Navigation – Plan du site

TIC et enseignement supérieur : comment (re)nouer le dialogue ?

ICT and University: how can the dialogue be resumed?
Jérôme Valluy

Résumés

A partir d’une discussion de l’ouvrage TIC et métiers de l’enseignement supérieur (Barbot, Massou, 2011) et de recherches en cours, l’article examine la relation tendue dans les universités françaises entre concepteurs et utilisateurs d’outils numériques ainsi qu’entre décideurs et metteurs en œuvres des politiques publiques. Pour favoriser le dialogue entre eux, l’article suggère d’étudier et de prendre en compte la diversité des « systèmes de convictions » (éco-managérial, technophile, pédagogique, professionnel, social et technophobe) et de reconsidérer les « cadrages » scientifiques et catégoriels antérieurs par des recherches sur les technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement supérieur et la recherche (TICESR), examinant conjointement les trois dimensions structurantes du domaine (e-formation, e-recherche, e-gouvernance), la diversité des outils utilisés dans et hors université et le « numérique disciplinaire » produit d’une différenciation accrue des disciplines scientifique à l’ère numérique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le présent article prolonge la discussion (Valluy, 2012) de l’ouvrage « TIC et métiers de l’enseignement supérieur » (Barbot, Massou, 2011a) sur la place du numérique dans la pédagogie à l’université (1ère partie), sur les usages professoraux des outils (2ème partie), sur leur insertion dans la professionnalisation des enseignants (3ème partie) ainsi que dans les politiques publiques (4ème partie) (Granier, 2012 ; Thibault, 2012 ; Crinon, 2013). Certains articles, plutôt acquis aux bienfaits de la pédagogie numérique, critiquent les inerties professorales et cherchent des solutions pour surmonter cet obstacle tendit que d’autres critiquent la technologie elle-même et examinent les contraintes pesant sur ses usages. Leurs conclusions sont divergentes : autant les premiers décrivent un universitaire conservateur et psychologiquement « réticent » face à la double injonction de pédagogie et numérique, autant les seconds montrent une population diversifiée dans ses perceptions, favorable à ces technologies mais réfléchissant à ce qu’elles apportent de positif et de négatif. Cette divergence reflète une opposition plus générale, dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France, entre deux points de vue.

2Le premier est proche des analyses du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR, 2007 à 2012) et des spécialistes de technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) favorables au développement de la « pédagogie numérique » par création d’outils d’enseignement à distance et formation des enseignants à l’usage de ces outils. Le Livre blanc « Pédagogie universitaire numérique - Accompagnement et formation des enseignants du supérieur » (MESR, 2012c), reflète cette perception : la pédagogie numérique serait un progrès freiné principalement par l’inertie ou la résistance des enseignants-chercheurs ; la solution consisterait à les « accompagner », plus ou moins fermement, vers le numérique. L’idée d’une contrainte fait son chemin jusqu’à un projet de loi, en janvier 2013, prévoyant la création d’un article nouveau 611-8 dans le Code de l’Education : « Les établissements d’enseignement supérieur rendent disponibles leurs enseignements sous forme numérique. » Dans cette formulation, l’obligation de numérisation aurait été générale et exigible devant les tribunaux pour tout enseignement.

3Le second point de vue reflète les perceptions des usagers du numérique, étudiants et enseignants, si l’on en juge par le faible usage déclaré des ressources (Fradet & al., 2012), les phénomènes d’exclusion dans l’usage des outils (Boutet, Trémenbert, 2009 ; Caron, Varga, 2009), l’importance des abandons dans les enseignements en ligne (Abid-Zarrouk 2011), les sélections implicites sur les formations à distance (Albero, Kaiser, 2009), le naufrage des « campus numérique » (Fichez 2006 ; Benchenna, Brulois, 2007 ; Craipeau, Metzger, 2009), les taux d’utilisation très bas des plateformes de pédagogie numérique (Chaptal, 2009) … Ce point de vue moins théorisé et plus défensif que le précédent apparaît, par exemple, pour faire retirer du projet de loi précité l’obligation générale de numérisation ou encore réformer des services dédiés à cette activité (Valluy, 2013 b). Il s’exprime aussi dans des travaux favorables aux nouvelles technologies mais critiquant le technicisme ou les approches technophiles (Thibault, 2007 ; Moeglin, Tremblay, 2008 ; Bruillard, 2011 ; Moeglin, 2012).

4Ce face à face ressemble parfois à un dialogue de sourds : d’un côté, des spécialistes des TICE imputant l’échec relatif des dispositifs techniques au refus des enseignants-chercheurs (et des étudiants) de les utiliser… de l’autre, des enseignants-chercheurs (et des étudiants), interrogés par enquêtes, répondant apprécier ces technologies mais persistant à n’utiliser que peu celles crées par les services de leurs établissements. Comment, face à cela, (re)créer les conditions d’un dialogue efficace entre les concepteurs et les utilisateurs d’outils, mais aussi entre décideurs et metteurs en œuvre des politiques publiques ?

  • 1 Recherche par observation participante (Valluy 2011-b ; Valluy 2012), en développant le réseau scie (...)

5Deux éléments de réponse ressortent de la mise en discussion du livre « TIC et métiers de l’enseignement supérieur » ainsi que de recherches en cours1 : favoriser le pluralisme par acceptation et valorisation des différences de points de vue dans chaque espace de réflexion, scientifique ou administratif, et remettre en question les cadrages existants, disciplinaires et catégoriels, afin de compléter les recherches scientifiques déjà réalisées tout en aidant au dialogue des acteurs.

Convictions et rapports de forces

6L’une des qualités du livre « TIC et métiers de l’enseignement supérieur » réside dans sa dimension pluraliste : il instaure un débat entre ce que l’on peut appeler des « systèmes de convictions » (Bergeron, Surel, Valluy, 1996). Six d’entre eux peuvent être distingués dans l’ouvrage et le reste de la bibliographie (Valluy, 2013d) : éco-managérial, pédagogique, technophile, professionnel, social… et technophobe. Les trois premiers convergent et se coalisent en faveur d’un usage intensif de la pédagogie numérique. Cette coalition « éco-pédago-technophile » correspond au référentiel gouvernemental et des concepteurs d’outils mais non des usagers qui se rattachent plus souvent aux trois autres systèmes. Ceux-ci sont moins théorisés et plus diffus, sans convergences évidentes dans les doctrines et réseaux, d’autant plus que le dernier, celui de la « technophobie », sert de repoussoir aux cinq autres.

