Navigation – Plan du site

Éditorial

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin

Texte intégral

1Voici, avec ce numéro varia, l’occasion d’ouvrir les pages de DMS au grand air et à l’air du temps. C’est-à-dire à la diversité des textes qui, spontanément, nous parviennent au long de l’année, qui relatent le travail de leurs auteurs et qui, bien sûr, marquent une étape importante pour eux, mais qui dessinent aussi les tendances nouvelles au sein de nos communautés scientifiques. Un varia recueille des articles qui ont fait l’objet d’échanges multiples avec des relecteurs. Ces articles ont pris leur temps et beaucoup du temps de leurs auteurs, mais en dehors du temps des calendriers et des appels à contributions. Certains de ces articles annoncent un travail original pas tout à fait achevé, personnel, parfois hors des sentiers balisés. D’autres proposent la synthèse ou l’aboutissement d’une démarche. Ils résument alors plusieurs années d’élaborations au rythme de leur auteur, qui n’est évidemment pas celui de la revue. Utilité et nécessité des varia, au moins une fois par an…

2Ce numéro-ci ne manque pas à la règle. Il soumet à ses lecteurs des contributions aux sujets très variés. Entre ces contributions, un point commun, néanmoins, dû à la place centrale que la distance occupe dans DMS : elles nous font voyager par-delà mers et océans. De fait, articles, retours d’expérience, entretiens, notes de lecture, appel à débats nous arrivent de quatre continents et de pays aussi différents que l’Algérie, le Bénin, le Cameroun et la Tunisie, le Québec et le Brésil, la Belgique, la France, l’Islande et le Portugal. Et, pour repousser encore ces horizons déjà lointains, l’Australie est indirectement convoquée par un témoignage sur les utilisations de The Conversation, tandis que la thésographie nous fait voyager entre Angleterre, Australie, Bénin, Colombie, États-Unis, Maroc, Suisse et Tunisie.

3La francophonie, on le sait, est très présente dans DMS tant par les articles qui y sont publiés que par l’origine des membres de son comité éditorial. Plus rares, en revanche, sont les productions en provenance de l’espace lusophone. Le présent numéro s’honore donc de faire connaître à ses lecteurs le travail important que Lia Raquel Olivieira (Universidade do Minho, Portugal) et Rosa Maria Dalla Costa (Universidade Federal do Paraná, Brasil) ont réalisé à partir de l’hommage que nous avions rendu à Geneviève Jacquinot-Delaunay, qui fut membre du comité éditorial de D&S, puis de celui de DMS, dans le n° 8 de 2014, « Provoquer, dit-elle... »1. En effet, lorsqu’au décès de Geneviève, nous entreprenions de rassembler en un numéro spécial des articles témoignant de la longue portée de ses apports, nous n’imaginions pas jusqu’où ces articles se rendraient. Lia Raquel Olivieira était l’auteure de l’un d’eux2. Avec conviction et ténacité, elle a, avec Rosa Maria Dalla Costa, prolongé le chemin ouvert dans DMS en traduisant en portugais et anglais l’ensemble des articles que nous avions publiés. Et ces traductions sont parues dans un numéro thématique de la revue scientifique brésilienne en ligne, Ação Midiática — Estudos em Comunicação, Sociedade e Cultura3.

  • 4 Ces textes sont ici publiés en portugais et en anglais dans un même fichier. L’intégralité du numér (...)

4À notre tour de reprendre ici leur introduction au dossier de ce numéro, précédée de l’introduction générale du numéro, rédigée par son rédacteur en chef, Hertz Wendel de Camargo. Ce dernier commente également en exergue le choix de deux photographies, la couverture du numéro et un insert en deuxième page, représentant l’une et l’autre, une route. La métaphore de la route convient bien, en effet, pour caractériser l’enseignement à distance en général et les travaux des chercheurs que nos revues diffusent en particulier. Merci à Lia Raquel Olivieira et Rasa Maria Dalla Costa, qui permettent ainsi à nos productions de faire route sans être arrêtées par aucune frontière4.

5L’article qui suit, de Serge Armel Attenoukon, nous amène au Bénin, et par son objet d’étude atteste de la pérennité des travaux de Geneviève Jacquinot-Delaunay sur l’audiovisuel. L’auteur s’est en effet interrogé sur le rôle que peuvent jouer les MOOCs et leurs capsules vidéo à l’Université d’Abomey-Calavi. Il a réalisé des entrevues exploratoires avec des enseignants et des apprenants. Ces usagers ont développé de nombreuses stratégies pour surmonter les problèmes techniques spontanément mis en avant, et dus aux instabilités électriques et aux faibles débits. Parmi les méthodes employées, l’utilisation des MOOCs en présentiel pour renforcer les formations, notamment avec les capsules vidéo.

