Navigation – Plan du site
Notes de lecture

E-learning dans les pays en développement : l’importance de l’accompagnement des apprenants

À propos de Les pays en développement à l’ère de l’e-learning par Christian Depover et François Orivel, Planification de l’éducation, n° 96, Institut International de Planification de l’éducation, UNESCO
Jacques Audran
Référence(s) :

Christian Depover, François Orivel, Les pays en développement à l’ère de l’e-learning, Planification de l’éducation, n° 96, Institut International de Planification de l’éducation, UNESCO, 97 pages.

Notes de l’auteur

Livre téléchargeable gratuitement sur le site : www.iiep.unesco.org, lien direct : http://unesdoc.unesco.org/ulis/cgi-bin/ulis.pl?catno=218002&set=50EBDE47_2_209&gp=1&lin=1&ll=f

Texte intégral

1Il est assez rare de rencontrer un ouvrage qui examine le e-learning à la fois sous l’angle pédagogique et l’angle économique. L’ouvrage de Christian Depover et François Orivel comble ce manque. Cet opus, très synthétique, analyse avec beaucoup de pertinence l’opportunité de développer le e-learning dans les pays en développement.

2Dans les trois premiers chapitres, le livre fait le point sur l’apprentissage et l’enseignement à distance. Il rappelle les concepts de base de l’apprentissage et souligne une fois de plus l’importance que tiennent les interactions sociales lorsque l’apprenant est face à un système « ouvert » qui lui propose, voire lui impose, de nombreux contenus médiatisés. En effet, comme le déclarent les auteurs (p. 66) « on a progressivement cessé de croire que les étudiants à distance pouvaient se passer d’encadrement et apprendre seuls avec les ressources mises à leur disposition ». Ces trois premières parties montrent de manière très claire comment les différents principes qui sous-tendent les différents types de dispositifs développés par le passé reposaient à la fois sur des choix économiques et des a priori pédagogiques plus centrés sur la diffusion des contenus que sur l’accompagnement des apprenants dans leur formation. Les auteurs reviennent ainsi sur les caractéristiques des différentes conceptions de l’enseignement à distance, en particulier sur les modèles appelés « industriels » et de « diffusion par les médias » pour permettre de mieux comprendre le potentiel des formes actuelles d’enseignement-apprentissage à distance par Internet.

3L’ouvrage pose d’emblée la question de l’efficacité pédagogique en lien avec la question des choix économiques. Les constats négatifs liés aux taux d’abandons très élevés et l’efficacité pédagogique assez faible repérés dans les modèles industriels d’autrefois ne sont plus d’actualité. Les technologies actuelles permettent la mise en place d’un modèle pédagogique plus efficace car plus interactif, plus souple et plus « léger » à mettre en place. En effet, les plateformes numériques récentes, comme par exemple Moodle, permettent à la fois de gérer la mise à disposition de ressources, mais autorisent aussi l’interaction entre apprenants et « tuteurs » ainsi que le travail collectif. Cependant, le lecteur comprend immédiatement que l’exploitation de ces potentialités pose la question de la formation, de la qualification et de la rémunération de ces « tuteurs » sur qui repose la qualité de l’accompagnement et par conséquent, si l’on suit le raisonnement des auteurs, celle de l’ensemble de ces dispositifs. Cette question, centrale dans l’ouvrage, sera examinée en détail dans les cinquième et sixième chapitres.

4Le quatrième chapitre se centre sur le champ d’application du e-learning et constate que la plupart des dispositifs de e-learning dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud sont principalement tournés vers l’enseignement supérieur et la formation des adultes. A de rares exceptions près, les formes scolaires de l’enseignement à distance sont la plupart du temps vouées à compléter ou soutenir l’enseignement traditionnel en présence plutôt qu’à s’y substituer. En revanche, dans l’enseignement supérieur et la formation d’adultes, les auteurs constatent que l’offre est pléthorique, qu’elle provienne d’universités ou d’officines privées.