Faveurs convergentes

7Il manque dans l’ouvrage « TIC et métiers de l’enseignement supérieur », la présentation et l’expression d’un système de convictions, « éco-managérial », qui génère, depuis plusieurs années, un discours favorable à la pédagogie numérique, en raison de ses potentialités supposées de réduction des coûts de production du service pédagogique universitaire, d’industrialisation de cette production et de mondialisation de ses marchés. Ce discours est formulé dans des instances internationales comme la Banque Mondiale (2007), l’OCDE (2004), l’Unesco (2009) la Commission Européenne (2008), l’Agence Universitaire de la Francophonie (2013) et, nationales, comme la Conférence des Présidents d’Université et la Caisse des Dépôts et Consignations en France (2009) ou le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR, 2007 à 2012).

8Un autre système de convictions, « pédagogique », est, des trois coalisés, le plus représenté dans l’ouvrage, notamment dans les articles de chercheurs en sciences de l’éducation valorisant la pédagogie. Cette orientation conduit à des critiques tant des pratiques professionnelles (trop magistrales, trop peu interactives…) (Arnseth, 2011 ; Simonian, 2011 ; Berthiaume, 2011) que de la formation des universitaires (trop disciplinaire, trop peu pédagogique) (Poumay, 2011 ; Gremmo, Kellner, 2011). De là, les auteurs en viennent à énoncer des problèmes (comment amener les universitaires à plus de pédagogie et d’interaction ?) qui trouvent leurs solutions dans la formation continue des enseignants, mais plus encore dans la formation aux outils numériques susceptibles de contraindre les professeurs à modifier leur relation pédagogique avec les étudiants (Poisson 2011 ; Petit 2011). Ce système de convictions est très présent dans la bibliographie, notamment sur le « non usage » des TICE comme problème à résoudre (Marquet 2012) et l’apport des TICE aux performances étudiantes (Dhamani, Ragni, 2012).

  • 2 Voir, par exemple, le site développé par le service TICE de Paris 1 "Enseigner avec le numérique de (...)
  • 3 Site de l'association AEPI et de la revue EpiNet : http://www.epi.asso.fr/
  • 4 De nombreux blogs relaient cette actualité médiatique ; voire notamment : "Pédagogie numérique univ (...)

9Un troisième système de convictions que l’on peut qualifier de « technophile » est présent dans l’ouvrage de façon plus indirecte que dans les universités où il est relayé par les spécialistes des TICE2. Il est caractéristique d’une culture professionnelle en formation depuis dix ans parmi les chargés de mission TICE (Garcia, 2003) mais aussi d’une militance d’enseignants-chercheurs comme à l’Association Enseignement Public & Informatique3 ou encore d’approches scientifiques comme celles de la Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire (Gueudet, Lameul, Trouche, 2011), avec des domaines de prédilection comme celui de l’apprentissage des langues (Guichon, 2012). Il se réfère parfois à une demande supposée des étudiants, déduite de sondages (Karsenti, Meunier, Raby, Villeneuve, 2011), est très présent dans les rubriques Internet-NTIC de la presse généraliste ou spécialisée4 et s’articule avec une valorisation des innovations en pédagogie qui, aujourd’hui, recourent à ces technologies numériques (ANR, 2012).

10L’articulation entre pédagogie et technologie s’opère non seulement à travers les discours présentant le numérique comme un vecteur d’interactivité pédagogique et un outil d’autonomisation des apprenants dans l’accès aux savoirs (Endrizzi, 2012), mais aussi à travers deux spécialités dérivées de l’informatique, l’une scientifique, sur les « environnements informatiques pour l’apprentissage humain » (Rosselle, 2012 ; Gilliot, Grolleau, Magnin, Vaufrey, 2013) et l’autre, professionnelle, sur les TICE (Petit, 2009) Tous s’accordent pour réclamer des professeurs qu’ils s’adaptent à cette pensée, à ces outils et à ces métiers. Et l’on retrouve la promotion de ces trois aspects (pensée, outils, métiers) dans les documents gouvernementaux, notamment au chapitre « accompagner » ou « former » les enseignants du supérieur vers la pédagogie universitaire numérique (MESR, 2012a), celle-ci coïncidant avec les stratégies de recours au marché (Sidir, 2007) et les orientations éco-managériales internationales (Chaptal, 2011).

11Ainsi se forme une coalition, « éco-pédago-technophile », dont la force est aussi une faiblesse : les acteurs de ces trois systèmes, dialoguant entre eux, ont l’impression de débats ouverts à une diversité de points de vue alors qu’ils se confortent dans leurs convictions par des consensus endogènes à la coalition… excluant d’autres regards, plus critiques, sur les TICE. L’éviction de ces points de vue (Mœglin, Thibault, 2009) condamne à se priver de leurs apports : des pans entiers de la réalité sociale disparaissent des débats (temps de travail des enseignants, contraintes budgétaires des universités, usages des outils par les étudiants, rentabilité des méthodes numériques comparées aux autres, dividendes pédagogiques des investissements informatiques, etc.). Faute d’en tenir compte cette coalition prend le risque de propulser des décisions technologiques et politiques inadaptées, rencontrant des échecs de mise en œuvre en raison même des évictions initiales (Thibault, 2007 ; Albero, 2011).

Critiques dispersées

12L’ouvrage « TIC et métiers de l’enseignement supérieur » présente un autre système de convictions que l’on peut qualifier de « professionnel » parce qu’il correspond à des constats issus de l’observation des pratiques professionnelles (Habib, 2011-b) ainsi qu’à une conception fréquente chez des universitaires mettant en balance les avantages et inconvénients des nouvelles technologies (Barbot, Massou, 2011-b), refusant de lier automatiquement innovation technologique et progrès pédagogique (Mœglin, 2011), craignant les finalités plus managériales qu’humanistes (Bachelet, 2011 ; Baltazart, Lavielle-Gutnik, Pouteaux, 2011). Les nouvelles technologies, parfois enthousiasmantes de prime abord, s’accompagnent d’effets pervers qui apparaissent plus tard : certains usages du PowerPoint peuvent simplifier à l’excès la pensée (Habib, 2011-a) ; le développement d’outils sous-utilisés entraîne parfois des gaspillages financiers. Ces analyses complètent celles antérieurement produites sur les inconvénients de la numérisation et l’utilité comparative du « présentiel » (Pasquier, 2000 ; Temperville, 2010), l’industrialisation de la formation (Fichez, 2008) ou le paradigme de la machine à enseigner (Moeglin, 1993).

