Navigation – Plan du site

La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ?

The digital mediation of heritage: which knowledge in museums?
Patrick Fraysse

Résumés

En poursuivant des recherches en cours sur les médiations culturelles innovantes au musée, participant ainsi aux réflexions menées actuellement en Sciences de l’information et de la communication (SIC) sur la médiation culturelle et ses diverses typologies, nous souhaitons enrichir la définition de ce processus, en nous intéressant ici aux dispositifs numériques de plus en plus nombreux aujourd’hui dans les musées. Derrière la fausse évidence d’une médiation généralisée, les dispositifs informatiques en réseau ou dispositifs numériques de médiation culturelle interrogent les pratiques des usagers, visiteurs de musées, tout en brouillant les frontières entre numérisation et accès aux collections, patrimoine réel et patrimoine numérique, transmission/valorisation et appropriation/partage.
L’enquête a permis de repérer des dispositifs numériques qui hésitent encore entre information, médiation et communication. Les entretiens menés auprès de deux responsables de services éducatifs de deux musées toulousains soulèvent la question des savoirs proposés par les musées : des savoirs scientifiques issus de l’étude des objets, des savoirs techniques véhiculés par les objets médiateurs ou les dispositifs et les savoirs empiriques des publics.

Haut de page

Texte intégral

1La médiation est souvent définie comme un processus ternaire mettant en rapport « un sujet, un support d’énonciation et un espace de référence » (Caune, 1999, 170). Mais elle est souvent présentée de manière tronquée, les auteurs et les acteurs du patrimoine et du numérique insistant plutôt sur les présentations d’outils et mettant en avant un de ces trois éléments que nous nommerons ici objet, dispositif et public. Généralement, dans ces discours d’escorte de la médiation numérique, c’est le support d’énonciation, c’est-à-dire le dispositif, qui est au cœur des préoccupations. Or, plus qu’un outil et donc qu’un « entre-deux médian », la médiation passe « par toutes sortes de degrés reliant différents pôles [l’objet, le tiers, le public] » (Régimbeau, 2011, 96). Le support d’énonciation, même quand il est numérique, ne suffit pas à définir la médiation de manière globale.

  • 1 Le projet d’Observation des médiations culturelles innovantes (OMCI) au musée des Augustins de Toul (...)

2En poursuivant des recherches en cours sur les médiations culturelles innovantes au musée1, participant ainsi aux réflexions entamées en sciences de l’information et de la communication (SIC) depuis une trentaine d’années sur la médiation culturelle et ses diverses typologies (Davallon, 2004), nous souhaitons enrichir la définition de ce processus, en nous intéressant ici aux dispositifs numériques de plus en plus nombreux aujourd’hui dans les musées. Derrière la fausse évidence d’une médiation généralisée, les dispositifs informatiques en réseau, ou dispositifs numériques de médiation culturelle, interrogent les pratiques des usagers, visiteurs de musées, tout en brouillant les frontières entre numérisation et accès aux collections, patrimoine réel et patrimoine numérique, transmission/valorisation et appropriation/partage.

3C’est ainsi que, distinguant les problématiques d’accès et de valorisation des objets de celles de leur réception par les publics, nous avons tenté de comprendre ce qui se cache derrière cette expression de « médiation numérique ». De quoi parle-t-on réellement quand on évoque le numérique dans les pratiques de médiation culturelle au musée ? Quels dispositifs documentaires ou techniques sont mis au point au service de quels usages ? Et finalement quels savoirs rencontre-t-on au musée grâce à ces dispositifs numériques de médiation ?

4À partir de l’offre globale d’outils numériques des musées et de l’observation de quelques dispositifs de médiation numérique proposés dans deux musées toulousains (musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse et musée des Augustins, musée des Beaux-arts de Toulouse), il s’agira de déterminer la place véritable que prend aujourd’hui le numérique dans la médiation culturelle. De la mise en ligne du catalogue des œuvres ou de fiches pédagogiques à la création de sites web et l’utilisation d’une myriade de médias sociaux, comment envisage-t-on la médiation numérique du patrimoine dans les discours et dans la réalité ? La médiation numérique est-elle une autre manière de communiquer le patrimoine ou tient-elle une place singulière dans l’offre de médiation des musées ?

  • 2 Nous avons choisi ces deux musées toulousains qui sont au cœur du projet OMCI cité plus haut. Les e (...)

5L’étude proposée ici est fondée sur l’analyse de dispositifs numériques de médiation de musées archéologiques et sur une enquête auprès des responsables de deux musées toulousains. Nous avons d’abord rassemblé un ensemble d’exemples de médiations, puisés dans différents musées en France qui mettent en œuvre des dispositifs numériques. Dans un deuxième temps, nous avons interrogé les responsables des services des publics et des services éducatifs des deux musées toulousains cités pour recueillir leur avis sur la notion de médiation en général et sur la médiation numérique en particulier2.

6Après les rappels théoriques sur la notion de médiation et ses déclinaisons, documentaire, culturelle et numérique, nous essaierons de comprendre comment le numérique, entre information et communication, est entré au musée et quelles conséquences cela peut avoir sur les savoirs proposés ou véhiculés dans les musées.

1. Les trois pôles de la médiation

7Ce que nous appelons aujourd’hui médiation numérique du patrimoine, dans la littérature spécialisée ou dans les médias, regroupe un ensemble d’objets ou de dispositifs qui permettent l’accès à des informations ou à des ressources et un partage des avis des acteurs et des publics.

