Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Rencontres entre numérique et éducation

Pauline Lallement
Référence(s) :

Bruno Devauchelle, Éduquer avec le numérique, Éditions ESF-Sciences humaines, Pédagogies, ISBN : 978-2-7101-3195- 3

Texte intégral

1Le 12 janvier 2017, Bruno Devauchelle a publié l’ouvrage Éduquer avec le numérique aux Éditions ESF-Sciences humaines, une maison d’édition spécialisée en pédagogie, formation et psychologie. L’auteur a plusieurs activités professionnelles, ce qui lui permet d’observer la rencontre entre numérique et éducation sous différents angles : enseignant au sein du master ingénierie des médias pour l’éducation de l’université de Poitiers, chercheur au sein du laboratoire TECHNE de la même université et chargé de mission TICE à l’université catholique de Lyon. Il est par ailleurs membre du comité éditorial de la revue Distance et médiation des savoirs pour laquelle cette note a été rédigée et il est cofondateur et contributeur régulier du Café pédagogique.

2Cet ouvrage s’adresse en particulier aux enseignants et aux personnels d’encadrement de l’Éducation nationale, mais aussi aux professionnels curieux de la façon dont numérique et École s’articulent. Le texte est préfacé par Philippe Meirieu, chercheur en pédagogie reconnu et engagé politiquement, et directeur de la collection « Questions vives-Pédagogies » qui accueille ce livre. Citant un long passage d’un discours de Condorcet, celui-ci considère que le numérique, et son urgence, obligent l’École à s’interroger sur ses propres finalités.

3Pour introduire son ouvrage, Bruno Devauchelle prend le parti d’acter l’échec des politiques publiques à intégrer dans les établissements ce que l’on a appelé l’informatique, puis les technologies de l’information et de la communication (TIC) et que l’on appelle aujourd’hui le numérique éducatif. Il affirme sa propre vision de l’École : celle-ci doit accueillir les changements sociétaux pour pouvoir former des élèves qui pourront être pleinement acteurs de cette société.

4Pour « offrir au lecteur un regard général et varié sur l’évolution de la place des moyens numériques dans le champ éducatif et principalement scolaire » (p. 13), l’auteur a assemblé des chroniques publiées sur le site du Café pédagogique1 ces quatre dernières années au sein de six chapitres consacrés aux sujets suivants : les élèves, les enseignants, les établissements, les objets numériques, les politiques d’éducation pour terminer par l’éthique et les objectifs du numérique dans l’École.

5Pour Bruno Devauchelle, le numérique a un rôle décisif dans la vie personnelle et scolaire de l’élève. Si, à la maison, l’ordinateur peut être une porte d’accès au savoir, il existe des inégalités entre les familles. L’enseignant constate qu’il y a une concurrence mouvante entre les usages scolaires (les environnements numériques de travail – ENT par exemple) et personnels (réseaux sociaux) et que l’espace-temps scolaire est modifié. L’auteur prend l’exemple des pratiques de triche pour révéler l’inadaptation des modalités d’évaluation au numérique. Face à ces enjeux, il faut désormais réfléchir en termes d’environnement personnel d’apprentissage. Le chercheur incite à réfléchir au-delà des discours d’injonction à l’autonomie en prenant le temps de se poser des questions d’ordre pédagogique. Ainsi sont décrites les différentes façons de guider les élèves : accompagnement, programmation ou autodirection. Il liste également plusieurs facettes essentielles de l’autonomie nécessaires à une mise en place réelle de celle-ci : l’autodirection (capacité à choisir une direction et la suivre), l’autorégulation (capacité à gérer son temps), l’autodidaxie collaborative (savoir solliciter d’autres personnes), l’estime de soi et la métacognition.

6Il consacre ensuite un chapitre à la relation complexe entre le numérique et les enseignants, affirmant d’emblée que ceux-ci ne comprennent pas les implications culturelles du numérique. Pour Bruno Devauchelle, les enseignants vivent eux aussi un décloisonnement de l’espace scolaire et adoptent quelquefois le rôle chronophage d’ingénieur de ressources pédagogiques. Il constate que le numérique peut entraîner le renforcement des pédagogies traditionnelles, tout en renvoyant l’enseignant à ses faiblesses posturales. Pour le chroniqueur régulier du Café pédagogique, la créativité pédagogique des enseignants est limitée par l’institution qui impose une organisation rigide de l’École et qui normalise les innovations venant du terrain.

