Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Langues, littératies et technologies

À propos de Language, Literacy and Technology, par Richard Kern, Cambridge University Press, 20151
Christine Rodrigues
Référence(s) :

Richard Kern (2015), Language, Literacy and Technology, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 304p. ISBN : 9781107036482

Texte intégral

  • 1 Richard Kern (2015), Language, Literacy and Technology, Cambridge, Cambridge University Press, 2015 (...)

1Richard Kern est enseignant de français, spécialiste de l’apprentissage médiatisé par les TICE et l’acquisition des langues étrangères. Professeur à l’université de Berkeley, en Californie, également directeur du Berkeley Language Center depuis 2006, il est connu et reconnu dans le champ de la didactique des langues, notamment dans la recherche francophone en tant qu’auteur et coordinateur (entre autres, Develotte, Kern et Lamy, 2011 ; Develotte, Guichon et Kern, 2008). Il s’intéresse en particulier à la question de la lecture et de l’écriture.

2Dans son dernier ouvrage, rédigé en anglais, Richard Kern s’interroge sur la manière dont l’être humain voit son comportement, son vocabulaire, ses rapports au monde se modifier à travers l’usage des technologies. Pour lui, l’individu se situe bien au-delà d’une simple utilisation des outils numériques d’écriture et de communication. L’auteur analyse en effet ce qu’il appelle l’adaptation « éco-sociale » (p. 9) aux changements technologiques, et la manière dont cette adaptation se reflète dans l’utilisation de la langue, tout en étant façonnée par celle-ci. Il aborde également un autre point : les pratiques culturelles et les technologies ne sont pas déterminées l’une par l’autre, mais elles sont liées. La contribution de l’auteur est principalement axée sur les rapports entre l’homme et l’écriture. Il considère en effet que ce système de communication est évolutif : il n’est pas une simple représentation de l’oral, il s’enrichit, voire influence l’expression orale.

3Dans l’introduction, chacun des trois concepts constituant le titre est défini. On retiendra en particulier la description des littératies. Ce terme, qui désigne les compétences de lecture et d’écriture, étant plutôt récent dans le milieu francophone – l’orthographe variant comme le soulignait Jaffré en 2004 (litéracie et littéracie dans Miniac et al., 2004, et plus récemment littératie dans Guichon, 2015). La présentation de Kern pourra intéresser le lecteur notamment à ce titre. Pour lui, les littératies varient suivant le contexte culturel tout en étant également dépendantes de chaque individu.

4L’ouvrage est ensuite composé de dix chapitres, présentés en trois parties. « Designing meaning » (chapitres 1 à 4) présente au lecteur l’importance des outils, notamment, l’appropriation des technologies de l’information et de la communication (TIC) – de manière collective ou individuelle – en rapport avec l’utilisation de la langue.

5Dans la deuxième partie, « Interactions of the material, the social, and the individual » (chapitres 5 à 8), l’auteur emprunte des éléments à l’histoire des formes et techniques de l’information et de la communication (comme l’histoire de l’imprimerie, dans le chapitre 6, qui inclut, entre autres, l’invention du papier), afin d’analyser l’interaction entre ce qui tient du matériel, du social et de l’individu. L’histoire de l’écriture, dans le chapitre 5, nous indique notamment que l’écriture cunéiforme a été inventée non pour reproduire l’oral, mais pour des besoins administratifs. Par ailleurs, l’auteur nous invite à ne pas considérer les abréviations que l’on peut trouver dans la communication en ligne comme une dégradation de la langue, mais plutôt une marque d’identité et d’appartenance à des communautés ayant leurs propres discours. Il montre par exemple que c’est à partir de l’acronyme anglais « FAQ », et non de sa signification, que le choix des mots en français a été réalisé, « foire aux questions » n’étant pas la traduction de « Frequently Asked Questions ».