13Peu représenté dans l’ouvrage mais important dans la bibliographie, un autre système de convictions, « social », est centré sur les besoins, usages, contraintes et résultats des étudiants. La « fracture numérique » préoccupe ce regard soucieux des inégalités sociales (Granjon, Lelong, Metzger, 2009), liées aux équipements ménagers en informatique autant qu’aux conditions sociales et familiales de travail à domicile (Brotcorne, Valenduc, 2009). Sans ignorer l’intérêt de la pédagogie numérique pour certaines catégories d’étudiants (salariés, handicapés, prisonniers, délocalisés…) (De Agostini, 2010) les obstacles culturels, économiques, psychologiques et sociaux à l’utilisation des NTIC sont examinés (Kalkan, 2012 ; Boutet, Tremenbert, 2009), de même que sont reconsidérées les compétences suppposées des générations née avec l’Internet (Hargittai, 2012). Le regard se focalise sur les problèmes d’équité entre étudiants selon qu’ils bénéficient d’enseignements en présence ou à distance (Ben Abid-Zarrouk, 2011) et sur la problématique des « taux d’abandons » (entre inscription et examen) et « taux d’échecs » (aux examens) (Loisier, 2011). Les risques de marchandisation des savoirs, via le numérique, et les dominations économiques sont étudiées dans les recherches sur le « capitalisme cognitif » (Moulier Boutang, 2007).

14Il existe enfin un système de convictions « technophobe » absent de l’ouvrage, et étrangement aussi de la bibliographie scientifique ainsi que de la plupart des colloques. Il n’est pourtant pas par nature différent des autres… mais se trouve marginalisé par des spécialistes qui l’évoquent surtout comme figure repoussoir, alors qu’il correspond à des perceptions présentes dans la société et qu’il a ses raisons que les sciences sociales devraient entendre au même titre que les autres. Les élaborations doctrinales sont rares (Biagini & al., 2007, Biagini, 2012) et semblent avoir du mal à assumer le qualificatif de technophobe, tantôt le rejetant (Biagini Carnino, 2007), tantôt le revendiquant (Biagini, 2011), révélant une asymétrie culturelle vis à vis des positions technophiles qui, elles, peuvent s’afficher et prospérer ouvertement.

15Ces trois systèmes de convictions ne convergent pas et ne forment pas de coalition susceptible de contrebalancer la coalition « éco-pédago-technophile ». Cette dispersion est peut être due à la défiance générale à l’égard des idées technophobes : même les analyses critiques exprimées à partir de convictions professionnelles ou sociales prennent la précaution de s’en démarquer. Les deux autres ne semblent pas non plus former un ensemble peut être en raison de trop faibles investissements scientifiques ou d’obstacles sociaux aux éventuelles convergences.

Cadrages et zones aveugles

16Une autre qualité du livre « TIC et métiers de l’enseignement supérieur » réside dans le choix d’un dialogue interdisciplinaire, entre les sciences de l’éducation et les sciences de l’information et communication. Ce travail collectif fait apparaître l’intérêt d’une multiplicité et d’une confrontation de « cadrages » (Normand, Vincent-Dalud, 2012 ; Déchaux, 2010) pour apercevoir les aspects ignorés d’un objet d’étude ou les dimensions occultées d’un domaine de connaissances. C’est dans un va-et-vient entre l’examen des apports cognitifs d’un cadrage et l’examen de ce qu’apporte son débordement (Callon, 1999) que l’on devrait pouvoir approfondir et prolonger ces recherches et favoriser le dialogue entre acteurs.

Cadrages disciplinaires

17Les sciences de l’information et de la communication (SIC), ont construit un cadrage qui leur est propre, comme une sorte d’évidence disciplinaire, presque identitaire, reflétée dans le langage par la notion de TIC. Signe des temps et du succès de cette discipline, la catégorie se diffuse bien au-delà de la sphère académique et oriente les débats d’autres secteurs. Celui de l’enseignement décline cela en TICE. La notion désigne un espace d’intersection entre deux ensembles de pratiques sociales, de technologies et de recherches et fait sens tant en SIC qu’en sciences de l’éducation. Cependant, ces notions déjà anciennes sont-elles pertinentes au regard de la réalité très rapidement évolutive de ce domaine ? L’examen et l’interprétation des non-réponses particulièrement nombreuses dans les enquêtes auprès des enseignants-chercheurs quant à leurs utilisations professionnelles des TIC ou TICE conduit à en douter (Mœglin, 2011 ; Thibault, 2012). Ces notions semblent être devenues trop englobantes, superficielles, voire floues face à la diversité des technologies aujourd’hui disponibles5.

  • 6 Colloque international « L’Université à l’ère numérique : e-formation, e-recherche, e-gouvernance » (...)

18S’agissant de l’enseignement supérieur, c’est-à-dire d’activités d’enseignement étroitement articulées à celles de la recherche mais aussi à celle de la gouvernance des universités, un débordement fructueux du cadrage « TIC » consiste à en élaborer une typologie tenant compte de ces trois dimensions. Ce faisant se trouve débordé également le cadrage « TICE », très prégnant dans la bibliographie, par trop focalisé sur l’enseignement au détriment des deux autres dimensions (recherche et gouvernance) caractéristiques du monde universitaire. Ces trois dimensions correspondent à la fois à des temps de travail et/ou de carrière des enseignants-chercheurs mais aussi à des institutions professionnelles différenciées (ex. : unités de formation, centres de recherche, services administratifs). Elles sont donc sociologiquement pertinentes pour fonder une typologie non pas des « TIC » ou des « TICE » mais des « TICESR » en trois types à la fois d’outils technologiques et d’enjeux politiques, que l’on peut désigner ainsi : e-formation, e-recherche, e-gouvernance6.

