Navigation – Plan du site

Éditorial

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin

Texte intégral

1Souvent, les questions de formation à distance sont abordées sous l’angle des dispositifs techniques à mettre en œuvre, des manières d’enseigner et d’apprendre en dehors de la règle des unités de temps, de lieu et d’action, des modes de communication induits par ce type de formation et des configurations organisationnelles qu’il requiert. Rares sont en revanche les recherches portant sur les représentations des utilisateurs et participants – enseignants, tuteurs et étudiants –, sur leurs attentes et sur leur vécu. Telle est la lacune que s’efforcent de combler plusieurs des textes de ce numéro de Distances et Médiations des Savoirs. Comme le lecteur en jugera par lui-même, ces textes sont instructifs aussi bien pour leurs apports théoriques que pour les précieuses indications qu’ils fourniront aux responsables et aux experts désireux d’implanter et d’améliorer les systèmes à distance.

2Probablement sera-t-on tout d’abord frappé par la place qu’occupent dans ce numéro les approches centrées sur les matières et les contenus. Si les considérations technologiques, pédagogiques, communicationnelles et organisationnelles peuvent ne tenir qu’assez peu compte de ce qui est enseigné et appris et en rester dès lors à un certain niveau de généralité, les recherches centrées sur le vécu des usagers insistent fortement, quant à elles, sur la – ou les – discipline(s) concernées et les exigences afférentes. Caractéristiques sont, à cet égard, les contributions de Jean-Michel Gélis sur l’enseignement des mathématiques à distance ainsi que la thèse d’Hussein Sabra dont rend compte Gérard Puimatto. L’expérience du lien entre vécu des usagers et contextualisation disciplinaire lorsqu’en 2010, est notamment l’objet du n° 3 du volume 8 de la revue Distances et savoirs, consacré à l’enseignement des langues1. Mais nous en recevons aujourd’hui une confirmation dont nous n’avons pas fini de tirer toutes les conséquences. Puisque nous parviennent en effet en nombre croissant des propositions d’articles faisant état d’usages de dispositifs de formation à distance solidement ancrés dans des contextes disciplinaires clairement identifiés, leur publication dans nos prochains numéros devrait nous fournir une excellente occasion de nous interroger sur ce qui, d’un niveau à l’autre, se gagne et se perd en compréhension des situations concrètes.

3Deuxième observation : les contributions que, selon notre procédure systématique d’évaluation anonyme, nous avons retenues pour ce numéro mettent fortement l’accent sur les discours des individus et sur les traces laissées par les usagers dans les dispositifs et les réseaux sociaux. Ainsi, dans son article sur « L’engagement des enseignants dans un dispositif d’enseignement à distance. Une étude de leur discours », Jean-Michel Gélis s’attache-t-il au témoignage de huit enseignants confrontés à une première expérience d’enseignement à distance, à partir d’un établissement de formation présentielle, l’IUFM de l’Université de Cergy-Pontoise. Il reconstitue la manière dont leurs démarches procèdent par essais et erreurs et comment ils parviennent à adopter les postures nécessitées par une forme d’enseignement à distance privilégiant les interactions. L’auteur met donc en évidence les difficultés rencontrées, les préoccupations et les enjeux liés à ce qui apparaît bel et bien comme une importante transformation des pratiques. Ses observations ont aussi une utilité pratique : elles aideront à la mise en place des conditions optimales pour faciliter, soutenir et accompagner les enseignants dans le développement de nouvelles compétences liées à l’enseignement à distance.

4Caroline Djambian et Serge Agostinelli, dans leur article intitulé « De la métis au e-learning : la médiation du rapport au savoir », se penchent sur la notion de compétence professionnelle et sur l’acquisition des compétences lorsque les environnements médiatés en modifient le rythme et les modalités d’acquisition. Ils exposent les notions clés touchant à la formation à une profession et à son exercice, s’attachant notamment à la manière dont la dimension expérientielle intervient dans l’apprentissage ; leur analyse porte sur un cas de transfert de connaissances techniques en entreprise et sur celui d’une formation universitaire à distance.

