Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Langues et technologies : l’équilibre délicat entre guidage et autonomie

À propos de Didactique des langues et technologies. De l’EAO aux réseaux sociaux par Muriel Grosbois, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2012
Jacques Audran
Référence(s) :

Muriel Grosbois, Didactique des langues et technologies. De l’EAO aux réseaux sociaux (2), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2012, 177 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage de Muriel Grosbois fait le point sur l’usage des technologies informatiques dans l’enseignement-apprentissage des langues. Une rapide recherche documentaire montre, si on laisse de côté les actes de colloques, que les ouvrages récents qui portent sur ce thème sont peu nombreux et adoptent rarement un point de vue didactique. L’auteure adopte dans ce livre une structuration historique qui permet de comprendre comment la didactique des langues a été diversement affectée par le développement des technologies. Mais la force de ce livre est de s’appuyer aussi sur des exemples issus de recherches doctorales qui permettent de comprendre comment peuvent s’articuler concrètement différentes approches didactiques en langues qui recourent aux technologies. L’ouvrage s’adresse donc principalement aux praticiens et aux étudiants intéressés par la didactique des langues curieux d’explorer en quoi les technologies, de l’ordinateur aux réseaux sociaux, peuvent contribuer à la mise en place de dispositifs et de scénarii efficaces.

2Dans une première partie, l’auteure revient sur les différentes périodes qui ont marqué l’histoire des technologies de l’éducation des années 1960 aux années 1990 et sur les diverses terminologies qui les caractérisent (Enseignement programmé, Enseignement Assisté par Ordinateur, Environnement Informatique pour l’Apprentissage Humain, Technologies de l’Information et de la Communication…). Cette introduction, même si elle n’apporte pas d’éclairage vraiment nouveau, retrace cette histoire récente de manière suffisamment synthétique et distanciée pour qu’un lecteur peu au fait des différentes tentatives d’utilisation des moyens technologiques en éducation puisse se faire une idée précise des courants de pensée et des différentes manières de concevoir la relation homme-machine. Ainsi, l’analyse des acceptions du mot « interactivité » selon les approches permet à Muriel Grosbois d’amorcer une réflexion, que l’on retrouvera sous forme de « fil rouge » dans la totalité de l’ouvrage, sur l’équilibre à maintenir absolument entre autonomie et guidage de l’apprenant lors de l’utilisation didactique des technologies en langues.

3L’ouvrage s’attarde ensuite de manière spécifique, et cela est logique dans le cadre de l’enseignement des langues, sur les années 1990-2000 qui ont vu se développer le multimédia puis l’Internet. Cette partie met beaucoup plus l’accent sur les pratiques observées et leurs caractéristiques didactiques. L’union de l’informatique et des télécommunications permet en effet d’utiliser les technologies comme des collecteurs de ressources autorisant diverses activités autour des matériaux langagiers à des fins de réemploi didactique. La cyberenquête est donnée en exemple pour illustrer ce type de pratique. L’auteure profite de l’occasion pour s’interroger sur l’organisation de telles activités, la place laissée à l’autonomie de l’élève et surtout sur la nature de l’encadrement nécessaire. Pour l’auteure, l’autoformation ne saurait être le prétexte à des formes de laisser-aller uniquement motivées par l’anticipation d’une économie financière. Il est souligné une fois de plus que les technologies n’engendrent pas automatiquement d’économie car il est indispensable d’imaginer de nouvelles formes d’accompagnement des activités d’apprentissage tant sur le plan didactique qu’administratif.

4Suivant toujours un fil historique, l’auteure questionne ensuite les technologies les plus récentes. Les technologies du XXIème siècle semblent clairement dédiées au développement d’outils et de dispositifs encourageant d’une part le nomadisme, du courrier électronique à la baladodiffusion, et d’autre part facilitant la diffusion de contenus, du wiki aux réseaux sociaux. Sur le plan didactique, les plateformes collaboratives d’enseignement-apprentissage regroupent une grande quantité de fonctionnalités qui réinterrogent le guidage et obligent à s’intéresser aux activités effectives et aux tâches concrètement accomplies par les élèves.

5A travers quatre exemples, l’auteure montre comment diverses activités peuvent être mises en place grâce à des scenarii didactiques précis. Le premier exemple concerne un projet de création de ressources entre pairs grâce à un dispositif basé sur l’échange par courrier électronique qui débouche sur des productions orales. Ici, l’authenticité des interactions sert de moteur aux apprentissages. Le second exemple porte sur l’utilisation de logiciels de concordance (ou concordanciers) qui permettent de trouver des mots employés en contexte dans différents corpus. Ce sont donc des segments de textes qui sont analysés en vue de produire des textes pour différents projets (brochures, guides). Le troisième exemple est l’exploitation du clavardage (à mi-chemin entre l’oral et l’écrit) à l’université pour améliorer des compétences en langue. La dimension didactique consiste alors à imposer des contraintes supplémentaires lors des interactions. Enfin, le dernier exemple est celui d’une formation en Français Langue Etrangère sur une plateforme de formation où le scénario didactique articule les moments d’action avec ceux de réflexion.

6Un chapitre sur les artefacts les plus récents (mondes virtuels, jeux sérieux, réseaux sociaux) vient compléter ce panorama. Il permet de s’interroger sur certains effets de mode, mais aussi sur la place prédominante d’un anglais fonctionnel qui oblige d’une part à réaliser un travail métalinguistique pour qui s’intéresse à cette langue, et d’autre part conduit à réfléchir sur la place à accorder aux apprentissages non-formels en langues réalisés lors de la mise en contact avec des documents multimédia en libre accès sur le Net.

7Cet ouvrage permet de comprendre, à travers des approches variées, l’intérêt des technologies en didactiques des langues. On peut peut-être regretter que l’auteure n’insiste pas plus sur le fait que la complexité des dispositifs techniques auxquels les responsables de l’encadrement sont confrontés demande de plus en plus de compétences spécifiques afin de faire des choix éclairés en matière didactique. Il reste que la focalisation de l’ouvrage sur le dosage entre guidage et autonomie lors de la conception et les multiples exemples présentés en détail en font un ouvrage clair et utile pour celles et ceux qui veulent intégrer des technologies récentes dans leur pratique en enseignement des langues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Audran, « Langues et technologies : l’équilibre délicat entre guidage et autonomie », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://dms.revues.org/250

Haut de page

Auteur

Jacques Audran

Laboratoire de Génie de la Conception LGéCo (EA3938), jacques.audran@insa-strasbourg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Revues.org