Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les pratiques du numérique en éducation et en formation semblent connaître, ces dernières années, une évolution importante tirant parti d’une diffusion croissante d’outils de communication en réseau et d’une volonté politique visant la promotion des dispositifs de formation médiatisés en particulier les environnements numériques à destination des apprenants et des enseignants.

2L’utilisation du numérique dans la sphère éducative s’accompagne de l’émergence de nouvelles pratiques et pose une série de questions de recherche difficiles, notamment du fait du renouvellement incessant des technologies et de la grande diversité des contextes dans lesquels elles se déploient. D'ordre technologique et pédagogique, institutionnel, économique, social ou juridique, ces questions donnent lieu, en France et à l’étranger, à un flux d’études et de recherches pluridisciplinaires conduites aussi bien par des chercheurs que par des praticiens.

3Rendre visible les changements observés, prendre conscience des mutations engagées, analyser les pratiques des outils et des environnements d’apprentissage, repérer les processus d’innovation et analyser les contraintes économique, politique et psychologique qui conditionnent le développement du numérique en éducation, tel est notre objectif dans ce numéro thématique de Distance et Médiation des Savoirs portant sur « la communication éducative instrumentée ».

4En soi, prendre la mesure de ce phénomène est déjà un objectif ambitieux. À plus forte raison est-il difficile d’en examiner la portée sur le fonctionnement et l’organisation de l’éducation. Pourtant telle a été une des ambitions du colloque JOCAIR « Journées Communication et Apprentissage instrumenté en réseau » initié en 2006 à travers une structure collaborative pluridisciplinaire impliquant Éric Bruillard, Georges Louis Baron et nous-même. Cette manifestation scientifique bisannuelle a rencontré l’intérêt d’un milieu de chercheurs et de patriciens de la formation et a contribué à la diffusion des résultats de recherche intéressants.

Notre intérêt se porte aujourd’hui sur la communication éducative instrumentée. Quelques constats et une série de questionnements guident ce choix thématique.

5Le premier constat est celui de la croissance et la diversification des dispositifs de formation, tels que les outils utilisés, les ressources mobilisées, ou des organisations nouvelles mises en œuvre les diversifient.

6« Présentiel enrichi », formation à distance, formation mixte, classes inversées, Mobile Learning, MOOC, autant de dispositifs qui n'en sont plus au stade de l’expérimentation. Ce sont des activités réelles qui se développent aujourd’hui en vraie grandeur, intégrant un usage effectif. La croissance des besoins en formation, la recherche de nouveaux publics ainsi que l’hybridation des pratiques pédagogiques individuelle ou collective corrélées à la diversité des outils de communication synchrones et asynchrones ont fortement incité État, collectivités territoriales et institutions publiques et privées, à développer des pratiques à distance d’accès aux savoirs et à la formation.

7Les arguments ne manquent dans le rapport d’une mission parlementaire intitulée « Apprendre autrement à l’ère du numérique »1, publié en 2012, où l’e-Learning se voit attribuer toutes les vertus imaginables pour la formation « un support de l’égalité des chances, … favoriser la réussite à l’université, … une réponse à des redoublements inefficaces, … une vraie réponse dans la lutte contre l’impact des inégalités sociales, … nécessaire au développement de la formation tout au long de la vie (FC)… »

8Présentée ainsi l’innovation semble facile à adapter dans les pratiques pédagogiques pour une éducation prête à répondre à des attentes sociales. Elle devrait contribuer au développement économique, au progrès de la démocratie, aux dynamiques culturelles ainsi qu’au réagencement permanent des multiples composantes de l’éducation.

9Toutefois, au-delà de la volonté de largement déployer les formations en ligne, ces dispositifs s’inscrivent-ils dans un processus de recomposition structurelle de l’éducation ? Si les discours annoncent que le système éducatif va adopter de nouveaux modes de management et une culture de la compétition et de la performance, et que le numérique va être tout à la fois l’élément moteur de l’innovation pédagogique, d’un enseignement plus efficace et d’une rationalisation annoncée et réalisable, l’analyse de la réalité oblige à être plus nuancé, et à s'interroger : quelles transformations s’opèrent réellement ? Il semble, histoire des outils et des médias éducatifs à l’appui (Mœglin, 2005), que ces technologies permettent moins une efficience, une fluidification et une simplification de l’existant, que l’occasion d’initier des contraintes nouvelles, et, au mieux d’instaurer des pratiques qui peinent à se stabiliser.