  • 5 Wenger, E. (2005). La théorie des communautés de pratique : apprentissage, sens et identité (Fernan (...)

6Notre cheminement continue vers le nord. Pier-Ann Boutin et Christine Hamel étudient des collaborations développées dans le cadre du soutien au développement professionnel des enseignants québécois membres de l’équipe d’accompagnement de l’« École en réseau » (ÉER). Ce dispositif a été créé, il y a une quinzaine d’années, dans le cadre d’une initiative gouvernementale visant le maintien des écoles rurales sur tout le territoire québécois. Il s’agissait d’enrichir l’environnement éducatif de ces petites écoles éloignées. Ce dispositif est à présent ouvert à toutes les écoles du Québec, qui profitent ainsi de l’action d’une équipe de recherche et d’intervention. Par le biais d’un système de visioconférence, des réponses sont apportées aux enseignants et autres intervenants dans des écoles rurales, mettant en œuvre des activités collaboratives d’apprentissage. L’un des intérêts de cette contribution est d’analyser le processus de production d’un discours collectif par une communauté d’acteurs participant au soutien d’intervenants experts engagés dans le dispositif. Cette contribution s’inspire des notions de cadres de l’apprentissage social et de communautés de pratique selon Wenger (2005)5 ; elle prend appui sur l’analyse du corpus des interactions écrites sur un forum. Elle interroge en particulier la façon dont les enseignants, étudiants gradués et chercheurs ont participé et interagi sur ce forum de coélaboration de connaissances, où il s’agissait pour eux d’acquérir et conforter leurs pratiques d’accompagnement, d’enseignement et d’apprentissage. Mais le but de la contribution est aussi de mettre en évidence l’existence et le fonctionnement d’un processus de négociation de sens autour d’activités clefs au sein de l’ÉER.

  • 6 Deci, E.L. et Ryan, R.M. (2002). Handbook of self-determination research. Rochester : University of (...)

7Autre cas de construction collective, analysée par Hassen Ben Rebah et Georges Modeste Dabove : l’utilisation de Facebook comme plateforme d’échanges par des étudiants de l’Institut Supérieur des Études Technologiques de Mahdia (Tunisie). Ils commencent par indiquer que leur approche s’appuie sur la théorie de la motivation autodéterminée selon Deci et Ryan (2002)6, laquelle leur semble pertinente en FAD pour appréhender le comportement des apprenants. L’objectif de leur retour d’expérience est double : d’une part, identifier et comprendre les raisons des motivations autodéterminées chez ces étudiants ; d’autre part, examiner les conditions de l’intégration de Facebook comme plateforme de coconstruction dynamique de connaissances, dans le cadre formel de la formation. Motivation intrinsèque, donc, liée au plaisir et à la satisfaction personnelle d’avoir à mener une activité que l’on s’est soi-même donnée ; motivation extrinsèque, liée aux incitations du collectif à s’impliquer dans cette activité et à s’y montrer constant ; absence de motivation, enfin, lorsque les deux motivations précédentes ne s’exercent pas. Les résultats montrent que l’utilisation de Facebook renforce les sentiments d’autodétermination, de compétence et d’affiliation et que ces sentiments sont eux-mêmes déterminants sur le développement des motivations liées aux consignes de l’institution.

8À côté de ces pratiques collaboratives d’enseignants (québécois) et d’étudiants (tunisiens), un autre ensemble de pratiques fait également en ce numéro l’objet d’une contribution : les pratiques des tuteurs en FAD. Plus exactement, c’est aux représentations qu’ils se font d’eux-mêmes et à l’incidence de ces représentations sur leurs pratiques que s’intéressent Saïd Berrouk et Alain Jaillet. Leur article porte sur le second volet d’une analyse dont le premier s’intéressait à l’ensemble des interactions apprenants/tuteurs dans des formations à distance. En partant de la pression que met l’institution du point de vue de l’évaluation et de la maîtrise pédagogique du dispositif, leur recherche insiste sur l’écart entre la prescription et la réalité. Significatives sont, à cet égard, les conclusions des auteurs et la perspective d’un troisième volet : le tuteur tire de la place qu’il occupe dans le dispositif l’impression qu’il possède un « pouvoir démiurgique », qui conditionne la réussite ou l’échec de l’apprenant : « On peut se demander, si le tuteur ne porte pas au fond de lui une représentation de culpabilité par rapport à ce qu’il produit en termes d’implication des étudiants ».

