composent leurs milieux d’implantation : des autochtones, des groupes de femmes, des travailleurs…

Je souhaiterais aussi qu’on se penche de nouveau sur la formation à distance des enseignants. C’est un thème maintes fois ressassé, je le concède, mais il serait pertinent de faire le point des recherches en cours concernant l’utilisation des réseaux numériques.

Et puis, il y a les MOOC. Mais j’imagine que vous avez déjà quelque chose au feu…

Haut de page

Notes

1 Robin Mansel, Gaëtan Tremblay, « Renouveler la vision des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable », Rapport UNESCO, 2013. http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002245/224541f.pdf

2 Mansel et Tremblay (2013), p. 6.

3 Massive Open Online Courses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Tremblay, « Renouveler la vision des sociétés du savoir … », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://dms.revues.org/526

Haut de page

Auteur

Gaëtan Tremblay

GRICIS, Université du Québec à Montréal, Canada
gje_tremblay@yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org