Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La mise en place de ce numéro thématique de DMS s’est faite en deux temps. Au départ, un projet de publication est né en réaction à la note de lecture mise en ligne par Jérôme Valluy (2012) à propos de la publication de l’ouvrage collectif issu de la recherche et du colloque Tec-Meus (Barbot, Massou, 2011). Depuis sa publication, cet ouvrage a fait l’objet de plusieurs notes de lecture (Granier, 2012 ; Thibault 2012 ; Crinon, 2013), comportant chacune des aspects critiques, mais celle de Jérôme Valluy a suscité des réactions parfois fortes chez certains auteurs de l’ouvrage car certaines des critiques qu’elle soulevait paraissaient injustifiées ou frisaient l’incompréhension des propos originaux des articles. Néanmoins, cette note de lecture apportait un point de vue disciplinaire différent, celui de la sociologie politique, et proposait plusieurs pistes intéressantes de réflexion pour de futures recherches sur le sujet. La revue DMS nous a alors proposé, plutôt que de répondre à la polémique par la polémique, de situer la controverse dans une interaction scientifique, pour continuer le débat scientifique autour des questions théoriques et méthodologiques que soulève la recherche universitaire sur le développement des TIC dans l’enseignement supérieur, plus spécifiquement sur les usages technologiques dans l’activité enseignante des enseignants-chercheurs, dont l’ouvrage incriminé est lui-même un témoignage.

  • 1 «  TIC et métiers de l’enseignement supérieur : usages, transformations,  émergences», recherche dé (...)
  • 2 L’étude a été menée auprès d’enseignants-chercheurs en lettres et sciences humaines et sociales de (...)
  • 3 « Savoirs universitaires, médiatisation technologique et pratiques des acteurs », toujours dans le (...)

2Avant de présenter plus précisément le contenu du dossier, nous souhaitons rappeler très brièvement en quoi a consisté la recherche Tec-Meus (2008-2011)1. Elle avait pour objectif d’interroger les liens entre le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’enseignement supérieur, dans le cadre de l’activité enseignante des enseignants-chercheurs en lettres et sciences humaines et sociales. La recherche est originale dans plusieurs de ses options : elle s’intéresse à des disciplines universitaires peu analysées jusqu’à présent, elle se focalise sur la partie de l’activité des enseignants-chercheurs la moins valorisée de leur métier, et, en balayant l’éventail complet des usages (des non-usages aux usages forts), elle cherche à comprendre les logiques individuelles qui sous-tendent les rapports entre activité professionnelle et développement technologique. En cela, Tec-Meus, qui est une étude à la fois qualitative et quantitative2, comporte une forte dimension exploratoire qui a permis de pointer, entre autres résultats, que les modèles pédagogiques de référence des enseignants-chercheurs, pour leur activité enseignante, sont moins liés à la médiation technologique qu’à un questionnement relatif à la médiatisation des savoirs. C’est sur ce constat que s’est mis en place un nouveau projet de recherche, Sum-Tec3, qui vise à définir et analyser les conditions et la nature des changements liés à la médiatisation technologique du savoir scientifique (tel qu’il est défini à l’université), durant les phases de diffusion, acquisition et évaluation de ce savoir qui sont inhérentes à l’enseignement universitaire.

  • 4 S3IT 2013 : Schéma Stratégique des Systèmes d’Information – TICe, Secrétariat Général, Cellule de P (...)
  • 5 Livre blanc « Accompagnement et formation des enseignants du supérieur aux usages pédagogiques du n (...)
  • 6 Loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche (n° 2013-660 du 22 juillet 2013), parue a (...)

