Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Le nouveau dispositif « eZoomBook » : perspectives pédagogiques

Analyse et commentaires de l’un des évaluateurs de la note de recherche sur le dispositif « eZoomBook »
Patrick Guillemet

Notes de la rédaction

Tout en soulignant dans son évaluation de la note de recherche « Intégration du nouveau dispositif « eZoomBook » dans un programme universitaire de blended learning » de Christine Evain, Chris De Marco et Simon Carolan1, ce qui lui semblait devoir progresser ou être revu de la problématique, de l’approche pédagogique et de l’analyse des résultats, Patrick Guillemet notait que ce témoignage était particulièrement intéressant

Le développement de son analyse critique nous a semblé non seulement amener à une lecture plus approfondie du travail original des auteurs, mais également l’assortir de réflexions personnelles à partager et débattre non seulement avec les auteurs de la note mais aussi avec nos lecteurs.

Aussi est-ce avec l’accord des auteurs de la note de recherche que, de façon inhabituelle, nous publions tels quels les propos de l’un de ses relecteurs, en souhaitant qu’auteurs et lecteurs de DMS poursuivent la discussion tout juste engagée.

Texte intégral

1Le texte « Intégration du nouveau dispositif « eZoomBook » dans un programme universitaire de blended learning » de Christine Evain, Chris De Marco et Simon Carolan, met essentiellement l’accent sur la plate-forme eZoomBook, tant dans les descriptions de ses fonctionnalités que dans les conditions de son développement, et s’il fait référence à plusieurs auteurs pour appuyer son propos (notamment Florentina Armaselu et Annie Jézégou), il ne cherche ni à en discuter les propositions ni à en tester la validité, se bornant à les invoquer en appui à la cause de l’eZoomBook.

2Toutefois, ce témoignage me semble particulièrement intéressant dans le contexte actuel où la lecture est transformée dans le mode d’utilisation du texte (journaux numériques modulables selon les intérêts du lecteur, applications de type Kindle et liseuses favorisant la portabilité des textes) ainsi que, plus profondément, dans le rapport au texte même (écriture en réseau favorisant une communication horizontale, pédagogie de type MOOC, qui s’oppose au modèle de communication vertical – descendant et ascendant – de la pédagogie traditionnelle).

La problématique

3Je déplore qu’elle soit si peu analysée. Pourtant, elle est bigrement intéressante : des élèves ingénieurs déclarent leur intérêt pour la littérature anglo-saxonne, mais déclarent du même souffle qu’ils ont très peu de temps pour lire. Pourquoi ce paradoxe ? Comment cela se traduit-il dans la pratique ? S’agit-il d’un intérêt de façade ou d’obstacles bien réels rencontrés à la lecture des textes ? Pourquoi ces élèves disposent-ils de peu de temps ? Est-ce en raison de leur charge de travail scolaire ou en raison d’autres occupations ? Nous n’en savons rien. Pourtant, le texte saute allègrement à la solution eZoomBook. Tout ceci me rappelle John Daniel: « Technology is the answer. What was the question2 ? »

4Par ailleurs, nous n’avons aucune idée des objectifs poursuivis par les cours : s’agit-il d’analyse de textes ou d’entraînement au résumé de textes ? De quel type de textes s’agit-il : romans, conférences, articles scientifiques, articles de journaux ? Quelle est la durée de ces cours ?

L’approche pédagogique

5L’approche de eZoomBook est parente de celle proposée par Florentina Armaselu. On ne sait cependant pas en quoi consiste sa « vision géométrique de la littérature », pourquoi elle apparaît pertinente aux auteurs du texte ni en quoi eZoomBook lui est fidèle. À l’instar de la collection « Profil d’une œuvre » des éditions Hatier, l’approche décrite ici vise à comprendre des extraits dans le contexte global d’une œuvre par un résumé des éléments manquants entre chaque citation. Mais on ne voit pas en quoi ce qui est approprié pour l’analyse littéraire le serait également pour développer la motivation à lire.

6Par ailleurs, le texte ne discute pas les avantages de l’approche eZoomBook par rapport aux outils bien connus que sont la lecture sélective, le surlignage et les annotations, que ce soit sur support traditionnel ou numérique. On comprend bien cependant que la mise en commun de citations et de résumés (oh, les horribles eZoomLayers !) puisse être motivante pour les étudiants qui voient leur travail reconnu pour la postérité.