8Réfléchir à la médiation numérique à partir des outils numériques de médiation, c’est aussi requestionner cette notion de médiation qui est tellement convoquée dans le domaine du patrimoine et du tourisme culturel que le danger de « médiationnisme » (Gellereau, 2013), c’est-à-dire de tout voir ou de tout interpréter à partir de la médiation, est réel. En effet, si tout est médiation, comment définir cette notion ?

La fausse neutralité du tiers médiateur

9Rappelons d’abord que la notion de médiation désigne à la fois une situation médiane, un tiers entre deux pôles et le lien lui-même ou l’action de liaison. Plusieurs auteurs ont proposé des éléments d’explications que Viviane Couzinet (2014), d’une part, et Marie-Christine Bordeaux et Élisabeth Caillet (2014), d’autre part, ont récemment rappelés. Ces deux dernières mettent par exemple en avant que la réception au sens « d’activité culturelle créative […], est passée sous silence au bénéfice du thème de l’accès à la culture et de la quête de nouveaux publics » (Bordeaux et Caillet, 2014, 149). Les acteurs du patrimoine se préoccupent en effet davantage de l’offre d’outils de médiation et des possibilités d’accès par le numérique à ces documents renouvelés que des avis, envies et représentations des publics. Or, la boucle de médiation, pour être complète, met en présence trois éléments, l’objet, le public et le tiers médiateur, que ce soit une personne, un document ou un autre dispositif complexe. Les « supports de description du processus d’information-communication » (Jeanneret, 2009) ne doivent pas cacher l’activité qui est un autre versant de la définition de la notion de médiation : « l’activité productive et créative qui consiste à intervenir sur le cours de la communication en lui apportant une dimension nouvelle » (Jeanneret, 2014, 13).

  • 3 Jeanneret Yves, dans la présentation de la collection Communication, médiation et construits sociau (...)

10En définissant simplement la notion de médiation comme étant une situation médiane, un tiers entre deux pôles et le lien lui-même ou l’action de liaison, les professionnels du patrimoine ne montrent pas assez que ce passage entre les deux pôles est aussi une transformation, qui n’est pas neutre : « La médiation est beaucoup plus que ce qu’il y a au milieu, elle élabore ce qu’elle médiatise » (Debray, 2000). Yves Jeanneret abonde dans ce sens : « le terme médiation désigne […] l’espace dense des constructions qui sont nécessaires pour que les sujets, engagés dans la communication, déterminent, qualifient, transforment les objets qui les réunissent, et établissent ainsi leurs relations. Pratique qui n’est jamais ni immédiate ni transparente. Ces constructions relèvent à la fois d’une logistique (la médiation exige des conditions matérielles), d’une poétique (la médiation, qui n’est pas simple transmission, invente des formes) et d’une symbolique (la médiation ne fait pas que réguler, elle institue). La création et l’évolution des dispositifs médiatiques contribuent à ces processus […] »3.

11Il y aurait donc la constitution d’un troisième pôle, logistique, celui des dispositifs ou des objets médiateurs. Le chemin se complexifie. Dans les musées, donc, la médiation intervient pour désigner « la mise en public » des idées ou des objets (Montpetit, 2011). Pour Daniel Jacobi (1999), la médiation muséale correspond à toutes les formes d’intervention à caractère culturel organisées à l’attention des visiteurs. Elle est médiation dans la mesure où elle se situe entre le patrimoine et les publics avec la volonté de contribuer, aussi bien à favoriser le moment de plaisir de la découverte ou un temps de délectation, qu’à faciliter le travail d’appropriation de connaissance.

12Mais le médiateur n’est pas ou n’est plus un simple intermédiaire qui se contente de réciter un discours automatique comme cela a pu être le cas dans les musées. Aujourd’hui « les maillons intermédiaires sont beaucoup plus que des moyens termes » (Debray, 2000), ils interagissent avec les objets qu’ils traduisent, d’une part, et avec les publics, d’autre part, qu’ils comprennent. Pour Élisabeth Caillet la médiation culturelle c’est à la fois du savoir et de la présence (Caillet, 1994), c’est-à-dire un dialogue entre les objets, le public et les médiateurs.

La place du numérique dans le processus de médiation

13De nombreux auteurs font le constat de la professionnalisation de la médiation, dans le domaine culturel, comme travail de traduction (Gellereau, 2013). La médiation c’est d’abord des médiateurs qui conçoivent des situations ou des moments de partage élaborés avec des objets de la culture s’opposant à l’idée, chère à André Malraux, d’une appréhension spontanée de l’œuvre. Mais aujourd’hui cette idée qui consiste à penser qu’il suffit de mettre en contact les œuvres et le public pour que le lien se fasse automatiquement est parfois réactualisée par celle de l’accès généralisé et facilité par le numérique. La matérialisation de l’appropriation intellectuelle est aujourd’hui proposée par la construction de nouveaux objets de médiation, numériques. Ces objets numériques de médiation mixent d’une part ceux de l’art, de la création, de l’invention scientifique et technique et d’autre part ceux de la consommation culturelle ou les objets pédagogiques.

14Mais alors, comment parler des objets de musée, qui sont eux-mêmes des objets médiateurs de l’ailleurs et du passé (des objets décontextualisés), au moyen d’autres objets médiateurs, des documents, des dispositifs aujourd’hui numériques dont il faut apprendre le maniement, la langue, un autre savoir et des médiateurs qui eux aussi proposent de nouveau leur vision ? Comment penser la médiation, entre communication et information, entre deux mondes, deux situations, une collection et un public ? La médiation permet de comprendre, d’avoir une vue d’ensemble de la richesse et de la complexité des interactions entre les mondes, celui des collections ou du lieu qu’est le musée et celui du public. Questionner la médiation numérique nous amène aussi à comprendre la médiation par rapport aux notions voisines d’information et de communication.