5Saïd Berrouk et Alain Jaillet s’intéressent à un autre vécu dans « Les fonctions tutorales : pour un déséquilibre dynamique » : le vécu des tuteurs confrontés à ce que ces deux auteurs définissent comme « les conceptions des fonctions tutorales les plus couramment citées par les chercheurs et experts du tutorat » et qu’organisent de grandes familles de fonctions : accueil, orientation, organisation, pédagogie, renforcement socio-motivationnel, évaluation, etc. Après avoir déterminé des indicateurs pertinents, constitué une grille d’observation des interactions et retenu huit formations à distance dans des pays du nord et du sud utilisant les plates-formes Moodle ou Univ-rct, ils analysent les échanges de 63 tuteurs. L’analyse de ces abondantes données leur fait constater d’importants décalages entre les discours des experts en tutorat et ce qu’ils observent de la réalité des interventions de tuteurs à distance. Il est possible que la dimension parfois un peu polémique de cette contribution suscite les réactions de certains de nos lecteurs : si tel est le cas, nous les accueillerons bien volontiers dans nos colonnes.

6Renata Varga, « Rapport au temps et orchestration des temporalités en formation », aborde un thème rarement traité et pourtant d’une grande importance : celui du temps dans la formation à distance. Elle propose une intéressante synthèse des réflexions qui ont eu lieu dans l’atelier qu’elle a co-animé dans le cadre du séminaire organisé par le Cned et la revue Distances et savoirs en mars 2012 et qui portait sur cette question de temporalité ; ce séminaire réunissait des praticiens et des chercheurs spécialistes de l’enseignement à distance. Non sans humour, elle fait part des difficultés qu’elle a rencontrées dans la gestion du temps au cours de l’atelier lui-même, ce qui l’a amenée à poursuivre ultérieurement les échanges avec certains intervenants. Les pistes qu’elle ouvre méritent d’être citées : « Il nous semble donc que la problématique posée dans notre atelier concernant l’orchestration des temps met en jeu un questionnement plus large incluant des facteurs psychiques internes et dépassant largement des questions organisationnelles et méthodologiques ».

7De l’apprenant il est centralement question dans l’article d’Emna Ben Romdhane, « Étude des pratiques d’utilisation d’une plate-forme pédagogique et analyse de leurs relations avec la satisfaction des étudiants à l’égard du système ». Constatant l’écart entre l’investissement massif mis dans les dispositifs de e-learning et les réticences et insatisfactions exprimées par les étudiants qui utilisent ces dispositifs, l’auteure vise un double objectif. Premièrement, elle rend compte des usages des fonctionnalités destinées à la transmission des contenus ainsi que des fonctionnalités de communication et de collaboration. Pour cela, elle recueille et analyse les traces laissées dans le système par les étudiants de trois établissements universitaires tunisiens, au cours d’une formation de quatre mois. Deuxièmement, elle étudie la relation entre les types d’utilisation (passive/active) de la plate-forme pédagogique et le degré de satisfaction des étudiants par rapport à cette plate-forme. Ainsi remarque-t-elle que le type et le niveau d’utilisation de la plate-forme dépendent du niveau d’études et de l’importance du module dans le cursus de l’étudiant. Elle observe aussi qu’au début, les fonctionnalités de communication et de collaboration sont moins sollicitées que celles de transmission des contenus et elle ajoute que les dispositifs pédagogiques mixtes présentent le grand avantage pour les étudiants de ménager l’articulation entre leur vie universitaire/professionnelle et leur vie privée. Pour la suite, elle signale la nécessité d’étudier l’évolution des comportements des usagers dans le temps et les mécanismes favorisant leur fréquentation des plates-formes pédagogiques.

8Nous avons souhaité, dans le précédent numéro de DMS, ouvrir des discussions se répondant d’un numéro à l’autre. Et c’est avec satisfaction que nous observons que Philippe Dessus, Gérard Puimatto et Monique Grandbastien reprennent et prolongent dans ce numéro-ci le dialogue « Médiation, médiations » engagé dans le numéro précédent par Daniel Peraya, Pascal Marquet, Thomas Hülsman et Pierre Mœglin. Toutefois, l’importance de la notion de médiation, lorsque savoirs et distances sont en jeu justifie que de nouveaux contributeurs se mettent à leur clavier et enrichissent un débat qui ne fait que commencer. Nos prochains numéros s’en feront l’écho.

  • 2 Les pays en développement à l’ère de l’e-learning , Christian Depover, François Orivel
    Téléchargeabl (...)

9Discussions encore, mais cette fois grâce aux réflexions livrées par deux « lecteurs » attentifs sur trois textes bien différents. Des deux notes de lecture proposées par Jacques Audran, la première, sur l’ouvrage de Muriel Grobois, Didactique des langues et technologies. De l’EAO aux réseaux sociaux, souligne que peu d’ouvrages récents portent sur ce thème, et rarement d’un point de vue didactique, ce qui en fait tout l’intérêt. La seconde porte sur un ouvrage de Christian Depover, et François Orivel, accessible en ligne2 Les pays en développement à l’ère de l’e-learning. Jacques Audran indique combien rares sont les ouvrages étudiant complémentairement le e-learning sous l’angle pédagogique et sous l’angle économique. Il conclut que si celui-ci intéresse prioritairement les application du e-learning dans les pays en développement, « les éléments de synthèse et les analyses proposées par les auteurs peuvent aussi éclairer les choix des pays du Nord notamment en démontant un certain nombre d’idées reçues reposant sur l’image de performance souvent négative qu’ont durablement installée les dispositifs de formation à distance anciens ».

