Navigation – Plan du site
Note de lecture

Apprendre à l’université, une note de lecture sur l’ouvrage de Saeed Paivandi

Céline Persini
Référence(s) :

Saeed Paivandi, Apprendre à l'université, De Boeck, coll. Pédagogies en développement, 264 p. (2015)

Texte intégral

1Saeed Paivandi, professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine et directeur du LISEC-Lorraine, analyse dans son ouvrage Apprendre à l’université (ed. De Boeck 2015), les ressorts de ce que l’on pourrait qualifier le « métier d’étudiant ». Dans une perspective compréhensive, il s’intéresse au sens e l’apprentissage pour l’étudiant et son lien avec l’action pédagogique.

2L’ouvrage s’appuie sur une enquête qualitative réalisée auprès d’étudiants en sciences humaines de cinq universités de la région parisienne. Les données de l’enquête sont analysées à l’aune de nombreuses recherches internationales sur l’apprentissage et l’enseignement à l’université.

3À l’aide de nombreuses typologies issues de recherches internationales, Saeed Paivandi montre dans un premier temps le phénomène d’acculturation à la culture scolaire de l’enseignement secondaire qu’impose l’entrée à l’université. Le parcours d’apprenant implique des changements identitaires et surtout une nouvelle relation au savoir. D’une approche dualiste où l’on pense pouvoir discerner le vrai du faux grâce au discours du professeur, « ou l’on sait ou l’on ne sait pas », l’étudiant doit savoir devenir un « praticien réflexif » qui observe conceptualise, approfondit et transforme pour s’adapter et innover, compétences nécessaires pour s’intégrer à la « société cognitive fondée sur le savoir » dans laquelle nous vivons.

4Dans un second temps, l’auteur montre comment les questions du sens et de l’intention sont centrales dans la compréhension de l’acte d’apprendre à partir de certains résultats de l’enquête qualitative menée. Le concept de perspective d’apprentissage signifie le point de vue de l’étudiant sur son apprentissage. Il permet d’envisager l’étudiant devenant sujet de son apprentissage motivé par une intention, qui va connaitre un processus de socialisation secondaire. Il intègre ainsi de nouveaux rôles, statuts et savoirs à partir d’une histoire familiale singulière et dans un contexte institutionnel particulier marqué par la présence de pairs qui participeront à ce second processus de socialisation (après celui connu dans l’univers familial et écolier).

5L’auteur se distingue ainsi, comme il le répète à plusieurs reprises dans son ouvrage d’une approche bourdieusienne marquée par un certain déterminisme social que l’université contribuerait à reproduire par des méthodes et des exigences langagières et de savoir-être issues des milieux dominants. L’histoire familiale apparait comme un facteur parmi d’autres dans l’adoption de la nouvelle posture intellectuelle de l’étudiant en devenir. L’auteur dresse ainsi une typologie de quatre perspectives d’apprentissage :

- la perspective compréhensive (19 % des étudiants interrogés) selon laquelle le savoir peut être une fin en soi, ou l’étudiant cherche à aller plus loin que le cours, à faire des liens avec les apprentissages antérieurs

- la perspective de performance (36 %) selon laquelle l’objectif est la validation des partiels, la réalisation des travaux demandés, la concentration pour bien apprendre les contenus

- la perspective minimaliste (34 %) selon laquelle l’étudiant cherche à se débrouiller en utilisant la mémorisation systématiquement, l’apprentissage est passif, l’étudiant est très sensible aux critères d’évaluation

- la perspective de désimplication (11 %) marquée par l’irrégularité dans le travail, l’incompréhension du sens du savoir, etc.

6Même si ces postures varient selon les enseignements et évoluent durant la trajectoire de l’apprenant, les perspectives minimaliste et de performance semblent les plus courantes parmi les étudiants interrogés.

7La socialisation secondaire souvent vécue par l’ex élève comme « transformation ratée en étudiant anonyme » représente selon l’auteur « le plus grand échec de la pédagogie universitaire française ». La France, n’étant pas marquée par la tradition d’accueil des universités anglophones, s’avère être un lieu d’encadrement pédagogique faible, où l’étudiant, supposé autonome, n’est pas accompagné. Selon l’auteur, l’université française est basée sur le « darwinisme scolaire » qui exclut les plus faibles ou ceux qui ne s’adaptent pas. Les structures universitaires, souvent marquées par le gigantisme, le manque d’espace de sociabilité entre pairs et de communication avec le corps enseignant, connaissent une image dévalorisée. L’élève, marqué par la culture scolaire de l’enseignement secondaire, peut avoir un sentiment d’isolement et de perte de repère. Il met alors en œuvre des stratégies inefficaces dans cet univers inconnu et peut connaitre la « désocialisation » et le désenchantement de l’expérience étudiante. Les conséquences seraient l’absentéisme, la passivité et le refus du travail.

