Navigation – Plan du site

Éditorial

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin

Texte intégral

1Nous avons à maintes reprises dans nos éditoriaux rappelé l’un des objectifs fondamentaux de la revue : participer à la construction et à l’évolution e notre champ scientifique en articulant la publication d’articles scientifiques rendant compte de résultats de recherches avec celle d’autres formes de contributions que sont les rubriques, discussions, comptes rendus de lectures, etc. Ce numéro en est une nouvelle illustration puisqu’il propose quatre articles scientifiques, trois contributions au dialogue initié par D. Peraya dans le précédent numéro au sujet de la professionnalisation et du développement professionnel des enseignants universitaires et une note de lecture.

2Le numérique et les pratiques qui accompagnent ce développement tendent à effacer progressivement les frontières entre formations dites traditionnelles et formation dites à distance, et par voie de conséquences certaines différences entre niveaux d’enseignement et public cible des formations. Ce numéro confirme la pertinence de ce constat. En effet, alors que la majorité des contributions précédentes concernait plutôt les niveaux enseignement supérieur et formation permanente, trois des quatre contributions scientifiques rendent compte de travaux relatifs aux niveaux primaire et secondaire.

3De plus l’ensemble des recherches présentées repose sur des enquêtes complétées par des entretiens ou analyses d’activités et de productions écrites. Elles conduisent donc le lecteur au plus près du terrain avec des enseignants innovants et leurs élèves, dont il importe d’observer les usages, attitudes, comportements et points de vue et de tenir compte de leur continuelle évolution.

4Dans la rubrique Débat-Discussion, les réflexions et controverses, sur le sujet de la posture professionnelle et de la professionnalisation des enseignants du supérieur, complètent ces observations et montrent, s’il en était besoin, que les questionnements doivent être approfondis, abordés avec le recul du temps et de l’expérience.

5Le texte de D. Hamon et F. Villemonteix traite de l’usage des tablettes numériques à l’école primaire et pose d’emblée la question de l’évolution des formes scolaires (tensions et complémentarité entre savoirs scolaires et extra-scolaires, relations entre élèves ou avec l’enseignant, modes d’évaluation, etc.). La méthodologie utilisée est celle de l’analyse du regard des acteurs de terrain. Il s’agit d’une étude exploratoire dont les résultats sont à approfondir par des études longitudinales, mais elle apporte une grande richesse de données recueillies durant l’année 2012-2013. Huit écoles primaires ont été équipées de tablettes. Les enseignants ont été entendus en entretiens semi-directifs individuels, les élèves en groupes de cinq pour favoriser l’expression. Ces données sont accessibles et ont été analysées au travers de techniques d’analyse du discours. Les catégories construites à partir de ces analyses ont été complétées par des observations de classe. Le lecteur découvrira avec intérêt les premières observations qui font apparaître une part de ludification du travail scolaire, de nouvelles formes d’écriture permises par les tablettes, des pratiques collectives qui ne font pas encore consensus mais aussi une part d’autonomisation dans les pratiques, de mise à distance lorsque les élèves rapportent la tablette chez eux et sont amenés à échanger avec leurs camarades via un environnement numérique de travail (ENT) sous la régulation de l’enseignant – pratique qui favoriserait une cohésion de groupe et l’acquisition des compétences attendues par l’école (communication à distance), enfin des possibilités d’évaluation formative.

6Avec la contribution de J. Corbin-Ménard nous passons à des observations sur des terrains du second degré, dans un champ disciplinaire, celui du professeur-documentaliste, qui occupe une place toujours singulière au sein des autres matières, mais une place fondamentale et souvent pionnière pour accompagner les élèves dans leur découverte des usages du numérique, en particulier en recherche d’information, mais pas seulement. Les activités de médiatisation que ces professeurs entreprennent avec leurs élèves sont moins « balisées » que dans d’autres disciplines et ont donc laissé de larges espaces aux innovations. L’auteur a travaillé à partir d’enquêtes de terrain sur l’activité du professeur documentaliste (cinq en collège et deux en lycée) dans sa globalité en 2011-2012. Les premiers résultats mettent en évidence une grande diversité des outils investis, des formes d’utilisation très différentes pour les outils recensés, les questions du rapport aux données, aux lieux, au temps, aux autres personnes. La posture de l’enseignant est aussi analysée et décomposée en activités imposées, induites ou suggérées. L’articulation des temps de travail des professeures documentalistes, personnel sur place et à distance, leur « présence à distance » et leur activité de médiatisation contribuent aux apprentissages et au développement des élèves. L’article se termine par une discussion sur ces activités de médiatisation.

