Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Le nouveau dispositif « eZoomBook » : perspectives pédagogiques

Experimenting with the « eZoomBook » pedagogy and system: pedagogical perspectives
Christine Evain, Chris De Marco et Simon Carolan

Résumés

Le dispositif appelé « eZoomBook » est un outil pédagogique au cœur duquel se trouve la plateforme eZoomBook permettant de créer et de développer des documents interactifs à échelle multiple en utilisant un système de construction collaborative de type « Wiki ». Les perspectives pédagogiques de ce dispositif sont mises en lumière par trois expériences effectuées à l’École centrale de Nantes, l’une dans le contexte d’un cours de littérature, la deuxième au sein d’un « club de lecture » de romans anglais, la troisième dans un cours d’anglais avec un groupe d’étudiants-ingénieurs en apprentissage. Ces expériences nous permettent d’analyser cette méthode pédagogique de lecture innovante qui s’appuie, d’une part, sur les fonctionnalités de la plateforme et, d’autre part, sur la construction collaborative d’ouvrages multiéchelles. Le dispositif nous invite à une réflexion sur les lieux et les temps de la formation et sur l’équilibre entre travail en autonomie, travail collaboratif et cours en présentiel.
Le passage du prototype de la plateforme eZoomBook à une plateforme publique – prévu pour fin 2013 – ouvre des perspectives qui nous permettent également d’expliciter les liens entre notre dispositif et la palette d’outils TICE disponibles dans notre établissement (Intranet, blogs, etc.) ainsi qu’avec les plateformes d’Open learning existantes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’eZoomBook est une invention déclarée par une équipe de chercheurs de l’École centrale de Nantes ; (...)

1Le dispositif « eZoomBook » est un outil pédagogique conçu par une équipe d’enseignants-chercheurs en lien avec plusieurs groupes de recherche1 et testé dans le contexte de la formation ingénieur à l’École centrale de Nantes. Au cœur de ce dispositif se trouve la plateforme eZoomBook (dont la version bêtatest est prévue pour novembre 2013) qui permet de créer et de développer des documents interactifs à échelle multiple en utilisant un système de participation de type « Wiki ».

2Le principe du format eZoomBook est simple : il s’agit d’un système unique qui s’appuie sur des contributions (citations et résumés) et qui permet la navigation entre le texte complet et les contributions sur la plateforme. À l’image de poupées russes, le eZoomBook qui résulte de ce travail de composition comprend l’ensemble de l’œuvre accessible à chacun de ses niveaux. Le dispositif offre une fonctionnalité de « zoom avant » et de « zoom arrière » actionnable à tout moment dans la lecture d’un texte. Ce système suppose différentes versions d’un texte construites sur l’original et disposées en couches successives permettant au lecteur de « naviguer » aussi bien horizontalement que verticalement. La construction de ces versions successives s’effectue par l’intermédiaire d’un contributeur ayant accès à la plateforme eZoomBook. Au-delà de cette fonctionnalité de base, la plateforme est également un outil pour une pédagogie novatrice testée auprès de trois groupes d’élèves distincts.

3Notre objectif sera d’analyser trois expériences pédagogiques pilotes, toutes trois effectuées dans le cadre d’une école d’ingénieur, puis d’ouvrir des perspectives sur les nouvelles applications du dispositif. Ainsi, nous aborderons les questions suivantes :

    • 2 Terme commercial emprunté à l’ouvrage Business Model Generation (Osterwalder, Pigneur, 2010) : Voir (...)

    Quelle est la « proposition de valeur »2 de notre plateforme eZoomBook et de son programme de navigation multiéchelle ? En quoi la pédagogie associée aux fonctionnalités de la plateforme est-elle novatrice ?

  • Quelle est la réaction des utilisateurs face au contenu et aux exercices pédagogiques proposés (et notamment pour notre domaine de recherche – l’apprentissage de la langue anglaise) ?

  • Quel est leur retour au sujet de l’outil ? Pour le contributeur, d’une part, et pour le visiteur-lecteur de la plateforme d’autre part.

  • Quelle est la valeur ajoutée de l’expérience de lecture ?

  • Quels sont les liens actuels et possibles entre notre plateforme eZoomBook, les outils de notre établissement (serveurs pédagogiques, blogs) et les plateformes d’Open learning existantes (TED, Coursera, Udacity, edX, openedition, etc.) ?

  • Quelles sont les réflexions que notre expérience suscite en termes de restructuration des lieux et des temps de formation et de l’équilibre entre travail en autonomie, travail collaboratif et cours en présentiel ?

  • Quelles conclusions tirer et quelles améliorations apporter à notre dispositif ?

  • 3 L’environnement digital provoque des changements dans la pédagogie à cause de l’évolution du profil (...)

4Ce travail s’inscrit dans un cadre théorique comprenant les TICE et la compréhension des profils et des comportements des visiteurs de la plateforme face aux outils digitaux3. Plusieurs enquêtes nous proposent un retour sur les expériences menées. La synthèse de ces enquêtes nous permettra de montrer que la démarche pédagogique eZoomBook, appliquée au contenu des différentes plateformes avec lesquelles nous établissons des liens, contribue à la propagation du savoir et des compétences, l’enrichissement des débats, la synergie d’idées. Les contributeurs aux plateformes eZoomBook commentent, débattent, et réagissent en communauté dans un esprit collaboratif.

1. Le dispositif eZoomBook

Genèse de l’idée

5Dans son état embryonnaire, l’idée de l’eZoomBook provient d’une pratique pédagogique en vigueur dans l’« électif littérature » proposée à l’École centrale de Nantes : les élèves ingénieurs de ce cours sont désireux d’étudier la littérature anglo-saxonne, mais ils ne disposent que de très peu de temps pour lire. L’objectif est de leur donner le goût de la lecture romanesque de manière à ce qu’ils libèrent du temps pour ce type de lecture qui restera probablement pendant toute leur vie une activité à caractère facultatif.

6L’approche pédagogique que nous proposons est la suivante : il s’agit, à partir de « morceaux choisis » de romans ou de nouvelles, d’aider nos élèves à replacer ces extraits dans le contexte global de l’œuvre à l’aide d’un résumé des éléments manquants entre chaque citation. C’est également le principe de la collection « Profil d’une œuvre », que nous retrouvons de manière plus développée sur les plateformes d’analyse d’ouvrages littéraires anglo-saxonnes et notamment York Notes ou Sparknotes.com. La principale différence entre la fonctionnalité « Zoom » de notre système et Sparknotes.com est l’accès régulier aux citations proposé par notre système et l’importance de ces dernières. Ainsi, outre l’ouverture sur un échantillon littéraire qui contribue à édifier leur culture générale, l’objectif que nous nous fixons à travers l’utilisation de l’outil est d’inciter lecteurs et contributeurs à faire l’expérience d’un nouveau mode de lecture et ainsi de devenir des lecteurs plus avertis.

7Conceptuellement, l’idée d’un texte sous format eZoomBook se rapproche de celle que Florentina Armaselu a expérimentée avec un objet simple (son travail n’avait pas pour vocation de proposer une plateforme complète). Dans son article sur le développement de structures textuelles multiéchelles évolutives, Florentina Armaselu conçoit un système qui propose une vision hypertextuelle de la littérature, permettant différents points de vue et degrés d’interaction avec le texte (Armaselu, 2007).