7Ensuite, se plaçant du point de vue des personnels de direction, Bruno Devauchelle rappelle que les systèmes d’information comme les ENT ou admission post-bac (APB) utilisés au sein de l’Éducation nationale ne sont pas neutres : souvent contournés, avec un pilotage complexe, ils ont une influence réelle sur la vie des gens. Le chargé de mission rappelle l’importance d’infrastructures adaptées pour accueillir le numérique. Il pointe également le risque de la déshumanisation des conseils de classe lié à l’utilisation des logiciels de notes qui peuvent proposer des appréciations standardisées et qui permettent l’élaboration de statistiques. S’il est difficile pour les élèves d’être acteurs de leur projet d’orientation, le numérique peut être bénéfique en ce qui concerne l’accès à l’information, le diagnostic et l’élaboration du projet (démarche de portfolio). Dans le monde universitaire, l’utilisation des terminaux mobiles personnels connectés (TPMC) modifie l’espace scolaire, les activités, comme la recherche d’information, n’étant plus cloisonnées à un lieu précis. Pour l’auteur, les ENT sont un point névralgique de la relation parents-enfants-enseignants. Ils peuvent engendrer des dérives : pression accrue sur les élèves avec les logiciels de notes ; consumérisme des parents qui veulent maîtriser tout ce qui se passe au sein de l’établissement scolaire ; surveillance des élèves. Le chercheur pense que c’est aussi l’occasion, à l’échelle des établissements, de se saisir des enjeux du numérique pour pratiquer un encadrement juste des pratiques.

8Bruno Devauchelle s’intéresse dans le quatrième chapitre aux objets scolaires afin de mettre en évidence continuités et ruptures. Pour le chercheur, les listes de fournitures scolaires témoignent de la prévalence du papier et le traitement de texte est dans la continuité et la complémentarité du cahier. Le cahier de textes est augmenté par le numérique : pouvant être utilisé hors des salles de classe, il est rempli régulièrement et précisément et il permet ponctuellement d’harmoniser la charge de travail des élèves. L’auteur affirme que les téléphones, outils multimédias de communication, d’information et de traitement des données vont non seulement modifier les espaces scolaires, mais aussi remettre en cause le monopole de la transmission détenu par l’École. Il invite néanmoins à réfléchir à l’impact réel sur les apprentissages que peuvent avoir certaines technologies, comme le tactile et les vidéos. Le chroniqueur conclut en incitant à ne pas oublier que les technologies numériques dans l’École sont contraignantes, ce qui limite leur appropriation par les enseignants et que nouveautés technologiques ne vont pas nécessairement de pair avec réussite scolaire.

9Dans cet avant-dernier chapitre, Bruno Devauchelle s’intéresse à « comment l’on tente d’imposer le numérique dans l’espace scolaire ». Le « on » renvoie ici principalement au ministère de l’Éducation nationale qui verrait dans le numérique l’opportunité de renforcer l’École et de faire de la communication. L’ancien enseignant en lycée professionnel constate que l’enseignement technique et professionnel, ainsi que les mathématiques et les sciences ont rapidement pris en compte le numérique dans les programmes scolaires, poussés par les exigences du monde professionnel. S’il voit un signe positif dans la création des délégations académiques au numérique éducatif (DANE), de la direction du numérique éducatif (DNE), et dans le changement des statuts du réseau Canopé, il considère que les politiques « massives et centralisées » (p. 147) sont vouées à l’échec. Il explique cela en mettant en avant la place trop importante accordée aux syndicats et aux lobbys lors de l’élaboration des politiques publiques puis affirme qu’il est essentiel avant tout d’accompagner les pratiques locales. Ensuite, prenant le contre-exemple du brevet informatique et internet (B2I), qui permet la validation de compétences transversales, il assure que le numérique est impuissant face aux résistances au changement dès qu’il s’agit d’évaluation.