2. Médiation numérique, entre information et communication

  • 4 Rajoutons aussi la copie et la reproduction : moulage, dessin, estampe, photographie, microphotogra (...)

15Le patrimoine s’est constitué par un regroupement d’objets dans des espaces de conservation (archives, bibliothèques, musées) et par la création de documents qui décrivent ces objets. Les étapes de cette « documentarisation » du patrimoine, d’abord livresque, puis monumentaire4 et aujourd’hui numérique, mettent en évidence des acteurs et des types de diffusion ou d’accès variés. Le rapprochement actuel entre les institutions patrimoniales publiques, qui ont beaucoup œuvré dans la première documentarisation du patrimoine, et les industries culturelles qui inventent les univers numériques contemporains, est aujourd’hui un champ d’études fécond (Fèvres de Bideran et Fraysse, 2014). Nous pouvons ainsi observer un mouvement d’hybridation des formes de documentation, d’édition, de communication et de médiation et la mise en place de nouvelles manières de penser les rapports entre les institutions du patrimoine et leurs publics. Les gestionnaires du patrimoine ne se contentent plus, en effet, d’offrir au public toute la palette des supports classiques imprimés ou multimédias qui traduisent plus ou moins efficacement les collections que le visiteur découvre. Elles tentent d’utiliser ces outils dans la réflexion autour de la médiation. Mais ces pratiques et ces recherches sont encore balbutiantes. Il y a encore un écart entre les discours souvent enthousiastes autour du numérique et la réalité des pratiques. On constate en effet sur le terrain que des entreprises classiques de documentation ou de communication sont qualifiées de médiations au prétexte qu’elles utilisent des outils numériques. Quelques expériences de médiation mettant en œuvre le numérique font tout de même leur apparition dans le paysage muséal.

Information numérique

16Depuis une vingtaine d’années, une grande entreprise dite de numérisation des collections des fonds anciens des bibliothèques, des manuscrits les plus précieux des centres d’archives et des objets des musées est en cours. Cette numérisation des collections consiste d’abord à constituer des banques de données et des banques d’images. L’État s’est bien entendu engagé dans ce processus et propose des données patrimoniales numérisées en augmentation constante, à tel point qu’aujourd’hui on parle de bibliothèques numériques ou de musées virtuels pour qualifier ces entreprises documentaires. Car, il faut avant tout parler de documentation à propos de ces banques de données numériques. Gallica, Européana, Joconde ou Mérimée sont autant de noms célèbres de ces banques documentaires numériques constituées par les équipes de scientifiques et de documentalistes à la Bibliothèque nationale de France, à la Direction des musées ou à l’Inventaire général pour ne citer que quelques exemples. En région, les initiatives sont également nombreuses et les bibliothèques et musées de Toulouse par exemple ont créé, eux aussi des sites web sur lesquels on peut trouver des catalogues en lignes et des banques d’images montrant l’ensemble ou une partie de la collection. La bibliothèque de Toulouse propose ainsi une bibliothèque numérique baptisée Rosalis depuis octobre 2012 et les musées Saint-Raymond et des Augustins ont chacun un double numérique sur la toile qu’ils ont actualisé en 2011 et 2013 (Fraysse, 2012). Ce même mouvement de réflexion autour du numérique est mené dans le domaine des monuments historiques autour de leur numérisation dans le cadre de ce que certains ont nommé les « humanités numériques » qui tentent de combiner les disciplines, la science informatique (STIC)5 et les humanités « anciennes » (littérature, histoire, arts, etc.). Il ne s’agit donc pas seulement de numériser des collections et des documents, mais de créer un mouvement de réflexion, d’usages, de création autour de ce nouveau « patrimoine numérique » en construction6 et donc d’envisager une véritable action de médiation impliquant concrètement les usagers.

17Prenons un exemple concret de numérisation des collections au musée des Augustins de Toulouse : la numérisation des dossiers d’œuvres et leur diffusion sur Wikimédia7. La documentaliste du musée nous dit utiliser les plateformes Wikimédia (Wikipédia, Wikimedia Commons, Wikidata) « pour publier les ressources documentaires relatives au musée et à ses collections en faisant appel à l’intelligence collective de contributeurs externes à l’institution » (Molinié, 2013). Ainsi le processus de documentation des œuvres du musée est aujourd’hui partagé avec les usagers. Il ne s’agit plus de faire, mais de faire faire en supervisant les opérations. Dans cette perspective de partage, le professionnel acquiert une position d’expert et de contrôle du travail du public. Il supervise diverses actions sous la forme d’ateliers : ateliers de formation, ateliers de contribution, versements d’images et de métadonnées, etc. : « En s’ouvrant aux pratiques collaboratives du web 2.0, le travail de médiation documentaire revêt une nouvelle dimension qui favorise l’interaction, l’appropriation et la réutilisation des œuvres par le public, tout en poursuivant sa participation aux missions fondamentales muséales en termes d’étude, d’accessibilité et de diffusion des collections du domaine public et de démocratisation culturelle. » (Molinié, 2013)

Communication numérique

  • 8 Comme le dit joliment Jean-François Sibers dans « La médiation numérique, l’art et la manière de fa (...)