  • 3 Contribution à l'étude du travail documentaire des enseignants de mathématiques : les incidents com (...)

10Egalement accessible en ligne3, la thèse soutenue en décembre 2012 par Hussein Sabra, Contribution à l’étude du travail documentaire des enseignants de mathématiques : les incidents comme révélateurs des rapports entre documentations individuelle et communautaire, fait l’objet d’une note de lecture détaillée de Gérard Puimatto : « la synthèse à propos des ressources (numériques) dans l’enseignement proposée par la première partie de la thèse peut être qualifiée de remarquable : ses modèles particulièrement riches et pertinents pourraient avec bénéfices être étendus à d’autres disciplines ». Et Puimatto de développer la question que nous avons formulée au départ sur les contextes disciplinaires : « on peut s’interroger sur la spécificité des mathématiques quant à ces considérations. (...) Chaque discipline a sa spécificité, profondément liée à sa nature et son épistémologie ; chacune a sa propre relation à l’information, au document, aux… ressources. Que dire de plus, sinon qu’il serait urgent de conduire des investigations analogues dans chaque discipline d’enseignement, afin de mieux décrire les modalités documentaires pertinentes pour chacune, peut-être même jusqu’à élaborer un nouveau volet de savoirs documentaires ? ». Voilà une invite qui, nous n’en doutons pas, ne manquera pas de stimuler nos lecteurs.

11Ultime richesse d’un numéro qui, on l’aura remarqué, en comporte beaucoup : selon la pratique inaugurée dans le numéro précédent, nous proposons à un auteur de nous ouvrir sa bibliothèque pour identifier ses références préférées, l’intérêt de l’exercice étant bien sûr de nous permettre de découvrir des auteurs qui ne sont pas forcément les plus cités. Ainsi Vassilis Komis nous propose-t-il ici sa bibliographie, « catégorisée de manière très subjective, du champ de l’enseignement à distance. Mis à part quelques références de base, les ouvrages proposés traitent des nouvelles formes d’enseignement à distance, médiatisées par les technologies informatiques. Une partie de cette bibliographie concerne l’apprentissage collaboratif médiatisé par ordinateur (CSCL) ». Nous le remercions bien vivement d’avoir joué le jeu.

12Au moment où nous achevions la préparation du premier numéro de DMS, en décembre 2012, nous apprenions avec une immense tristesse le décès d’Alain Payeur. Alain était un collaborateur régulier de la revue Distances et savoirs ; en 2007 il en avait coordonné un numéro mémorable, dont une partie des articles provenait d’un colloque international organisé à Paris par le Séminaire sur l’Industrialisation de la Formation (Sif) en décembre 2005. Pour le premier numéro de Distances et Médiations des Savoirs Alain avait produit une remarquable lecture critique (http://dms.revues.org/​155). Sa disparition est celle d’un ami et d’un précieux compagnon, d’un universitaire qui faisait honneur à la profession, d’un enseignant exigeant et conscient de ses devoirs et de ses responsabilités, d’un chercheur aussi fin que rigoureux, d’un homme généreux, auquel ses problèmes récurrents de santé n’ôtaient ni l’humour ni la bonne humeur.

13Nous lui dédions donc ce numéro et pour que chacun puisse encore se pénétrer de ses propos, nous vous invitons à lire ou relire l’éditorial qu’il avait rédigé pour le numéro de D&S en 2007. Bien plus qu’un éditorial, en réalité : une réflexion attentive et subtile sur le concept de distance. Celle-ci n’a rien perdu de son actualité.

Haut de page

Annexe

Savoir mettre de la distance…

Extrait de l’éditorial écrit par Alain Payeur pour le numéro 1, volume 5/2007 de Distances et savoirs, accessible à http://ds.revuesonline.com/​article.jsp ?articleId =9840

(…) L’intérêt que nous portons à la « distance », tient en grande partie, à nos yeux, à ce qu’elle permet d’approfondir l’hypothèse d’une tendance à l’industrialisation, une industrialisation sans doute polymorphe, se déployant dans le champ de la formation. C’est donc clairement dans le prolongement des travaux du Séminaire sur l’Industrialisation de la Formation que s’inscrit notre contribution, et ce numéro qui doit beaucoup à l’accompagnement accordé par plusieurs de ses membres, en premier lieu Elisabeth Fichez, que je remercie sincèrement.

