Skip to navigation – Site map

Qu’en est-il des tuteurs ?

Approche en contexte québécois
Patrick Guillemet

Full text

1Il y a une douzaine d’années, Distances et Savoirs ouvrait ses pages au syndicat des tuteurs d’une université québécoise à distance qui témoignait, à partir des résultats d’un sondage, de l’évolution de leur métier sous l’effet de l’introduction des technologies numériques1. Les constats ? Une satisfaction à l’égard des outils fournis et du dépannage, ainsi que l’allègement du travail administratif ; quelques ombres au tableau subsistaient toutefois quant à la formation, la prise en charge des coûts technologiques et la mise à jour des cours. Au total, un accueil plutôt favorable placé sous le signe de l’optimisme, qui permettait d’évoquer une « industrialisation souriante » et la valorisation du métier de tuteur. Pourtant, trois ans plus tard débutait une grève qui devait durer dix semaines2. Au cœur du conflit, la médiation pédagogique méconnue des tuteurs, la croyance en des cours qui se suffisent à eux-mêmes et les prérogatives du professeur à distance. La négociation fut ardue en raison d’un contexte économique devenu plus difficile, mais elle devait déboucher sur une amélioration appréciable de leurs conditions de travail ainsi que sur la reconnaissance de leur fonction d’enseignant, grâce à l’appui des chargés de cours des autres universités.

2Les mêmes préoccupations sont à nouveau soulignées dans le texte ci-dessous : reconnaissance de la nécessaire médiation des tuteurs, articulation de leur rôle aux concepteurs des cours, formation aux technologies, rémunération, charge d’enseignement, appréciation réaliste des qualifications requises. Ce texte présente les résultats d’entrevues menées auprès d’une vingtaine de tuteurs appartenant à quatre institutions de formation à distance au Québec et en Belgique, et d’un nombre équivalent de personnes membres des équipes de conception auxquels ils se rapportent. Un thème nouveau coiffe cependant tous ces témoignages, celui de l’invisibilité des tuteurs, dont le travail est méconnu et largement sous-estimé.

3Comme le constatait Yves Ardourel dès 2004 : « Si la fonction tutoriale est pleinement reconnue, le métier de tuteur l’est plus difficilement […]3 ». Il semble à la lecture de ce texte que guère de progrès n’ait été accompli. Pourtant, et de façon paradoxale, le tutorat à distance est bien visible depuis une dizaine d’années sur Internet avec le Blog de t@d créé par Jacques Rodet qui a donné lieu à de nombreuses publications4, tandis que le métier de tuteur à distance est maintenant bien caractérisé, notamment grâce aux travaux de Viviane Glikman5. Il semble donc que subsistent des zones d’ombre, particulièrement en ce qui concerne les relations et les communications difficiles des tuteurs avec les équipes pédagogiques. Un aspect demeure cependant énigmatique : si cette méconnaissance peut se comprendre dans des institutions vouées à la formation en présence où l’apparition de la formation à distance est récente, elle ne manque pas d’étonner de la part de l’une des universités étudiées, celle citée plus haut et souvent donnée en exemple pour la reconnaissance qu’y a obtenu son personnel de tutorat.

4Ce constat d’une stagnation des conditions de travail des tuteurs, voire d’un recul, est préoccupant. Dès lors, quelles pistes de solution ? Le texte évoque le débat relatif à la professionnalisation des tuteurs qui a cours en France, ainsi que la nécessité d’une formation à l’exercice de la fonction tutoriale, et il fait état des conditions de travail des tuteurs précaires et mal adaptées au développement de la FOAD, sans aller jusqu’à préconiser ce remède classique que serait la création d’une corporation professionnelle. Rendre visible la tâche des tuteurs, tel est le défi à relever qu’il propose en conclusion, en proposant une meilleure intégration aux équipes pédagogiques grâce à des rapprochements physiques. De façon quelque peu surprenante toutefois, le recours aux technologies de communication interactives n’est pas évoqué ici, alors que le texte souligne la nécessité de ce virage pour répondre aux besoins des étudiants.

5Au total, de nouvelles questions peuvent être posées à la lecture de ce texte. Est-il possible que la source de cette stagnation réside dans l’espoir d’une substitution de la médiation humaine par celle d’un tutorat intelligent ? Faut-il y voir la manifestation d’une résistance envers ce qui apparait comme une érosion du rôle professoral traditionnel ? S’agit-il d’une résistance à l’endroit de la FOAD, perçue comme le vecteur d’une orientation mercantile des universités ? Ou, plus profondément, d’une résistance envers la médiatisation de l’enseignement ? Ces questions sont névralgiques pour l’avenir des institutions universitaires qui pratiquent la formation à distance. Sans doute une consultation plus ample et plus approfondie, prenant en compte l’hétérogénéité des institutions, devra-t-elle être effectuée afin de valider ce diagnostic et de trouver les solutions appropriées.

Top of page

Notes

1 Guillemet, P. et Pelletier, S. (2005). Le tutorat à la Télé-université. Distances et Savoirs, 3(2), 207-230.

2 La lutte des tuteurs de la Téluq (2008). Fragments du Blog de t@d (volume hors-série, septembre 2008).

3 Ardourel, Y. (2004). Le rôle de la formation des tuteurs pour l’industrialisation du tutorat. Colloque EIFAD, CNED.

4 Rodet, J. BLOG de t@d, le réseau du tutorat à distance.

5 Glikman, V. (2012). Tuteur à distance - Cerimes.

Top of page

References

Electronic reference

Patrick Guillemet, « Qu’en est-il des tuteurs ? », Distances et médiations des savoirs [Online], 18 | 2017, Online since 18 June 2017, connection on 23 August 2017. URL : http://dms.revues.org/1834

Top of page

About the author

Patrick Guillemet

Télé-université du Québec, Montréal, Canada
pguillem@lycos.com

By this author

Top of page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org