18Numériser les collections est donc la première action entreprise dans les musées et c’est à partir de ce noyau documentaire qu’une communication numérique s’est peu à peu mise en place. Ce « patrimoine numérique » est alors soumis à de multiples utilisations et place les professionnels de ces structures culturelles face à une injonction communicationnelle (Welger-Barboza, 2003). Compte tenu des sommes engagées par les pouvoirs publics dans cette numérisation généralisée (re-documentation) du patrimoine, ces derniers voient en effet leur activité se transformer : l’étude experte des collections des musées et leur mise en valeur documentaire sur le web se doublent de plus en plus souvent d’une communication (il faut faire savoir ou donner envie et même « faire chanter les sources »8) et d’un programme d’animation (il faut partager, permettre une appropriation des publics). Ce faisant, les équipes des musées ne font que répondre aux dispositions de la loi des musées de 2002 qui institue officiellement le service des publics dans chaque musée bénéficiant du label « musée de France ».

19Les musées communiquent aujourd’hui avec leurs sites web, en étant présents sur les réseaux sociaux numériques ou en participant à des entreprises d’envergure, par exemple celle proposée par Google. Le Google Art Project est un service mis en ligne en février 2011, permettant de visiter virtuellement différents musées, dont le musée d’Orsay en France. Il s’agit donc d’une visite virtuelle, c’est-à-dire que, depuis son ordinateur, l’internaute va avoir accès au musée, à ses salles, « comme si on y était », en zoomant sur tel tableau ou telle sculpture. Nous avons affaire, là encore, à une problématique de l’accès qui se double de la possibilité d’utiliser un outil innovant.

20Nous ne pouvons pas donner ici une liste exhaustive des initiatives de numérisation du patrimoine ou des possibilités d’accès, plus ou moins innovantes (puisque numériques) aux collections, mais l’exemple de Wikipédia au musée des Augustins illustre l’utilisation communicationnelle que le musée peut faire de cette activité documentaire d’étude « participative » des collections. En plus d’être présent sur la toile, le musée investit efficacement une plateforme de partage de contenu qu’il assimile à un réseau social numérique.

  • 9 C’est une photo de soi prise par soi-même, autrement dit un autoportrait, réalisée le plus souvent (...)
  • 10 #MuseumSelfie au @MuseeAugustins hashtag corporate hashtag pausecafépourdefaux (Dans le bleu - A. B (...)

21D’autres médias sociaux sont mis à profit par les deux musées toulousains observés. Le musée Saint-Raymond a, par exemple, une politique de mise en visibilité du musée, de ses collections, mais surtout des activités qui se déroulent au musée, sur des plateformes de partage ou des réservoirs d’images comme Flickr, Instagram et Pinterest. Ici, l’objectif n’est plus documentaire même si on manipule des documents visuels. Ce n’est plus le documentaliste qui agit, mais le chargé de communication. L’objectif est donc communicationnel. On utilise ces images dans une « stratégie numérique » de diffusion des traces de l’activité du musée. Ces banques d’images ne sont pas travaillées dans un but d’informer, de documenter la collection. Il s’agit de parler du musée, de faire parler les internautes, de susciter le débat. D’autres outils numériques sont convoqués dans cet objectif, la gamme ne cesse de s’étoffer : Facebook et Twitter en tête. Ce dernier est un bon moyen de solliciter l’intérêt des usagers (pour le musée ou pour l’outil Twitter lui-même ?). Les live-tweets à l’occasion d’un vernissage ou d’une murder party au musée sont presque devenus des classiques du genre. Poster un « selfie »9 est actuellement plus « tendance », mais l’effet de mode va sûrement vite passer. Les Augustins ont ainsi posté quelques images à l’occasion du museum selfie day10. Les retombées média attendues ont sûrement été très appréciées. Nous avons déjà analysé cette tendance à la conversation dans les musées (Fraysse, 2012) avec l’apparition d’un nouveau métier au musée, celui de community manager qui organise, fait circuler la parole, sur les réseaux.

22Même si l’exemple de la rédaction des fiches Wikipédia au musée des Augustins est intéressant et procède effectivement d’une intention de médiation, nous pouvons constater qu’il est difficile de trouver des exemples de « médiation numérique », c’est-à-dire sollicitant le public au moyen d’un dispositif numérique, dans un objectif de partage et d’appropriation des œuvres et non de simple diffusion ou de communication, faisant appel à ces médias dits sociaux. Un autre exemple au musée Saint-Raymond tente de s’en approcher. L’opération, baptisée « à vos souhaits », permet de recycler une animation classique, celle de faire choisir au public l’œuvre du mois. Le principe est simple, chaque mois, on sort des réserves une œuvre qui fait l’objet d’une présentation et d’animations. Ici le musée renouvelle une activité de médiation en sollicitant les visiteurs sur place, bien sûr, mais aussi les internautes qui peuvent voter via la page Facebook ou le compte Twitter du musée. Les usagers « non visiteurs », éloignés du musée peuvent ainsi participer et profiter ensuite des commentaires, des images sur Instagram, etc. Un outil de communication peut ainsi, d’une certaine manière, faciliter une action de médiation. Mais pouvons-nous dire pour autant qu’il s’agit de « médiation numérique » ? Cette question étant posée, nous ne disons pas ici que c’était l’objectif affiché. Cependant, nous remarquons que l’expression « médiation numérique » est souvent employée dans ce genre d’activités qui procèdent davantage soit de l’information-documentation, soit de la communication. Avec ces réalisations, ces numérisations de collections, ces opérations de communication, nous constatons une confusion entre une véritable médiation numérique, dans le sens d’une médiation culturelle faisant appel au numérique, et la mise en place ou l’utilisation de dispositifs ou d’outils d’accès et de mise à disposition. Valoriser, diffuser et communiquer, ce n’est pas encore ou complètement proposer une médiation culturelle.