8La fonctionnalité « Zoom » du système eZoomBook, quant à elle, mène à la production des versions multiples d’un texte donné. Ces versions sont interconnectées et chacune correspond à un niveau différent de détail. Si les lecteurs effectuent un « zoom avant », ils peuvent obtenir une version plus détaillée du texte. Les versions différentes sont produites à partir du texte original et reproduites dans des longueurs variables. L’utilisateur peut passer d’une version à l’autre pour accéder soit à une section spécifique du texte soit à l’intégralité du texte.

9La nouveauté proposée par notre équipe de chercheurs s’articule en deux volets. Le premier propose un système informatique qui nous permet d’avoir, sur support électronique, chacun des documents libres de droits, accompagnés à la fois du texte complet et des citations complétées par les phrases de résumés : l’ensemble est présenté de manière à ce que chaque élève puisse passer d’une lecture rapide (citations avec résumés) à une lecture détaillée (texte complet). Notre objectif est d’offrir aux étudiants une expérience eZoomBook qui soit flexible : il s’agit pour le lecteur de lire un texte de manière à la fois conviviale et contrôlée. Si le temps et la difficulté de lecture sont les contraintes principales, le lecteur doit pouvoir décider, d’une part, combien de temps il souhaite consacrer au texte et, d’autre part, quel est le parcours dont il a besoin pour arriver à la compréhension du texte (avec des possibilités multiples de changements de niveau). Autrement dit, les livres s’adaptent aux besoins des lecteurs. Avec le système eZoomBook, ces derniers ont la liberté de passer d’une micro-analyse textuelle à une macro-analyse et inversement.

10Le deuxième volet novateur propose aux élèves de l’École centrale de Nantes (ou à toute autre communauté de lecteurs-contributeurs) d’effectuer eux-mêmes le travail de sélection de citations et de résumés qui permet de générer un texte eZoomBook. On leur propose ainsi d’apporter leur contribution personnelle à la collection eZoomBook sur une plateforme libre d’accès. C’est à partir de cette initiative-là que, peu à peu, la liste des fonctionnalités de notre plateforme s’est enrichie. C’est également ce travail de recherche qui nous a amenés à affiner la pédagogie visant à permettre aux contributeurs de devenir des lecteurs attentifs, analytiques, capables d’effectuer un choix pertinent de citations et d’organiser leur propos dans un ensemble cohérent qui reflète l’original. Il s’agit ainsi de s’engager dans une véritable démarche de réécriture.

11Dans un premier temps, le mécanisme de contribution a été testé sur le prototype eZoomBook développé par notre équipe, à l’École centrale de Nantes. Le passage du prototype à la plateforme eZoomBook accessible à tous, prévu pour fin 2013, ouvre des perspectives que nous expliciterons dans la dernière partie de cet article.

Terminologie, proposition de valeur et cadre théorique

  • 4 Notons également que dans les prochaines versions de l’eZoomBook, le « book » contient des éléments (...)
  • 5 Les versions les plus courtes ne sont pas forcément les plus faciles. Le niveau de difficulté dépen (...)

12Afin de mieux comprendre le dispositif eZoomBook et le travail pédagogique mené, il convient de présenter la terminologie spécifique à la méthodologie et de l’illustrer par quelques schémas. Un objet eZoomBook n’est pas forcément un livre complet, mais peut être n’importe quel document : texte, article, fragment de texte ou chapitre. Il faut donc entendre « book » comme document au sens large et « eZoomBook » comme document multiéchelle4. Par ailleurs, dans le dispositif, on distingue l’objet de la plateforme : « l’objet eZoomBook » est un livre électronique qui se présente en différents formats allant de la version complète de l’ouvrage à différentes possibilités de versions abrégées. Chaque version correspond à un temps de lecture donné et à un niveau de difficulté donné5. Ces versions de lectures s’appuient sur l’intégralité du texte puisqu’elles sont construites sur le texte même : des citations ou extraits sont sélectionnés et reliés entre eux par des commentaires et résumés.

13Outre une collection d’objets eZoomBook (constituée par les eZoomLayers des contributeurs selon une logique collaborative calquée sur le modèle Wikipedia), la « proposition de valeur » de la plateforme eZoomBook est sa fonction pédagogique.

  • 6 Nous définirons plus loin ce que nous entendons par les concepts de « scolaire » et « expérience de (...)

14C’est grâce aux outils que propose la plateforme et à la pédagogie eZoomBook associée que nous, enseignants, proposons d’encourager et de structurer la démarche de lecture auprès de nos élèves. L’objectif pédagogique est de les accompagner dans une approche qui permet d’évoluer d’une compréhension globale vers une lecture critique et analytique. Cette idée de structurer la démarche de lecture à l’aide d’outils sur une plateforme collaborative prend tout son sens si l’on considère que nos élèves (de la génération Z) ne lisent que très peu, même lorsqu’ils déclarent avoir un réel intérêt pour la lecture. Notre étude, appliquée à la littérature (en langue anglaise, dans le cas particulier des expériences menées par notre équipe) a montré que leur perception de la lecture était essentiellement « scolaire » et extérieure à l’expérience de flux décrite par Mihaly Csikszentmihalyi6.

15Dans le domaine de la pédagogie, l’eZoomBook est un outil puissant pour l’enseignement à distance. En effet, s’il offre au lecteur un accès à la culture générale et des modèles d’eZoomBook, il propose aussi au contributeur :

  • une dynamique autour de la création de collectifs ;

  • une collaboration à distance ;

  • des systèmes d’encouragement et de correction,

  • une ouverture sur un soutien pédagogique d’acteurs extérieurs à l’enseignement.

16Ces différents points entrent en correspondance avec les quatre dimensions de la motivation selon Annie Jézégou : passage à l’action, orientation et canalisation vers un but, intensité et énergie dépensée pour atteindre le but, persistance ou continuité dans l’exécution d’une tâche. D’autre part, en tant qu’outil d’enseignement à distance, le dispositif eZoomBook, met en jeu les trois dimensions du modèle de la présence en e-learning proposé par Annie Jézégou : la présence sociocognitive, la présence socioaffective et la présence pédagogique. Ce modèle montre la manière dont ces trois dimensions peuvent s’articuler entre elles et permet de formuler les principales hypothèses qui résultent de ces articulations (Jézégou, 2012).

17Les applications pédagogiques du système eZoomBook sont nombreuses aussi bien dans le domaine scientifique que dans le domaine des sciences humaines. Les trois expériences que nous nous proposons de détailler relèvent des sciences humaines. Il est prévu d’étendre ces expériences à d’autres disciplines – chaque discipline nécessitant ses propres réflexions méthodologiques. Pour chacune des trois expériences sur la pédagogie projet eZoomBook, nous soulignerons les trois types de présence évoqués.

18Par ailleurs, nous souhaitons souligner que l’objectif de cette pédagogie est de s’affranchir d’un modèle universitaire latin que Romainville qualifie de « passif » (2004) et à inviter les apprenants à devenir acteur de leur formation. Ce faisant nous nous appuyons sur les profils définis par Ward (2011) : le « rodeur », « l’actif modéré » et « l’actif mémorable ». La perspective, développée par Ward en relation avec une dynamique MOOC, est transférable au dispositif eZoomBook. Par exemple, chaque contexte – qu’il s’agisse de cours en amphithéâtre, travaux dirigés ou d’un « book club » – nécessite un équilibre différent entre les composantes suivantes : accompagnement de l’enseignant, consignes et corrections, travail individuel, travail en groupe, et mise en commun sur la plateforme. À cet équilibre correspondent différentes possibilités d’approches mixtes (blended learning) et des rôles variables pour les apprenants et le coordinateur de groupe qui, typiquement, dans le cas de nos première et troisième expériences, a joué le rôle de « locomotive » par rapport au reste du groupe (« l’actif mémorable » défini par Ward).

