Navigation – Plan du site
Débat-discussion

Introduction aux premiers échanges sur la professionnalisation des enseignants universitaires

Daniel Peraya

Texte intégral

1Dans le numéro 10, j’introduisais la rubrique Débat-Discussion en abordant le thème de la professionnalisation des enseignants universitaires. Je tentais de proposer quelques balises : les enjeux actuels de la problématique, quelques tendances caractéristiques, et dans cette perspective, le rôle de l’innovation, des technologies et des environnements technopédagogiques comme celui de la mise à distance.

2Brigitte Albero ouvre le débat en mettant en garde contre les risques d’une conception techniciste des compétences et de la professionnalisation : elle nous renvoie « au cœur de métier des universitaires » et revendique pour ces derniers de pouvoir exercer le métier qui est le leur, celui d’enseignant-chercheur ancré dans « la transmission de manières de penser, de faire et d’être ». S’il est vrai que les technologies ont « déplacé les frontières entre les différents métiers et spécialités du domaine de l’éducation et de la formation […] est-ce à l’enseignant de tout assumer ? » se demande Geneviève Lameul. Les textes se répondent et les réponses se croisent.

3Plutôt que de voir dans l’enseignant-chercheur un homme ou une femme à tout à faire, Brigitte Albero argumente en faveur de « la constitution d’équipes multi-catégorielles coordonnées, comprenant des personnels techniques d’appui » afin d’éviter ce que Geneviève Lameul considère comme une sorte de « déqualification » de l’enseignant-chercheur par suite d’une dispersion de ses compétences dans des domaines qui ne sont finalement pas les siens.

4Geneviève Lameul recommande que les enseignants-chercheurs puissent « se reconnaître [eux-mêmes] en tant qu’acteur[s] du champ de l’éducation » tandis que pour Brigitte Albero ils sont « capables de contribuer à la réflexion et aux évolutions du supérieur à condition qu’il ne leur soit pas demandé d’exercer un autre métier que celui pour lequel ils se sont préparés ». Sur ce dernier point aussi, l’une et l’autre s’accordent.

5La contribution de Thierry Karsenti et Pascal Grégoire aborde la professionnalisation et le développement professionnel des enseignants (mais peut-être qu’il serait nécessaire de les distinguer), ce qui paraît immédiatement complexe, voire paradoxal, puisque la formation des enseignants de l’enseignement primaire et secondaire en relation avec les TICE est donnée par des enseignants universitaires qui eux-mêmes « ne sont pas tenus d’être formés dans ce domaine ». La perspective proposée dans ce texte renvoie le lecteur à une vision plus classique, sans doute plus techniciste de la question, qui pourrait être relue, en creux, à la lumière des deux textes précédents.

Débat que le lecteur pourra prolonger tout à loisir. C’est aussi le but de cette rubrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Peraya, « Introduction aux premiers échanges sur la professionnalisation des enseignants universitaires », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://dms.revues.org/1123

Haut de page

Auteur

Daniel Peraya

TECFA, Université de Genève, Suisse

Daniel.peraya@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org