Navigation – Plan du site

L’accessibilité web comme porte et enjeu de médiation des savoirs

Web accessibility as a doorway and issue for knowledge mediation
Vincent Liquète

Résumés

Comme l’indique le rapport de l’Union européenne de 2009, l’accessibilité web aux ressources numériques a pour objectif de « mettre le web et ses services à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique et leurs aptitudes physiques ». Malgré la présence de nombreuses normes, le WCAG ou le RGAA en France, les développeurs web en charge des sites et de la mise à disposition de ressources numériques intègrent encore peu ces normes et ces logiques informationnelles. Nous nous appuierons dans un premier temps, sur les résultats d’une enquête nationale menée en 2013 (Lespinet, Liquète, Pinède et al.) montrant les représentations et la nature des freins actuels et réfléchirons, dans un second temps, en quoi l’approche par la médiation des savoirs sous l’angle de l’accessibilité reste une dimension à interroger. Le postulat que nous évoquerons serait, entre autres, de dépasser les approches informationnelles orientées « usages » pour considérer plutôt une approche orientée « interactions producteur(s)-usagers », où une part des médiations consisterait à lutter contre les représentations et les blocages des acteurs gérant et mettant à disposition les documents numériques dans les systèmes d’information et sur les sites web.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi la multiplicité des réflexions sur les activités ou les dispositifs à vocation de médiation, la question de l’accessibilité aux ressources numériques est progressivement évoquée ; notamment en France depuis 2005. En effet, la loi nationale du 11 février 20051 sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » a profondément changé le domaine de la santé et des soins, et, au-delà de ce périmètre, la question de l’accessibilité de tous les citoyens à l’information en ligne et/ou numérique. Cet élargissement progressif de la notion de handicap, notamment vis-à-vis de l’accessibilité, a provoqué un changement sémantique majeur : l’adoption de la notion de « personnes en situation de handicap » (Boriolo et Laub, 2007 ; Van Lancker, 2008). Cette nouvelle dénomination permet de dépasser la vision purement biologique et médicale du handicap. En effet, ce nouveau point de vue met en évidence le rôle de l’environnement et ses contraintes comme étant à l’origine de la situation de handicap. Ainsi, nous pouvons supposer, par extension, qu’un environnement numérique non ou faiblement accessible met de facto l’usager en situation de difficulté et de fortes contraintes informationnelles. De nombreux décrets d’applications ont suivi cette loi, et ceci dans une multiplicité de domaines aussi variés que ceux de l’architecture, du transport, de l’éducation et de la production numérique. Plus récemment, en ce qui concerne l’accès aux informations numériques, le décret français RGAA2 paru en 2009 fait état des obligations concernant l’accessibilité pour les sites Internet administratifs et publics, dans la lignée des premières préconisations de l’e-administration. Le RGAA est très largement inspiré du WCAG 2.0.3 qui correspondent aux normes internationales d’accessibilité numérique. Un des inventeurs du web et directeur du W3C, Tim Berners-Lee, définissait l’accessibilité web en ces mots – largement repris par tous : « mettre le web et ses services à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique et leurs aptitudes physiques ». Aussi, ces normes expliquent clairement comment concevoir un site web accessible à travers une série de préconisations et visent progressivement à ce que tout site web accessible joue un rôle facilitateur d’accès et de médiation des savoirs, en rendant l’information et les services qui lui sont liés disponibles et intuitifs au plus grand nombre. Par exemple, lorsque l’on intègre une image dans un site web, cette image doit alors posséder a minima une alternative textuelle et un descriptif ; idem, pour les documents sonores ou ceux en langue étrangère.

1 - L’accessibilité web au cours de notre étude

2Deux types d’accessibilité nous intéressent dans cette contribution : celle en termes de navigabilité et d’ergonomie générale (centrée design) sur les sites web hébergeurs de données d’information et de documents, mais également, celle qui interroge la facilité et l’enrichissement des contenus mis à disposition depuis les sites.

3Force est de constater que la délimitation depuis 2005 et la définition de l’accessibilité web sont souvent perçues de manière limitative et restreinte aux seules personnes en situation de handicap, comme le soulignent Afchain et Lancereaux, dès 2003. Or, de nombreux auteurs et acteurs ont montré que l’accessibilité du web, des sites et des ressources numériques sont des leviers qui peuvent non seulement faciliter l’accès au savoir et à la vie des personnes en situation de handicap, mais aussi améliorer la qualité globale des sites destinés à l’ensemble des internautes (Adam et Kreps, 2009), au-delà des seules logiques mercantiles, de design visuel et d’identité graphique. En effet, autour de l’accessibilité se joue la question de la portabilité des sites, de leur référencement, des offres de service, de l’ergonomie ou de la visualisation positive par l’ensemble des publics. Ainsi, l’accessibilité web est devenue la problématique de l’accès à une diversité de services et de contenus en ligne, non seulement pour les personnes en situation de handicaps, mais, plus largement, pour les seniors, élargissant en cela la question à l’ensemble des utilisateurs ordinaires. L’accessibilité vise par la suite, à optimiser la diffusion de l’information à tous, à permettre l’efficacité et l’autonomie en matière de navigation, ceci quel que soit le navigateur, le support considéré ou les capacités mobilisées par l’utilisateur. De ce fait, réduire l’accessibilité à son caractère légal et « coercitif » en le cantonnant à une catégorie d’utilisateurs désignée, comme les handicapés, serait donc une fausse voie. Dès lors, les acteurs du web pourraient considérer l’accessibilité comme une source d’opportunités et de développement, optimisant de surcroît les capacités de médiation des systèmes d’information et des sites, en cherchant également le rapprochement entre les offres et les pratiques informationnelles ordinaires des usagers.