19Nos expériences s’interrogent, de plus, sur la possibilité d’adapter la pédagogie-projet eZoomBook aussi bien à des contextes de collaboration que de coopération – deux concepts que Lungdren-Cayrol (2001) distingue de la manière suivante : la collaboration mise autant sur la réalisation de la tâche par l’apprenant que par le groupe, alors que la coopération propose à l’apprenant de s’acquitter d’une sous-tâche permettant au groupe de réaliser la tâche. Lungdren-Cayrol (2001) souligne que le choix entre une démarche coopérative ou collaborative se fait selon la maturité des apprenants ainsi que selon leur autonomie et leur capacité à contrôler leur apprentissage. Nos expériences sur la pédagogie eZoomBook en matière de collaboration et de coopération mettent en avant les qualités adaptatives du système selon les contextes d’enseignement et les objectifs fixés par les enseignants et apprenants.

2. Première utilisation de la plateforme eZoomBook

  • 7 Ce site propose un millier de conférences filmées en anglais avec une retranscription qui, en moyen (...)

20Un premier exemple d’application eZoomBook se rapporte à un projet pédagogique soumis à une cinquantaine d’étudiants dans un électif en anglais intitulé « Literature and Religion » de l’École centrale de Nantes, en février 2012. Le sujet proposé aux élèves était le suivant : choisir la retranscription d’une conférence (« Ted talk ») sur le site ted.org7 et construire un eZoomLayer de cette retranscription, c’est-à-dire un résumé de deux pages (alternance entre quelques lignes de résumé et quelques lignes de citation). Cet exercice vise à générer un eZoomBook sur deux niveaux seulement à partir de la version complète et de la version de deux pages.

21Le bilan de cette expérience fait apparaître les différents types d’interaction ayant eu lieu sur la plateforme et parallèlement à cette dernière. Le prototype eZoomBook n’est pas doté de toutes les fonctionnalités prévues pour la plateforme en cours de développement. Les trois types de présence sur l’espace numérique recensés par Jézégou (présence sociocognitive, la présence socioaffective et la présence pédagogique) se sont matérialisés par un système de partage de dossier entre les apprenants et les enseignants (en utilisant l’outil Dropbox) et par un échange de mails.

  • 8 La qualité du travail, avant modération du professeur, était inégale, selon le niveau d’anglais des (...)

22Une trentaine de contributions a été recueillie sur la plateforme (les élèves travaillant en binômes). Ainsi, tous ont su réaliser le travail en autonomie8. L’enquête de satisfaction des élèves a permis de recueillir les impressions des élèves en leur distribuant une feuille de feedback lors du dernier cours. La feuille – qui se présente sous la forme d’une question ouverte (éléments positifs et négatifs de l’expérience eZoomBook) accompagnée d’une échelle de zéro à cinq pour évaluer la motivation et satisfaction des élèves – a révélé une forte motivation à la fois attribuable aux ressources proposées par le site de conférences « Ted talks » et à l’outil eZoomBook (plus de 80 % des élèves ayant coché 4 ou 5 sur l’échelle).

  • 9 Nous nous intéressons principalement aux résultats qualitatifs, car il nous faudra élargir notre ex (...)

23D’un point de vue qualitatif9, nous avons pu constater chez les élèves une évolution de leur conception même de la lecture. Lors du premier cours, nous avions organisé un brainstorming sur la question des bienfaits de la lecture et obtenu les réponses suivantes : la lecture permet d’améliorer l’orthographe, le vocabulaire, la mémoire, le niveau de culture. Elle permet également de développer l’imagination, et de trouver une forme de retraite (ou de calme) et/ou une occupation divertissante. Il ne faut pas s’étonner que ces réponses soient relativement « scolaires » car nos élèves ne consacrent que très peu de temps à la lecture en dehors de l’objectif « scolaire » (la réussite au concours en classes préparatoires, suivi d’un réflexe de relâchement pour la lecture en école d’ingénieur). Cependant, suite au travail basé sur la pédagogie eZoomBook, la conception des élèves sur la lecture s’était enrichie de nouveaux éléments.

24À partir du feedback des élèves, d’une discussion au sujet des conférences Ted et de l’ouvrage The storytelling animal : how stories make us human (Gottschall, 2012), nous reprenons ici les six points qui résument les vertus de la pratique de la lecture (re)découvertes par les élèves grâce à l’opportunité qui leur avait été donnée de lire en classe et en dehors du contexte scolaire :

  • la construction identitaire passe par de multiples constructions fictives que rend possibles la lecture ;

    • 10 Une citation qui a suscité de nombreux commentaires est celle de Robertson Davies: « What goodness (...)

    la lecture encourage un regard introspectif permettant au lecteur d’examiner ses propres actions et sa propre vie (c’est l’un des arguments développés par Gottschall, mais également par de nombreux auteurs que nous avons eu l’occasion d’étudier en cours de littérature10) ;

  • la lecture débouche sur la compréhension de l’autre et la compassion (un lien a été effectué entre la conférence Ted de Karen Armstrong sur la compassion et l’activité de lecture comme vecteur de la compréhension de l’autre) ;

  • la lecture permet de s’extraire de la question de la rentabilité de notre temps ;

    • 11 Cette conférence met en lumière un réflexe que les possibilités de connexions sur les réseaux socia (...)

    la lecture nous apprend à surmonter la peur d’être seul par un entraînement à la solitude (la conférence Ted de Sherry Turkle sert de point de départ à cette remarque11) ;

  • jouer avec l’art – nous vivons dans une époque où l’on peut s’approprier facilement des œuvres ou des fragments d’œuvres et les intégrer dans nos propres créations.

  • 12 Le « mode flux » vient de l’expression anglaise « the flow mode » de Csikszentmihalyi. Les termes s (...)

25Le principal bénéfice de la plateforme et de la pédagogie eZoomBook est donc de donner l’occasion aux élèves de découvrir les bienfaits de la lecture, par le biais de l’élaboration d’un eZoomLayer en dehors des objectifs « scolaires ». Les six points énoncés ci-dessus entrent en résonnance avec les propos de Mihaly Csikszentmihalyi concernant le mode flux appliqué à la lecture. Le mode flux12 est un état mental dont nous faisons l’expérience lorsque nous sommes complètement immergés dans ce que nous faisons : notre état de concentration est maximal. Nous éprouvons alors un sentiment d’engagement total et de réussite. Pour faire l’expérience du mode flux, il s’agit avant tout de consacrer du temps à la lecture. Or, il est difficile de consacrer du temps à la lecture en classe, ou même de demander aux élèves d’effectuer une lecture pour le cours suivant, sans proposer une méthodologie qui soit perçue par les élèves comme apportant une réelle valeur ajoutée (à moins de tomber sur des élèves spontanément portés sur la lecture). En école d’ingénieur, les élèves adhèrent à une méthodologie dès lors qu’elle est extrêmement structurée. La pédagogie eZoomBook s’apparente à l’« approche système » que nos élèves connaissent bien : il s’agit de concevoir le travail de lecture dans les deux dimensions proposées par la plateforme : une dimension horizontale – la progression d’un chapitre à l’autre ou d’une conférence à l’autre sur une thématique donnée – et la dimension verticale qui est la dimension collaborative. Par ailleurs, les élèves de l’électif littérature ayant participé à notre expérience ont apprécié la possibilité de s’attaquer à un texte relativement long (une vingtaine de pages) en le fragmentant et en travaillant par parties et d’avoir des feedbacks et rendus réguliers. Enfin, dernier point évoqué lors du feedback : les élèves témoignent d’une satisfaction à voir le résultat de leur travail sur une plateforme collaborative disponible à tous et souhaitent voir s’enrichir cette collection eZoomBooks.