19Déborder d’un cadrage focalisé sur la première dimension et considérer ensemble les trois devrait permettre d’affiner les catégories d’enquête et d’étudier les interdépendances entre ces dimensions par des questions nouvelles : quelles relations entre la pédagogie numérique et l’accès ouvert aux publications scientifiques ? Quelles sont les incidences des contrôles automatisés de plagiats, tant d’étudiants que de chercheurs, sur la gouvernance universitaire ? Les choix d’organisation des services universitaires influencent-ils la conception des outils numériques pour l’enseignement et la recherche ? En outre, cet élargissement peut favoriser la préparation des formations au métier d’enseignant-chercheur. La formation initiale des doctorants, dans cette voie, implique de leur enseigner les multiples aspects numériques du métier (Valluy, 2013c). Et la formation continue des universitaires pour aider à leur adaptation au numérique nécessite d’adapter d’abord à leurs réalités professionnelles les formations qui leur sont destinées (Annoot, 2007).

20Dans cette voie d’adaptation des formations, un autre cadrage est à discuter, issu cette fois-ci des sciences de l’éducation, présent dans l’ouvrage « TIC et métiers de l’enseignement supérieur » comme dans les services ministériels et universitaires en charge des TICE : celui d’une pédagogie conçue comme une science ou un art trans-niveaux pourrait-on dire, c’est-à-dire similaire dans ses fondements intellectuels pour les niveaux scolaires de l’enseignement primaire ou secondaire et pour le niveau universitaire de l’enseignement supérieur. Ce cadrage est d’autant plus fort qu’il est fréquemment accepté par des enseignants du secondaire employés dans les universités et par des enseignants-chercheurs du supérieur rattachés aux centres de formation des enseignants du secondaire ainsi que par des spécialistes des TICE tournés – par leurs formations initiales et médias professionnels – vers le secondaire plus que vers le supérieur.

  • 7 Tensions apparues notamment à l'occasion du mouvement universitaire de 2009 (Valluy, 2011), au suje (...)

21Or cette position intellectuelle est loin d’être consensuelle. Les tensions7 entre les tenants d’un renforcement de la dimension pédagogique dans la formation des maîtres et les défenseurs de la dimension disciplinaire attestent d’un clivage (Legardez, 2011 ; Artaud, Nonnon, Pontais, 2012). Et les concepteurs d’outils de pédagogie numérique se heurtent au même problème en se faisant – même involontairement – prescripteurs de modalités pédagogiques lorsqu’ils conçoivent ces outils : quel spécialiste de pédagogie ou de TICE pourrait avoir la compétence adéquate pour dire simultanément à un économiste, à un biologiste et à un neurologue – chacun spécialisé par des décennies d’études initiales et recherches scientifiques dans un sous domaine de la discipline – de quelle (autre) façon chacun doit enseigner sa matière pour l’enseigner mieux ?

22C’est en débordant des cadrages initiaux que l’on devrait trouver des solutions permettant de bénéficier des compétences acquises grâce à eux tout en produisant de nouvelles connaissances. Le débordement consistera à étudier les pratiques numériques des enseignants-chercheurs non pas seulement en ce qui concerne les outils et services de pédagogie numérique créés à leur intention par les services de TICE mais l’ensemble des outils et services accessibles gratuitement et librement sur Internet ainsi que les multiples différenciations, par disciplines scientifiques d’une part et par dimensions (e-formation, e-recherche, e-gouvernance) d’autre part (Valluy, 2013a). Les chercheurs en sciences de l’éducation pourraient apporter aux autres disciplines une connaissance plus rapide des pratiques émergentes dans chaque discipline et dans chaque dimension, donc accélérer la diffusion des connaissances relatives à ces pratiques tout en aidant des spécialistes TICESR à adapter l’offre d’outils numériques par les universités.

Cadrages catégoriels

23Les difficultés de dialogue entre concepteurs et utilisateurs des nouvelles technologies sont également liées à des cadrages non pas disciplinaires mais catégoriels (au sens des catégories professionnelles et statutaires) même si les deux sont parfois imbriqués.

  • 8 Professeurs agrégés (PRAG) ou certifiés (PRCE) du secondaire affectés dans les établissements d'ens (...)
  • 9 Professeurs des Universités (PU), Maîtres de Conférences des Universités (MCU).
  • 10 Directeurs de recherche (DR), Chargés de recherche (CR).

24Les concepteurs d’outils numériques pour l’enseignement supérieur et la recherche sont – même si des enseignants y participent – principalement des bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, de service et de santé (Biatss), parmi lesquels des compétences et identités professionnelles nouvelles se sont formées, bien au-delà de celle des informaticiens : spécialités dérivées de l’informatique, par exemple, pour la conception multimédias des TICE et la gestion des ressources documentaires numériques. Les premiers utilisateurs, parfois appelés « prescripteurs » (ENSSIB, 2012), sont les enseignants et/ou chercheurs, enseignants du secondaire recrutés à l’université (PRAG/PRCE8), enseignants-chercheurs (PU/MCU9) ou chercheurs participant à l’enseignement (DR/CR10 du CNRS ou doctorants enseignants) ; les utilisateurs secondaires sont les étudiants.

25La configuration des catégories d’acteurs se complexifie en outre du point de vue des hiérarchies symboliques et différenciations professionnelles liées à une histoire ancienne et à des raisons fonctionnelles toujours d’actualité : les enseignants-chercheurs occupent, dans la gouvernance des universités, une position dominante qui apparaît dans la composition des conseils délibératifs et les règles d’éligibilité à certains postes de direction. Cette dominance à ses raisons, d’autonomie intellectuelle et de compétence scientifique dans les choix du management universitaire. Dans le cadre de cet auto-gouvernement des universités par les enseignants-chercheurs, les autres catégories de personnels, tant Biatss que PRAG/PRCE, souvent sont et/ou se sentent dominés, symboliquement et/ou fonctionnellement. L’élément central de différenciation est la thèse de doctorat valorisée comme formation initiale et orientation en recherche par les enseignants-chercheurs.

26Or le domaine de la pédagogie numérique universitaire est l’un de ceux ou les relations symboliques s’inversent en raison du peu d’importance symbolique et du faible investissement en temps de travail accordés par les enseignants-chercheurs à la pédagogie et à la technologie. Réciproquement, les Biatss et certains PRAG/PRCE se retrouvent en position plus forte sur le domaine et tendent à se rapprocher d’autant plus que la pédagogie numérique ainsi que les débats et techniques y afférant sont orientés davantage vers le secondaire que vers le supérieur et plus développés dans les centres de formation des professeurs du secondaire que dans les autres composantes universitaires. De ce fait et en raison d’autres facteurs, notamment d’imputation des charges de travail, les enseignants-chercheurs sont relativement absents des débats, de la conception et de l’utilisation des TICESR produites par les universités. Le renforcement des uns et la relative absence des autres consolident un cadrage articulé à la pédagogie et à la technologie plutôt qu’aux disciplines scientifiques.