3Dans ce cadre, le dossier vise à expliciter les désaccords, les ruptures, les contradictions qui peuvent exister autour de certaines questions de recherche autour de l’enseignement supérieur, et à proposer des analyses qui montrent la complexité du terrain et l’utilité d’une approche pluridisciplinaire, même si celle-ci provoque temporairement, comme c’est le cas pour l‘ouvrage Tec-Meus, de fortes controverses. Il veut principalement approfondir la réflexion qui sous-tend la définition de problématiques de recherche sur l’analyse des usages des TIC à l’université. Par rapport à l’ouvrage Tec-Meus, il n’est pas fondé sur de nouvelles études de cas mais il est porteur d’une approche prospective de démarches et de questions pour la recherche, en tenant compte des développements récents du contexte de l’enseignement supérieur en France. On y constate, en effet, une certaine évolution des politiques institutionnelles en faveur des TIC, qui, après une phase majoritairement consacrée aux infrastructures, équipements et ressources (Endrizzi, 2012), s’oriente davantage vers la prise en compte et l’accompagnement des enseignants dans les usages pédagogiques du numérique – présentiel enrichi, dispositifs hybrides ou à distance –, comblant ainsi un manque plusieurs fois constaté (Albero, Charignon, 2008) : voir les récents rapports ministériels sur le sujet (Schéma Stratégique S3IT, 20114 ; Livre Blanc, 20125) ou la toute jeune Loi sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) votée en juillet 20136. Cela va de pair avec le développement rapide et tout aussi récent en France des questions et des débats sur ce qu’il est convenu de nommer « la pédagogie universitaire » (De Ketele, 2010).

  • 7 Journées organisées à Lyon par le service de formation et l’équipe EducTice de l’Institut Français (...)

4Au-delà des apparences, ce sont bien les représentations des acteurs sur les activités « enseigner » et « apprendre » qui sont en jeu. Si pédagogie et didactique (quel que soit leur rapport) ont trouvé une place, certes encore fragile, dans le paysage éducatif scolaire et en formation des adultes, les apports théoriques sur l’apprentissage (Linard, 1991) sont encore peu utilisés sur le terrain universitaire. Les expérimentations à l’université (Albero 2003, Barbot et al., 2006, Albero, Poteaux 2010) existent mais ne parviennent pas à se généraliser. Brigitte Albero signalait en 2011, en conférence inaugurale des premières journées « Pédagogie universitaire numérique »7, que c’est sur ce « terreau » qu’il faut intégrer les TIC à l’université. Le parallèle nous semble intéressant à faire : c’est sur le terreau de l’analyse des rapports entre savoir scientifique et enseignement universitaire qu’il faut penser la recherche sur les usages des TIC à l’université.

5Il nous reste un dernier point à discuter avant la présentation du dossier : son lien avec la notion de « distance », définitoire pour la revue DMS. Certes, ce dossier aborde moins frontalement, ou de façon parfois indirecte, l’enseignement à distance qu’il ne l’est peut-être attendu par les lecteurs habituels de la revue, alors qu’il traite beaucoup plus des rapports entre médiatisation et savoirs, entre usages des technologies/ressources numériques et pratiques enseignantes. Mais il aborde également des questions tout aussi importantes pour qui réfléchit à la notion de distance avec les technologies, comme l’évolution de la professionnalité enseignante ou celle de la relation éducative avec les TIC.

6Le dossier est construit autour d’un échange de points de vue entre Jérôme Valluy et plusieurs membres de l’équipe Tec-Meus/Sum-Tec. En proposant une analyse des apports et des limites de nos expériences de recherche via deux projets de recherche (l’un terminé et l’autre en cours), notre objectif est de discuter des dimensions possibles de la recherche sur des pratiques enseignantes avec les TIC, et de proposer des pistes d’investigation et des modalités méthodologiques qui semblent porteuses. Le dossier est constitué de six articles et deux entretiens qui développent en priorité une approche bi-disciplinaire entre Sciences de l’Education (SDE) et Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), mais, au-delà de ces deux champs disciplinaires « de référence », la pluridisciplinarité (sociologie, sciences du langage, sciences du travail) est toujours présente et discutée dans plusieurs articles.