4L’approche accessibilité que nous revendiquons se limite à un cadre d’accès aux ressources et aux conditions de navigation plus restreint que dans les approches génériques des architectures de l’information. L’approche par les architectures de l’information (lire AAI) se centre a minima sur 3 niveaux et types d’activités : la hiérarchisation des contenus, la conception du système de navigation, enfin, l’accessibilité de l’information. Ainsi, l’accessibilité n’est qu’une composante d’un ensemble multiple et complexe centré également sur les outils de navigation et la mise en optimisation de la gestion de l’information (lister, hiérarchiser, indexer, etc.). Dans l’AAI, l’accessibilité s’envisage comme devant rendre les contenus d’information compatibles entre eux, designer les contenus des sites afin notamment de conserver, voire renforcer, l’identité digitale de l’organisation concernée, tout en facilitant de surcroît l’accès et la lecture des contenus proposés. Au-delà, l’AAI cherche à développer la structure et l’offre d’informations avec des technologies pérennes, permettant d’envisager une forme de durabilité de la gestion et de l’affichage de l’information (Liquète, 2013).

5Cependant, comme l’ont montré Lazar et al., dès 2004, il semblerait que les développeurs de sites se considèrent comme relativement peu concernés par ces enjeux. Les idées fausses sur l’accessibilité du web sont très fréquentes et circulent au sein des communautés professionnelles. Lazar et al. évoquent que selon les développeurs, l’accessibilité concernerait uniquement les personnes atteintes de déficits visuels, les sites accessibles seraient peu attractifs, la mise en œuvre de l’accessibilité serait difficile et coûteuse, elle ne concernerait qu’un public restreint (donc commercialement peu viable), etc. Ces représentations stéréotypées et négatives feraient que l’engagement professionnel autour de ces questions serait minimaliste, voire inexistant.

  • 4 eAccessibility of Public Sector Services in the European Union (2005). Rapport de l’UK Presidency o (...)

6Par ailleurs, le développement et l’amélioration des interfaces graphiques et la croissance des potentialités techniques rendent les sites de plus en plus performants et attractifs, mais paradoxalement deviennent de véritables obstacles à la navigation, à la lisibilité et plus largement à l’accès aux informations pour les personnes en situation de handicap, les publics non avertis, les personnes faiblement infolettrées, etc. Ainsi, l’accessibilité est une posture professionnelle concernant tout autant les dimensions physiologiques qu’intellectuelles du rapport à l’information. Cette augmentation exponentielle d’offres attractives de l’information amplifie paradoxalement les difficultés de mise en œuvre des normes d’accessibilités pour les développeurs et les acteurs de l’information en ligne, et accroît les difficultés de navigation et d’accès aux informations pour les internautes à usages empêchés (Adams et Kreps, 2009). Dès 2004, Fagan indique que malgré l’existence de normes, très peu de sites restent accessibles, ne permettant pas alors à une personne en situation de handicap ou en déficience d’accéder pleinement aux contenus informationnels de l’Internet. Certaines enquêtes4, par exemple effectuées dans l’espace européen, évoquent le fait que moins de 20 % des sites évalués respecteraient les normes d’accessibilité internationales (WCAG version 1.0 puis 2.0).

7Dès lors, en questionnant cet entre-deux qu’est la médiation numérique et technique, entre les producteurs de contenus et les usagers internautes, il nous a semblé opportun d’évaluer la réalité des pratiques professionnelles des acteurs du web autour de la question de l’accessibilité, d’apprécier l’évolution des perceptions positives/négatives déjà étudiées voilà une dizaine d’années dans divers travaux (comme Afchain et Lancereaux, 2003 ou Lazar et al., 2004) et de voir comment pouvait évoluer favorablement la prise en compte de l’accessibilité web dans la réalisation des interfaces et dispositifs numériques. L’objectif de cette enquête par questionnaire de 2013 était donc de comprendre et de mettre en exergue les freins et les préjugés éventuels nous permettant notamment d’interroger dans un second temps la question de l’accès aux savoirs et aux formes de médiation (non) engagés. Des tendances et des résultats obtenus, nous ne pouvons qu’interroger ensuite la notion même des médiations des savoirs ; en effet, dans quelle mesure l’accès aux documents et aux informations est-il progressivement revisité ? Quelle position est finalement appelée à jouer le professionnel de l’infodocumentation, voire plus largement les acteurs de l’information médiée ?

2 - L’accessibilité en tant qu’enjeu de médiation des savoirs

8Le concept de médiation, qu’elle soit documentaire ou numérique, au sein des sciences de l’information et de la communication (SIC), sous-entend l’idée d’intermédiaire, de lien entre un individu et un contexte collectif comme un groupe d’usagers, une communauté, une communauté professionnelle, etc. Force est de constater qu’à elle seule, l’accessibilité web et/ou ressources, même normalisée, ne peut suffire à résoudre les nombreux problèmes d’accès et d’appropriation de l’information. Les médiations numériques et documentaires en tant que médiation des savoirs revendiquent le positionnement et la participation d’un tiers, entre les gisements d’information et les usagers. Ce tiers, cet entre-deux, peut prendre la forme d’une interface technique, comme d’un ensemble de méthodes, de démarches et d’individus qualifiés, faisant office de relai dans la chaîne de recherche et d’appropriation des savoirs. Ainsi, réfléchir à l’impact de l’accessibilité sur ces accès aux savoirs, revient à considérer qu’accéder à l’information, n’est pas qu’une préoccupation de facilité d’accès aux contenus, mais d’amélioration pour tous du schéma de communication entre les acteurs et entre les outils et interfaces à disposition. Nous mesurons, dès lors, la délicate question de l’accessibilité, car non seulement les résultats de notre enquête montrent un réel évitement de cette question chez les développeurs et producteurs du web, mais lorsque celle-ci est considérée, elle ne peut cependant pas se substituer intégralement à l’accompagnement médié.