7Ainsi, la « proposition de valeur » – structurer la démarche de lecture avec l’aide d’outils sur une plate-forme collaborative – est loin d’être démontrée, du moins en ce qui me concerne. Quel est le rapport entre le problème et la solution proposée ? En quoi la démarche collaborative développe-t-elle la motivation à lire, au-delà du plaisir d’échanger avec des collègues et de voir son nom inscrit sur un site ? La question reste posée.

8Il est vrai que le texte fait référence aux travaux d’Annie Jézégou sur les quatre dimensions de la motivation. Mais il est loin d’en tester l’applicabilité, faute d’un modèle de recherche et d’hypothèses vérifiables, pourtant annoncées mais jamais énoncées.

Les résultats

Première expérience

9Il est assez étonnant de voir figurer dans ce texte, placé sous le signe de la motivation à la lecture et qui se termine par une citation de Pierre Perret, les résultats d’un projet consistant en la production d’un résumé de deux pages à partir de la retranscription d’une conférence. Quoi qu’il en soit, les résultats cités laissent songeur : les élèves passent d’une formulation assez scolaire des bienfaits de la lecture à des formulations beaucoup plus élaborées, mais dont on voit bien qu’elles ont été inspirées par les textes auxquels ils ont été exposés. On peut cependant se demander en quoi ces formulations permettent de conclure au développement de leur goût pour la lecture, et surtout à un plus grand investissement de leur part dans la lecture. Certes, ils se déclarent satisfaits de l’approche structurée qui leur est proposée et du fait qu’ils peuvent voir le résultat de leur travail sur une plate-forme disponible à tous, mais en quoi leur propension pour la lecture en a-t-elle été accrue ? La question posée ici est celle de la relation entre le résumé et la lecture, mais aussi celle du type de texte abordé. Faire le résumé d’un texte informatif peut être très utile, tandis que l’utilité du résumé d’un roman est plus problématique.

Deuxième expérience

10Il s’agit ici d’une lecture classique, le David Copperfield réputé difficile et fastidieux. Pourquoi ce texte de 800 pages a-t-il été présenté en versions de 240, 80, 16, 8-6, 1-2 pages ? Cela semble aller de soi pour les auteurs, mais j’imagine que des professeurs de littérature pourront légitimement hurler devant cette cure minceur, d’autant que les critères de ce découpage ne sont pas décrits. Par ailleurs, le questionnaire PLML, qui vise semble-t-il à mesurer la motivation des étudiants, est en fait essentiellement orienté vers l’utilisation et l’amélioration de la technologie eZoomBook, prenant ainsi l’allure d’une stratégie de formation de ses développeurs. On voit mal ce qu’apporte cette deuxième expérience pour la compréhension de la problématique et l’action efficace en regard de l’objectif visé. D’autant que si le texte indique que cette expérience a permis d’optimiser les trois types de présence définis par Annie Jézégou, il ne décrit pas de quelle façon cette optimisation a été effectuée.

Troisième expérience

11Cette dernière expérience présente l’intérêt de s’être adressée à des étudiants qui se sont vu imposer l’activité de lecture, aussi bien que le roman sur lequel ils ont travaillé, soit le classique Lord of the Flies. Or, certains problèmes se sont présentés : en effet, l’attitude du groupe face à la pédagogie est demeurée relativement « scolaire », la recherche d’une « expérience – flux » chère aux auteurs n’était pas au cœur de la motivation du groupe, et les étudiants ont suggéré de mettre plutôt à profit la technologie eZoomBook pour la lecture d’un ouvrage sur le management. Toutefois, ces mêmes étudiants ont déclaré que consacrer du temps à la lecture leur importe.

12On retrouve ici le paradoxe évoqué au début du texte. Or aucune analyse n’en est proposée, comme si ces difficultés allaient disparaître d’elles-mêmes avec l’amélioration et la généralisation de la technologie eZoomBook. De même, la question du statut des lectures demeure sans réponse. Or, lire Lord of the Flies ou un ouvrage sur le management est loin d’avoir la même signification, surtout pour un ingénieur qui sera sans doute appelé à consulter des textes techniques en anglais. Il semble que cet aspect, celui des objectifs visés, soit indifférent aux auteurs.