6Le contenu de ces premiers chapitres est réinvesti dans la dernière partie de l’ouvrage, « Educational implications », pour proposer cinq principes dans l’apprentissage des langues et les littératies, auxquels l’auteur fait correspondre cinq objectifs pédagogiques (synthétisés dans un tableau p. 223) :

  • la signification n’est pas autonome, mais située et liée au contexte (le sens s’actualise notamment dans l’interaction) ;

  • la langue, les littératies et la communication reposent autant sur ce qui est conventionnel que sur des inventions (les conventions elles-mêmes n’étant de toute façon pas statiques) ;

  • le médium utilisé a son importance (par exemple, le support d’un texte influence la manière dont son contenu sera perçu et interprété) ;

  • les textes sont toujours multimodaux (y compris les textes manuscrits en ce qu’ils présentent une dimension linguistique, graphique et spatiale) ;

  • la langue, les technologies et les textes jouent un rôle de médiateur entre le social et l’individuel, entre les individus et le monde réel et les mondes imaginés.

7Alors que le lecteur peut déjà apprécier les apports concrets de l’ouvrage dans le chapitre 9, le chapitre 10 vient compléter le raisonnement de l’auteur en suggérant de manière concrète la manière de procéder pour atteindre ces objectifs. Citons – parmi tant d’autres – l’exercice consistant à demander aux étudiants d’enregistrer des conversations dans divers contextes et d’observer des facteurs tels que l’influence du lieu où se trouve chaque interlocuteur sur son utilisation de la langue. Ce dernier chapitre offre ainsi en guise de conclusion l’occasion pour le lecteur de réfléchir à la manière d’appréhender les futures pratiques avec les technologies. Cela revêt pour Kern plus d’importance qu’une réflexion sur l’apport des TIC à la motivation et l’efficacité des apprentissages.

8Dans cet ouvrage, l’auteur se montre soucieux de décrire des faits historiques, des concepts, en expliquant des mots, en explicitant ses idées. Il apporte des connaissances pratiques, à travers des propositions et des conseils précis. Il étoffe ses propos à l’aide de citations, de nombreux exemples, y compris en français, certains illustrés, comme la preuve en images, via la photographie d’un arrêt de tramway grenoblois, que les « justiciers de l’orthographe » ne sévissent pas uniquement sur les réseaux sociaux pour créer de la communication sur la communication !

9Tout à la fois historique et contemporaine, conceptuelle et pratique, cette contribution intéressera étudiants comme enseignants, tant (mais pas uniquement) dans les domaines des sciences de l’information et de la communication que dans les sciences du langage (on ne s’étonnera pas d’y trouver des références à Ervin Goffman, Roman Jakobson, Gregory Bateson, Michel Foucault ou Alan Turing), aussi bien pour la définition de concepts, l’histoire du développement des outils de communication que la réflexion sur les TIC.

Haut de page

Bibliographie

Barré-De Miniac, C., Brissaud, C. et Rispail, M. (dir.) (2004). La Littéracie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture. Paris : L’Harmattan.

Develotte, C., Kern, R. et Lamy, M.-N. (dir.) (2011). Décrire la conversation en ligne : le face à face distanciel. Lyon : ENS Éditions.

Develotte, C., Guichon, N. et Kern, R. (2008). « “Allo Berkeley ? Ici Lyon… Vous nous voyez bien ?” Étude d’un dispositif de formation en ligne synchrone franco-américain à travers les discours de ses usagers ». Alsic. Apprentissage des langues et des systèmes d’information et de communication, 11(2). Repéré à http://alsic.revues.org/892

Guichon, N. (2015). « Quelle transition numérique pour les étudiants internationaux ? ». Alsic. Apprentissage des langues et des systèmes d’information et de communication, 18(1). Repéré à http://alsic.revues.org/2793

Jaffré, J.-P. (2004). La litéracie : histoire d’un mot, effets d’une notion. Dans C. Barré-De Miniac, C. Brissaud et M. Rispail (dir.), La Littéracie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture. Paris : L’Harmattan, 21-41.

Haut de page

Notes

1 Richard Kern (2015), Language, Literacy and Technology, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 304p. ISBN : 9781107036482

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Rodrigues, « Langues, littératies et technologies », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dms.revues.org/1520

Haut de page

Auteur

Christine Rodrigues

Université Clermont Auvergne, Université Blaise Pascal, EA 999, Laboratoire de Recherche sur le Langage
BP 10448, -63000 F CLERMONT-FERRAND, France
Christine.RODRIGUES@univ-bpclermont.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org