9Au-delà de l’accessibilité générale des sites web, il s’agissait pour nous de penser fondamentalement et concrètement la question de l’accès aux contenus numériques et à l’ensemble des ressources pédagogiques didactisées utilisées par ces professionnels, téléchargeables et utilisables, sans autre difficulté que de pouvoir les repérer, les utiliser et en disposer. Or, la problématique de l’accessibilité interroge également l’offre d’usage et d’appropriation de ressources qui restent souvent peu modifiables, ne pouvant être retravaillés, voire partagées dans des milieux d’apprentissage, professionnel, ou des communautés d’intérêts. Ainsi, penser la production de contenus accessibles est en soi un questionnement sur la médiation nécessitant de concevoir l’accessibilité en amont de la mise à disposition de ressources, mais également en aval, après et en fonction des retours d’expériences et des analyses d’usages opérées. En effet, l’accessibilité, plus qu’un état, est une posture professionnelle intégrée à ses pratiques de référence, tout au long des procédures de travail et de réactualisation des savoirs engagées. Dès lors, au-delà des problèmes de compatibilité et d’interopérabilité des systèmes ou des questions d’ergonomie et de navigabilité des espaces web et numérique mis à disposition, doivent être considérés également les éléments constitutifs d’une médiation informationnelle raisonnée. Ces éléments organisés autour d’outils, de documents, de dispositifs constituent des « technologies intellectuelles » (Goody, 1979) dans le sens où ils permettent de donner corps aux opérations de classement, de construction par la pensée, et donnent à voir le contenu en décontextualisant dans l’espace et le temps. Ils organisent ainsi progressivement une mémoire sociale et/ou professionnelle centrale pour architecturer des communautés (professionnelles) d’usagers.

10Trois composantes traditionnelles de la médiation nous semblent devoir être intégrées chez les développeurs et producteurs de ressources et d’environnement web au regard de la problématique de l’accessibilité. Encore peu considérée, la question de l’accessibilité ne permet pas de mettre en adéquation la diversité des publics avec les architectures et les contenus web. Ce rapprochement des logiques d’offres, entre producteurs et usagers, n’est proposé que lorsque les publics cibles sont en situation de handicap ou de déficience sensorielle, et non pas en choisissant de considérer tous les usagers, dont les publics empêchés.

3 - L’accessibilité web actuellement en France : enquête nationale sur les pratiques et les usages des professionnels du web pour positionner la thématique

3.1. Objectifs de l’enquête

11Le premier objectif de cette enquête en ligne était de comprendre pourquoi très peu de sites web respectent les normes d’accessibilité. Les principaux résultats d’enquêtes antérieures montrent que la représentation de l’accessibilité web se concentre exclusivement autour de la question du handicap. Trois idées reçues perdurent : la complexité de mise en œuvre, la pauvreté graphique et le surcoût financier. Nos données ont cherché à mettre en évidence le fait que de nombreux professionnels sont confrontés à la problématique de l’accessibilité dans leurs projets, et de savoir si fondamentalement ils connaissent les normes nationales et/ou internationales d’accessibilité et dans quelle mesure ils les intègrent dans leurs propres développements techniques. De plus, cette méconnaissance personnelle des développeurs rejoint-elle le constat que la formation sur l’accessibilité web se limite très souvent à des recherches ou centres d’intérêt personnels ? Ce premier objectif centré sur les niveaux de connaissance de l’accessibilité et les formes de formation suivies vise à mieux cerner les véritables freins quant à l’appropriation par les professionnels des normes d’accessibilité web comme les préjugés, les idées fausses, des formes de méconnaissance du sujet, des manquements, voire de l’absence de formation, et de l’absence de partage autour de ces questions entre les pairs…

12Le deuxième objectif de l’enquête était de pouvoir identifier grâce à un panel de professionnels du web les freins, les obstacles et les contraintes en jeu. Ces webmasters, chargés de communication, formateurs du web, responsables de service informatique appartenaient pour moitié à des établissements publics (université, école d’ingénieurs, établissement hospitalier) et pour autre moitié à des entreprises privées (entreprises spécialisées en communication web et/ou construction de site). Ainsi, quels que soient les secteurs d’activités, nous avons cherché à identifier les obstacles majeurs pouvant expliquer, voire justifier de tels écarts entre les lois et les normes, et le niveau même des pratiques professionnelles engagées. Notre postulat est que ces obstacles interrogent fondamentalement la question de la mise en œuvre de démarches de médiation des contenus et des savoirs entre d’un côté les producteurs de contenus et de données, de l’autre les internautes ordinaires.

3.2. L’accessibilité, une composante de la médiation

13Interroger la médiation autour du numérique revient également à considérer la question de l’accessibilité aux ressources par les usagers. Il ne s’agit pas pour nous de plaider pour l’accessibilité en tant que forme de médiation par la compassion (Caillet et Jacobi, 2004), venant uniquement soutenir des usagers fragiles, en difficulté ou en perte de capacités cognitives et physiques, mais de considérer que l’approche par l’accessibilité enrichie en soit le concept de médiation. Cet enrichissement opère a minima sur trois intentions :

14– l’accessibilité en tant que démarche de rapprochement des logiques d’acteurs : en favorisant l’accessibilité, le développeur web tente une absorption progressive des logiques de producteurs, d’éditeurs, d’auteurs de contenus des pratiques informationnelles et de lecture des usagers. En tentant d’en faciliter l’usage, l’accessibilité vise à un rapprochement des intentions entre émetteur et récepteur.

15– l’accessibilité en tant que fluidification des pratiques dans les environnements complexes : en visant une accessibilité web, en phase avec les préconisations normatives internationales, les développeurs cherchent à simplifier les procédures de navigation dans les environnements numériques en les rendant intuitives et à accroître la lisibilité des données. Dès lors, l’accessibilité contribue au rapprochement du lecteur avec les intentions auctoriales et éditoriales des ressources mises à disposition.