10Le deuxième constat est celui de la croissance et de la diversification des outils et des médias de communication ainsi que des environnements numériques. Des débuts des wikis et des forums de discussions aux systèmes actuels des réseaux sociaux, les évolutions technologiques et organisationnelles n’ont pas cessé de marquer leur présence dans le monde éducatif.

11Le déploiement des environnements numériques de travail (ENT) désormais bien présents dans l’enseignement secondaire et supérieur (Bruillard, 2011, Cerisier 2005, Puimatto, 2008), l’intérêt porté à l’utilisation des ordinateurs, tablettes et smartphones, en classe et hors classe, influent sans doute sur le rapport au savoir et à la formation (Tremblay, 2014), tirant parti d’une réalité à la fois familière et cependant insoupçonnée. Elle est familière de par l’utilisation quotidienne des outils de communication dans des contextes de mobilité et de géolocalisation à présent banalisés. Mais insoupçonnée du fait de logiciels communiquant des données personnelles où l’usager est tracé, profilé, transformé, référencé en données marketing.

12Si ce phénomène est de plus en plus présent dans la sphère marchande (Rey, 2014), nous pouvons légitimement nous poser la question de ses enjeux pour l’enseignement et l’apprentissage à distance et pour l’éducation en général.

A quels contrôles seront soumis demain les ENT installés et gérés hors des établissements scolaires, telles les plates-formes publiques ou privées du soutien scolaire en ligne encouragées par le ministère de l’éducation nationale ? Quelles formes de régulation inventer pour éviter l’utilisation à des fins de marketing des données de suivi des usagers, stockées dans les plates-formes ?

13Plus fondamentalement, c’est la question des enjeux du numérique à travers des données personnelles enregistrées par rapport à la capacité d’apprendre, de répondre, de communiquer, de sociabiliser qu’il faut se poser.

14Le troisième constat est celui du statut des ressources en ligne, libres d’utilisation. Ces dernières années se caractérisent en effet par une surabondance de ressources numériques destinées au monde éducatif. Au-delà des questions, jadis très vives, de standards et d'interopérabilité qui intéressent particulièrement les éditeurs des ressources et de plates-formes de formation, le potentiel spécifique du numérique favorise aujourd’hui d’autres modes de conceptions collaboratives, de partages et de diffusion. Il masque des éclatements du rôle de l’enseignant en tant que concepteur des ressources et réduit ainsi son espace.

15La disponibilité des ressources, la diversité des moyens pour y accéder questionnent aujourd’hui leur statut en tant qu'objet d’apprentissage mis à la disposition des apprenants, sans transition ni médiation aucune, configurant ainsi un paysage nouveau d’une communication éducative bouleversée par l’accès aux ressources éducatives.

16Dans quelle mesure le rôle des formateurs ou des enseignants évolue-t-il, et de quelle manière ceux-ci participent-ils à la conception et à la production des ressources dans les dispositifs étudiés, inventant ainsi de nouveaux modes d’accompagnement ? Quelles formes de médiation les analyses des pratiques laissent-elles augurer ? Comment expliquer la portée limitée de dispositifs médiatisés de formation développés dans la sphère éducative ? Quelle expertise et quelles formes d’ingénierie spécifique de l’éducation se créent à travers ces dispositifs ?

Tels sont, sommairement rappelés, quelques constats et questionnements touchant à l’appréciation et à la portée de la communication éducative instrumentée.

17Les articles du présent numéro illustrent les différentes facettes des projets de communication éducative instrumentée. Ils sont issus de contributions au colloque JOCAIR 2014 organisé par le laboratoire Education et Apprentissage de l’université Paris 5.

18Ainsi Aurore Lavenka et Georges Ferone s’interrogent sur la synchronie en formation à distance. Dans une analyse argumentée s’appuyant sur une réflexion théorique et étayée par des observations au sein du master à distance « Éducation et métiers de l’enseignement du premier degré » de l’IUFM /ESPE de Créteil, les auteurs montrent que les classes virtuelles favorisent les interactions à distance et que l’enseignant respecte de manière beaucoup plus précise le scénario pédagogique qu’il avait préalablement conçu. Ce faisant, les auteurs montrent l’intérêt de ce type de communication pour les apprenants en formation à distance les moins autonomes.