L’avenir du projet

13La technologie eZoomBook, et la pédagogie qui l’accompagne, est ainsi présentée comme une panacée propre à répondre aux besoins de toutes les disciplines et à s’insérer dans tous les environnements de formation. On lui souhaite bonne chance. Mais son objectif déclaré, « inviter les apprenants à devenir acteurs de leur formation » apparaît comme une self-fulfillling prophecy, puisque, à la lumière des expériences citées, les étudiants n’ont pas eu le choix de leur méthode d’apprentissage.

14L’avenir de cette technologie, indiquent les auteurs, passe par le développement d’un mode d’animation de la plate-forme permettant la démocratisation de la littérature. On ne peut pourtant que regretter qu’ils n’accordent pas d’importance à des dimensions telles que la compréhension et l’analyse critique des textes, ainsi que leur dimension esthétique, et qu’ils ne semblent pas faire de différence entre l’analyse littéraire et la production de résumés. Ces préoccupations ne sont certes pas technologiques, mais elles n’en sont pas moins déterminantes dans l’accueil qui est fait à la technologie qu’ils mettent de l’avant.

Conclusion

15Le résumé du texte annonçait que ce dispositif « invite à une réflexion sur les lieux et les temps de la formation et de l’équilibre entre travail en autonomie, travail collaboratif et cours en présentiel ». C’est pourtant bien cela qui manque. En effet, la problématique du manque de temps pour la lecture n’est pas élucidée, ne serait-ce qu’à l’aide de quelques hypothèses, et l’accent est mis sur un moyen d’intervention, tandis que les difficultés rencontrées dans son administration sont ignorées. Certes, ce texte nous éclaire sur l’outil proposé, mais pas sur le problème de la motivation des étudiants, et la réflexion annoncée dans le résumé n’est pas au rendez-vous. Si la préoccupation des auteurs semble bien réelle, leur proposition d’un outil de promotion de la lecture m’apparaît ici comme du wishful thinking.

16Il n’en reste pas moins qu’un tel témoignage demeure précieux à l’heure où apparaissent de nouveaux outils de lecture et de nouveaux modes d’emploi des textes, ainsi que des perspectives pédagogiques mettant en avant le partage et la construction des connaissances. Puisse-t-il faire l’objet de débats, pour l’avancement de la cause de la lecture.

17PS : dans un ordre d’idées plus littéraire, je m’interroge sur le choix des œuvres proposées aux étudiants. David Copperfield est peut-être un classique, mais je crains que l’Angleterre victorienne ne soit un peu rebutante pour des jeunes d’aujourd’hui. Quant à Lord of the Flies, quoique plus récent, je n’en ai pas gardé un très bon souvenir. Comme le dit si bien Wikipedia, « sa violence sauvage, crue et sensuelle en fait un livre difficile et troublant. » À titre de suggestion, et puisque le cours s’adresse à des ingénieurs férus de technologie, je pense plutôt à des romans de science-fiction eux aussi classiques, par exemple Les cavernes d’acier d’Isaac Asimov, ou les autres livres du cycle sur les robots, ou encore aux Chroniques martiennes de Ray Bradbury ; et dans un registre plus sérieux, à Cybernétique et Société de Norbert Wiener. Et je fais l’hypothèse que cet univers technologique, romancé ou présenté sous forme de réflexion philosophique, rejoindra les intérêts des étudiants et leur donnera l’occasion de concrétiser leur appétit pour la lecture.

18Quant au nombre de pages, attention ! Tout dépend de la difficulté de lecture du texte. Juste assez, mais pas trop, et juste à temps comme nous l’enseignent les Japonais.

Haut de page

Notes

2 http://portal.unesco.org/education/en/ev.php-URL_ID =5909&URL_DO =DO_&­URL_SECTION =201.html

1 Publiée dans le présent numéro de Distances et Médiations des Savoirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Guillemet, « Le nouveau dispositif « eZoomBook » : perspectives pédagogiques », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 22 juillet 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dms.revues.org/270

Haut de page

Auteur

Patrick Guillemet

Télé-université du Québec, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org