16– l’accessibilité pour dépasser la seule navigation de surface : en effet, l’accessibilité recoupe des intentions de médiation, dans le sens où le lecteur et l’utilisateur des environnements, n’ont plus à naviguer de manière hypothético-déductive, mais à se recentrer sur l’appropriation et l’intégration des contenus mis à sa disposition.

17Ainsi, l’accessibilité est incluse dans le périmètre des médiations, dans le sens où elle peut être entendue comme la combinaison d’actions, de modes d’organisation, et de dispositifs propres à renforcer l’appropriation des contenus par les usagers (Caillet, Jacobi, 2004).

3.3. Méthodologie mobilisée

  • 5 Enquête réalisée en 2013 par une équipe pluridisciplinaire Véronique Lespinet-Najib, Vincent Liquèt (...)

18Un questionnaire en ligne, via Sphinx, a été adressé à l’ensemble de la communauté du web en France entre fin 2012 et le premier trimestre 20135. Il a été diffusé à travers les réseaux nationaux professionnels du web et de l’ergonomie interface homme machine (IHM). Cette enquête a été menée par une équipe de chercheurs en sciences humaines et sociales, portée par l’équipe de recherche « Cognitique et ingénierie humaine (CIH) » (UMR 5218 CNRS – IMS). Ce questionnaire était structuré principalement autour de cinq rubriques à savoir :

  • la caractérisation des représentations personnelles de l’accessibilité web à travers des questions ouvertes cherchant à demander aux développeurs du web de définir leur représentation de l’accessibilité web ;

  • le positionnement de ces mêmes acteurs face à des idées reçues du monde social sur l’accessibilité web en s’appuyant sur des critères comme le coût, la pauvreté graphique, les obstacles au référencement, ou les difficultés de mis en œuvre ;

  • les niveaux de connaissance personnelle sur l’accessibilité web ;

  • les niveaux de connaissance personnelle des normes actives en France et dans le périmètre international ;

  • enfin, le profil et des éléments de caractérisation de chaque répondant afin de préciser les caractéristiques de notre population d’étude.

19Les profils des 189 répondants étaient organisés comme suit : une répartition sur l’ensemble du territoire français, relativement homogène, 62 % d’hommes pour 38 % de femmes, dont l’âge moyen type était de 35 ans. Les 2/3 de l’échantillon sont répartis sur le sud du territoire, le reste au nord et dans la région parisienne. Leur expérience professionnelle moyenne était de 9 années. Les postes occupés par les répondants se répartissaient autour de 5 domaines, par ordre d’importance : l’ergonomie et la consultation (à 27 %), les intégrateurs-développeurs (à 19 %), les chefs de projet web (à 10 %), les ingénieurs cogniticiens (à 9 %), enfin, les webmestres (à 8 % de l’échantillon des répondants). On notera dans l’ensemble un échantillon honorablement ventilé entre la répartition des profils et des activités autour du web d’une part, et la gestion-production de sites d’autre part. Avant cette enquête, nous avions procédé à un prétest auprès d’une dizaine de répondants afin d’ajuster notre grille de questionnement.

4. Quelques résultats et tendances d’enquête

4.1. Représentations de l’accessibilité web

20En interrogeant les professionnels sur leur représentation de l’accessibilité web, la ventilation des réponses repose autour de cinq thèmes, avec par ordre d’importance :

  • l’accessibilité concernerait essentiellement des questions liées aux handicaps ;

  • ensuite, des problématiques liées au design universel ;

  • suivi de la performativité et de la question de l’amélioration techniques ;

  • un engagement professionnel militant visant des alternatives aux offres et aux codes ;

  • enfin, un ensemble de contraintes techniques et de développement que le professionnel doit absolument intégrer dans sa pratique.

  • 6 Ainsi, le thème le plus fréquemment cité est celui du handicap (64 % des réponses), suivi du thème (...)

21Le tableau n° 1, montre quelques exemples de réponses textuelles selon leur appartenance à une des cinq catégories, et, présente le poids de chacune de ces catégories en pourcentage6.

Tableau 1. Catégorisation des réponses pour la question ouverte : « Que représente pour vous l’accessibilité web ? »

Catégorie

Exemple de réponse

 % de réponses par catégorie

Handicap

« Facilité d’accès aux services et aux contenus Web pour les personnes handicapées ou âgées »

40 %

Design pour tous

 « l’accès à l’information et aux services web pour tous »

20 %

Avantage technique

« cela permet d’améliorer aussi pour nos clients, le référencement et l’ergonomie des sites que nous concevons pour eux »

17 %

Contrainte

 « une charge contraignante »

« Des contraintes supplémentaires peu rentables »

13 %

Militantisme

« Une lutte incessante »

10 %

4.2. Repérage de préjugés sur l’accessibilité

Le second tableau rend compte des principales tendances obtenues en matière de positionnement des types de préjugés des professionnels.

Tableau 2. Réponses en pourcentage selon les préjugés identifiés.

Plus élévé[e]

Moins élévé[e]

Je ne sais pas

Équivalent[e]

Un site web accessible a un coût économique…

47 %

2 %

1 %

50 %

Un site web accessible a une pauvreté graphique…

34 %

23 %

1 %

42 %

Un site web accessible a une mise en œuvre en termes de complexité…

55 %

4 %

2 %

39 %

Un site web accessible a un référencement…

72 %

2 %

4 %

22 %

22Nos résultats mettent en évidence trois natures de préjugés :

  • près de 50 % des répondants considèrent qu’un site accessible représenterait un coût de réalisation et de conception économiquement plus élevé qu’un site ordinaire ne répondant pas aux normes de l’accessibilité ;

  • Un tiers d’entre eux associe à l’idée d’un site accessible celle d’une pauvreté graphique par rapport à une offre n’intégrant pas cette problématique ;

  • Enfin, plus d’un répondant sur deux considère qu’il est plus complexe de mettre en œuvre un site accessible qu’un site non accessible, nécessité de surcroît une augmentation de compétences et de qualification de la part des développeurs.