19La dissémination de la formation à distance au sein des formations présentielles que relate ici Jean-Michel Gélis, est un projet institutionnel de développement des formations médiatisées au sein de l’université de Cergy-Pontoise. Si ce phénomène est décrit par les porteurs de ce projet comme une innovation dans l’enseignement supérieur, l’auteur relativise cette ambition. En recourant aux modèles de l'industrialisation de la formation l'auteur met au jour le mode opératoire, les valeurs, l’expertise et l’engagement des responsables d’équipe, ainsi que leur rôle de traducteurs auprès de collègues parfois peu expérimentés, qu’ils ont intéressés, enrôlés et mobilisés dans ce projets.

20Basée sur une enquête auprès des étudiants d’un dispositif de formation à distance, la contribution de Clément Dussarps aborde la question de l’abandon des apprenants en formation à distance. Souvent attribué à l’autonomie et aux sentiments de solitude, ce phénomène est traité par l’auteur sous l’angle des dimensions socio-affectives et motivationnelles. Il s’attache à analyser l’environnement personnel et professionnel de l’apprenant et le fonctionnement pédagogique et organisationnel du dispositif de formation à distance étudié. L’auteur dégage de son analyse des « profils à risque » et propose un protocole d’accompagnement des apprenants tout au long de leur formation. Ces résultats pourraient constituer une base de références pour les praticiens de la formation à distance.

21« Les ressentis sur les MOOC à l’université », cette analyse renvoie à une recherche-action conduite par Thierry Gobert. Elle prolonge ainsi la réflexion sur les nouvelles configurations des formations en ligne, lancée en 2014 par la revue DMS à partir du numéro 5.

L’auteur interroge les perceptions et les représentations des enseignants face au dispositif « France Université Numérique (FUN) » et les changements susceptibles de se produire dans les pratiques d’enseignement. Il relève la réticence des enseignants par rapport à ce mode de formation, réticence liée à une supposée absence d’éthique éducative de la politique engagée à ce sujet. La valeur marchande que portent les MOOC participe du manque d’adhésion vis-à-vis de cette innovation institutionnelle.

*

22La rubrique « Débat-discussion », propose de la part de Daniel Peraya, son responsable dorénavant, une première proposition à discuter sur le thème « Professionnalisation et développement professionnel des enseignants universitaires : une question d’actualité ». Sont tout d’abord présentés des références pour baliser le débat et des exemples de démarches basées sur les référentiels de compétences. Puis sont proposés des questionnements autour de l’innovation pédagogique et la mise à distance, de la posture de praticien et de celle de chercheur en éducation, du dispositif de formation; Enfin Daniel Peraya interpelle directement les futurs intervenants de cette rubrique ouverte aux idées, réflexions, discussions…

*

23Dans la note de lecture qui clôt ce numéro, Jean-François Cerisier analyse l’ouvrage « La pédagogie universitaire à l’heure du numérique - Questionnement et éclairage de la recherche », coordonné par Geneviève Lameul et Catherine Loisy, et préfacé par Bernadette Charlier. Un ouvrage qui donne aussi bien la parole à des chercheurs qu’à des praticiens afin de concrétiser le choix assumé d’une épistémè qui non seulement postule la fécondité des interactions entre pratique et praxis mais la met en œuvre. L’ouvrage, écrit Jean-François Cerisier est un acte militant adressé aux établissements universitaires afin qu’ils engagent de véritables politiques pédagogiques.

Haut de page

Bibliographie

Bruillard, E. (2012), Le déploiement des ENT dans l’enseignement secondaire : entre acteurs multiples, dénis et illusions, Revue Française de Pédagogie, 177, oct.-déc., p. 101-130

Cerisier, J-F., dir. (2005), Environnement numérique de travail : des usages aux analyses d’usages ». Paris, CNDP, http://rhrt.edel.univ-poitiers.fr/sommaire.php?id=570

Mœglin, P. (2005), Outils et médias éducatifs. Une approche communicationnelle, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.

Puimatto, G. (2008), « Supérieur et scolaire, même combat ». Argos, no 44, p. 35-41.

Rey, B., dir. (2014), Informations personnelles et intelligences numériques, Les Cahiers du numérique. Hermes-Lavoisier, vol. 10, n° 1/2014

Tremblay, G. (2014), « Renouveler la vision des sociétés du savoir … », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 1 juin 2015. URL : http://dms.revues.org/526

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Sidir, « Editorial », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://dms.revues.org/1095

Haut de page

Auteur

Mohamed Sidir

IUT d’Amiens, dépt. TC
Curapp, CNRS, UMR 7319
IUT d’Amiens, Chemin des facultés, 80025, Amiens

sidir@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org