26Toutefois, après cette première expérience sur la méthodologie eZoomBook, des pistes d’amélioration s’imposaient. En effet, les éléments que les élèves ont perçus comme négatifs étaient les suivants :

  • des consignes méthodologiques insuffisantes pour la construction de l’eZoomLayer ;

  • une seule correction des eZoomLayers de la part du professeur ;

  • des échanges insuffisants sur la plateforme alors même que, techniquement, cette plateforme permet des échanges multiples (et notamment entre élèves).

  • 13 Ce concept est assez complexe. Pour le clarifier, voir : http://creativecommons.fr/licences/les-6-l (...)
  • 14 Institut dirigé par J. P. Clavier.

27Ainsi, à nos conclusions sur l’expérience s’ajoutent les remarques suivantes. Premièrement, nous avons constaté l’intérêt de nous appuyer sur des ressources et systèmes existants. En effet, les conférences « Ted talks », sous licence « creative commons »13, sont un matériau formidable pour la pédagogie eZoomBook. De même, tout site offrant des articles et des documents en Open access (Wikipedia, TED, Coursera, Udacity, edX, openedition, etc.) est exploitable pour la pédagogie projet eZoomBook, en respectant les conditions énoncées sur chacun de ces sites. Bien entendu, cette question des ressources pose des problèmes juridiques. C’est pourquoi notre équipe collabore avec l’Institut de recherche en droit privé de l’université de Nantes14 qui prend en charge les aspects juridiques du projet. Comme nous l’avons indiqué, les contenus attendus pour la plateforme – des extraits des conférences, par exemple – doivent être exploitables dans le respect du droit d’auteur. Des compétences juridiques sont essentielles non seulement pour déterminer le statut des documents accueillis par la plateforme, mais également pour fixer des règles concernant l’élaboration d’eZoomLayers.

28De plus, lorsqu’il s’agit de produire une collection d’eZoomBooks de qualité, les questions de méthodologie, de correction et de modération sont primordiales. Est-il possible, par exemple, de construire une méthodologie précise qui permette, d’une part, d’améliorer la qualité des eZoomLayers sans correction/modération de la part du professeur, grâce à une dynamique d’échanges et d’entraide et, d’autre part de s’assurer que le travail de lecture s’effectue de manière régulière avec des étapes de partage et d’encouragement prévus par la plateforme elle-même ? C’est cette dernière question ainsi que celles qui portent sur la motivation de l’apprenant qui sont au cœur de nos deuxième et troisième expériences concernant la pédagogie eZoomBook.

3. À la recherche d’une méthodologie eZoomBook appliquée à la lecture d’un roman

29Les deuxième et troisième expériences menées par notre équipe permettent toutes deux d’appliquer la méthodologie eZoomBook à la lecture d’un roman. Si cette deuxième expérience est menée auprès d’un groupe de volontaires motivés par l’idée d’un projet de lecture, la troisième s’effectue au sein d’une classe de 24 élèves, dans la section « apprentis » de l’École centrale de Nantes où aucun de ces élèves n’avait été informé du projet avant le premier cours.

30Le point de départ pour la deuxième expérience était la constitution d’un « club de lecture » dans le cadre de projets menés au sein de l’École en collaboration avec un professeur d’anglais. Pour la troisième expérience, nous avons adapté les résultats du club de lecture à une classe d’anglais de 24 élèves qui, contrairement au groupe du « club de lecture », n’avaient pas choisi le projet eZoomBook.

31Le club de lecture (de romans en anglais) était composé d’un groupe de huit étudiants volontaires, recrutés par l’intermédiaire d’une annonce parue sur notre blog destiné à rassembler des élèves autour de différents projets. Nous avons proposé aux membres du club d’étudier un roman classique anglo-saxon suggéré par leur professeur d’anglais : David Copperfield de Charles Dickens, disponible gratuitement en version électronique sur le site Gutenberg.org. Il s’agit d’un roman que les élèves n’auraient pas lu en dehors de ce cadre, parce que perçu comme « trop long, difficile et fastidieux ». La participation au « club de lecture » permet donc de relever un défi inédit. Par ailleurs, ce roman est un livre suffisamment long pour permettre un changement d’échelles sur plusieurs niveaux : version complète, version correspondant à 30 % du texte, 10 % et 2 %, par exemple. En d’autres termes, pour un roman de 800 pages, le contributeur peut proposer jusqu’à 5 niveaux (le niveau zéro étant la version originale) de 240 pages, 80 pages, 16 pages, 8-6 pages et 1-2 pages.

32Avant le lancement du club de lecture, nous avons élaboré un questionnaire intitulé « questionnaire profil de lecteur et motivation pour la lecture » (questionnaire PLML) : ce questionnaire comprend deux séries de questions fermées sur le profil du lecteur et sur l’exercice de lecture proposé, puis une série de questions ouvertes.

33C’est sur cet unique questionnaire, administré à répétition, que nous nous sommes appuyés pour déterminer le profil de lecteur de nos élèves et pour suivre l’évolution du profil et de la motivation de chacun au fil des séances.

34Ce projet de club de lecture de nombreux objectifs dont le premier était d’expérimenter la pédagogie eZoomBook appliquée à la lecture d’un roman dans une langue étrangère et donc de faire élaborer des eZoomLayers aux membres du club, en se répartissant les différents chapitres du roman. D’autres objectifs visaient à :

  • préciser le rôle de chacun au sein du club de lecture – professeur, élèves, coordinateur du groupe ;

  • améliorer la pédagogie eZoomBook : structurer la démarche, développer les consignes, trouver les étapes de lecture et de construction d’eZoomLayers afin non seulement d’optimiser la qualité des EZoomLayers, mais également de donner aux élèves un meilleur retour sur le travail fourni ;

  • trouver l’équilibre à préconiser entre travail individuel et travail en groupe ;

  • clarifier la position du projet eZoomBook dans le cursus de formation ;

    • 15 Pour des élèves d’École d’ingénieur, il est possible de travailler avec le prototype et non pas sur (...)

    faire en sorte que la méthodologie eZoomBook complète, si nécessaire, le cahier des charges des fonctionnalités prévues pour la plateforme définitive (celle-ci ayant l’ambition d’être plus sophistiquée que notre prototype actuel15).

    • 16 Ce travail débouche sur des outils et guides de pédagogie projet eZoomBook qui seront rassemblés da (...)

    réfléchir à la transposition de l’expérience, dans un contexte où les clubs de lecture sont appelés à fonctionner avec des profils différents et des degrés d’autonomie variables, et d’adapter la méthodologie en conséquence16.