27Ce cadrage pédago-technologique présuppose une homogénéité des besoins numériques entre disciplines scientifiques. Typiquement les « Environnements Numériques de Travail » (ENT) sont conçus à l’identique pour toutes les disciplines d’une même université (Albernhe-Giordan, Charnet, 2005). Cette orientation « a-disciplinaire » n’est pas seulement celle des concepteurs de TICE mais aussi de la bibliographie en sciences humaines et sociales, qui intègre encore peu les différenciations disciplinaires des usages d’outils numériques (Mahé, 2012). Or ce présupposé est caduque, tant le développement des technologies et de leurs usages depuis dix ans a accentué, les particularismes. Pratiques et besoins numériques ne sont plus similaires dans des univers intellectuels et professionnels aussi éloignés que ceux des arts, droit, lettres & sciences humaines d’une part, des techniques et sciences de la matière d’autre part et de la médecine, pharmacie et odontologie par ailleurs. Et le même phénomène de différenciation s’observe à l’intérieur de chaque domaine : besoins et usages du numérique ne sont plus similaires en droit privé, en sciences du langage et en géographie…

28Pour déborder ce cadrage implicite d’homogénéité des besoins, il faut identifier les particularismes disciplinaires tant du point de vue des technologies disponibles que de leurs usages en procédant à des recherches sur trois critères :

  1. Les connaissances disciplinaires sur le numérique : les disciplines produisent des connaissances sur les réalités de leur domaines d’observation à l’ère numérique : étude des réseaux sociaux en sociologie (Grandjon, Denouël, 2010), des nouvelles pratiques (Gefen, 2010) et formes d’écritures numériques (Bourchardon, 2009) dans les disciplines littéraires ; des participations numériques aux débats publics en SIC (Monnoyer-Smith, 2010), etc.) ;

  2. Les outils numériques spécifiquement disciplinaires : les disciplines produisent des outils spécifiques à leurs domaines et forment à leur connaissance et utilisation : numérisation des cartes en géographie (Desbois, 2008) ; bases de données jurisprudentielles en droit (Ribard, Fructus, Ghosn, 2012) ; portails de données et d’échanges en littérature (Gefen, 2002) ; outils d’analyse automatique de corpus textuels en sciences du langage (Cislaru, Stiri, 2009) ; ressources pédagogiques en ligne pour l’apprentissage des langues (Arthuad, 2007), etc.).

  3. Les réflexivités disciplinaires à l’ère numérique : les disciplines examinent leurs propres transformations sous l’effet de l’Internet et des outils informatiques : géographie face à la télédétection et à la cartographie numérique (Ragala, 2004) ; histoire face à la numérisation des archives (Genet, Zorzi, 2011) ; nouvelles techniques d’enquête en sociologie (Chateauraynaud, 2006 ; Chateauraynaud, Debaz, 2009) ; réflexions en littérature sur l’écriture à l’ère numérique (Gefen, 2012), etc.

Conclusion

29L’une des façons d’améliorer le dialogue entre concepteurs et utilisateurs d’outils d’une part, entre décideurs et metteurs en œuvres des politiques publiques d’autre part, consiste à (re)connaître la diversité des systèmes de convictions en présence et à bien les identifier pour les entendre et les comprendre, en évitant notamment dans l’organisation des séminaires, colloques et publications d’en oublier certains. Mais la préservation du pluralisme est surtout un garde-fou pour les décisions d’investissements publics en TICESR qui, par nature, ne peuvent connaître de sanctions par le marché, comme celles des investissements privés dans les « start-up » de l’Internet. Le pluralisme intellectuel constitue un moyen de rationaliser les choix d’investissements publics en les examinant sous de multiples points de vue.

30L’autre façon d’améliorer ce dialogue tout en renouvelant les recherches consiste à remettre en question les cadrages cognitifs antérieurs qui ont apporté des connaissances sur un domaine mais demandent à être reconsidérés. Après des recherches sur les TIC, puis sur les TICE, des travaux, plus focalisés et approfondis, sur les TICESR nécessitent de les examiner à travers trois dimensions structurantes (e-formation, e-recherche, e-gouvernance), en considérant les utilisations de toutes les technologies (internes et externes aux universités) et en étudiant surtout, plus que cela n’a été fait jusqu’à présent, le « numérique disciplinaire », c’est-à-dire les spécificités des données numériques, des outils numériques et des réflexivité à l’ère numérique, de chaque discipline scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albernhe-Giordan H., Charnet C., Quand les enseignants rencontrent le numérique : innovation imposée ou attendue ? Le cas de l’ENT dans le déploiement de l’Université numérique en Région Languedoc-Roussillon, Rapport de recherche - ENTICE, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albero B., « Le couplage entre pédagogie et technologies à l’université : Cultures d’action et paradigmes de recherche », RITPU, vol. 8, n° 1,2, 2011, p. 11-21, http://www.ritpu.org/IMG/pdf/RITPU_v08_n01-02_11.pdf
DOI : 10.7202/1005779ar

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albero B., Kaiser A., « Attitudes et préférences des usagers face à la formation ouverte et à distance », Distances et savoirs, vol. 7, n° 1, 2009, p. 31-37.
DOI : 10.3166/ds.7.31-37

Annoot E., « Recomposition des rôles dans les métiers du supérieur Enseignants chercheurs et nouvelle société du savoir ou la place des formations à distance et des pratiques de tutorat dans l’enseignement supérieur à l’université », Rapport final / programme de recherche CPER 2006-2007, IRSHS, 2007, p. 11-18.

Artaud M., Nonnon E., Pontais C., « Quelles épreuves de concours articulant disciplinaire et professionnel ? », in : Former des Maîtres (suppl. à Le Snesup n° 605) mai 2012, p. 3-5.

ANR, Programme « Investissement d’avenir » / Appel à projets « Initiatives d’excellence en formations innovantes » - Liste des projets classés par le jury international, 13 mars 2012.

Arnseth H. C., « Théorisation du lien pédagogie-TIC. Comparaison et mise en contraste de la théorie de l’acteur-réseau avec la psychologie socioculturelle », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur, P.U.N., 2011, p. 117-132.