9Ce n’est pas de sentiment de culpabilité qu’il s’agit dans le témoignage de Julien Falgas, mais de doutes. En l’occurrence, des doutes que nourrissent des professeures documentalistes stagiaires, à propos de leurs utilisations du média d’information numérique The Conversation, d’origine australienne, récemment introduit en France avec des contenus originaux. The Conversation France se présente comme un lieu de partage et de diffusion de savoirs portant sur l’actualité, générale et scientifique, ses articles étant issus de la collaboration entre les journalistes et des chercheurs. Julien Falgas est d’autant mieux placé pour rendre compte des usages de ce média que l’université de Lorraine à laquelle il appartient est très impliquée dans sa promotion et que lui-même y contribue personnellement. Sa recherche-action interroge les possibilités de renouveler les conditions et pratiques de la médiation, à la faveur de cette occasion nouvelle de rapprocher monde scientifique et enseignement scolaire. L’un des constats auxquels il parvient est que les professeures documentalistes éprouvent des difficultés à rendre compte des controverses scientifiques dont il est question dans le média. Mais il constate également que ses journalistes eux-mêmes ne sont pas non plus certains de le faire convenablement. Quant aux chercheurs, leur implication dans – et au service de – The Conversation témoigne d’une modification des représentations qu’ils se font de leur fonction et de leur place dans la société. Sans doute la recherche qui nous est présentée ici est-elle exploratoire. Il s’agit donc de n’en tirer aucune conclusion hâtive. Cependant, son intérêt est d’attirer l’attention sur l’intérêt porté aux questions de médiation scientifique, mais aussi sur l’incertitude qui, autour de ces questions de médiation, saisit semblablement et parallèlement trois professions : celle des documentalistes, celle des journalistes et celle des chercheurs.

10DMS manquerait à ses devoirs si elle ne s’efforçait pas de se faire aussi l’écho de pratiques discrètes, au sein d’institutions d’enseignement de petite taille, où la distance est entrée sans tambour ni trompette. Telle est la raison pour laquelle nous avons fait appel à Skype, lorsque nous avons appris qu’une collègue française, Camille Leblanc, menait ses recherches en Islande, s’y était installée, et enseigne à présent à Hólar University College (HUC). En compagnie de la rectrice d’HUC, Erla Björk Örnólfsdóttir, elle nous parle de cette université rurale, petite, mais néanmoins centre de recherche international dans ses spécificités, et de l’enseignement islandais à distance au niveau universitaire, qui remonte au début du XXe siècle. Elle nous explique aussi comment, pour sa discipline (aquaculture et écologie aquatique), une formation hybride (blended learning) a été mise en place en 2008, en sorte de répondre aux besoins d’étudiants exerçant une activité professionnelle dans la journée, mais aussi de ceux, nombreux, que la crise financière a amenés à reprendre des études. Aujourd’hui elle donne la plupart de ses cours à distance.

11Ce numéro s’est ouvert sur un retour vers les contributions de Geneviève Jacquinot-Delaunay qui s’avèrent visionnaires, notamment à propos de la télévision scolaire, il y revient avec la rubrique « Débat-discussion ». Bel exemple de continuités et d’évolutions que tous nos lecteurs sont invités à discuter et enrichir.

  • 7 Peraya, D. (2016) « Des universités se mettent à la distance », Distances et médiations des savoirs(...)

12En effet, dans chacun des quatre numéros de DMS parus en 2016, Daniel Peraya, chargé de la rubrique « débat-discussion », a incité les lecteurs à prendre de la distance et à éclairer par de brèves contributions de grandes questions d’actualité7. Les résultats étant à la hauteur de nos espérances, il renouvelle l’expérience aujourd’hui, cette fois à propos des capsules vidéo et des MOOC en général. Sa copieuse introduction ne doit pas décourager les contributeurs potentiels : elle vise à amorcer des échanges sur ce qui pourrait bien être un renouvellement de la télévision éducative. Un renouvellement touchant notamment aux aspects scénographiques ou filmographiques, plus rarement évoqués, s’agissant des MOOC, que les aspects didactiques, pédagogiques et socio-économiques. À vos claviers !