7Le premier article, de Jérôme Valluy, présente le point de vue de l’auteur sur la nécessité de recherches approfondies afin que le rapport entre usages technologiques et enseignement supérieur soit le plus fructueux possible, à travers une discussion des points qui lui ont paru flous ou discutables dans l’ouvrage Tec-meus en conclusion de sa précédente note de lecture. En termes de principe théorique, il refuse une dichotomie trop pauvre qui opposerait critique de l’individu et critique de la technique et il propose une catégorisation des postures possibles en cinq paradigmes qui lui semblent davantage représentatifs de la réalité. Pour l’analyse des usages éducatifs des TIC, il propose de dépasser les « cadrages disciplinaires » (SDE ou SIC, notamment) tout comme les cadrages catégoriels (concepteurs vs enseignants vs financeurs, par exemple), générateurs, pour lui, d’un postulat à la fois implicite et erroné d’homogénéité des besoins, pour analyser « les systèmes de convictions en présence » à travers trois dimensions structurantes des TIC à l’université : « e-formation, e-recherche, e-gouvernance ».

8Des cinq articles qui suivent, deux répondent plus directement aux critiques sous-jacentes aux propositions que Jérôme Valluy développe. Tout d’abord, l’article de Marie-José Gremmo et Didier Baltazart propose une analyse du parcours de recherche de l’équipe entre les deux projets Tec-Meus et Sum-Tec, pour discuter la réponse, toujours temporaire et toujours réactualisée, que l’équipe apporte à la question fondamentale que soulève aussi Jérôme Valluy dans son texte : comment faire de la recherche universitaire sur le terrain de l’enseignement universitaire ? Ce « retour d’expérience » permet aux auteurs de décrire la manière dont s’est faite la construction épistémologique et méthodologique de l’équipe. Ainsi, la notion de « TIC », qui, malgré son flou, a été utilisée et utile pour Tec-Meus, a laissé place à celle d’« outils numériques » dans Sum-Tec, terme peut-être tout aussi flou mais qui correspond plus précisément au cadre théorique d’analyse des pratiques. De même, au-delà de la notion de « sciences humaines et sociales », sujette à controverse, ce sont maintenant les « savoirs universitaires » qui sont l’un des objets de recherche de l’équipe.

9D’un autre côté, l’article de Nicole Poteaux analyse la notion de « pédagogie universitaire » tout comme celle de « pédagogie numérique », en pointant que « la confusion règne entre enseignement, pédagogie et numérique », mais que c’est bien « la question de la médiation des connaissances » qui se pose, que l’enseignement s’effectue « en présence ou à distance ». Elle montre que, si le « modèle de médiation pédagogique est déterminant pour la conception de la formation des étudiants, inscrite dans le projet politique des universités », la spécificité du contexte de l’enseignement supérieur français fait que, jusqu’à présent, peu d’attention y a été portée. Elle envisage alors les perspectives possibles, en discutant d’une part le rôle que les sciences de l’éducation peuvent jouer dans les recherches qu’il devient nécessaire de mener, et d’autre part, l’intérêt qu’a « l’idée que tout enseignant-chercheur de toute discipline puisse faire de la recherche sur ses propres pratiques d’enseignement ».

10Les trois autres articles élargissent le débat en abordant des thématiques qui s’affranchissent en partie du contexte initial pour prendre en compte d’autres critères et proposer ainsi de nouvelles pistes de recherche sur le thème principal de ce dossier. L’article de Nathalie Lavielle-Gutnik et Luc Massou propose une nouvelle lecture des données recueillies dans l’enquête Tec-Meus pour y chercher des clés de compréhension des « processus de socialisation professionnelle » en jeu chez les enseignants-chercheurs interrogés, dans leurs usages déclarés des TIC pour l’enseignement. En se fondant sur les définitions théoriques de Claude Dubar (1992, 1998), ils ont ainsi identifié « deux modes de socialisation professionnelle liés à leur activité d’enseignement, qui apparaissent à des degrés d’importance divers dans les réponses obtenues à l’enquête » : « un mode dominant » (celui de la mission professionnelle : relation aux apprenants et aux dispositifs sociotechniques) et « un mode secondaire » (celui de l’environnement socioprofessionnel : relation aux pairs et aux paradigmes socio-institutionnels). Ils analysent ainsi la construction d’une identité professionnelle des enseignants-chercheurs fondée sur « l’incorporation de savoirs spécialisés » relatifs à leur usage des TIC, et concluent qu’elle se joue davantage à un niveau individuel (celui de l’enseignant) que collectif (celui des équipes pédagogiques ou de l’institution).