5La partie suivante recense alors les nécessités structurelles du e-learning tant il est vrai aujourd’hui que les fonctions périphériques déterminent l’efficacité de la fonction pédagogique. Ainsi les auteurs insistent-ils sur l’importance de la fiabilité des structures de soutien technique, d’accompagnement pédagogique, et de soutien administratif, souvent négligées au profit de la présentation des contenus. Un coup de projecteur particulier est donné au contrôle qualité et plus généralement aux procédures d’évaluation généralement trop négligées. Il est rappelé que le e-learning ne se résume pas non plus au choix d’une plateforme informatique, mais dépend de la politique stratégique d’ensemble. Cette dernière doit être cohérente avec la culture des participants (tuteur, apprenant et personnel de soutien) ainsi que les temps consacrés à l’apprentissage, les objectifs poursuivis et les moyens d’évaluer l’efficacité du dispositif.

6La question qui reste posée, celle des coûts, est abordée de manière détaillée dans le sixième chapitre. Les auteurs montrent, contrairement aux idées reçues, que le coût qu’un dispositif de e-learning efficace, malgré la baisse importante du coût du matériel informatique, est légèrement supérieur à celui d’un dispositif présentiel. En effet, l’accompagnement social (administratif, technique, pédagogique) qui caractérise un enseignement à distance de qualité réduit de manière importante la possibilité d’exploiter les effets d’échelle. Si on le compare à un modèle industriel caractérisé par une part majoritaire de coûts fixes, le e-learning, du fait des coûts variables proportionnels aux étudiants inscrits, ne peut permettre une réduction des coûts au-delà d’un seuil comparable à celui du modèle industriel qu’à la seule condition de jouer sur l’accompagnement en faisant appel à différentes solutions pour le rendre moins onéreux (appel à des tuteurs vacataires, délocalisation de l’encadrement, tutorat par des pairs, etc.).

7Un chapitre consacré à l’évolution des dispositifs de e-learning clôt cet ouvrage. Les auteurs y réaffirment leur point de vue favorable au développement des dispositifs d’ampleur réduite, où les interactions occupent une place centrale. Ils insistent toutefois sur la nécessité de respecter les cultures et les nécessités de vie locales, en particulier en matière de temps d’apprentissage. Le discours n’est ni technophile, ni exagérément pessimiste : la difficulté d’adapter le e-learning aux objectifs et aux contraintes locales est réelle, mais les expériences récentes montrent que « l’acquisition de compétences en phase avec la société cognitive à laquelle l’apprenant doit être préparé quel que soit l’endroit dans le monde où il vit » (p.88) n’est pas hors de portée.

8Cet ouvrage, tourné vers les pays en développement, présente l’avantage d’apporter un point de vue sur le e-learning éclairé par des recherches récentes et concrètes. Si les moyens techniques et humains actuels rendent son développement possible, les auteurs montrent qu’une formation de qualité passe obligatoirement par un système élaboré d’accompagnement des apprenants, ce qui implique des coûts variables qui restent assez élevés. Néanmoins les expériences relatées montrent que des possibilités d’ajustement de ces coûts existent.

9Ce livre numérique, grâce aux pistes qu’il propose, sera un outil utile entre les mains de celles et ceux qui envisagent de recourir aux technologies récentes pour développer des enseignements à distance. De mon point de vue, contrairement à ce que l’on pourrait penser a priori, la lecture de cet ouvrage ne concerne pas exclusivement les décideurs des pays en développement. Les éléments de synthèse et les analyses proposées par les auteurs peuvent aussi éclairer les choix des pays du Nord notamment en démontant un certain nombre d’idées reçues reposant sur l’image de performance souvent négative qu’ont durablement installée les dispositifs de formation à distance anciens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Audran, « E-learning dans les pays en développement : l’importance de l’accompagnement des apprenants », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 26 juin 2016. URL : http://dms.revues.org/246

Haut de page

Auteur

Jacques Audran

Laboratoire de Génie de la Conception LGéCo (EA3938), jacques.audran@insa-strasbourg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Revues.org