Quid de la médiation numérique au musée ?

23Dans notre enquête auprès des deux musées toulousains, nous n’avons pu observer, parmi les expériences de médiation qui intègrent le numérique, que des exemples de médiations classiques se révèlent être des médiations documentaires sur support numérique. C’est le cas aux Augustins avec les pistes son, destinées aux audioguides, qui sont réutilisées et mises à disposition sur le site ou sur l’application mobile. Le numérique est présent à travers l’outil informatique ou multimédia ou à l’occasion d’événements éphémères quand un flashmob11 conclut un concert d’orgues dans l’église12 et qu’il est retransmis en direct sur les réseaux ou quand une animation vidéo redonne des couleurs à un sarcophage dans la salle de sculpture gothique13. Ce sont des moments particuliers de la programmation d’animation du musée qui permettent ces expérimentations intégrant du numérique. D’autres musées bénéficiant de moyens financiers ou de partenariats internationaux ont développé et transformé leur équipement d’aide documentaire à la visite. Au Louvre, par exemple, les audioguides ont été remplacés par des consoles Nintendo. Ce nouvel audioguide sur Nintendo 3DS offre plus de 35 heures de contenus audio et vidéo. Interviewés et enregistrés dans les salles du musée, les spécialistes du Louvre, conservateurs et conférenciers, « vous expliquent de manière vivante et spontanée les œuvres et le palais qu’ils connaissent si bien »14. Là encore, on transfère sur support numérique et interactif des contenus classiques, mais on espère toucher les plus jeunes en leur fournissant un outil familier et ludique.

24Même si nous n’en avons pas observé dans les deux musées toulousains, des expériences innovantes (c’est-à-dire numériques) ont été tentées ailleurs. C’est le cas notamment de l’opération Museomix tentée depuis 2013 dans plusieurs musées en France et au Québec. Ce dispositif15 dont le slogan est « people make museum » est proposé par un collectif de médiateurs culturels, de geeks, de passionnés, qui propose de redéfinir le musée en le transformant en un lieu ouvert « où chacun trouve sa place », en un laboratoire d’expérimentation « qui évolue avec ses utilisateurs », et en un vaste réseau (dont il serait la tête de pont) rassemblant ses communautés. En 2013, six musées ont accueilli la manifestation, sorte de challenge des médiations numériques au musée, en faisant travailler des designers, des makers, des codeurs, des experts de contenus, des communicants, pour créer en équipe une cinquantaine de prototypes numériques de médiation. Ces réflexions in situ, au cœur même des salles des musées, sur la conception de dispositifs d’échange, de partage, d’interprétation des collections par le numérique permettent d’inverser la vision traditionnelle de la médiation culturelle. Ce qui prime, ce n’est plus l’objet de patrimoine, mais les connaissances, les représentations et les souhaits du public.

25Ces nouveaux outils de présentation du patrimoine sont en général accompagnés d’un discours performatif sur les technologies (interopérabilité, recherche et développement culturel, etc.)16 et transfèrent des technologies et des réflexions issues du monde de la culture scientifique et technique, plus enclin à manipuler ces objets, dans le monde des musées classiques. Ces univers virtuels sont des mises en scène du savoir historique ou archéologique à partir des publics et de leurs envies. Il s’agit de passer petit à petit d’une offre de contenu (historique, archéologique, artistique) à une offre de contribution ou de participation. Avec le numérique, les responsables et les médiateurs souhaitent transformer les publics qui ne devraient plus être seulement spectateur, mais devenir aussi acteur.

26L’offre de médiation numérique au musée, on l’a vu, est plutôt verticale et documentaire. L’expérience Museomix inverse la perspective en proposant plutôt une participation active du public et en promettant une appréhension différente du musée. Mais, devant ces bouleversements en train de se faire, on est en droit de se poser la question des savoirs proposés au musée. Qu’apprend-on au musée finalement ? À quoi servent tous ces dispositifs numériques et ce déploiement d’énergie ?

3. Quels savoirs au musée ?

27À la question posée aux responsables des services des publics et des services pédagogiques des deux musées toulousains, « quels savoirs au musée ? », les réponses nous ont permis de constater que plusieurs types de savoirs sont présents. Ceux que nous qualifions de savoirs du musée, puis de savoirs des publics et enfin de savoirs des médiateurs. Autrement dit, nous proposons un retour vers les trois pôles de la médiation pour souligner la relation entre un lieu et les objets qu’il conserve, les publics et le tiers médiateur qu’il soit humain ou technologique.

Les savoirs du musée

28Le musée Saint-Raymond est le musée des Antiques de Toulouse, c’est-à-dire le musée archéologique, le musée de l’Antiquité, le musée de la Tolosa antique. Le musée des Augustins est, quant à lui, avant tout un musée des Beaux-Arts qui couvre une large période, du Moyen Âge au XIXe siècle et qui présente essentiellement des tableaux et des sculptures. Les savoirs du musée sont issus des objets conservés et du regard scientifique que les spécialistes en proposent. C’est donc l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie au musée Saint-Raymond et au musée des Augustins. Ailleurs, bien sûr, on parlera de botanique ou de zoologie au Museum ou de technologies des transports à l’Aérothèque… Quelle que soit la nature des objets rassemblés au musée, la première mission est celle de sauvegarde et de transmission. Arrachées à leur contexte d’origine, les œuvres doivent être ensuite étudiées et documentées.