Les lecteurs de la revue Distances et savoirs se souviennent nécessairement des premiers mots d’un article fondateur, ceux du premier éditorial de la revue : « Au cœur du savoir, la distance ». Monique Grandbastien, Pierre Mœglin, Martine Vidal, continuaient en ajoutant : « Les connaissances ne s’enseignent ni ne s’acquièrent sans transition ni médiation ».

À propos de la « distance », tout aurait-il été dit d’entrée de jeu ? D’une certaine façon oui, puisque pour savoir véritablement, il faut mettre de la distance. Mais encore : pour pouvoir penser – au centre de la connaissance - la distance… comment faire ?

Phrase inaugurale assurément, ce préambule invite explicitement à raviver un geste premier : celui, on le sait bien, de la coupure– de l’arrachement aussi – du monde sensible avec le monde intelligible. Ce mouvement vers le monde intelligible, celui des représentations et des idées, serait le mouvement même de l’accès au savoir. Toute acquisition de connaissances passerait par une mise à distance nécessaire, par la nécessité d’une distance qu’elle soit dite : recul, attitude critique, décryptage d’un ordre caché ou supérieur, ou encore ouverture, et même attente, voire reconnaissance, cette dernière pouvant même être scellée par une adhésion davantage fondée sur l’intuition que sur une démarche de la conscience claire ou de la raison. Mais, une fois posée cette tension spécifique du sujet, tension qui demande à être soutenue, encouragée, facilitée, comment rentrer dans l’ordre des choses ?

Comment déployer la diversité de ses manifestations ? Quitte à perdre une certaine hauteur de vue, comment rendre compte de la médiation éducative, cette rencontre d’un genre particulier ? Comment appréhender les figurations particulières, différenciables, de la volonté de savoir et qu’il est possible de ranger sous le registre de la « distance » ? Quoiqu’il nous faille admettre au préalable son importance « théorique », comment donc affirmer « la réalité empirique » de la distance prise dans la visée constitutive du savoir et en rencontrer la mouvance ? Quelles perspectives ouvrir pour accéder aux phénomènes et aux processus concrets, pour ne pas (re)dire « triviaux », et assurément multiples, changeants : processus d’apprentissage, de contrôle, de certification et de validation… autant de processus qui, dans les secteurs socialement organisés de la formation, en relèvent ? Comment entrer dans un examen pour ainsi dire généalogique, de la distance ? Comment saisir dans ses soubassements, une « distance » dont la difficulté tient à ce qu’elle serait au demeurant toujours « présente », s’il est vrai que, déjà, selon les mêmes auteurs : Distance et mise à distance sont partout nécessaires, y compris en présentiel ? 

Or, il se trouve que les expériences menées par les uns, les orientations données par d’autres, toutes activités actuellement fondées sur des recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et qui affectent le cadre du déploiement des facultés intellectuelles, offrent une opportunité de revenir sur la question du savoir, d’expliquer et de comprendre sa constitution, sa construction. Ces cadres d’action, en même temps qu’ils prennent corps et donnent un essor à des pratiques pédagogiques mises à l’épreuve des TIC et demandent une réorganisation des lieux d’institution de la formation, troublent les représentations jusqu’ici admises et provoquent du désarroi, c’est-à-dire favorisent les demandes d’élucidation, portent un besoin de réinterprétation. (…)

Nous vous invitons à poursuivre cette lecture : http://ds.revuesonline.com/​article.jsp ?articleId =9840

Haut de page

Notes

1 http://ds.revuesonline.com/article.jsp?articleId=15493

2 Les pays en développement à l’ère de l’e-learning , Christian Depover, François Orivel
Téléchargeable gratuitement sur le site : www.iiep.unesco.org
Lien direct : http://unesdoc.unesco.org/ulis/cgi-bin/ulis.pl?catno=218002&set=50EBDE47_2_209&gp=1&lin=1&ll=f

3 Contribution à l'étude du travail documentaire des enseignants de mathématiques : les incidents comme révélateurs des rapports entre documentations individuelle et communautaire, thèse en didactique des mathématiques de Hussein SABRA
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00768508

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin, « Éditorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://dms.revues.org/174

Haut de page

Auteurs

Martine Vidal

Articles du même auteur

Monique Grandbastien

Articles du même auteur

Pierre Mœglin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org