23Par contre, pour les deux tiers d’entre eux, l’avantage d’un site accessible est d’augmenter son référencement sur les réseaux et les moteurs. Dès lors, l’accessibilité devrait rendre plus populaire et attractif un site web et la chaîne de ressources mises à disposition depuis celui-ci.

4.3. Degré de connaissance des normes d’accessibilité par les développeurs

24Nous avons cherché à repérer et à estimer le degré de connaissance des professionnels de web vis-à-vis des obligations légales et des normes internationales et françaises en vigueur. Parmi les résultats recueillis ceux-ci montrent :

  • que 43 % des répondants précisent qu’il n’existe pas à leur connaissance d’obligations légales, 16 % en sus, avouent ne pas savoir ;

  • 62 % des répondants (français) ne connaissent pas la réglementation française et n’ont pas été en mesure de nous en présenter a minima les contours et sa philosophie ;

  • enfin, 67 % des répondants ne connaissent pas également la réglementation internationale, ces principes directeurs et au-delà, l’incidence de cette normalisation internationale sur leurs pratiques de développement et de structuration des offres numériques web.

4.4. La réalité des pratiques professionnelles engagées 

25Les ¾ des professionnels de notre échantillon de répondants déclarent avoir déjà été confrontés à la question de l’accessibilité dans leur pratique, en mettant notamment en avant des situations de problèmes à résoudre ou avoir eu à faire face à des dysfonctionnements. Pour les répondants n’ayant jamais été confrontés à la question de l’accessibilité dans leurs pratiques professionnelles, les raisons principalement évoquées sont : le surcoût financier à tenter de mettre en œuvre une accessibilité normée, le désintérêt qu’ils supposent de la part de leurs clients potentiels, l’importance du design du site avec la prédominance de l’attractivité au risque de ne pas correspondre aux critères d’accessibilité, enfin, la méconnaissance reconnue et conscientisée des normes d’accessibilité. Chez ceux qui déclarent avoir souvenir d’avoir dû intégrer la problématique de l’accessibilité dans leur parcours professionnel, un quart d’entre eux disent ne pas avoir eu de formation ; ils l’ont alors pris en charge par eux-mêmes en autoformation essentiellement.

26Parmi ceux reconnaissant avoir déjà été formé (64 % de l’échantillon des répondants), plus de 80 % déclarent s’être formés par eux-mêmes, essentiellement par la lecture de livres et de normes adaptées, la participation à des forums et des listes de discussion thématiques, l’autonavigation et la surveillance personnelle du web (sous forme de veille professionnelle plus ou moins organisée et régulière). D’autres évoquent à 50 % leur prise en charge de formations privées payantes et seulement 35 % au sein de leur formation académique soutenue et financée par leur organisation employeur.

5. Discussion des tendances

5.1. Les logiques dominantes chez les développeurs web

27Une douzaine d’entretiens semi-directifs, complémentaires à l’enquête permet d’extraire un ensemble d’éléments d’explication et de compréhension des tendances recueillies. Cinq logiques professionnelles des développeurs semblent prévaloir :

  • l’accessibilité web est vécue par la plupart d’entre eux, comme ne concernant que les personnes en situation de handicap et plus particulièrement les personnes mal – et non voyantes : « mes élèves (formés au développement web) ne veulent pas travailler dans le domaine du handicap, donc c’est pas vraiment nécessaire » ou bien « cela ne concerne que trop peu de personnes sur le marché ou dans la société » ;

  • une méconnaissance, dont ils ont plus ou moins conscience, des normes internationales et nationales : « le RGAA… je connais pas » ou bien « je ne sais pas comment faire » ;

  • le sentiment constant qu’un site accessible normalisé serait un site peu attractif, finalement assez peu dynamique et d’un graphisme pauvre : « les sites accessibles sont tristes graphiquement » ou bien « c’est pas sexy comme résultat » ;

  • le sentiment d’une prédominance des coûts de prise en charge du développement et du suivi. Rendre un site accessible représenterait alors un coût financier important : « auprès de mes clients, je ne le propose pas, c’est trop cher, je favorise l’aspect esthétique » ;

  • enfin, le sentiment récurrent de complexité et/ou de difficulté à mettre en œuvre l’accessibilité tout en respectant le caractère obligatoire imposé par la loi : « difficile à mettre en place », « trop compliqué », « pas une priorité actuelle » ou « on attend de voir la nature des sanctions ».

28Dans cette étude, les personnes interrogées signalent que l’accessibilité web est perçue selon eux essentiellement comme une contrainte législative se limitant au domaine du handicap et à la mise en conformité des sites à la législation. La conformité réglementaire n’est donc pas suffisante pour permettre l’application systématique des normes d’accessibilité. Le public cible représente à leurs yeux trop peu de personnes et donc peu « d’intérêt marchand », sans en percevoir l’impact à terme sur tous les publics.

  • 7 Ainsi, un certain nombre d’entreprises proposent des formations et des conceptions de sites accessi (...)

29Cependant et paradoxalement, les personnes interviewées pensent que l’obligation légale pourrait générer un marché de l’accessibilité des sites et une dynamique d’organisation autour des données7. Quand un créateur de site, un développeur, souhaite s’intéresser à l’accessibilité web, il se trouve face à des ressources très nombreuses, denses, souvent absconses et dont la mise en œuvre reste encore onéreuse. Le rapport de l’Union européenne (2005) constate qu’il devient nécessaire de simplifier ces contenus, de les rendre accessibles au niveau didactique et d’en faciliter la gratuité.