Arthaud P., Création et utilisation de ressources pédagogiques sur support numérique pour l’enseignement de l’anglais dans une école d’ingénieurs – modalités d’intégration et étude d’impact, Doctorat, 24 mai 2007, La Sorbonne Nouvelle (Paris 3).

AUF, Un détour par le futur - Les formations ouvertes et à distance à l’Agence universitaire de la Francophonie (2002-2012), EAC / AUF, 2013.

Bachelet J.F., « Mise en perspective du rôle des TIC dans l’évolution des universités », in Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, P.U.N., 2011, p. 243-254.

Baltazart D., Lavielle-Gutnik N., Pouteaux N., « Les enseignants-chercheurs : possibles acteurs d’une évolution professionnelle et institutionnelle ? », in Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 209-226.

Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche – Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011(a).

Barbot M.-J., Massou L., « Statuts, professionnalité des enseignants-chercheurs et usages des TIC », in Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011(b), p. 145-163.

Ben Abid-Zarrouk S., « Une analyse de l’équité d’un enseignement en ligne », Distances et savoirs, vol. 9, n° 1, 2011, p. 97-129.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benchenna A., Brulois V., « Usages et usagers des campus numériques : entre projections ministérielles et prémices d’une réalité », Etudes de communication, n° 2, 2007, p. 133-150.
DOI : 10.4000/edc.597

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bergeron H., Surel Y., Valluy J., « L’Advocacy Coalition Framework. Une contribution au renouvellement des études de politiques publiques ? », Politix, vol. 11, n° 41, 1998, p. 195-223.
DOI : 10.3406/polix.1998.1718

Berthiaume D., « Innovation et pédagogie universitaire », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 53-66.

Biagini C., « Le grand méchant technophobe », La décroissance, bimestriel, oct. 2011, p. 1-2.

Biagini C., L’emprise numérique – Comment Internet les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Editions l’Echappée, 2012.

Biagini C., Carnino G., « Interview de Cédric Biagini et Guillaume Carnino sur « La tyrannie technologique », Offensive, n° 16, 01.12.2007.

Biagini C., Carnino G., Izoard C., dir., La Tyrannie technologique : Critique de la société numérique, Editions l’Echappée, mai 2007.

Bouchardon S., Littérature numérique : le récit interactif, Hermès Lavoisier, 2009.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boutet A., Trémenbert J., « Mieux comprendre les situations de non-usage des TIC – Le cas de l’Internet et de ‘informatique. Réflexions méthodologiques sur les indicateurs de l’exclusion dite numérique », Les Cahiers du Numérique, vol. 5, n° 1, 2009, p. 69-100.
DOI : 10.3166/lcn.5.1.69-100

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brotcorne P., Valenduc G., « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’internet », Les Cahiers du Numérique, 2009, vol. 5, n° 1, 2009, p. 46-68.
DOI : 10.3166/lcn.5.1.45-68

Bruillard É., « Discours généraux sur les TIC en éducation : beaucoup de slogans peu étayés, en quête de débats », EpiNet - La revue électronique de l’EPI, oct. 2011.

Callon M., « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement », dans : D. Foray et J. Mairesse, dir., Innovations et performances, Paris, Ed. EHESS, 1999, p. 399-431.

Caron P.-A., Varga R., « Artefacts malléables et perméables (AMP) pour mener des activités pédagogiques », Distances et savoirs, vol. 7, n° 2, 2009, p. 155-177.

Crinon J., « Analyse de TIC et métiers de l’enseignement supérieur », Alsic, vol. 16, 2013 : http://alsic.revues.org/2605

CDC, CPU, Guide méthodologique de l’université numérique - Travaux conduits par la Caisse des Dépôts en partenariat avec la Conférence des présidents d’université, janv. 2009.

CE, The use of ICT to support innovation and lifelong learning for all - A report on progress. Bruxelles : Commission européenne, 2008.

Chaptal A., « Mémoire sur la situation des TICE et quelques tendances internationales d’évolution », STICEF, vol. 16, 2009.

Chaptal A., « Un retard français ? », Administration et Education, n° 129, mars 2011, p. 43-48.

Chateauraynaud F., « Moteurs de (la) recherche et pragmatique de l’enquête. Les sciences sociales face au Web connexionniste », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 2, n° 82, 2006, p. 109-118.

Chateauraynaud F., Debaz J., « Veille sociologique et flux d’informations numériques », Journées Francophones Extraction et Gestion des Connaissances, Strasbourg, 27-30 janv. 2009.

Cislaru G., Stiri F., « Textes et discours. Corpus, co-texte et analyse automatique du point de vue de l’analyse de discours », Corpus, n° 8, 2009, p. 85-104.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Craipeau S., Metzger J.-L., « Une utopie technicienne pour réformer l’université ? », Quaderni, 69, 2009, p. 115-120.
DOI : 10.4000/quaderni.330

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dahmani M., Ragni L., « L’impact des technologies de l’information et de la communication sur les performances des étudiants  », Réseaux, vol. 3, n° 155, 2009, p. 81-110.
DOI : 10.3917/res.155.0081

De Agostini G., « Totally Online High School for People at Educational Risk », « , Field Actions Science Reports, vol. 4, 2010.

Déchaux J.-H., « Agir en situation : effets de disposition et effets de cadrage », Revue française de sociologie, vol. 51, n° 4, 2010, p. 720-746.

Desbois H., « Quand les cartes se numérisent », Sciences Humaines, 28/05/2008.

Endrizzi L., « Les technologies numériques dans l’enseignement supérieur, entre défis et opportunités », Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 78, octobre 2012.

ENSSIB, « Perceptions des prescripteurs et usages des ressources pédagogiques numériques dans le premier cycle de l’enseignement supérieur - Synthèse de l’étude qualitative menée par l’Institut CSA en octobre 2012 », janv. 2013.

Fichez E., « Campus numériques : les ambitions à l’épreuve des terrains », Distance et savoirs, vol 4, n° 3, 2006, p. 299-332.

Fichez E., « La problématique de l’industrialisation de la formation », Edutice, 17 mars 2008.

Fradet A., Pelage O., Leroux J.-B., « Accès, usages et perception des ressources pédagogiques dans l’enseignement supérieur », ENSSIB, Etude n° 1101619, 15 juin 2012.