35La méthodologie adoptée était d’organiser une série d’ateliers nous permettant de suivre et de guider les élèves dans leur travail (voir annexe).

36Notre travail sur l’amélioration des consignes a révélé la complexité d’un exercice qui, à première vue, paraissait simple. Un débriefing effectué en collaboration avec le groupe pilote a soulevé des questions suivantes sur le travail individuel et le travail collaboratif :

  • élaboration des eZoomLayers : quelle forme grammaticale utiliser pour les phrases de résumé (présent, passé) ? Ce choix dépend-il du temps de la narration ? Lorsque les citations des eZoomLayers comprennent des pronoms, faut-il les expliciter et comment ?

  • comment procéder aux échanges d’eZoomLayers, aux relectures et corrections réciproques ?

37De plus, lorsque des élèves animés par le désir de transmettre l’expérience eZoomBook à des apprenants plus récalcitrants pour la lecture qu’eux ont imaginé la transposition de cet exercice dans un autre contexte d’enseignement, le travail concernant les consignes s’est corsé. Nous avons alors distingué le travail collaboratif sur un espace partagé et protégé, d’un travail ayant pour vocation la publication sur la plateforme. La liste des consignes et la méthodologie eZoomBook ont été retravaillées afin de promouvoir l’autonomie du club de lecture, composé d’un « coordinateur de groupe » et d’un nombre variable d’élèves. Le rôle du « professeur » a ainsi évolué vers un rôle d’« initiateur de projet » et de « modérateur/médiateur ».

38Enfin, pour revenir au modèle de Jézégou, cette deuxième expérience nous a permis de définir comment optimiser les trois types de présence sur l’espace numérique : la présence sociocognitive (liens avec les sources d’informations numériques existantes, mise à disposition des éléments pédagogiques, de la banque de données des travaux réalisés, etc.), la présence socioaffective (système d’organisation de groupes calqué sur Facebook, espace de partage privé au sein des groupes, système de proposition d’échanges automatiques pour la relecture, etc.) et la présence pédagogique (ajustable au nombre d’élèves, au volume horaire prévu pour l’exercice et à la disponibilité de l’enseignant).

39Suite au travail avec le groupe pilote, nous avons lancé notre troisième expérience sur le groupe « Apprentis » de l’École centrale de Nantes. Celle-ci diffère de la précédente en plusieurs points :

  • les 24 élèves du groupe se sont vus imposer aussi bien l’activité de lecture que le roman sur lequel nous avons travaillé ;

  • plusieurs activités sont venues se greffer autour de la lecture. Pour cela nous avons pioché parmi des idées dans plusieurs ouvrages cités en bibliographie, notamment ceux de Jenkins (1992, 2007, 2008, 2013). Les idées répertoriées sont publiées sur notre blog.

40La méthodologie a été adaptée à la longueur du livre et au nombre de séances consacrées au projet :

41Les résultats de cette expérience furent également prometteurs, l’ensemble des élèves ayant fait et rendu leur travail dans les temps et 23 élèves sur 24 ayant exprimé, dans le retour concernant les premières séances, une satisfaction pour l’activité. L’attitude du groupe face à la pédagogie proposée demeure relativement « scolaire ». Les suggestions recueillies montrent que, si notre objectif en tant qu’enseignants est de promouvoir la lecture en tant qu’« expérience-flux », pour reprendre l’expression de Csikszentmihalyi, la recherche d’une telle expérience n’est pas au cœur de la motivation du groupe « Apprentis ». Cependant, d’autres suggestions intéressantes ont été faites par les élèves comme, par exemple, celle d’adapter la méthodologie eZoomBook à la lecture d’un ouvrage sur le management. Ce type de suggestion montre l’intérêt que les élèves portent à la méthode et aux outils que nous leur proposons ainsi que leur désir d’être encouragés à lire davantage. Ainsi consacrer du temps à la lecture leur importe (à défaut de désirer le bonheur de se perdre entièrement dans la lecture et d’en retirer tous les bienfaits mis en lumière par les élèves de l’électif littérature). Notons également que nous avons utilisé l’« effet halo » d’une expérience novatrice à notre avantage. Cet effet halo ne se limite pas au lancement de la pédagogie eZoomBook : la motivation des contributeurs peut être systématiquement renforcée en évoquant l’aspect valorisant de la publication sur une plateforme qui a pour vocation l’accessibilité à tous dans l’esprit de Wikipedia.

42La prochaine étape de notre étude consistera à tester notre méthodologie sur la plateforme eZoomBook comprenant l’ensemble des fonctionnalités prévues. Enfin, nous nous intéresserons à prolonger notre expérience en proposant notre pédagogie et nos outils à d’autres apprenants très modérément motivés par la lecture voire pas du tout, de manière à évaluer la pertinence de notre outil en mesurant les évolutions par l’intermédiaire du questionnaire PLML.

Évaluation de la qualité des eZoomLayers 

  • 17 Voir : Wakefield, Jane. “Granny army helps India’s school children via the cloud” http://www.bbc.co (...)

43Si nous analysons maintenant la qualité du travail produit, nous remarquons que, pour l’ensemble des groupes étudiés, les premiers eZoomLayers, avant le travail de relecture en binômes, présentaient des défauts majeurs. Plusieurs élèves avaient mal compris les consignes. Une amélioration significative des eZoomLayers est observable après un premier échange entre élèves au sein d’un même binôme. Le deuxième échange apporte des améliorations supplémentaires si bien qu’il est possible d’envisager la publication du document sur la plateforme eZoomBook alors même que la correction finale n’a pas été apportée. Un système de modération des eZoomLayers par des bénévoles qualifiéspourrait être envisagé, en suivant l’exemple du professeur Sugata Mitra qui a mis en place une sorte de tutorat en s’appuyant sur un cercle de retraités – expérience baptisée « granny cloud »17. À l’instar du granny cloud, les bénévoles appelés à corriger les eZoomLayers peuvent être appelés les « cloud tutors » car ils remplissent une fonction pédagogique similaire à celle d’un professeur en guidant et corrigeant le travail de contributeurs.

44Ainsi, le schéma ci-dessus explicitant le rôle de chacun sur la plateforme eZoomBook peut être repris : le tuteur n’est plus le professeur, mais un bénévole (cloud tutor), et le contributeur n’est plus un élève ou étudiant, mais un utilisateur quelconque souhaitant participer à l’élaboration d’un eZoomBook.

Figure 1. Le rôle de chacun sur eZoomBook

Figure 1. Le rôle de chacun sur eZoomBook

45Ces premières expériences permettent de valider l’intérêt de la pédagogie eZoomBook pour les lecteurs ou contributeurs en langue étrangère et de tester le prototype de la plateforme et du générateur eZoomBook (i.e. le logiciel permettant de générer un eZoomBook). Nous avons pu observer que le dispositif aussi s’intègre facilement aux TICE de notre établissement de même qu’aux systèmes d’e-learning, actuellement en pleine expansion.

46En effet, la pédagogie à l’École centrale de Nantes pour l’enseignement des langues s’appuie sur une panoplie d’outils permettant le lancement et le suivi de projets : sur notre « serveur pédagogique » se trouvent les consignes et les programmes de cours et de projets à réaliser en autonomie, au sein d’un groupe ou en collaboration avec un professeur. Nos blogs permettent un dialogue entre les « donneurs de projets » et les élèves ainsi que la constitution de groupes autour de sujets choisis.