5.2. Penser le dispositif de médiation

30L’approche de Jean Meyriat centrée sur la liaison forte entre information et connaissance à travers le dispositif nous semble fondamentale à rappeler pour comprendre l’accessibilité ; d’ailleurs, Viviane Couzinet souligne qu’un dispositif informationnel serait « un dispositif cognitif porteur d’informations dormantes, transformables en connaissances » (Couzinet, 2011). Force est de constater lors de nos entretiens la faible prise de conscience des développeurs du web à considérer les gisements et les informations « dormants » pour les réactiver et les mettre en visibilité afin de renforcer à terme leur attractivité pour les usagers. Or, un des grands enjeux de l’accessibilité web est de faciliter cette réactivation ; tout dispositif d’informations secondaires, voire tertiaires, est appelé, en rendant visibles et lisibles ces gisements, à produire de nouveau de la connaissance et à élargir l’offre de diffusion de savoirs jusqu’alors quelque peu enfouis. De ce fait, comme l’évoquent Gardiès, Fabre et Dumas, la médiation documentaire en tant que médiation des savoirs organise des « contextes sociaux permettant à des acteurs de s’approprier des connaissances à partir d’échanges d’informations par des procédés cognitifs et techniques trouvant […] un lieu d’appropriation entre l’abondance informationnelle et l’ordre des connaissances » (2012 : 383). Tout l’enjeu de l’accessibilité, dès lors, est de faciliter un accès de plus en plus immédiat et direct à l’information, par des affichages et interfaces simples et intuitifs, tout en permettant par la mise à disposition de services et d’espaces personnalisables, un usage séculier et personnel en fonction du système d’intention de l’usager : ceci caractérise, selon nous, la vocation et le champ de délimitation d’un « dispositif informationnel accessible ». L’approche accessible des contenus et des documents intègrera donc la dimension d’individualisation des usages, en fonction des besoins et des intentions des individus. Or, l’histoire des métiers de l’infodocumentation, comme celle des développeurs et producteurs web, a ceci de commun que l’organisation, le traitement et la mise à disposition des contenus se sont organisés essentiellement autour d’une visée collective des besoins d’information, sans prendre en considération les intentions de chacun, en fonction de temporalités spécifiques.

5.3. Considérer davantage le document comme objet de médiation des savoirs

31Dans les environnements numériques, la notion de document a fortement évolué. Longtemps caractérisé et défini par sa forme, Pédauque (2006) suggérait que le document était l’addition d’un support (matériel) et d’une inscription. Il devient ensuite texte, au sens d’une relation neuro-anthropologique (Salaün, 2012), où le document propose un espace de rencontre entre le cerveau et les capacités cognitives du lecteur, face à l’organisation et la mise à disposition du contenu du document. Les travaux sur les liens hypertextuels notamment, et plus récemment sur les architextes, réinterrogent les fonctions cognitives mêmes des nouvelles formes de documents. Enfin, le document devient progressivement un objet complexe de médiation, car, quels que soient les formes et les contenus proposés, ce document, augmentant sa capacité d’accessibilité par l’action des développeurs et des éditeurs du numérique, cherche à accroître le lien social, entre les lecteurs, mais également, entre les auteurs et les lecteurs, voire entre les intermédiaires du document et les lecteurs (documentalistes, éditeurs en ligne, développeurs, veilleurs, etc.). Ainsi, le document, tout comme les données numériques, deviennent des éléments de médiation des savoirs, renforcés par les préoccupations de l’accessibilité et cherchant à améliorer la localisation puis le « retrouvage » des contenus.

32Au cours de notre enquête, il ressort que les représentations collectives des développeurs et producteurs du web à propos des documents reposent encore sur le principe de l’accumulation et du surstockage des documents numériques, en considérant secondairement les logiques de flux, de navigabilité dans des bases de documents. L’inflation documentaire prime finalement sur la sélectivité des contenus en fonction des besoins et des parcours dans la construction des savoirs des usagers. Avec son changement de régime de matérialisation (Robert, 2004), le document n’est plus un élément de connaissance stable et circonscrit, mais un objet-système dynamique, carrefour d’une articulation entre la pensée de l’auteur et les réactivités et compléments auctoriaux des lecteurs ayant accès à celui-ci. Par conséquent, penser la médiation des savoirs revient également à positionner et rendre accessibles les bases de documents, par le biais notamment d’éléments de repérage et d’aide à l’analyse des contenus. Dès lors, l’accessibilité numérique documentaire se doit d’intégrer une logique de gestion dynamique des flux documentaires. Louise Merzeau (2006 : 36), par exemple, rappelle que « les projets d’archivage du web montrent […] que les institutions mémorielles doivent désormais concevoir des systèmes ouverts, capables d’enregistrer l’information avec son instabilité. Ayant à gérer des corpus où les unités se renouvellent et s’interpénètrent constamment, la mémoire est vouée à l’hyperarchive. Elle n’a plus pour fonction de contenir un stock, mais seulement d’en garantir un accès documenté et différé ».

33Le second volet de l’accessibilité numérique documentaire est conditionné par la capacité des interfaces à permettre de visualiser et de discriminer le contenu originel du document, des éléments connectés qui lui sont greffés (comme les commentaires, les enrichissements d’autres auteurs, les versions enrichies, etc.), en permettant notamment de faciliter les autoarchivages de ressources primaires des ressources enrichies et parfois plus volatiles.

34Ainsi, l’accessibilité centrée document constitue en soi une approche de médiation des contenus, dans le sens où il hiérarchise les modes de lecture et de navigabilité dans les bases de documents, notamment ceux mis en ligne depuis les sites ou conservés dans des systèmes personnels d’information.