  • 17 Entretien avec la professeure d’arts plastiques, chargée du service éducatif du musée des Augustins (...)

29Les premiers savoirs auxquels on pense, donc, quand on évoque le musée, ce sont ceux des spécialistes des objets. Ces objets sont analysés, disséqués, observés, décrits minutieusement par les équipes scientifiques qui en reconstituent la genèse et les replacent dans leur contexte d’origine. Ce premier discours du musée est un discours scientifique. Il part de l’objet : « On travaille sur les œuvres, donc on traite des savoirs en histoire de l’art, on travaille aussi en documentation sur les collections permanentes ou les expos temporaires. »17 Dans le discours du musée, le travail scientifique est tout de suite relié à la documentation.

30Le travail de documentation au musée consiste d’abord à élaborer ou enrichir la documentation sur les œuvres en créant ou complétant les dossiers d’œuvre. Ces dossiers qui documentent, renseignent les objets présentés dans les salles du musée sont une préoccupation quotidienne de l’équipe scientifique (conservateur, régisseur, chargé de la collection). Le récolement décennal entraine la constitution de banques de données aujourd’hui informatisées et le recours à des vocabulaires normalisés de description des mobiliers et des sites archéologiques ont abouti à la constitution de corpus de vocabulaires, de banques de données ou de langages documentaires constitués en système de signes conçus spécialement pour l’exploitation de la documentation muséale (Fraysse, 2013). La rédaction des catalogues des collections et l’organisation d’expositions temporaires sont également l’occasion d’enrichir, de compléter ce savoir scientifique sur les collections.

  • 18 Entretien avec la professeur de lettres classiques, chargée du service éducatif du musée Saint-Raym (...)

31L’autre savoir du musée est directement lié au lieu et non plus aux objets. C’est le lieu en tant que bâtiment qui peut avoir une histoire particulière (un ancien hôpital médiéval transformé en collège d’étudiants au XVe siècle pour le musée Saint-Raymond et un couvent de religieux augustins pour les musées des Beaux-Arts), ou le lieu en tant qu’institution qui est mis en avant dans le discours. Le musée peut aussi servir à l’apprentissage de la citoyenneté, de la responsabilité, du vivre ensemble. L’importance du musée comme institution est soulignée par la plupart des personnes que nous avons interrogées : « pour comprendre les œuvres, il faut comprendre ce qu’est un musée en tant qu’institution, espace, lieu. »18

32À l’origine, c’est aussi un lieu pour les artistes, pour apprendre, pour expérimenter, pour dessiner. Cette dimension d’éducation du musée est fondamentale, à côté de la conservation, de l’étude des œuvres, de l’exposition… Les musées sont ainsi passés, au cours de leur histoire, de la formation artistique à l’éducation, puis à la mé­diation. Ce passage de l’étude des objets à leur présentation au public a petit à petit mis en place les conditions d’une inversion, d’un changement de perspectives. On part désormais aussi des publics (Bordeaux, 2013).

Les savoirs du public

33Aujourd’hui c’est le visiteur qui est au centre des préoccupations des responsables des services des publics, ce qui paraît une évidence. Le musée essaye donc de prendre en compte les préoccupations, les représentations, les niveaux de compréhension des publics. Il ne va pas raconter la même chose, ni de la même manière à des élèves de CM2, des étudiants en Histoire de l’art, des touristes ou des malvoyants. Chaque catégorie de visiteur va être prise en compte avec ses spécificités et ses attentes.

34Par ailleurs, sont aussi visés des publics qui n’ont pas l’habitude de fréquenter ces lieux culturels, par exemple les adolescents ou les publics dits du champ social. Le musée va donc imaginer des activités en fonction de ces publics particuliers, en s’adaptant à leur culture, « culture jeune », ou à leur pratique culturelle (bande dessinée, cirque, lecture, etc.). Le médiateur est quelqu’un qui « s’intéresse » – au sens plein du terme, comme le rappelle Élisabeth Caillet, par l’étymologie de inter-esse, « d’être avec, au milieu de, en plein dans » – à ce qu’il veut transmettre mais aussi à qui il le transmet : « Le sens qu’il a trouvé dans l’objet, la collection, le bâtiment dont il fait la médiation, il le retravaille avec son sens à lui. Il invente un sens, un même objet peut avoir différents sens selon les médiations dont il est l’objet. » (Caillet, 1994, 54)

35Il s’agira donc de « décloisonner » le musée, de « désacraliser » les collections, d’ouvrir les salles à tout le monde, de faire en sorte que le musée devienne un lieu de vie. Dans cette perspective, le point de départ est le visiteur. La médiation va proposer des activités, c’est-à-dire du « voir » et surtout du « faire » plus que des savoirs, ou plutôt d’autres types de savoirs que des savoirs « académiques ».

Les savoirs des médiateurs

36L’approche par les médiations met donc en avant les savoirs des publics mais aussi ceux des médiateurs. Les deux professeurs détachés de l’Éducation nationale que nous avons rencontrés proposent des savoirs scolaires issus de leurs propres disciplines, les lettres anciennes (latin) d’un côté (au musée Saint-Raymond) et les arts plastiques de l’autre (au musée des Augustins). Les savoirs mobilisés sont donc les textes (littérature grecque et latine, mythologie, etc.), les arts plastiques, la composition, le volume, les couleurs, la lecture d’image.