47Quant aux systèmes d’e-learning qui gagnent en popularité, leur apport pour notre dispositif est précieux : en effet, en veillant à respecter le droit d’auteur, les professeurs souhaitant exploiter la pédagogie eZoomBook peuvent piocher dans les ressources disponibles sur Internet (Wikipedia, Ted, Gutenberg.org, Internetarchives, Coursera, Udacity, edX, OpenEdition, etc.) et donner des consignes quant à l’utilisation de ces ressources (comme nous l’avons fait pour l’exercice Ted ou pour le travail portant sur le roman David Copperfield).

48Lorsque l’exploitation des ressources disponibles sur Internet pose un problème juridique non encore résolu, il convient d’éviter la publication d’eZoomBooks dans un espace visible à tous. C’est pourquoi nous prévoyons de développer une nouvelle fonctionnalité sur notre plateforme permettant la création d’un espace de travail collaboratif privé, individuel ou partagé au sein d’un groupe. Cet espace présentera l’avantage d’être affranchi des conditions de publication d’eZoomBooks car il bloquera la publication du travail effectué à titre privé sur la plateforme publique.

49À l’École centrale de Nantes, le projet eZoomBook n’a été expérimenté qu’en cours de langue. Nous avons montré qu’elle peut s’inscrire dans de multiples configurations de cours, de travaux en autonomie ou bien de parcours de formation hybride. L’objectif de cette pédagogie, nous l’avons vu, est d’inviter les apprenants à devenir acteur de leur formation ou « actifs mémorables » (Ward, 2011). Dans le cadre d’un cours en amphithéâtre les consignes de la pédagogie-projet eZoomBook sont clairement énoncées. Le travail s’effectue par la suite, en dehors du cours, et la mise en commun a lieu sur la plateforme. Le coordinateur de groupe est typiquement « l’actif mémorable » jouant le rôle de moteur par rapport aux « actifs modérés » – à moins qu’un système d’exposés s’ajoute à la démarche. Dans le cadre d’un « book club », chacun des membres est « actif mémorable », car chaque séance donne lieu à des échanges où les contributions de chacun comptent autant que celles du coordinateur responsable de la planification du projet. Enfin, dans le cadre d’un cours adressé à une vingtaine ou trentaine de personnes, la pédagogie eZoomBook permet à chaque élève (ou binôme) de devenir « l’actif mémorable » en présentant chacun un chapitre de livre et en proposant au reste du groupe des activités autour de la lecture.

50Par ailleurs, il est intéressant de noter que la pédagogie-projet eZoomBook peut aussi bien s’adapter à un contexte de collaboration que de coopération – distinction proposée par Lungdren-Cayrol (2001) précédemment mentionné. En effet, l’accent peut être mis soit sur la collaboration soit sur la coopération : il peut y avoir subdivision des tâches si les apprenants souhaitent faire un eZoomBook ensemble, en se répartissant les chapitres du livre. C’est alors la coopération qui prime. De même, la collaboration peut l’emporter si le groupe réalise de concert un ou plusieurs niveaux de lecture pour un ouvrage donné : ces niveaux sont créés selon une dynamique à laquelle participe l’ensemble des apprenants. Dans les deux cas de figure, le tuteur peut encourager les apprenants à mettre en commun des idées : le partage des réalisations individuelles permet au groupe d’améliorer sa collection d’eZoomLayers et les séances de travail collaboratif autour des productions individuelles améliorent la qualité de l’ensemble. Notons que la collection d’eZoomLayers peut se présenter sous une forme horizontale (une série de chapitres ou d’ouvrages) ou bien verticale (plusieurs niveaux de lecture).

51Enfin, la diversité des expériences présentées ici montre que l’intervention du professeur peut se réduire à l’apport de ce que ce dernier souhaite, à condition que les consignes soient adaptées au niveau des élèves et énoncées de manière extrêmement précise, en indiquant l’utilité de la plateforme pour chaque étape. Notre blog « http://ezoombook.wordpress.com/​ » donne quelques exemples de plans de cours et activités book clubs.

Élargissement des axes d’étude et conclusion

52Le passage du prototype à la plateforme publique nous permettra d’ouvrir notre dispositif et notre projet à d’autres applications en sciences ou sciences humaines. Notre plateforme peut effectivement s’adapter à différentes disciplines et devenir à la fois un lieu de ressources documentaires, et un espace de collaboration et d’expérimentation pour une pédagogie innovante autour des disciplines suivantes : la littérature, les langues, le droit, les sciences de la communication et la méthodologie de recherche en sciences humaines. Des extensions pour les sciences sont également prévues. Comme nous l’avons montré, la spécificité de cette plateforme est de pouvoir présenter tout document en format multiéchelle, moyennant la contribution d’une personne « compétente » ou « encadrée » pour choisir les citations, rédiger les résumés et offrir une version abrégée du document. Bien que cette plateforme puisse être perçue comme un outil de vulgarisation, elle a principalement pour vocation l’accès aux ressources en sciences humaines. La transférabilité de ses principes de fonctionnement aux matières scientifiques nécessite le travail de nombreuses équipes de pédagogues pour explorer et construire de nouveaux outils, mécanismes et dispositifs pédagogiques à partir du dispositif développé.

53Notre souhait est donc de proposer à l’ensemble des chercheurs qui s’intéressent à ce dispositif de réfléchir à différentes composantes du système :

  • la perception du système eZoomBook (principe et outil) ;

  • les contenus en sciences humaines qui gagnent à être présentés en format multiéchelle ; les sources de ces contenus ;

  • les statuts juridiques attachés à ces contenus ;

  • les systèmes de contribution pour la réalisation des différentes versions des documents correspondant aux différentes échelles ;

  • les cibles susceptibles d’être les bénéficiaires ultimes du système.

54Pour la littérature comme pour les autres disciplines des sciences humaines, ce projet pose la question de l’animation de la plateforme, si l’on ne souhaite pas que le travail de modération incombe aux professeurs qui lancent des projets sur la plateforme et si on souhaite ouvrir l’outil à tout type d’utilisation, selon la philosophie « Wikipedia ». Une plateforme dont la dynamique repose sur des contributions volontaires implique une réflexion stratégique sur les réseaux et sur l’incitation à la contribution. La suite des travaux autour du projet eZoomBook prévoit donc de recenser les réseaux utiles et les systèmes de « community management », de mettre au point un système incitatif à la contribution et de rendre attractive la pratique de la littérature sur notre plateforme par le biais d’un système de « ludification ».

55Si le principe eZoomBook est simple, chaque nouvelle application de la pédagogie eZoomBook doit susciter une réflexion suivie et élaborée afin d’intégrer, pour chaque discipline et contexte d’apprentissage, les questions concernant :

  • les publics visés (la méthodologie est-elle exploitable avec des lecteurs en difficulté ?) ;

  • les adaptations méthodologiques nécessaires (en fonction des résultats des enquêtes menées et des publics visés) ;

  • la qualité des contenus et la pertinence des exercices proposés par la plateforme ;

  • les systèmes d’animation de plateforme ;

  • les statuts juridiques des contenus que l’on souhaite exploiter.

  • 18 Cette expression est celle de Zuckerberg cité par Jeff Jarvis : « You don’t start communities, Zuck (...)