7Avec l’article de C. Pourcelot et S. Ben Abib-Zarouk, le public cible est plus âgé, mais nous rejoignons les observations en classes primaires. De fait, la recherche concerne un dispositif d’enseignement à distance pour la formation des maîtres du premier degré des pays du Sud. Cette recherche porte non pas sur l’observation des situations, mais sur l’évaluation d’un dispositif. L’objectif est en effet d’évaluer l’efficacité de ce dispositif, nommé IFADEM, tel que déployé en République Démocratique du Congo, province du Katanga (RDC/Katanga). Nous ne sommes plus dans des contextes de classe ou d’établissement comme dans les deux papiers précédents, nous retrouvons des caractéristiques des formations à distance classiques, à savoir l’éloignement physique dans des villages de brousse. Plus précisément les auteurs s’interrogent sur la construction et la pertinence des méthodes et outils utilisés à de telles fins. La méthode choisie repose aussi sur des enquêtes de terrain avant et après la formation, s’attache aux pratiques professionnelles et à l’acquisition de compétences par les enseignants à l’issue de cette formation en ligne. Le principal intérêt de l’article réside dans les réponses aux 25 questions posées, chacune proposant plusieurs sujets. Les auteurs font une analyse détaillée de l’évolution des compétences. Des corrélations éventuelles entre différentes variables ont ensuite été recherchées. Mais ces résultats statistiques auraient mérité d’être complétés et éclairés par des entretiens avec les mêmes enseignants avant et après la formation.

8Enfin, l’analyse de l’activité tutorale à distance est un sujet déjà bien étudié dans Distances et savoirs (D&S), puis dans Distances et Médiations des Savoirs (DMS). L’originalité de la contribution des auteurs, M. Dir et S. Simonian, consiste toutefois à mettre l’accent, dans l’état de l’art qu’ils établissent, sur les tensions à l’œuvre dans l’activité des tuteurs, en s’autorisant de la théorie de l’activité d’Engeström. Leur article repose aussi sur des observations participantes et des entretiens informels, sur des « traces de l’activité » (échanges sur les forums, courriels) complétés par un questionnaire et deux entretiens semi-directifs. Le récit qui en est fait plonge à nouveau le lecteur dans la réalité des pratiques. Les résultats obtenus révèlent principalement trois types de tensions : sujet/communauté, sujet/division du travail, sujet/règles, mis en évidence dans l’interaction entre ces pôles d’activité. Un autre aspect à souligner est celui du cadre, un organisme privé de formation à distance dans lequel l’activité des tuteurs est régie par des textes réglementaires, notamment le guide du tuteur. Que peut-on dire de l’activité professionnelle dans un tel cadre ? Quels écarts entre activité réelle et règles prescrites ? Enfin, il s’agit d’une étude récente (2014-2015), ce qui est précieux dans un domaine qui évolue très vite.

9Les contributions de B. Albero et G. Lameul, dans la rubrique "Débat-Discussion", nous apportent des analyses passionnantes sur le métier (ou plutôt les métiers) d’enseignant chercheur et permettent d’approfondir et d’expliciter les courants qui sous-tendent l’évolution des enseignements supérieurs. Ces analyses sont à mettre en parallèle avec celles qui concernent le Québec, telles qu’exposées par T. Karsenti et P. Grégoire dans la troisième contribution à cette rubrique, au sujet de l’intégration des TICE et du développement professionnel des enseignants. Ces textes, et les comparaisons qu’ils permettent entre politiques et pratiques d’un pays à l’autre, devraient nourrir les discussions qui accompagnent tous les compagnonnages qui jalonnent la formation et les recrutements des futurs personnels. Nous souhaitons que les lecteurs qui seront attirés par tel ou tel article de ce numéro lisent aussi ces dialogues à propos de l’évolution (mais aussi des fondements) du métier, qu’ils les fassent lire à leurs collègues et qu’ils les partagent avec les membres de leurs équipes. Les discussions qui en découleraient contribueraient sans doute à la construction collective de solutions pour bien des problèmes évoqués.

10La note de lecture de P. Dessus à propos de l’ouvrage intitulé « Les rétroactions dans l’enseignement supérieur et professionnel », en treize chapitres et autant d’approches des rétroactions analysés pour leurs aspects théoriques autant que pratiques, complète très bien ces discussions sur une facette du métier d’enseignant-chercheur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Vidal, Monique Grandbastien et Pierre Mœglin, « Éditorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 19 octobre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://dms.revues.org/1139

Haut de page

Auteurs

Martine Vidal

Articles du même auteur

Monique Grandbastien

Articles du même auteur

Pierre Mœglin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org