10Dans la sixième partie, Bruno Devauchelle affirme que pour penser l’École dans le contexte de la société numérique, il faut se pencher sur les finalités et sur l’éthique scolaires. Il constate un double décalage : entre des promesses politiques et leurs mises en œuvre d’une part, entre le pouvoir de décision centralisé et le financement de ces politiques qui relève des collectivités territoriales d’autre part. Pour l’auteur, le numérique est trop souvent perçu du point de vue de préoccupations sécuritaires (cyberharcèlement, piratage, etc.). Pour protéger les élèves, il ne faut pas condamner, ni entrer dans des logiques de surveillance extrêmes, mais expliquer et expliciter les règles pour que se mettent en place ensuite des modes de fonctionnement pertinents et appropriés. Pour éduquer avec le numérique, trois voies sont possibles, la dernière semblant être celle jugée la plus judicieuse par le chroniqueur : apprendre les règles hors réalité, fonctionner par essai/erreur et travailler en immersion accompagnée. Il est essentiel de prendre du recul sur les outils, qu’on peut plus justement appeler des instruments, du fait des intentions qu’ils contiennent et qu’il s’agit d’analyser avec les élèves. Considérant que le numérique modifie notre humanité, en perturbant les frontières entre intimité et exposition de soi, en élevant le niveau de difficulté des recherches approfondies, en gommant la séparation pourtant nécessaire au développement psychologique de l’enfant et en véhiculant des valeurs d’immédiateté et de marchandisation, Bruno Devauchelle nous incite à prendre le temps de la réflexion avant l’introduction d’un objet technique dans l’École. Face aux injonctions à la nouveauté et aux pressions des marchands de numérique, il ne faut pas « refuser le développement », comme l’École le fait régulièrement, mais « refuser l’aveuglement du progrès » (p. 184). L’auteur constate que le numérique instille de l’incertain et du trouble dans la classe, ce à quoi les éducateurs doivent être formés. En ce qui concerne les inégalités, il affirme que les élèves, même les plus démunis, sont tous équipés et que ceux-ci particulièrement développent des stratégies de compensation de leur situation avec le numérique qu’il convient de valoriser dans l’École.

11Bruno Devauchelle conclut son ouvrage en faisant un parallèle entre le numérique et l’École, qui sont souvent accusés tous deux des maux de notre société actuelle. Pour l’auteur, les « éducations à » n’ont pas les moyens de résoudre les enjeux sociaux actuels, en particulier dans un climat de désengagement des parents et des adultes. Le bilan est sévère : le chercheur explique l’« attentisme » (p. 194) du monde scolaire sur la question du numérique par une méconnaissance des enjeux ; il considère que les politiques sont destinées à être visibles, mais nullement efficaces, et bénéficient d’abord aux équipementiers ; en outre, le numérique, qui instaure un nouveau rapport au réel et au savoir, est complexe à appréhender et à comprendre pleinement. Il pense alors qu’« amener les enseignants à permettre à toutes les interactions de trouver sens pourrait être une démarche de fondation pour le numérique en éducation » (p. 196).

12Transformer des chroniques publiées en ligne en ouvrage papier est un exercice risqué. Si la forme d’Éduquer avec le numérique autorise un ton informel et une lecture par extrait, la lecture plus linéaire s’en trouve affaiblie : des répétitions et le manque de lien entre certaines chroniques rendent plus compliquée la compréhension du cheminement intellectuel de l’auteur. Une délimitation plus affirmée des contours de ce que l’auteur entend par « numérique » et par « culture numérique » aurait aidé à la lisibilité du texte. La contextualisation des chroniques avec des dates, l’ajout de références bibliographiques plus précises et systématiques, le développement systématique des sigles auraient été un atout majeur dans l’accessibilité de l’ouvrage.

13L’auteur est très critique envers l’institution scolaire et ses politiques en matière de numérique. Il considère notamment que les horaires, les programmes et le fonctionnement par classe d’âge sont des contraintes qui ne permettent pas à l’École de former les élèves aux implications culturelles du numérique. Si cela éveille la curiosité du lecteur et, si l’on comprend que l’autonomie des établissements est un enjeu décisif pour Bruno Devauchelle, il aurait été appréciable qu’il dessine plus précisément et plus concrètement les contours d’une École idéale qui pourrait remplir ce rôle, son expérience dans l’enseignement à distance et dans la formation universitaire pouvant lui apporter sans doute des appuis enrichissants.

14La mise en perspective des politiques publiques en matière de numérique apporte un recul bénéfique à toute personne qui vient d’entrer dans le milieu de l’enseignement et qui se pose des questions quant au manque d’enthousiasme de ses collègues par rapport au numérique. Loin des discours d’escorte du ministère de l’Éducation nationale et des industriels des produits numériques éducatifs, Bruno Devauchelle invite à prendre le temps de la réflexion pour mesurer les enjeux de l’irruption du numérique dans les apprentissages et, plus généralement, dans l’environnement des élèves, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’École.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Lallement, « Rencontres entre numérique et éducation », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juin 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://dms.revues.org/1870

Haut de page

Auteur

Pauline Lallement

Professeure documentaliste stagiaire de l’ESPE de Paris
pauline.lallement@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org