5.4. La médiation humaine facilitatrice de l’accessibilité

35Sans exagérer ni caricaturer les argumentaires des répondants à l’enquête et aux entretiens, force est de constater que les médiations envisagées se font à l’aide et à partir des diverses offres d’information et de services, sans prise en considération de modes d’accompagnement et de facilitation par l’intermédiaire des acteurs de la médiation. Or, pour des terrains de recherche que nous observons depuis de nombreuses années (espaces documentaires scolaires, gestion de l’information chez les acteurs de l’écoconstruction, pratiques informationnelles des étudiants, etc.), nous notons que trois types de médiation humaine restent essentiels pour les acteurs afin de valoriser et d’apporter une plus-value aux contenus stockés tout en renforçant l’accessibilité des contenus aux supposées cibles d’usagers. Il s’agit :

  • de répondre en fonction du secteur d’activités, de la discipline et du public cible, à un accompagnement dans les cheminements des savoirs par le biais d’un système de veille personnalisée (Canet, 2014) reposant sur l’identification précise de profils, de besoins et de contenus poussés vers eux ;

  • créer et animer des communautés d’expériences et de parcours de savoirs, en proposant un ensemble pensé et négocié d’outils et de ressources organisant le partage d’informations et de ressources, ainsi que l’échange de commentaires, voire le stockage de ces derniers ;

  • enfin, renforcer le principe de « trouvabilité » en associant aux contenus primaires des données satellites, des données d’indexation, de condensation agrégées autour des contenus éditoriaux existants, en élaborant l’accessibilité des ressources par leur mise en relation et en proposant des collections de savoirs (regroupant des documents ou ensembles pouvant paraître disparates à première lecture, regroupement par analogie d’intérêts en fonction de préscénarisations d’usages envisagés initialement entre le développeur et le professionnel en charge de la médiation). Cette accessibilité aux ressources vise fondamentalement, par les médiations humaines, à articuler, avec la dimension collective, des intérêts de savoirs partagés au sein d’une communauté d’usagers, tout en conservant la dimension individuelle de la connaissance, où la lecture, l’exploitation, l’intégration des contenus restent une démarche personnelle, bien que partagée par d’autres. Au-delà, poser le principe de la « trouvabilité » revient non seulement à envisager les registres d’enrichissement documentaire d’une ressource, mais également, à penser les critères de leur accessibilité sur un plan ergonomique (navigabilité et lisibilité prioritairement).

36Ainsi, l’accessibilité revient à penser un schéma complexe et multidimensionnel de la médiation (Liquète, 2010), où l’on tente de rapprocher progressivement les logiques des producteurs d’information, des professionnels de l’information et des usagers, en considérant pour ces derniers, non seulement leurs besoins d’information, mais également leurs expériences et la diversité de leurs contraintes.

Conclusion : repenser l’accessibilité informationnelle à l’ère du web 2.0 :

37L’accessibilité du web, en considérant l’approche complexe par la médiation des savoirs, mériterait d’être davantage développée et surtout plus rapidement mise au service des usagers du web. Au-delà des intentions de rapprochement des contenus informationnels hétérogènes aux besoins des usagers, nous pensons nécessaire que s’organise une réflexion générale sur l’univers Internet et du numérique pour qu’il ne soit pas une source d’exclusion supplémentaire, dans le cadre de la fracture numérique, mais bien un outil favorisant l’inclusion sociale des publics les plus exclus aux publics les plus ordinaires. Au-delà des publics empêchés, voire exclus, nous avons également noté que les pratiques informationnelles non médiées restent très intuitives, offertes finalement aux plus habiles ou compétents, de même que l’ensemble des dispositifs infocommunicationnels qui rendent disponibles les contenus numériques.

38Ces limites en terme d’accessibilité et de médiation, pénalisent tout autant les publics en difficulté que les internautes ordinaires amenés à rechercher, traiter, s’approprier voire stocker de l’information (quelles qu’en soient les visées : scolaires, professionnelles, sociales, etc.). Il s’agit pour nous de repenser les nombreuses dimensions de la médiation des savoirs en lien avec les questions d’accessibilité des dispositifs infocommunicationnels numériques. Penser l’accessibilité revient à s’interroger sur la disponibilité de la ressource et d’en faciliter la lecture et son cheminement, et, dès lors, ne signifie pas renoncer aux approches autour de la médiation des savoirs.

39Ces premiers constats issus de l’enquête ne doivent pas pour autant nous faire oublier deux dimensions. D’une part, prévoir et intégrer dans tout développement web la dimension « accessibilité » revient à considérer d’éventuels surcoûts, pour lesquels le retour d’investissement consistera à accroître le potentiel de lecteurs et d’utilisateurs de ces mêmes ressources. D’autre part, l’accessibilité ne doit pas nous faire perdre de vue, qu’elle n’a pas vocation à se substituer aux activités de médiation humaine, qui restent essentielles et facilitatrices de l’accès au savoir pour tous.

Haut de page

Bibliographie

Afchain, A. et Lanceraux, L. (2003). Créer des sites accessibles à tous. Paris : Éditions Liaisons.

Briand, M. (2013). Libres, durables et solidaires dans l’appropriation du numérique à Brest. Multitudes, 52, 70-79.

Caillet, E. et Jacobi, D. (2004). Introduction. Culture et musées, 3, Dossier « Les médiations dans l’art contemporain », 13-21.

Canet, F. (2014). Qu’est-ce que l’activité de veille en 2012 ? Dans J. Boustany, E. Broudoux et G. Chartron (dir.), La Médiation numérique : renouvellement et diversification des pratiques. Actes du colloque « Document numérique et société », Zagreb, 2013 (p. 167-181). Paris : De Boeck ; ADBS.

Charlot, B. (dir.) (2001). Les jeunes et le savoir : perspectives internationales, Éditions Anthropos, 168 p.

Couzinet, V. (2011). Questions des dispositifs infocommunicationnels. Dans C. Gardiès (dir.), Approche de l’information documentation : concepts fondateurs (p. 117-130). Toulouse : Cépadues Éditions.