56Pour poursuivre ce projet, nos équipes s’ouvrent à de nombreux apports : par exemple le modèle de crowdsourcing et de modération de Wikipedia, les réflexions de Sugata Mitra concernant l’ouverture de l’espace de formation et la dynamique de « granny cloud », ou encore la mise à disposition d’un outil qui offre une « organisation élégante »18 comme catalyseur de communauté.

57Ainsi, le travail relatif à la pédagogie eZoomBook est l’occasion de redécouvrir le sens de cette citation souvent attribuée à Einstein et qui proviendrait de la sagesse populaire : « tout doit être fait aussi simple que possible, mais pas plus simple ». Chaque composante du dispositif et de la pédagogie eZoomBook est à étudier avec soin, chaque nouvelle piste d’application suscite de nouvelles questions, et par conséquent, il y a fort à parier que la recherche sur la pédagogie eZoomBook n’en est qu’à ses débuts.

58Dans le contexte d’enseignement particulier de notre équipe de chercheurs (celui de l’École centrale de Nantes où des élèves scientifiques ont peu de temps à consacrer aux sciences humaines), la plateforme eZoomBook – testée dans deux matières : la littérature et l’anglais – présente un outil formidable pour la promotion de la lecture.

  • 19 “The man who does not read good books has no advantage over the man who can’t read them.” (notre tr (...)

59Outre la collection de livres en format multiéchelles que nous sommes en train de constituer avec nos élèves, la plateforme offre des fonctionnalités pédagogiques permettant d’appliquer la méthodologie eZoomBook avec la promotion de la lecture pour objectif pédagogique. C’est effectivement le défi premier que se fixe notre équipe : surmonter notre réticence à suggérer une activité de lecture (à une époque où les élèves ne jurent que par le multimédia et la connectivité), grâce à un outil qui nous permet à la fois de structurer la démarche de lecture, de donner au travail proposé une dimension collaborative et de le rendre plus attractif pour la génération Z. Si nous nous appuyons sur les outils de la plateforme eZoomBook, c’est pour mieux accompagner la démarche de lecture, mieux équilibrer les composantes de cette activité entre travail individuel et collectif, travail sur un support papier et travail sur la plateforme elle-même. En d’autres termes, nous nous servons de l’espace numérique de la plateforme eZoomBook pour encourager un retour vers le livre sous sa forme codex et montrer les liens possibles entre l’activité de lecture traditionnelle et les activités numériques. Notre objectif est d’affiner notre pédagogie eZoomBook pour cibler plus particulièrement les élèves qui ne trouvent pas le temps de lire et les accompagner dans un projet leur permettant de faire l’expérience des bienfaits de la lecture. Cet objectif nous semble ouvrir de belles perspectives, tant il est vrai, comme l’affirme Mark Twain, que « l’homme qui ne lit pas de bons livres n’a rien de plus que celui qui ne sait pas lire »19.

Haut de page

Bibliographie

Armaselu F., « The Text as a Scalable Structure: New ways of Storytelling? », The International Journal of the Book, vol. 4, nº 4, 2007, pp. 53-61.

Carolan S., Magnin M., Evain C., Moreau G., Chinesta F., « Developing models for enhanced learning in engineering », Proceedings of the 6th Centrale Beihang Workshop, Lille, 2012, http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00783543

Carolan S., Evain C., « Skimming Content Not Quality », Nantes, 2012, http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00783578

Csikszentmihalyi M., Creativity: Flow and the Psychology of Discovery and Invention, New York, HarperCollinsPublishers, 1996.

Davidson C. N. and Goldberg D.T., The Future of Thinking: Learning Institutions in a Digital Age, Cambridge, MacArthur/The MIT Press, 2010.

Davidson, C. N., Now You See It: How the Brain Science of Attention Will Transform the Way We Live, Work, and Learn, New York, Viking Books, 2011.

Davies R. & J. Madison Davis, Conversations with Robertson Davies, Jackson: University Press of Mississippi, 1989.

Gauthier R., Meggori A., (dir.). « Le cours magistral, un discours oralographique : effet de la prise de notes des étudiants sur la construction du discours de l’enseignant » in Actes du colloque Langages et significations : L’oralité dans l’écrit et réciproquement, 2002, Albi, pp. 261-266, http://lesla.univ-lyon2.fr/sites/lesla/IMG/pdf/doc-189.pdf.

Gottschall J., The Storytelling Animal: How Stories Make Us Human, Boston, Houghton Mifflin Harcourt, 2012.

Jarvis J., What Would Google Do?, New York, Harper Collins, 2009.

Jenkins H., Confronting the challenges of participatory culture: media education for the 21st century, Cambridge, The MIT Press, 2009.

Jenkins H., Convergence culture: where old and new media collide. New York, 2008.

Jenkins H., Fandom: identities and communities in a mediated world. Éd. par Jonathan G., C. Sandvoss & C. Lee Harrington, New York, New York University Press, 2007.

Jenkins H., Reading in a Participatory Culture: Remixing Moby-Dick in the English Classroom, 2013.

Jenkins H., Textual Poachers : Television Fans & Participatory Culture, New York, Routledge, 1992.

Jézégou A., La présence en e-learning : modèle théorique et perspective pour la recherche, The Journal of Distance Education / Revue de l’Éducation à Distance, vol. 26, n° 1. Canada, 2012.

Lave J., Wenger E., Situated learning: Legitimate peripheral participation, Cambridge, University Press, 1999.

Laurillard D. et al., « Implementing Technology-Enhanced Learning », Technology-Enhanced Learning, Part 5, Houten, Springer, 2009, pp. 289-306.

Lundgren-Cayrol H., Apprentissage collaboratif à distance : pour comprendre et concevoir les environnements d’apprentissage virtuels, Presses de l’Université du Québec, 2001.

Osterwalder A., Pigneur Y., Business Model Generation: A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers, New York, Wiley, 2010.

Palfrey J., Gasser U., Born Digital: Understanding the first generation of digital natives. New York : Basic Books, 2007.

Romainville M., « Esquisse d’une didactique universitaire », Revue francophone de gestion : Numéro spécial consacré au Deuxième prix de l’innovation pédagogique en sciences de gestion, Paris, CIDEGEF, 2004, pp. 5-24.

Turkle S., Alone Together: Why We Expect More from Technology and Less from Each Other, New York, Basic Books, 2011.

Ward I. et al., « Exploring the MOOC format as a pedagogical approach for mLearning », 10th World Conference on Mobile and Contextual Learning, 2011, Pékin. http://mlearn.bnu.edu.cn/source/Conference_Procedings.pdf

Blogs et plateforme :

Plateforme : ezoombook.com (lancement officiel prévu pour décembre 2013)

Blog eZoomBook : https://ezoombook.wordpress.com/

Blog Teachnet (comprenant des activités autour de la lecture) : http://teachnet.com/lessonplans/language-arts/more-ideas-than-ever-book-reports/

Haut de page

Annexe

Articulation des séances pour le book club s’appuyant sur le dispositif eZoomBook

Séance

Travail effectué pendant la séance

Travail à effectuer par les élèves pour la prochaine séance

1

Présentation du dispositif eZoomBook et des consignes

Présentation des outils complémentaires : site internet et autres documentations sur l’ouvrage20, et autres ressources sur Internet concernant le roman choisi.