11Saeed Paivandi et Gaëlle Espinosa proposent dans leur texte un état de l’art des recherches sur la relation éducative à l’université. Leur posture est relativement originale car elle procède d’un mouvement qui va à inverse de beaucoup de travaux actuels sur l’intégration des TIC : en effet, pour ces auteurs, « étudier la relation éducative à l’université aujourd’hui demande (…) d’introduire les TIC comme facteur émergent ». Ils notent, tout d’abord, le « faible nombre des études portant sur la relation éducative à l’université ». Puis la recension des travaux issus de la sociologie montre une tension entre deux visions, comme une relation « non dialectique fondée sur la domination et une hiérarchie graduée de positions » ou comme une relation qui « met en jeu la dimension temporelle au niveau des personnalités singulières et l’historicité des collectifs et des groupes ». Leur « texte de synthèse qui, sur la base de la littérature déjà produite, analyse l’impact éventuel des TIC sur la relation éducative à l’université » indique alors que « l’usage des TIC serait susceptible de faire évoluer, positivement ou négativement, certains décalages entre les partenaires pédagogiques à l’université », et pointe ainsi certains axes de recherche dans ce domaine qui seraient très utiles de privilégier dans le contexte actuel.

12Enfin, Brigitte Simonnot se penche sur les approches méthodologiques envisageables pour analyser les usages des TIC à l’université, proposant une réflexion « sur les cadres conceptuels et méthodologiques qui peuvent être mobilisés dans ces études lorsqu’elles portent sur l’usage des technologies de l’information et de la communication ». Son point de départ est « le carré de l’activité » proposé par Christian Licoppe (2008) pour confronter quatre types de cadre théorique : la cognition distribuée, la théorie de l’activité, l’ethnométhodologie et la théorie de l’acteur-réseau. Elle revient alors sur différentes notions du champ de recherche concerné, la notion d’« usage » tout d’abord et ses liens avec l’innovation, puis la notion de « ressource numérique », et enfin celle de « pratique info-communicationnelle ». Elle conclut que l’étude des cadres théoriques du « carré de l’activité », encore peu utilisés dans les travaux francophones, « mérite d’être développée car elle permet d’expliciter des points cruciaux quant aux constructions méthodologiques et au positionnement du chercheur ».

13Deux entretiens viennent compléter les analyses développées dans le dossier, en donnant la parole à deux auteurs invités. Dans le premier entretien, Brigitte Albero discute de la manière dont elle a construit son approche critique pour ses propres recherches, et met en perspective les multiples enjeux et les conflits éventuels entre les différentes attentes des acteurs en jeu (enseignants-chercheurs, étudiants, administration…) sur la question des liens entre TIC et pédagogie universitaire dans le contexte de l’université française. Comme le cas de l’enseignement supérieur français, relativement spécifique quand il s’agit de la dimension éducative, est largement traité ici, nous avons souhaité proposer une ouverture sur les recherches existantes sur le sujet dans le monde anglo-saxon. L’entretien avec Neil Selwyn offre un point de vue davantage international (Neil Selwyn ayant travaillé en Grande Bretagne avant de rejoindre l’Australie) sur les questions qui se posent pour de telles recherches. Il discute de la recherche sur les usages des TIC dans l’enseignement supérieur dans d’autres systèmes que le nôtre, et offre ainsi au lecteur un regard distancié sur le positionnement spécifique de la France par rapport aux autres pays.

14Enfin, il est habituel que chaque numéro de DMS se termine par une bibliographie. Pour cette livraison, nous avons choisi de demander à chacun des auteurs du dossier et des entretiens de nous indiquer trois ou quatre références bibliographiques qu’il/elle considère « incontournables » quand on s’intéresse à la thématique de ce dossier. Nous proposons donc au lecteur une sélection bibliographique certes empreinte de subjectivité, mais qui nous semble bien refléter toute la complexité de ce champ d’étude.