37Du côté du numérique, ne propose-t-on pas d’abord des médiations des savoirs techniques, numériques ou des outils ? Dans les exemples que nous avons évoqués plus haut, nous voyons apparaître des savoirs documentaires et numériques. L’expérience Wikipédia au musée des Augustins permet aux élèves qui ont participé à l’expérience d’acquérir des savoirs du documentaliste (écriture de métadonnées, résumés, mots-clés).

38Les utilisateurs des outils numériques, les tablettes proposant de la réalité augmentée, les bornes de serious games, les consoles de jeu, manipulent d’abord des objets-outils. Ils doivent donc d’abord acquérir ou mettre en œuvre des habiletés techniques et numériques : cliquer, naviguer dans un menu, etc. Ici, nous n’envisageons plus en premier l’objet-œuvre d’art, ni le public, mais bien le dispositif, le support de la médiation, la machine qui va faire écran entre le public et l’objet-expo.

39Si l’objectif affiché de ce qui est nommé aujourd’hui « médiation numérique » est de créer du lien, donner du goût et du sens, c’est plutôt dans les nouveaux lieux de culture scientifique, comme Cap sciences à Bordeaux, le Quai des savoirs à Toulouse, la Casemate à Grenoble, que cela se pratique ou que de nouvelles expériences innovantes voient le jour. Ces nouveaux points de contacts avec le public orientent les pratiques de l’économie du savoir vers l’économie de la contribution. Ces mises en scène de la connaissance, en offrant un design du savoir avec ces mondes virtuels, ces dispositifs de réalité augmentée et ces serious games, questionne la médiation par ces nouvelles manières de faire à partir des outils numériques qui viennent s’interposer (mediare = s’interposer) entre la culture et les publics (OCIM, 2014).

Conclusion 

40La médiation numérique ne devrait pas être confondue, comme c’est souvent le cas avec la communication d’une structure culturelle, mais correspondre réellement à des pratiques spécifiques qui se situent quelque part entre un discours scientifique (conservation, étude scientifique des collections) qui a de plus en plus de mal à s’imposer, un discours communicationnel (plan de communication des actions menées, utilisation des réseaux sociaux) très présent et la construction de connaissances proposée à chacun des visiteurs. La médiation numérique n’est pas non plus une autre manière de s’informer, ou de créer des documents en passant du support imprimé au support numérique. C’est peut-être une troisième voie en construction qui pourrait s’incarner dans ce que nous proposons de nommer un discours de médiation du musée.

41En ce sens, et de manière plus générale, nous pensons que la médiation permet d’inverser le cheminement vers le savoir. Dans le triptyque que nous avons dessiné (objet-dispositif-public), nous ne partons plus de l’objet mais du public. Nous n’envisageons plus en premier de partir du savoir « académique » du musée, du discours scientifique, mais du savoir de l’usager, du profane. Ce que nous pouvons désigner comme « médiation numérique », suite à cette enquête, c’est bien la mise en place du troisième pôle de la médiation, le pôle logistique des dispositifs techniques qui doivent permettre d’accéder au savoir du musée. Le fait que ce dispositif soit numérique n’est finalement pas le plus important.

42En somme, si, ce que les acteurs du patrimoine nomment « médiation numérique », donne accès à des informations, cela ne permet pas totalement d’accéder au savoir du musée. Aujourd’hui, la médiation numérique c’est donc d’abord la possibilité d’accès et c’est aussi l’information elle-même, les données parfois brutes et les récits qui sont fabriqués à partir de ces données. Mais il y a encore du chemin pour arriver au savoir que chacun doit s’approprier pour le transformer en connaissances.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bordeaux, M.-C. (2013). Du service éducatif au service culturel dans les musées. Bulletin des bibliothèques de France, 3. Repéré à http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0018-003

Bordeaux, M.-C. et Caillet, É. (2014). La médiation culturelle : pratiques et enjeux théoriques. Culture et musées (hors-série), 139-164.

Bertrand, A.-M. (2013). Médiation, numérique, désintermédiation : une nouvelle astronomie ? Bulletin des bibliothèques de France, 3. Repéré à http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0023-004

Caillet, É. (1994). L’ambiguïté de la médiation culturelle : entre savoir et présence. Publics et musées, 6, 53-73.

Couzinet, V. (2014). Tendances de la recherche française en sciences de l’information documentation : médiations et documents. Dans K. De Carvalho et M.I. Barreira, As transformações do documento no espaço-tempo do conhecimento (p. 35-51). III Coloquio Internacional da Rede MUSSI, Salvador (Brasil), 10-12 de noviembre de 2014. Salvador : Universidade da Bahia, Instituto de Ciência da Informaçao.

Davallon, J. (2004). La médiation : la communication en procès ? MEI « Médiation et information » : revue internationale de communication, 19, Médiations et médiateurs, 37-59. Repéré à http://www.mei-info.com/wp-content/uploads/revue19/ilovepdf.com_split_3.pdf

Debray, R. (2000). Introduction à la médiologie. Paris : PUF.

Fèvres de Bideran, J. et Fraysse, P. (2014). How Heritage Circulates and is Appropriated Usuing Digital Resources: the Case of « Enhanced Monuments ». Dans B. Saou-Dufrene, Heritage and Digital Humanities (p. 213-223). Berlin : Lit Verlag.