Questionnaire PLML (disponible sur http://ezoombook.wordpress.com/​)

Élaboration d’eZoomLayers à partir de la première partie du roman

2

Séance feedback sur le travail effectué

Questions sur l’exploitation des ressources

Questionnaire PLML

Constitution de binômes

Échange d’eZoomLayers et relecture réciproques

3

Brainstorming autour de consignes pour l’élaboration d’un premier niveau d’eZoomLayer

Élaboration d’eZoomLayers à partir des premiers chapitres du roman

4

Séance feedback sur le travail effectué

Brainstorming autour de consignes pour l’élaboration de deux niveaux supplémentaires d’eZoomLayer

Questionnaire PLML

Échange d’eZoomLayers et relecture réciproques

5

Séance feedback sur le travail effectué

Conclusions sur la transposition de cet exercice dans un autre contexte d’enseignement

Questionnaire PLML

Échange d’eZoomLayers avec un deuxième binôme et relecture réciproques

6

Bilan final et évaluation du travail des élèves (projet donnant lieu à une note de la part du professeur d’anglais)

Haut de page

Notes

1 L’eZoomBook est une invention déclarée par une équipe de chercheurs de l’École centrale de Nantes ; un prototype en a été réalisé en 2012. La plateforme eZoomBook multidisciplinaire est en cours de développement, grâce à un cofinancement OSEO, L’UNAM et la Région des Pays de la Loire. L’équipe de chercheurs pour le développement de l’outil eZoomBook est constituée de Francisco Chinesta et Christine Evain (les deux co-inventeurs du système), Simon Carolan, Morgan Magnin et Guillaume Moreau.

2 Terme commercial emprunté à l’ouvrage Business Model Generation (Osterwalder, Pigneur, 2010) : Voir également : http://www.businessmodelgeneration.com/book.

3 L’environnement digital provoque des changements dans la pédagogie à cause de l’évolution du profil et des comportements des élèves. Voir notre bibliographie.

Davidson, C. N. and Goldberg, D. T., The Future of Thinking: Learning Institutions in a Digital Age, MacArthur/The MIT Press, Cambridge, 2010.

Davidson, C. N., Now You See It: How the Brain Science of Attention Will Transform the Way We Live, Work, and Learn, Viking Books, New York, 2011.

Lave, J. & Wenger, E., Situated learning: Legitimate peripheral participation, Cambridge University Press, 1999.

4 Notons également que dans les prochaines versions de l’eZoomBook, le « book » contient des éléments multimédias et interactifs. Ce travail a été réalisé, à titre expérimental, au sein de l’équipe de F. Chinesta (Carolan et al., 2012).

5 Les versions les plus courtes ne sont pas forcément les plus faciles. Le niveau de difficulté dépend de l’ouvrage choisi, mais également de la manière dont il est condensé.

6 Nous définirons plus loin ce que nous entendons par les concepts de « scolaire » et « expérience de flux ».

7 Ce site propose un millier de conférences filmées en anglais avec une retranscription qui, en moyenne, fait entre 2 000 et 5 000 mots

8 La qualité du travail, avant modération du professeur, était inégale, selon le niveau d’anglais des élèves. Remarquons que nous avons choisi une difficulté double pour cette première expérience, car il s’agit pour les élèves non seulement d’effectuer un projet eZoomBook mais également de faire ce travail dans une langue étrangère (l’anglais). Ce choix est motivé par le fait que les auteurs de cet article sont des professeurs d’anglais.

9 Nous nous intéressons principalement aux résultats qualitatifs, car il nous faudra élargir notre expérience sur la totalité d’une promotion d’élèves de l’École centrale afin d’exploiter les résultats quantitatifs.

10 Une citation qui a suscité de nombreux commentaires est celle de Robertson Davies: « What goodness so frequently means is giving to community chest or campaigning against cancer, etc. while at the same time leading an utterly unexamined life which may be the source of despair or less effective life for others. The place to start living a better life is at home instead of using it as a launching pad from which to sally forth to impose virtue on other people. » (Robertson Davies ; J. Madison Davis, 1989, 139-140). Selon les élèves, la lecture provoque une introspection qui prévient le piège dénoncé par Davies (« leading an utterly unexamined life »).

11 Cette conférence met en lumière un réflexe que les possibilités de connexions sur les réseaux sociaux encouragent : « Je me connecte, car je veux avoir quelque chose à partager » plutôt que la démarche inverse : « J’ai quelque chose à partager et donc je me connecte. » Ce réflexe, selon Sherry Turkle, vient de notre difficulté à accepter la solitude. La recommandation de Turkle est de s’entraîner à voir la solitude comme positive plutôt que de la fuir systématiquement. Dans la perspective de cette recommandation, nos élèves ayant travaillé sur cette conférence soulignent l’importance de la lecture et de toute pratique artistique.

12 Le « mode flux » vient de l’expression anglaise « the flow mode » de Csikszentmihalyi. Les termes suivants sont également employés : « flux », « expérience-flux », « expérience optimale » ou « néguentropie psychique ».

13 Ce concept est assez complexe. Pour le clarifier, voir : http://creativecommons.fr/licences/les-6-licences/

14 Institut dirigé par J. P. Clavier.

15 Pour des élèves d’École d’ingénieur, il est possible de travailler avec le prototype et non pas sur la plateforme elle-même en palliant les déficiences du prototype avec d’autres outils (comme par exemple le recours à un système de dossier partagé et à des plateformes d’écritures collaboratives pour effectuer les partages et relectures). Cela complique cependant les instructions et rend difficile l’application de la méthodologie eZoomBook dans un autre contexte d’enseignement. La plateforme définitive nous offrira la possibilité d’avoir l’ensemble des fonctionnalités nécessaires à la pédagogie eZoomBook « sous un même toit ».

16 Ce travail débouche sur des outils et guides de pédagogie projet eZoomBook qui seront rassemblés dans un site dédié en cours de construction.

17 Voir : Wakefield, Jane. “Granny army helps India’s school children via the cloud” http://www.bbc.co.uk/news/technology-17114718. Voir également la conférence “Ted” à ce sujet :

http://www.ted.com/talks/sugata_mitra_the_child_driven_education.html

18 Cette expression est celle de Zuckerberg cité par Jeff Jarvis : « You don’t start communities, Zuckerberg said. Communities already exist… Bring them ‘elegant organization’«  (Jarvis 49).

19 “The man who does not read good books has no advantage over the man who can’t read them.” (notre traduction).

20 Ces sites et ouvrages sont proposés comme ressources pour faciliter la compréhension de l’œuvre. Nous rappelons aux élèves que le projet eZoomBook n’est, en aucun cas, un travail de recopiage de résumés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le rôle de chacun sur eZoomBook
URL http://dms.revues.org/docannexe/image/337/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Evain, Chris De Marco et Simon Carolan, « Le nouveau dispositif « eZoomBook » : perspectives pédagogiques », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://dms.revues.org/337 ; DOI : 10.4000/dms.337

Haut de page

Auteurs

Christine Evain

École Centrale de Nantes, CRINI
Dept. Communication, Langues et Entreprise
École centrale de Nantes, 1, rue de la Noë BP 92101, 44 321 Nantes CEDEX 3
christine.evain@ec-nantes.fr

Chris De Marco

Audencia Recherche
8 route de la Jonelière, BP 31222, 44 312 Nantes
cdemarco@audencia.com

Simon Carolan

École centrale de Nantes, GEM
simon.carolan@ec-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org