Haut de page

Bibliographie

Albero B., dir., Autoformation et enseignement supérieur. Paris : Hermès Science/Lavoisier, 2003.

Albero B., Charignon P., E-pédagogie : moderniser l’enseignement ou enseigner autrement, Paris, AMUE, 2008.

Albero B., Poteaux N., dir., Enjeux et dilemmes de l’autonomie. Une expérience d’autoformation à l’université. Etude de cas. Paris : Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

Barbot M-J., Debon C., Glikman V., « Logiques pédagogiques et enjeux du numérique : quelques questions vives ». Education Permanente, n° 169, 2006, p. 27-40.

Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur : émergences, transformations, Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2011.

Crinon J., « Analyse de TIC et métiers de l’enseignement supérieur », Alsic, vol. 16 | 2013, http://alsic.revues.org/2605

De Ketele J.M., « La pédagogie universitaire : un courant en plein développement », Revue française de pédagogie, n° 172, juillet-septembre 2010, http://rfp.revues.org/2168.

Dubar C., « Formes identitaires et socialisations professionnelles », Revue française de sociologie, n° 33-4, 1992, p. 505-529.

Dubar C., La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris : A. Colin, 1998

Endrizzi L., « Les technologies numériques dans l’enseignement supérieur, entre défis et opportunités ». Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 78, octobre 2012, http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=78&lang=fr

Granier F., « Marie-José Barbot et Luc Massou, TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Émergence, transformation », Lectures, Les comptes rendus, 2012, http://lectures.revues.org/8251

Licoppe C., « Dans le "carré de l’activité" : perspectives internationales sur le travail et l’activité », Sociologie du travail, n° 50, 2008, p. 287-302.

Linard M., Des machines et des hommes. Apprendre avec les nouvelles technologies. Paris : L’Harmattan, 1991.

Thibault F., « Peut-on échapper aux biais d’une enquête d’opinion auprès des enseignants ? », Distances et médiations des savoirs 1 | 2012, http://dms.revues.org/160

Valluy J., « Vers une pédagogie numérique à l’université ? Compte-rendu et discussion de l’ouvrage TIC et métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche – Emergences, transformations (nov. 2011) », Recueil Alexandries, Collections Recensions, 2012, http://www.reseau-terra.eu/article1234.html.

Haut de page

Notes

1 «  TIC et métiers de l’enseignement supérieur : usages, transformations,  émergences», recherche développée dans le cadre de la MSH-Lorraine (USR CNRS 3261) : http://www.msh-lorraine.fr/index.php?id=337

2 L’étude a été menée auprès d’enseignants-chercheurs en lettres et sciences humaines et sociales de 10 universités françaises, par entretiens et questionnaires en ligne.

3 « Savoirs universitaires, médiatisation technologique et pratiques des acteurs », toujours dans le cadre de la MSH-Lorraine (USR CNRS 3261) : http://www.msh-lorraine.fr/index.php?id=623

4 S3IT 2013 : Schéma Stratégique des Systèmes d’Information – TICe, Secrétariat Général, Cellule de Pilotage des Systèmes d’Information, MESR, août 2011 : http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Strategie/17/6/S3IT-2013-MESR_VF_199176.pdf

5 Livre blanc « Accompagnement et formation des enseignants du supérieur aux usages pédagogiques du numérique », version provisoire, MESR, 15 octobre 2012 : http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Actualites_2012/99/9/Livre_Blanc_Accompagnement_VF_22_10_12-1_231999.pdf

6 Loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche (n° 2013-660 du 22 juillet 2013), parue au JO n° 169 du 23 juillet 2013.

7 Journées organisées à Lyon par le service de formation et l’équipe EducTice de l’Institut Français de l’Education (anciennement INRP) et la Mission du Numérique pour l’Enseignement Supérieur (MINES).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-José Gremmo et Luc Massou, « Éditorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 08 octobre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://dms.revues.org/363

Haut de page

Auteurs

Marie-José Gremmo

Articles du même auteur

Luc Massou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org