Garcia S., » Croyance pédagogique et innovation technologique - Le marché de la formation à distance au service de la « démocratisation » de l’enseignement supérieur », ARSS, vol. 4, n° 149, 2003, p. 42-60.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gefen A., « Le livre et l’anneau : le projet Fabula, ou le rêve d’une communauté scientifique virtuelle », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, n° 54, 2002, p. 381-393.
DOI : 10.3406/caief.2002.1471

Gefen A., « Réseaux sociaux, microblogging et création littéraire contemporaine », Itinéraires LTC, n° 2, juin 2010, p. 155-166.

Gefen A., « La littérature contemporaine face au numérique : assimilation, résistance ou reconversion ? », in : Bessard-Banquy O., dir., Les Mutations de la lecture, Bordeaux, PUB, 2012.

Genet J.-P., Zorzi A., dir., Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer, Rome : EFR, 2011.

Gilliot J.-M., Grolleau A.-C., Magnin M., Vaufrey C., « ITyPA, un premier MOOC francophone et connectiviste », Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur – Actes du VIIe colloque, Univ. Sherbrooke, juin 2013, p. 253-259.

Granier F., « Marie-José Barbot et Luc Massou, TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Émergence, transformation », Lectures, 27 avril 2012 : http://lectures.revues.org/8251

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Granjon F. et Denouël J., « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, vol. 1, n° 1, 2010, p. 25-43.
DOI : 10.3917/socio.001.0025

Granjon F., Lelong B., Metzger J.-L., dir., Inégalités numériques. Clivages sociaux et mode d’appropriation des TIC, Hermès Lavoisier, Paris, 2009.

Gremmo M.-J., Kellner C., « Pratiques pédagogiques et usages des TIC : enseigner à l’université, un impensé ? », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 35-52.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gueudet G., Lameul G., Trouche L.,, dir., Dossier : « Questions relatives à la « pédagogie universitaire numérique », regard et rôle de la recherche », Ritpu, vol. 8, n° 1-2, 2011.
DOI : 10.7202/1005778ar

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Guichon N., « L’apprentissage des langues médiatisé par les technologies (ALMT) : étude d’un domaine de recherche émergent à travers les publications de la revue Alsic », Alsic, vol. 15, n° 3, 2012.
DOI : 10.4000/alsic.2539

Habib L., « Pratiques pédagogiques et TIC dans l’enseignement supérieur norvégien : une étude de cas », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011(a), p. 99-116.

Habib L., « Image de soi des universitaires et TIC dans l’enseignement supérieur norvégien », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011 (b), p. 165-180.

Hargittai E., « Quelles compétences et quelle culture numérique pour les « digital natives » ? », Conférence au séminaire « Pédagogie numérique universitaire » du service TICE de l’Université Paris 1, 16 oct. 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kalkan M., « Predictiveness of interpersonal cognitive distortions on university students’ problematic Internet use », Children & Youth Services Review, vol. 34 n° 7, 2012, p. 1305-1308.
DOI : 10.1016/j.childyouth.2012.03.003

Karsenti T., Meunier H., Raby C., Villeneuve S., « Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants », Ritpu, vol. 8, n° 3, 2011, p. 6-19.

Legardez A. (coord.), Dossier : pédagogie et didactique à l’université : des questions vives, in : Former des Maîtres (suppl. à Le Snesup n° 593) mars 2011, p. 9-18.

Loisier J., Les nouveaux outils d’apprentissage encouragent-ils réellement la performance et la réussite des étudiants en FAD ? Document pour le Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada, mars 2011, 113 p.

Mahé A., « Les pratiques informationnelles des chercheurs dans l’enseignement supérieur et la recherche : regards sur la décennie 2000-2010 », in : Chartron G., Epron B., Mahé A.,, dir., Pratiques documentaires numériques à l’Université, Presses de l’Enssib, 2012, p. 11-42.

Marquet P., dir., Les non-usages des TIC - Modélisations, explications, remédiations, Dossier de : Recherches & Educations, n° 6, juin 2012, 278 p.

MESR (Isaac H.), L’université numérique - Rapport à Madame Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, oct. 2007.

MESR, Rentrée 2010 : le numérique s’installe dans l’université française, Communiqué et conférence de presse - 8 sept. 2010.

MESR, Le S.3.I.T. 2013 : une stratégie numérique pour l’enseignement supérieur et la recherche, 2011.

MESR, Pédagogie universitaire numérique - Accompagnement et formation des enseignants du supérieur - Livre blanc, 15 oct. 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mœglin P., « Le paradigme de la machine à enseigner », Études de communication, n° 14, 1993, p. 91-103.
DOI : 10.4000/edc.2733

Mœglin P., « Les TIC(E) dans l’enseignement supérieur : questionner la question », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 227-242.

Mœglin P., « Ne pas réinventer la roue ! », Tribune d’opinion publiée sur le blog de Jean-François Méla « JFM’s blog – Un blog sur l’université, la recherche… 2012 : http://jfmela.free.fr/jfmblog/?p=274

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mœglin P., Tremblay G., « Éducation à distance et mondialisation- Éléments pour une analyse critique des textes programmatiques et problématiques », Distances et savoirs, vol. 6, n° 1, 2008, p. 43-68.
DOI : 10.3166/ds.6.43-68

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mœglin P., Thibault, F., « Universités et ressources numériques : une affaire entre acteurs publics », Quaderni, n° 69, Printemps 2009, p. 27-40.
DOI : 10.4000/quaderni.311

Monnoyer-Smith L., Communication et Délibération : mutations technologiques et enjeux citoyens, Paris, Hermès Publications, 2010.

Moulier Boutang Y., Le Capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, coll. Multitudes/Idées, Éd. Amsterdam, 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Normand R., Vincent-Dalud M., « Sciences de gouvernement de l’éducation et réseaux transnationaux d’experts : la fabrication d’une politique européenne », Education et sociétés vol. 1, n° 29, 2012, p. 103-123.
DOI : 10.3917/es.029.0103

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

OCDE, L’Internationalisation de l’enseignement supérieur, sept. 2004.
DOI : 10.1787/epa-2005-3-fr

Pasquier F., « Du support analogique au document informatisé pour l’apprentissage : les « désapports » de la numérisation », EpiNet, n° 100, 2000, p. 109-116.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Petit L., « Les conditions de l’usage des ressources pédagogiques numériques », Questions de communication, n° 16, 2009, p. 249-264.
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.362

Petit L., « Usage des TICE par l’enseignant-chercheur : pistes de réflexion », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 133-144.