13Comme évoqué plus haut, un numéro varia accueille les propositions au fil de l’eau, et ce fil tisse parfois des coïncidences. Trois des quatre notes de lecture présentées par Gérard Puimatto traitent en effet du numérique dans l’enseignement en Afrique et dans les pays de la Francophonie. L’Agence Française de Développement (AFD), avec l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l’opérateur Orange, nous invite à un large tour d’horizon sur « Le numérique au service de l’éducation en Afrique ». Et cette même AUF, avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), nous propose de « Repenser la formation continue des enseignants en francophonie », alors que « Penser les TIC dans les universités du Maghreb » (Bacha J. et al.) fait état des travaux de quinze enseignants-chercheurs issus de quatre laboratoires. Voici une heureuse cohérence, à laquelle nous ne serions certainement pas parvenus si nous l’avions recherchée… Quant à la quatrième note, elle porte sur « L’ingénierie tutorale. Définir, concevoir, diffuser et évaluer les services d’accompagnement des apprenants d’un digital learning ». Dans cet ouvrage, Jacques Rodet réactualise et articule les principaux textes publiés dans son blog sous la forme de billets ou d’articles, afin de faire le point sur « ses idées et sa pratique », sur son projet d’ingénierie tutorale.

14Comme en chaque début d’année, DMS cite les thèses soutenues durant l’année précédente, dont les thèmes croisent son champ. Soutenues en France et en francophonie, signalées par les membres du comité éditorial de DMS ou repérées sur les archives ouvertes8, ces thèses sont classées par domaines disciplinaires, et accompagnées d’extraits des résumés proposés par les doctorants ou des commentaires des membres du comité qui les ont signalées. Cette année, s’ajoutent à la liste deux thèses soutenues en 2013 et 2015, lauréates du Prix Louis D’Hainaut9 dont DMS promeut régulièrement l’appel10. Une occasion de rappeler à nouveau l’intérêt de DMS pour les travaux des jeunes chercheurs.

15Un numéro varia, c’est aussi une longue patience lorsqu’il n’y en a qu’un ou deux par an, et qu’entre deux numéros thématiques, un auteur attend que son texte, pourtant parachevé, trouve sa place dans le varia annuel. L’attente est d’autant plus pénible lors des périodes-clefs de remises de dossiers divers, candidatures, soutenance d’HDR, alors qu’une publication de plus dans une revue qualifiante – comme l’est DMS – serait la bienvenue. Pour mieux accompagner ces temps longs et irréguliers, DMS a pris la décision de proposer au moins un numéro varia par an, et de publier ce numéro en fin d’année civile. Ce qui permet aux auteurs de planifier leur projet de publication en connaissance de cause et de soumettre leur article dans des délais compatibles avec les temps irréductibles des relectures et révisions éventuelles.

Haut de page

Notes

1 https://dms.revues.org/864

2 Lia Raquel Oliveira, « Vodcasting, quand les étudiants se présentent », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 8 | 2014, http://dms.revues.org/941 ; DOI : 10.4000/dms.941

3 http://revistas.ufpr.br/acaomidiatica/index

4 Ces textes sont ici publiés en portugais et en anglais dans un même fichier. L’intégralité du numéro 12 d’Ação Midiática est accessible en ligne, http://revistas.ufpr.br/acaomidiatica/issue/view/2261/showToc

5 Wenger, E. (2005). La théorie des communautés de pratique : apprentissage, sens et identité (Fernand Gervais, trad.). Québec, Canada : Les Presses de l’Université Laval.

6 Deci, E.L. et Ryan, R.M. (2002). Handbook of self-determination research. Rochester : University of Rochester Press.

7 Peraya, D. (2016) « Des universités se mettent à la distance », Distances et médiations des savoirs, 16 | 2016, http://dms.revues.org/1639

8 https://tel.archives-ouvertes.fr/ et http://theses.fr/

9 L’université de Mons (Belgique) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), à travers son Institut de la Francophonie pour l’ingénierie de la connaissance et la formation à distance (IFIC), s’associent pour décerner le Prix Louis D’Hainaut de la meilleure thèse de doctorat en technologie éducative.

Le Prix, annuel, a une vocation internationale et est ouvert à tout chercheur du Sud ayant obtenu une thèse de doctorat au sein d’une institution membre du réseau de l’AUF (du Nord comme du Sud).

Le sujet de cette thèse doit impérativement porter sur l’usage des technologies en éducation, indépendamment de la discipline d’appartenance, et doit constituer un apport à l’évolution des connaissances scientifiques dans le domaine.

10 http://dms.revues.org/1594

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin, « Éditorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://dms.revues.org/1737

Haut de page

Auteurs

Martine Vidal

Articles du même auteur

Monique Grandbastien

Articles du même auteur

Pierre Mœglin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org