Dinet, J. et Bastien, C. (dir.) (2011). L’Ergonomie des objets et des environnements physiques et numériques. Paris : Lavoisier-Hermès.

Galaup, X. (2013). Méthodologie pour la médiation numérique. Bibliothèque(s), 70, octobre, Numéro « Médiation : le numérique et au-delà », 10-11.

Gardiès, C. et Fabre, I. (2012). Médiation documentaire et dispositifs numériques. Dans La Médiation numérique documentaire (p. 45-62). Lyon : Presses de l’ENSSIB.

Gardiès, C., Fabre, I. et Dumas, M. (2012). Place de l’information professionnelle dans la construction de savoirs émergents : le cas des agriculteurs biologiques. 8e Colloque international de l’ISKO-France : L’organisation des connaissances : dynamisme et stabilité / Widad Mustafa El Hadi (dir.). Lille 27-28 juin 2011, à l’université Charles-De-Gaulle Lille 3. Paris : Hermès Lavoisier. p. 381-390.

Goody, J. (1979). La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris : Minuit.

Jeanneret, Y. (2008). La relation entre médiation et usage dans les recherches en information-communication. Dans 1er colloque Médiations et Usages des Savoirs et de l’Information (MUSSI) : un dialogue France-Brésil, Rio de Janeiro, 4-7 novembre 2008 (p. 37-59).

Kembellec, G. (2013). La médiation technologique autour des pratiques rédactionnelles et bibliographiques en milieu universitaire français. Documentaliste-Sciences de l’information, 50(1), 62-69.

Labelle, S. et Seurrat, A. (2014). Serious game et réécriture des savoirs : hétérogénéité des médiations documentaires. Dans J. Boustany, E. Broudoux et G. Chartron (dir.), La Médiation numérique : renouvellement et diversification des pratiques. Actes du colloque « Document numérique et société », (Zagreb, 2013) (p. 193-205). Paris : De Boeck ; ADBS.

Lazar, J., Dudley-Sponaugle, A. et Greenidge, K.D. (2004). Improving Web Accessibility. Computer in Human Behavior, 20, 269-288.

Liquète, V. (coord.) (2010). Médiations. Paris : CNRS Éditions.

Liquète, V. (2013). Préserver la durabilité des pratiques informationnelles des acteurs de l’architecture éco-constructive : des pratiques informationnelles à une mémoire collective de travail. Revue de l’université de Moncton, 44(1), 67-86.

Merzeau, L. et al. (2010). Une nouvelle dimension de l’information. Documentaliste-Sciences de l’information, 47(1), 32-41.

Mustafa El Hadi, W. (dir.) (2006). Terminologie et accès à l’information. Paris : Lavoisier-Hermès.

Pédauque, R.-T. (2006). Le Document à la lumière du numérique. Forme, texte, médium : comprendre le rôle du document numérique dans l’émergence d’une nouvelle modernité. Caen : C et F Éditions.

Robert, P. et Pinède, N. (2012). Le document numérique : un nouvel équipement politique de la mémoire sociale ? Communication et organisation, 42, 191-202. Repéré à https://communicationorganisation.revues.org/3948

Salaün, J.-M. (2012). Vu, lu, su : les architectes de l’information face à l’oligopole du web. Paris : La Découverte.

Salaün, J.-M. et Habert, B. (2015). Architecture de l’information : méthodes, outils, enjeux. Paris : De Boeck.

Van Lancker, L. (2008). Accessibilité des sites web, mise en œuvre des directives WCAG 1.0. Éditions ENI.

Web Accessibility in European Countries (2009). Rapport de l’Union europpéenne.

Vandeninden, E. (2010). Pour une approche de la médiation par ses usages professionnels : le cas de l’art comme médiateur en psychiatrie. Les Enjeux de l’information et de la communication, 2, 104-115.

WCAG : http://www.w3.org/TR/WCAG20

RGAA : http://references.modernisation.gouv.fr/rgaa-acessibilite

Haut de page

Notes

1 En ligne, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000809647

2 Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations : http://references.modernisation.gouv.fr/rgaa-acessibilite

3 Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) : http://www.w3.org/TR/WCAG20

4 eAccessibility of Public Sector Services in the European Union (2005). Rapport de l’UK Presidency of the UE. Web Accessibility in European Countries: Level of Compliance with Latest International Accessibility Specifications, Notably WCAG 2.0 and Approaches or Plans to Implement Those Specifications (2009). Rapport de European Union.

5 Enquête réalisée en 2013 par une équipe pluridisciplinaire Véronique Lespinet-Najib, Vincent Liquète (Équipe cognitique et ingénierie humaine, laboratoire IMS [UMR CNRS 5218]), Nathalie Pinède (Équipe MICA EA 4426 [Médiation, Information, communication et art], Université Bordeaux Montaigne), François Demontoux (Équipe CENT Laboratoire IMS [UMR CNRS 5218]) et Christian Bélio (Institut de Formation en Ergothérapie – CHU de Bordeaux).

6 Ainsi, le thème le plus fréquemment cité est celui du handicap (64 % des réponses), suivi du thème design pour tous (32 %), des avantages techniques (29 %), des aspects contraignants (21 %) et enfin des aspects militants (17 %).

7 Ainsi, un certain nombre d’entreprises proposent des formations et des conceptions de sites accessibles clefs en main, à des prix libres et non régulés, sans garantie d’efficacité dans le temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Liquète, « L’accessibilité web comme porte et enjeu de médiation des savoirs  », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://dms.revues.org/1200 ; DOI : 10.4000/dms.1200

Haut de page

Auteur

Vincent Liquète

Université de Bordeaux – ESPE
IMS CNRS UMR 5218, Equipe RUDII
vliquete@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org