Poisson D., « Usages des TICE et perspectives d’une ingénierie des dispositifs à visée autonomisante », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 83-97.

Poumay M., « Améliorer la pratique enseignante : par quelles formations, quels accompagnements et quels soutins institutionnels ?  », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 67-82.

Ragala R., « Télédétection – SIG, des outils de génération de l’information géographique », Commentaires de paysages en géographie physique, 2004, p. 216-219.

Ribard F., Fructus I., Ghosn M.,  »Jurisprudence en ligne : panorama », JurisGuide, fév. 2012.

Rosselle M., « Observation de deux MOOC (Gamification et Writing in the Sciences) et pistes de recherche », STICEF, vol. 19, fev. 2012.

Sidir M., « Campus numériques », Document numérique, vol. 10, n° 3-4, 2007, pp. 107-126.

Simonian S., « TIC et enseignement supérieur : une question de professionnalité », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011, p. 181-194.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Temperville V., « De l’usage des blogs à l’université - Quelques considérations », Distances et savoirs, vol. 8, n° 1, 2010, p. 13-40.
DOI : 10.3166/ds.8.13-40

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thibault F., » Divorcer du technicisme - Une histoire de l’enseignement supérieur à distance en France », Distances et savoirs, vol. 5, n° 3 2007, p. 367-391.
DOI : 10.3166/ds.5.367-391

Thibault F., « Peut-on échapper aux biais d’une enquête d’opinion auprès des enseignants ? », Distances et médiations des savoirs, n° 1, 2012 : http://dms.revues.org/160

UNESCO. Trends in Global Higher Education: Tracking an Academic Revolution: A Report Prepared for the UNESCO 2009 World Conference on Higher Education, Paris, 2009.

Valluy J., « 2009-2012 : la défense des libertés universitaires, de la CNU (coordination nationale des universités) au CNU (conseil national des universités) », conférence au séminaire « Politiques des sciences », EHESS, 28.04.2011 (a) : http://pds.hypotheses.org/1290

Valluy J., « Observation « externe », observation participante, observation numérique ? - Réflexions pour fixer un projet quinquennal de recherche et ses étapes intermédiaires », Communication au groupe EPIN / Costech-UTC, 03.11.2011 (b) : http://www.utc.fr/costech/v2/_upload/fichiers/publications/valluy_epin_3-4nov2011.ppt

Valluy J., « Vers une pédagogie numérique à l’université ? Compte-rendu et discussion de l’ouvrage « TIC et métiers de l’enseignement supérieur– Emergences, transformations »  », Recueil Alexandries, Coll. Recensions, avril 2012 : http://www.reseau-terra.eu/article1234.html

Valluy J., « Le(s) numérique(s) universitaire(s) : contre les nouveaux dogmatismes internationaux... pour des recherches sur les multiples dimensions du numérique universitaire », Colloque international « L’université à l’ère numérique, e-formation, e-recherche, e-gouvernance », 01.03.2013(a), IURS, Rabat.

Valluy J., « Pour la réussite des TICE Paris 1 - Organigramme, évolution du Service TICE et avenir de l’université », Forum [Diffparis1], 17.04.2013(b) : http://liste.cines.fr//arc/diffparis1/2013-04/msg00036.html

Valluy J., « Se former aux multiples dimensions numériques du métier d’enseignant-chercheur », conférence au séminaire  »Aspects Concrets de la Thèse », EHESS, 21.05.2013(c) : http://docteo.tumblr.com/post/52041573500/numerique-metier-chercheur-act-valluy

Valluy J., « Bibliographie sur le domaine de recherche – Réseau Numer-Univ », 15.06.2013(d) : http://www.reseau-terra.eu/article1265.html

WB, Survey of Information and Communication Technology (ICT) in Education in Africa, The World Bank 2007.

Haut de page

Notes

1 Recherche par observation participante (Valluy 2011-b ; Valluy 2012), en développant le réseau scientifique Terra (http://www.reseau-terra.eu) mais aussi à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), l'Université technologique de Compiègne (UTC), dans les réseaux de la Coordination nationale des universités (C.N.U.) et des syndicats universitaires (notamment l'Union Nationale des syndicats FERC Sup CGT) (Valluy 2011-a), les instances de gouvernance universitaire que sont le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) et le Conseil nationale des universités (Cnu) ainsi qu'à partir d'une recherche bibliographique en cours (Valluy 2013 d), sur le numérique universitaire, pour former le comité scientifique du réseau de recherche "Numer-Univ" (http://www.reseau-terra.eu/rubrique285.html) et échanges avec ses membres.

2 Voir, par exemple, le site développé par le service TICE de Paris 1 "Enseigner avec le numérique de Paris 1" : http://tice.univ-paris1.fr/

3 Site de l'association AEPI et de la revue EpiNet : http://www.epi.asso.fr/

4 De nombreux blogs relaient cette actualité médiatique ; voire notamment : "Pédagogie numérique universitaire" sur Sooop.it ! : http://www.scoop.it/t/pedagogie-numerique-universitaire

5 Pour un recensement très complet : https://www.projet-plume.org/ et pour sélection organisée : http://www.reseau-terra.eu/article1270.html

6 Colloque international « L’Université à l’ère numérique : e-formation, e-recherche, e-gouvernance », Université Mohamed V et Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Rabat, 28 fev./1er mars 2013.

7 Tensions apparues notamment à l'occasion du mouvement universitaire de 2009 (Valluy, 2011), au sujet de la formation des maitres et dans les débats au Cneser en ce qui concerne la réforme des IUFM puis la création des ESPE.

8 Professeurs agrégés (PRAG) ou certifiés (PRCE) du secondaire affectés dans les établissements d'enseignement supérieur.

9 Professeurs des Universités (PU), Maîtres de Conférences des Universités (MCU).

10 Directeurs de recherche (DR), Chargés de recherche (CR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Valluy, « TIC et enseignement supérieur : comment (re)nouer le dialogue ? », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://dms.revues.org/373 ; DOI : 10.4000/dms.373

Haut de page

Auteur

Jérôme Valluy

Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1)
COSTECH (EA 2223, groupe EPIN) / Université de Technologie de Compiègne (UTC)
jerome.valluy@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org