Fraysse, P. (2012). Toulouse numérique et patrimoine 2.0 : mémoires, médiations et animations du patrimoine toulousain. Dans Réseaux et processus info-communicationnels :
médiations, mémoires, appropriations (p. 303-312). Actes de la 2e Journée scientifique internationale MUSSI, 24-26 octobre 2012, Rio de Janeiro.

Fraysse, P. (2013). Monument et document au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse. Culture et musées, 21, 67-87.

Gellereau, M. (2013). Pratiques culturelles et médiation. Dans S. Olivesi, Sciences de l’information et de la communication (2e éd., p. 25-42). Grenoble : PUG.

Jacobi, D. (1999). La Communication scientifique ; discours, figures, modèles. Grenoble : PUG.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jeanneret, Y. (2009). La relation entre médiation et usages dans les recherches en information-communication en France. RECIIS, 3. Repéré à http://www.reciis.icict.fiocruz.br/index.php/reciis/article/viewFile/753/pdf_140
DOI : 10.3395/reciis.v3i3.276fr

Jeanneret, Y. (2014). Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris : Éditions Non standard.

Molinié, C. (2013). Comment un musée contribue sur Wikipédia : retour d’expérience au musée des Augustins de Toulouse. Repéré à http://blog.wikimedia.fr/comment-un-musee-contribue-sur-wikipedia-retour-dexperience-au-musee-des-augustins-de-toulouse-5635

Montpetit. R. (2011). Médiation. Dans A. Desvallées et F. Mairesse, Dictionnaire encyclopédique de muséologie (p. 215-233). Paris : Armand Colin.

OCIM (2014). Les dispositifs numériques dans les musées. La Lettre de l’OCIM, 152.

Régimbeau, G. (2011). Médiation. Dans C. Gardiès, Approche de l’information-documentation, concepts fondateurs (p. 75-114). Toulouse : Cépadues.

Welger-Barboza, C. (2001). Le Patrimoine à l’ère du document numérique. Du musée virtuel au musée médiathèque. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Le projet d’Observation des médiations culturelles innovantes (OMCI) au musée des Augustins de Toulouse que nous pilotons dans le cadre de l’équipe Médiations en information-communication spécialisées (MICS) du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) consiste à confronter les réflexions des chercheurs en Sciences de l’information et de la communication sur la notion de médiation aux pratiques des professionnels du patrimoine et aux acteurs du musée des Augustins.

2 Nous avons choisi ces deux musées toulousains qui sont au cœur du projet OMCI cité plus haut. Les entretiens menés étaient des entretiens semi-directifs destinés à recueillir la parole des acteurs du musées et leur avis sur la notion de médiation en général et de la place du numérique dans les actions de médiation. Nous avons souhaité aussi élargir la réflexion à d’autres musées ou monuments qui ont mis en place des dispositifs numériques de médiation, en illustrant notre propos d’exemples concrets de médiation numérique, mais en nous focalisant sur le patrimoine bâti et les musées archéologiques de manière à pouvoir procéder à des comparaisons utiles.

3 Jeanneret Yves, dans la présentation de la collection Communication, médiation et construits sociaux des Éditions Hermès-Lavoisier.

4 Rajoutons aussi la copie et la reproduction : moulage, dessin, estampe, photographie, microphotographie antérieure, parallèle et postérieure au monumentaire

5 Sciences et technologies de l’information et de la communication, c’est-à-dire l’informatique, pour le dire vite et éviter des confusions avec les SIC

6 Voir état des lieux du numérique culturel dans http://www.rencontres-numeriques.org/2013/mediation/?action=restitution

7 http://www.augustins.org/-/wikimedia

8 Comme le dit joliment Jean-François Sibers dans « La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources… » sur le carnet de recherche Com’ en Histoire. [En ligne] http://cehistoire.hypotheses.org/192 [consulté le 25 septembre 2014]

9 C’est une photo de soi prise par soi-même, autrement dit un autoportrait, réalisée le plus souvent avec un téléphone portable tenu à bout de bras.

10 #MuseumSelfie au @MuseeAugustins hashtag corporate hashtag pausecafépourdefaux (Dans le bleu - A. Beaury-Saurel) pic.twitter.com/Ns6xzVx1y7

11 Terme anglais renvoyant à une pratique collective consistant au rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance avant de se disperser rapidement.

12 Le 12 octobre 2012 lors de la semaine des étudiants https://www.youtube.com/watch?v=zmyryIjxtAU

13 Le 14 mai 2011 à l’occasion de la nuit des musées.

14 Texte de présentation de l’outil sur le site du Louvre http://www.louvre.fr/l-audioguide-du-musee

15 http://www.museomix.org/

16 Voir le programme Inmédiats, innovation médiation territoire : http://inmediats.fr/ qui regroupe ces nouveaux lieux de la culture scientifique et technique (Cap sciences à Bordeaux, le Quai des savoirs à Toulouse, Casemate à Grenoble, etc.)

17 Entretien avec la professeure d’arts plastiques, chargée du service éducatif du musée des Augustins, le 31 mars 2014.

18 Entretien avec la professeur de lettres classiques, chargée du service éducatif du musée Saint-Raymond, le 28 mars 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fraysse, « La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ? », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://dms.revues.org/1219 ; DOI : 10.4000/dms.1219

Haut de page

Auteur

Patrick Fraysse

Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS MICS)
Université Paul Sabatier, Toulouse

patrick.fraysse@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org