8En ce sens, si les théories de la reproduction sociale et culturelle montrent le rôle de l’environnement social et familial de l’étudiant dans sa trajectoire d’apprenant, les difficultés rencontrées dans l’acte d’apprendre peuvent aussi venir de la pédagogie et de l’environnement d’études. Les méthodes pédagogiques, la relation à l’enseignant et l’ambiance sociale contribuent au développement d’une perception de la situation d’apprentissage susceptible d’influencer la mobilisation intellectuelle des étudiants.

9Le choix de la filière d’étude permet également d’appréhender le sens que l’étudiant donne à ses études. La posture de l’étudiant dans cet acte révèle son rapport au savoir et au monde. L’auteur rappelle que d’après les données de la DEPP, 22 % des bacheliers entrants à l’université sont « inscrits par défaut » car ils n’ont pas été reçus en classes préparatoires ou dans des filières d’études courtes. C’est le cas de 17 % des bacheliers généraux mais surtout de 40 % des bacheliers technologiques. Dans ce contexte, venir à l’université avec un vif intérêt intellectuel pour ses études apparaît comme une tendance minoritaire. La démarche vise plutôt un diplôme qui facilite l’accès à une fonction, un concours ou l’apprentissage d’un métier. Une minorité d’étudiants, le plus souvent des adultes en reprise d’études, cherchent à l’université le lien avec un milieu intellectuel et l’éloignement du contexte professionnel. Cependant, le sens des études n’est pas une donnée immuable, il se construit, se déconstruit et se reconstruit au cours de la trajectoire d’apprenant. L’ampleur du phénomène de réorientation des étudiants en France en témoigne. D’après l’enquête de Paivandi, 34 % des étudiants changent de filière au cours des deux premières années et 47 % si l’on considère la totalité de leur parcours.

10Les notions de réussite ou d’échec universitaire peuvent être appréciées de multiples manières. La logique d’efficacité prédomine dans la représentation collective de la réussite universitaire. Il s’agit de « ne pas redoubler » et de « valider ses partiels », soit réussir ses études le plus vite possible, l’auteur parle même de « macdonaldisation du rythme universitaire » et se pose notamment la question de la réussite d’étudiants dans des filières choisies par défaut. Inversement, l’échec amenant à la réorientation ou parfois à une année hors étude peut amener l’étudiant à trouver une voie plus adaptée à ses ambitions.

11La question de la pédagogie est émergente dans le monde universitaire où le cours magistral est pour 76 % des enseignants la principale méthode d’enseignement. La promotion de la pédagogie à l’université se heurterait à une vision traditionnellement verticale de l’apprentissage réalisé par le maître universitaire. De plus, la mission d’enseignement est le plus souvent considérée comme secondaire par rapport à la carrière de chercheur. Cet « individualisme pédagogique des enseignants » ne serait pas une particularité française. Une formation pédagogique limitée associée à une pression relative de l’équipe éducative renforcerait cette tendance. Ainsi, l’étudiant entrant à l’université rencontre non seulement un certain flou pédagogique mais aussi une distance certaine avec l’enseignant, situation qui se démarque de celles connues dans les pays anglo-saxons.

12Saeed Paivandi nous propose dans cet ouvrage une analyse qualitative comparative enrichie par un nombre important de travaux de recherche internationaux, qui permet de varier les points de vue sur une situation qui nous est proche, mais qui reste peu analysée scientifiquement. On regrettera la tendance à la typologie systématique que la volonté d’exhaustivité suscite. La réalisation d’une analyse similaire sur les filières scientifiques et appliquées pourrait compléter utilement le propos.

13Ce travail conduit aussi à s’interroger sur les éventuelles spécificités que pourrait présenter le recours l’enseignement à distance, en particulier en matière de socialisation et du point de vue de la dimension « tutorielle » nécessaire à la pratique du « métier d’étudiant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Persini, « Apprendre à l’université, une note de lecture sur l’ouvrage de Saeed Paivandi  », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://dms.revues.org/1188

Haut de page

Auteur

Céline Persini

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales détachée
cpersini13@gmail.com

celine.persini@canope-aix-marseille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org